PORTAIL   |  VIDÉOS   |  FORUM   |  Logo JudgeHype TRACKER BOUTIQUE JUDGEHYPE TV TV online TV online online
929 visiteurs en ligne  |   S'identifier  |   Créer un compte  |   Contact 
Diablo III Diablo II Diablo | World of Warcraft HearthStone Warcraft III Film Warcraft | Heroes of the Storm StarCraft II SCGhost
Titre

Récits StarCraft II des joueurs


Status : En cours d'écriture
Histoire : Chercheur de Néant
Auteur : Laukhy
Chapitres : 1 - 2

Chapitre 2 : Qui cherche, trouve...

Secteur Koprulu, orbite haute, planète géante de glace Camus. Deux ans après Mar Sara.

Dans l'encre noire et sans fin de l'espace, deux orbes d'un bleu pur et froid dansaient parmi les lointaines étoiles. Immenses et pourtant invisibles pour les créatures mortelles qu'ils scrutaient, ils observaient encore et encore... Depuis quelques temps leur regard était braqué sur une créature insignifiante mais qui avait déjà mis en branle les rouages d'une mécanique céleste qui les libérerait... Enfin. Depuis les éons mythiques, à l'époque où naquit et retentit le chant des étoiles, ils attendaient. Prisonniers, ravalant leur rage et leur haine envers leurs gêoliers. Et puis l'Univers les avait à nouveau trahit, les Xel'Nagas avaient péris, leur rage ne pourrait se déverser et balayer « Les Porteurs de Vie ».
Pourtant leur regard avait déchirer l'espace et le temps pour se porter sur les Premiers Nés, les enfants de leurs tortionnaires... Vengeance serait assouvie !


Les multiples manoeuvres d'évitements et les brutales accélérations faisaient hurler les poutres de la carlingue en néo-acier. A chaque nouveau virage, les cris d'agonie de la structures semblaient précéder la désintégration pure et simple du vieux dropship terran. Pourtant Samuel V Cortez gardait son calme et avait un absolue confiance en son vaisseau, voilà bientôt deux ans qu'il était devenu un « charognard », un foutu vautour stellaire.

Après la bataille , ou plutôt le massacre, de Mar Sara, Sam s'était réveillé dans un hôpital de campagne des Fils de Kohral. Ces derniers l'avait sauvé avec une majorité de civils et de bidasses qui n'avaient pas refusé le salut, même venant d'un groupe terroriste. Après un long séjour plongé dans un mutisme total, silence dû en partie à la fatigue intense qui résultait de son overdose de stimulants de combat ; Sam avait refusé d'intégrer le bras armé D'Arcturus Mengsk, leader des Fils de Kohral. Ses sauveurs s'étaient rembourser en saisissant son armure de combat, le seul bien de valeur dont ils pouvaient le dépouiller.

Un foutu détrousseur de cadavre aurait gueulé son père... Rien de plus qu'un pauvre récupérateur d'épaves ou de matériaux qui écumait les champs de batailles, la taule et la récup' rapportaient assez pour vivre et entretenir son rafiot. Mais il était son propre maître, pas d'ordres, pas de responsabilités, personne ne comptait sur lui.

Voilà moins de douze heures que cette boule de glace qu'est Camus avait été la spectatrice muette d'une bataille spatiale entre les énigmatiques Protoss et ces saloperies de Zergs. Sam louvoyait entre les débris et épaves protoss, m'étant à l'épreuve ses talents de pilote. Un dernier bruit spongieux et répugnant, pour voir quelques viscères zergs glisser nonchalamment sur le cockpit de son vaisseau ; lui signala qu'il venait de dépasser la ceinture de débris et de carcasses zergs.

Cortez coupa les moteurs de son vieux dropship, le laissant dériver et lança toute une armada de sonars et de radars pour passer au peigne fin les plus grosses épaves. Son boulot de charognard commençait là, une longue chasse aux matériaux et systèmes encore en état de marche et ayant une bonne valeur marchande. Comme à chaque fois cette partie du boulot se résumait à attendre, attendre et attendre encore... Et malgré tous ses efforts pour y résister, Sam finit par s'endormir.
La peur au ventre.

Toujours le même rêve ou plutôt le même cauchemar, il le savait, le redoutait. Il la revoyait claquer la porte dans un torrent de larmes, il se rappelait du dernier regard qu'il avait pu poser sur son fils, âgé de quelques mois, avant que la porte ne se referme définitivement sur sa vie. Plus rien ne comptait... Puis il se revoyait pilotant son vaisseau de croisière avec ses passagers, son boulot avait perdu tout sens, il pilotait sans la joie qu'il avait eut à naviguer au milieu des étoiles, s'engouffrer dans les courants stellaires, admirer les nébuleuses lointaines et porter à bon port ses passagers. Tout ça avait disparu le jour où il avait poser les yeux pour la dernière fois sur sa femme et son fils.

Puis, il le savait, il se revoyait ce fameux jour... Aux commandes... Imbibé jusqu'à la moelle par un whisky bon marché... Et cette voix qui lui rappelait combien il avait tout foutu en l'air, comment son fils grandirait sans le voir, combien elle lui manquait. Mais il savait comment arrêter tout ça, cette lune froide et obscure serait parfaite pour un rater comme lui, insignifiante, petite, perdue, la sépulture adéquate pour lui.
Pas un instant il n'avait pensé aux cinquante passagers qu'il transportait. Il avait piqué du nez en direction de la surface sans hésiter et avait eu la lucidité d'exploser le module d'I.A qui allait reprendre les commandes. Puis le sol qui se rapproche, les cris des passagers et un choc terrible avant le noir total.

Les journaux s'étaient emparés de l'affaire, c'était du pain bénit : un pilote suicidaire tue cinquante innocents et s'en sort indemne grâce aux modules de survie du cockpit !

Mais la partie du cauchemar qu'il redoutait le plus arrivait maintenant : le procès, le regard que posait sa femme sur lui, son fils qu'il revoyait en tant que meurtrier, un juge qui l'aurait tué sur place mais qui avait commué sa peine en service militaire sous contrainte de ressocialisation.

Nu , comme tous les autres : violeurs, pédophiles, psychopathes, bouchers, meurtriers. Ils attendaient leur tour, le moment où les matons les pousseraient dans la cuve pour en faire de parfait petits soldats. Il revoyait la résistance de certains... Qui y rentraient quand même, après que les matons leurs aient brisé les jambes.... Son tour, le liquide froid et épais qui le noie et les dernières paroles du maton :

–« T'as de la chance, minable ! On efface juste tes tendances suicidaires, après tu pourras redevenir le déchet que tu es !! »

Sa gorge brûlée par le froid rampant et cette douleur qui lui vrille les neurones, il crie, il hurle !!

Le dropship résonnait encore de ses hurlements, quand Sam revint à lui, en sueur, luttant contre la nausée qui l'envahit, comme à chaque fois.

Un écho sur le radar lui évite de ressasser son passé, il en remercie presque ses instruments. Le spot est important, l'écho est clair et la masse semble uniforme, peut-être une prise de valeur. Cortez fait redémarrer les moteurs pour parcourir les quelques deux cents kilomètres qui le séparent de sa cible. En trois minutes il arrive en vue, il n'en croit pas ses yeux, une véritable mine d'or qu'il a là !

Un chasseur protoss, un « scout » d'après l'appellation terran, dérivait devant lui comme un oiseau porter par le vent, aucun impact n'était visible seule la verrière du cockpit manquait. Un fluide vert, sûrement du sang Zerg, maculait les débris de la feuille de cristal qui composait la verrière encore rattachés à l'appareil. Sam enfila son scaphandre et partit inspecter l'épave de plus près. Le filin magnétique qui le rattachait à son vieux vaisseau se dévidait de plus en plus vite à mesure que la masse du chasseur protoss l'attirait à lui.

Sam se réceptionna sur une des ailes et fit courir sa main sur le métal froid et immaculé qui composait le vaisseau. Il en fit le tour, inspecta les propulseur de la dérive de queue, appréciant les courbes fines des ailes courtes et le fuselage racé du chasseur. On sentait là tout l'esprit guerrier protoss qui avait été insufflé dans ce vaisseau. Il se dirigea vers le cockpit, jubilant à l'idée de ramener une telle prise, intacte de surcroît. Sa chance avait tourné, il le savait !

Très loin de lui, deux orbes bleues parvinrent à le fixer. Elles ne le quittaient pas, un rire résonna parmi les étoiles.
«La partie vient de commencer mes frères ! »
Nos partenaires : Materiel.net
Nombre de visites depuis la création du site StarCraft II - JudgeHype : 13.746.299.
© Copyright 1998-2014 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.