PORTAIL   |  VIDÉOS   |  FORUM   |  Logo JudgeHype TRACKER BOUTIQUE JUDGEHYPE TV TV offline offline
1947 visiteurs en ligne  |   S'identifier  |   Créer un compte  |   Contact 
Diablo III Diablo II Diablo | World of Warcraft HearthStone Warcraft III Film Warcraft | Heroes of the Storm StarCraft II SCGhost
Titre

Lore : Histoire des Terrans

Origine des Terrans | Origine des Zergs | Origine des Protoss


Déclin de la civilisation occidentale

Bien que la technologie et la culture mondiale aient progressé rapidement durant le vingtième siècle, leurs avancées ne sont rien en comparaison des pas de géants accomplis de plus en plus rapidement par la suite. Vers la fin du 21ème siècle, l’humanité avait expérimenté des bouleversements audacieux et sans précédents à travers le monde. Des technologies radicalement nouvelles ne cessaient d’émerger, offrant un accès accru à des ordinateurs sophistiqués et à des bases d’information gigantesques, mêmes pour les dernières d’entre les nations. A la suite de l’élimination de l’idéologie communiste dans les pays de l’est, les armes nucléaires abondèrent rapidement sur les marchés parallèles. La structure de pouvoir international, liée auparavant à la supériorité capitalistique et militaire, s’écroula lorsque des nations du Tiers-Monde acquirent une puissance suffisante pour défier le pouvoir économique et militaire des superpuissances.

Lorsque l’opinion mondiale prit conscience des conséquences des sciences cybernétiques, du clonage et des manipulations génétiques, des militants humanistes et des groupes religieux s’en prirent aux droits des multinationales privées, qui tiraient profit de l’expérimentation génétique. Des centaines de millions de personnes furent dotées d’implants cybernétiques tandis que d’autres commençaient à manifester de légères mutations physiques qui allaient de l’optimisation de leurs cinq sens au développement de la télépathie. Ces changements spectaculaires dans le patrimoine génétique humain causèrent une panique générale chez les factions fondamentalement humanistes.

La technologie continua à évoluer et à se répandre, alors que la population augmentait rapidement. A la fin du vingtième siècle, on comptait déjà plus de six milliards d’individus sur la Terre. Trois cents ans plus tard, on estimait cette population à vingt-trois milliards. La pollution et la raréfaction des ressources naturelles et de l’énergie bon marché firent beaucoup pour rendre la situation explosive, alors que les chefs d’état cherchaient sans succès le moyen d’enrayer l’augmentation de leur population. Alors que la surpopulation et les altérations génétiques se propageaient dans tous les coins du globe, le sentiment que la Terre allait à sa perte se répandit dans la population. Parallèlement, des foyers de tensions émergeaient partout, concernant essentiellement l’utilisation et la valorisation économique de la cybernétique et des mutations génétiques ; de nombreux systèmes économiques fondamentaux se replièrent sur eux-mêmes et disparurent. Des actes horribles de terrorisme et des éruptions de violence marquèrent les affrontements entre le secteur économique et les factions humanistes, ce qui engendra une répression policière dans le monde entier. La couverture irresponsable par les médias de cette répression atroce finit par faire éclater le chaos civil latent dans la plupart des grandes nations. A la fin, l’équilibre précaire entre les puissances mondiales disparut au profit d’un anarchisme généralisé.


L'ordre nouveau

Le 22 novembre 2229 naquit la Ligue des Puissances Unies. La LPU devait devenir le dernier avatar de la vision d’un monde unifié dirigé par l’ONU, depuis longtemps disparue. Cet ordre nouveau unifia et prit le contrôle de près de 93% de la population mondiale, échouant seulement à pacifier quelques états sud-américains instables. La LPU fut fondée sur un socialisme “ éclairé ”, mais recourut souvent à des actions policières violentes, d’inspiration fasciste, pour maintenir l’ordre public. Lors de son activité qui dura près de quatre-vingts ans, la LPU établit un calendrier strict afin de tendre vers l’unification définitive de toutes les cultures. La LPU s’efforça d’éradiquer les derniers vestiges des séparatismes raciaux et les Commissions d’Uniformisation interdirent la plupart des vieilles religions. On décida que l’anglais serait la langue officielle en remplacement de nombreuses vieilles langues qui furent interdites dans leur pays d’origine.

Bien que les religions furent interdites par la LPU, l’organisation encouragea une foi zélée en la supposée “ Divinité de l’humanité ”. Ce dogme quasi-religieux exigeait l’interdiction immédiate de tous les implants non vitaux et de toutes les altérations du patrimoine génétique humain considéré comme pur. Les tenants de la ligne dure de la LPU et les exégètes édictèrent que toute altération génétique, tout usage de la technologie cybernétique, ainsi que toute consommation de drogue psycho-active, conduiraient à la dégénérescence de l’espèce humaine. Les chefs de la LPU mirent au point un plan audacieux dont le but était d’assurer la pérennité de l’espèce, en dépit des tentations corruptrices des technologies radicales.


La grande purification

A la manière des Inquisitions sanguinaires qui avaient ravagé l’Europe huit cents ans plus tôt, la LPU lança un des plus durs programmes jamais conçus par l’esprit humain : le Projet Purification. Ce génocide érigé en croisade fut la solution finale choisie par la LPU afin de débarrasser l’humanité de ses dégénérescences. Les troupes de la LPU envahirent chaque nation, s’emparant des dissidents, pirates informatiques, monstres technologiques à demi-synthétiques, améliorés cybernétiquement, et enfin des criminels de toutes sortes. Ce massacre à l’échelle mondiale provoqua l’élimination de 400 000 000 de personnes. Les médias mondiaux, à la botte de la LPU, minimisèrent cette violence terrible et maintinrent la population du globe dans l’ignorance des atrocités commises.

En dépit de ces actes abominables, la LPU réussit à relancer la recherche fondamentale dans de nombreux domaines. Des champs entiers de recherche, délaissés depuis des décennies, furent rouverts sous le contrôle strict de la LPU. Les programmes d’exploration spatiale du milieu du vingtième siècle, abandonnés par les russes et les américains en raison des coupes budgétaires et du sabotage politique, ouvrirent une nouvelle ère d’exploration pour l’humanité. L’hibernation cryogénique alliée à des technologies de moteurs d’hyperespace, permit les voyages interstellaires. En quarante ans, la LPU fonda des colonies sur la lune ainsi que sur la majorité du système solaire terrien.

Durant cette période, un jeune et brillant chercheur, du nom de Doran Routhe, se mit en tête de prendre le contrôle de la LPU. Manquant d’intérêt pour le vulgaire Projet Purification, Routhe était obsédé par l’idée de coloniser des mondes extérieurs. Routhe fut convaincu que la découverte de nouveaux minerais et de sources d’énergie alternatives sur ces mondes lointains, ferait de lui l’un des hommes les plus influents sur Terre. Par le biais de ses relations politiques et de sa fortune personnelle, Routhe put s’emparer de milliers de citoyens de la LPU, afin d’en faire les premiers cobayes de ses projets d’avenir.

Les prisonniers, condamnés à mort au nom du Projet Purification, furent emmenés dans les laboratoires privés de Routhe. Dans l’idée d’envoyer ces prisonniers coloniser les mondes extérieurs, Routhe ordonna à ses scientifiques de préparer 56 000 personnes pour une hibernation cryogénique de longue durée. Afin de cataloguer toutes les mutations et améliorations cybernétiques de ces prisonniers, Routhe mit toutes ces informations sur un superordinateur révolutionnaire. Ce Système d’Analyse des Logistiques de Téléempathie Artificielle (ATLAS dans la langue officielle) traita toutes les informations génétiques et put prédire quels prisonniers devaient survivre aux épreuves terribles qui les attendaient. Seuls 40 000 prisonniers furent considérés viables. Ces 40 000 individus furent alors embarqués dans de gigantesques supertransporteurs entièrement automatisés, conçus pour de longs voyages dans l’espace. Tandis que les prisonniers étaient préparés au “ sommeil froid ” cryogénique, les vaisseaux furent chargés d’un ravitaillement suffisant, de rations et de matériel, qui devaient les aider à s’installer lorsqu’ils auraient atteint les destinations prévues. L’ordinateur de navigation fut alors programmé pour les conduire sur la planète Gantris VI. Tout semblait parfaitement préparé mais même Routhe n’aurait pu imaginer que les prisonniers allaient vers une mort presque certaine dans la ceinture galactique.


Les exilés et le long sommeil

L’ATLAS fut installé sur le premier des supertransporteurs, le Nagglfar. Trois autres transporteurs (l’Argo, le Sarengo et le Reagan) furent programmés pour suivre le Nagglfar, lorsque celui-ci fut lancé dans le vide spatial en direction de Gantris VI. Programmé à l’origine pour durer un an, leur voyage tourna au cauchemar. A un certain moment, le système de navigation tomba en panne, effaçant non seulement les coordonnées de Gantris VI mais également celles de la Terre. Les quatre vaisseaux, leurs infortunés voyageurs en stase, poursuivirent aveuglément leur course dans l’hyperespace pendant presque trente ans.

Durant ce voyage, que les générations à venir appelleraient “ Le Long Sommeil ”, ATLAS continua à veiller sur les humains plongés en stase cryogénique. Lors de ses évaluations des nombreuses mutations et améliorations trouvées dans le patrimoine génétique des prisonniers, ATLAS découvrit une variété mutagénique dans l’ ADN de certains. Cette mutation, qui ne se retrouvait que chez un pour cent des sujets, augmentait le potentiel psionique latent du cerveau humain. En poursuivant ses calculs, ATLAS réalisa que, si les prisonniers survivaient dans leur nouvel environnement, beaucoup bénéficieraient de cette mutation psionique en l’espace de quelques générations. Ces découvertes furent enregistrées et envoyées vers la Terre, directement dans les fichiers de Doran Routhe.

Finalement, les moteurs des quatre supertransporteurs atteignirent un point de fusion critique. Après vingt-huit ans de voyage en hyperespace, les immenses vaisseaux émergèrent dans l’espace réel près d’un système solaire habitable. A quelques 60 000 années-lumière de la Terre, leurs moteurs détruits, et leur batteries de maintien en survie presque déchargées, les vaisseaux procédèrent aux manoeuvres d’urgence et se dirigèrent vers les mondes habitables les plus proches.

Le Reagan et le Sarengo s’écrasèrent sur un monde qui reçut le nom d’Umoja. Le Sarengo, dont la plupart des systèmes étaient définitivement tombés en panne lors de la descente atmosphérique, s’écrasa en tuant ses huit mille passagers. Le Reagan eut plus de chance ; il put contrôler sa descente et atterrir sans problème. Une fois le vaisseau posé, les chambres de “ sommeil froid ” furent désactivées et les passagers survivants s’éveillèrent peu à peu. Ceux-ci, essayant de comprendre où ils étaient et combien de temps ils avaient “ dormi ”, découvrirent que le système ATLAS avait d’une façon ou d’une autre, effacé tout enregistrement de leur voyage des banques de leurs ordinateurs.

L’Argo atterrit sur le monde rouge de Moria. Ses passagers eurent la même surprise que ceux du Reagan, puisque toute information quant à leur état actuel, avait été effacée. Seuls les passagers du Nagglfar purent accéder aux ordinateurs de bord et se faire une idée de leur calvaire. Ils interrogèrent ATLAS directement et virent leurs craintes de ne jamais revoir la Terre confirmées : bien qu’ils aient atterri sur la planète tempérée de Tarsonis, le Nagglfar était trop endommagé pour pouvoir être réparé. Les exilés survivants, répartis sur trois mondes, commencèrent à démonter les épaves de leurs vaisseaux, afin de construire des abris dans leur nouvel environnement.


La confédération et le nouveau monde

Les habitants de chaque planète firent tout pour survivre dans ce qu’ils appelèrent le Nouveau Monde. Ignorants du sort des autres vaisseaux, ces Terrans errants se contentèrent des maigres ressources qu’ils purent trouver. Ayant perdu tout moyen de communication interplanétaire lors de la récupération des matériaux de leurs vaisseaux respectifs, les Terrans vécurent isolés pendant des décennies. En un temps relativement court, les trois groupes isolés de Terrans fondèrent des colonies-soeurs sur leurs mondes respectifs, et bien qu’il fallut soixante ans pour que les trois colonies entrent en contact via le voyage interplanétaire, chacune devint prospère et forma une communauté autosuffisante. Tarsonis, la plus grande et plus avancée technologiquement des trois colonies, développa très vite une seconde génération de moteurs spatiaux. Leurs vaisseaux purent alors explorer les myriades de planètes désertes des systèmes solaires avoisinants ; et c’est ainsi qu’ils finirent par retrouver les autres survivants du “ Long Sommeil ”.

Lorsqu’elles furent rassemblées, les trois colonies établirent des traités de commerce et l’économie se développa. Bien que Tarsonis poussa Umoja et Moria à rejoindre un gouvernement unifié, les deux colonies s’obstinèrent à refuser. Les flottes de Tarsonis continuèrent d’explorer l’espace Terran, qui devint ce que l’on appelle aujourd’hui le secteur Koprulu.

Tarsonis établit de prospères colonies sur sept autres mondes du système, ce qui lui permit de renforcer rapidement sa puissance militaire. Un nouveau gouvernement, baptisé la confédération Terran, fut fondé par les colonies de Tarsonis. La colonie de Moria, qui avait tiré profit des larges ressources minières de son secteur, commença à craindre que cette nouvelle confédération n’essaie d’imposer l’idée d’une régulation de leurs opérations lucratives. Ainsi fut formé le Combinat Kel- Morian : un partenariat industriel secret qui devait apporter assistance militaire à toute Guilde de mineurs opprimée par la politique de la Confédération. La tension monta entre la Confédération et le Combinat jusqu’à l’éclatement des Conflits des Guildes Terrans.

Les Guerres des Guildes durèrent presque quatre ans, jusqu’à ce que la Confédération signe la paix avec le Combinat. Bien que le Combinat conserva son autonomie, la quasitotalité des Guildes de Mineurs fut avalée par les holdings de la Confédération. La colonie d’Umoja, à la vue de ce dont était capable la Confédération, fonda le Protectorat d’Umoja ; une milice nationalisée qui devait assurer l’indépendance d’Umoja contre la tyrannie de la Confédération. En fin de compte, la Guerre des Guildes donna à la Confédération un rôle proéminent dans la structure du pouvoir Terran.

La puissance de la Confédération continua à augmenter avec les années, grâce à ses “ Prospecteurs ” qui revendiquèrent en son nom la propriété d’un grand nombre de mondes dans le cadre d’une politique radicalement expansionniste. Des groupes de pirates et des milices commencèrent à faire leur apparition alors que les polices de la Confédération continuèrent d’abuser de leur pouvoir au détriment des citoyens. La révolte de Korhal reste un des exemples les plus célèbres de révolte contre la Confédération.


La révolte de Korhal

Korhal était l’un des mondes de base de la Confédération, et avait été colonisé à l’origine par les Tarsoniens. Monde de richesses et de culture, Korhal contribua beaucoup aux progrès technologiques et militaires de la Confédération. Bien que celle-ci profitait de la productivité ininterrompue de Korhal, les citoyens de cette colonie avaient du mal à supporter les sénateurs souvent corrompus de la Confédération. Dans une tentative pour retrouver leur indépendance, les citoyens de Korhal déclenchèrent de nombreuses émeutes contre la garnison de la Confédération. Les confédérés répondirent aussitôt en instaurant la loi martiale sur Korhal. Ceci ne fit qu’aggraver l’agitation des citoyens, et rendre plus tangible le chaos civil latent. Les Confédérés croyaient que si leur colonie la plus précieuse et la plus choyée pouvait se retourner contre eux, l’exemple pourrait se répandre dans leurs autres colonies. Il fut décidé qu’il serait mis fin à cette crise par tous les moyens. Mater cette révolte serait la preuve de la puissance de la Confédération.

Un sénateur Korhalien dynamique, du nom de Angus Mensk, prit sur lui de formaliser les sentiments de ses concitoyens. Leur volonté de liberté éclata au grand jour lorsqu’il déclara la guerre à la Confédération. Jouant de la versatilité et de l’enthousiasme patriotique du peuple de Korhal, le sénateur parvint à s’emparer de tous les postes avancés confédérés. En déclarant nulle l’appartenance de Korhal à la Confédération, Mengsk réussit à s’attirer le respect et l’admiration de la plupart des colonies en lutte.

Les confédérés, cherchant à contenir la crise, retirèrent leurs forces de Korhal et leurs vaisseaux du ciel de cette planète. Mengsk et les autres chefs de la révolte, croyant qu’ils avaient gagné leur indépendance, célébrèrent leur victoire sur la Confédération. Les confédérés, comprenant que la perte de Korhal était désastreuse pour leur mainmise sur les autres colonies, planifièrent de reprendre la planète par des moyens plus subtils.

Les confédérés envoyèrent sur Korhal trois de leurs assassins les plus redoutables, connus seulement comme Fantômes, pour éliminer Mengsk et ceux qui le soutenaient. Le corps décapité du Sénateur, allongé près de ceux de sa femme et de sa petite fille, furent retrouvés le lendemain sur le balcon privé de son quartier général fortifié. La tête de Mengsk ne fut jamais retrouvée. Bien que l’assassinat affaiblit la révolte de Korhal, il déclencha le feu sur lequel se forgerait plus tard l’ennemi le plus puissant que la Confédération ait eu à affronter.

Arcturus Mengsk, un “ Prospecteur ” confirmé de la Confédération et un homme d’affaires, ne prit pas bien la mort de sa famille. Ayant été “ Prospecteur ” pendant de longues années, Arcturus connaissait la cruauté sans limite dont la Confédération pouvait faire preuve pour arriver à ses fins. Il ne prêtait pas grand intérêt à la politique à grande échelle, et fut même inquiet, voire embarrassé, des actes de ce père lointain sur Korhal. Il n’avait pourtant pas imaginé que sa famille put être assassinée, juste pour l’exemple. Leurs morts déclenchèrent quelque chose à l’intérieur du jeune Arcturus, le menant à abandonner un futur prometteur au profit de la recherche d’une vengeance solitaire.

Ralliant les différents groupes qui avaient soutenu son père contre la Confédération, Arcturus parvint à former une armée, relativement nombreuse mais hétéroclite. Les supporters de Mengsk frappèrent avec audace différentes bases et installations confédérées, coûtant à la Confédération des milliards de crédits en hommes et en matériel. Au vu des rumeurs persistantes d’une alliance entre le groupe mené par Mengsk et le Protectorat d’Umoja, la Confédération décida de mettre un terme définitif à ce conflit. Une salve d’un millier de missiles nucléaires de classe Apocalypse fut tirée contre Korhal depuis la capitale confédérée de Tarsonis. Plus de 4 000 000 de personnes moururent lors de cet assaut sauvage. En un instant, la colonie prospère fut réduite à une sphère carbonisée, vitrifiée de couleur noire.

La nouvelle de l’holocauste atteint Mengsk dans une base secrète située aux frontières du Protectorat d’Umoja. Dépourvu de tout sauf de l’esprit de vengeance, Arcturus et ceux qui l’entouraient en ce triste jour, prêtèrent le serment sacré de briser la Confédération à tout prix. Se nommant eux-mêmes les Fils de Korhal, Arcturus et son équipe de renégats se firent rapidement une belle réputation, en devenant les fugitifs les plus recherchés du Secteur. En frappant silencieusement et discrètement, les Fils de Korhal infligèrent de nombreuses défaites à la Confédération. Mais pour chaque victoire qu’ils obtinrent au nom de la justice, Arcturus fut présenté comme un fou et un terroriste par les médias contrôlés par la Confédération. La plupart des colonies refusèrent d’abriter ou de prêter assistance à ce groupe de hors-la-loi. Cependant, en dépit de l’adversité et de l’opinion publique, Mengsk n’abdiqua jamais dans son combat contre la Confédération. Les Fils de Korhal continuèrent à échapper aux agences policières confédérées, tout en continuant leur combat pour la libération du secteur.


La guerre

Les diverses puissances coloniales et les milices pirates continuèrent à affronter les forces confédérées. En dépit de leurs luttes intestines, les Terrans continuèrent de renforcer et d’étendre leur occupation du secteur Koprulu.

Ces petites querelles devaient rapidement cesser puisque les Terrans se retrouvèrent mêlés à des combats épiques qui les dépassaient. Sans avertissement, une flotte de cinquante vaisseaux aliens s’abattit du ciel sur la colonie confédérée de Chau Sara. Les gigantesques vaisseaux ouvrirent le feu sur la colonie qui ne se doutait de rien, jusqu’à la destruction totale de toute forme de vie Terran. Cette attaque sans précédent prit les forces confédérées par surprise, laissant les flottes Terrans désemparées. Bien que les Terrans du secteur n’aient jamais rencontré d’espèces aliens, ils se ruèrent pour tenter de se défendre contre leurs nouveaux et mystérieux ennemis.

La Confédération lança une contre-attaque maladroite contre la flotte alien alors que celle-ci se dirigeait vers une seconde planète Terran : Mar Sara. La flotte alien, s’identifiant comme Protoss, se retira soudainement en épargnant la colonie. Peu de temps après, une nouvelle présence alien fut détectée aux alentours de Mar Sara. Ces nouveaux envahisseurs, qui ressemblaient à des insectes, étaient très différents des Protoss, qui avaient mené la première attaque.

Aucune agence Terran ne put expliquer l’apparition non pas d’une présence alien, mais de deux races à l’intérieur des colonies.

Terrassés par leur paranoïa collective, et gênés par leurs querelles internes, les infortunées factions Terrans ne purent qu’observer l’invasion toujours plus importante des aliens, qui s’approchaient du coeur du secteur Terran déjà dévasté par les guerres.


Les factions terrans

Toutes les factions militaires Terrans utilisent de l’armement produit dans les colonies du secteur de Koprulu. La plupart modifient alors cet armement en fonction de leurs préférences et des missions qui leur sont habituellement assignées. Bien que les chars, vaisseaux ou machines de guerre Terrans aient été développés et fabriqués par des compagnies privées, leurs plans et caractéristiques techniques sont aujourd’hui entre les mains des chercheurs de toutes les factions.


La confédération Terran

La Confédération Terran regroupe une douzaine de planètes dans le secteur de Koprulu. Les mondes principaux de la Confédération sont Tarsonis, Tyrador IX, Brontes, Chau Sara et Dylar IV. Les Escadrilles qui protègent ces mondes sont composées de conscrits et d’anciens criminels provenant de tout le secteur. Nombre d’entre eux ont subi le rigoureux processus de Resocialisation Neurale, qui permet de reprogrammer même les criminels les plus endurcis et de les convertir en courageux et loyaux défenseurs de la Confédération.


Escadrille Omega "Légion de la tête de mort"

  • Commandant : Général Gregory Reikson
  • Désignation : Assaut Lourd
  • Base d’Opérations : Dylar IV
  • Couleur : Noir
La Légion de la Tête de Mort est réputée dans toute la confédération pour sa sauvagerie. Il n’y est fait appel qu’en dernier recours, car il est difficile de la contrôler. La légion se compose essentiellement d’anciens criminels resocialisés et prêts à donner leur vie pour la société qui les a sauvés de l’errance.


Escadrille Nova

  • Commandant : Colonel Jackson Hauler
  • Désignation : Services Spéciaux / Espionnage
  • Base d’Opérations : Mobile
  • Couleur : Rouge
On sait peu de choses de cette énigmatique Escadrille. Elle a pour rôle de surveiller les autres escadrilles des forces armées confédérées et de récupérer des informations sur les nombreuses milices pirates. Elle est souvent impliquée dans des conspirations de toute sorte. Peu appréciée des autres escadrilles, la Nova ne reste jamais longtemps au même endroit. L’essentiel de sa tâche consiste cependant à réduire autant que possible la corruption au sein du gouvernement.


Escadrille Alpha "Les aigles de sang"

  • Commandant : Général Edmund Duke
  • Désignation : Assaut Tactique
  • Base d’Opérations : Chau Sara
  • Couleur : Orange
L’Escadrille Alpha s’enorgueillit d’être “le premier groupe à entrer et le premier groupe à sortir” d’une zone de combat. Sa réputation est construite sur sa capacité à lancer des raids éclairs sur les camps ennemis. Les pertes de l’escadrille Alpha font partie des plus faibles de toutes les forces armées confédérées, principalement grâce à un entraînement très poussé. De toutes les escadrilles, c’est sans doute la plus efficace.


Les Milices pirates

Les Milices Pirates qui opèrent hors de la zone de contrôle Confédérée ravagent les mondes extérieurs et les colonies frontières. La plupart des groupes Pirates sont en fait des armées puissantes et autonomes qui exploitent elles-mêmes les ressources des mondes du secteur. Les Pirates n’ont aucun respect pour les colonies qu’ils ravagent ou les mondes dont ils volent les ressources. Ils se combattent sans cesse les uns les autres, et s’en prennent également aux forces Confédérées.


Les fils de Korhal

  • Commandant : Arcturus Mengsk
  • Désignation : Coalition Terroriste Rebelle
  • Base d’Opérations : Mobile
  • Couleur : Bleu
Un des mondes fondateurs de la Confédération, Korhal, était un foyer d’activisme anti-confédéré. Lorsque des troubles commencèrent à menacer la sécurité des forces Confédérées sur Korhal, la Confédération décida de faire un exemple. Un assaut nucléaire massif décima Korhal, et aucun des autres mondes n’osa plus s’en prendre au gouvernement. Arcturus Mengsk, ancien Prospecteur Confédéré, fonda alors les Fils de Korhal pour mettre un terme aux institutions Confédérées et établir un nouveau système de gouvernement dont tous les Terrans bénéficieraient. Les méthodes et les tactiques de Mengsk sont imprévisibles. Considéré par certains comme un visionnaire et un patriote, Mengsk reste un terroriste pour la Confédération.


Le protectorat Umojan

  • Commandant : Ministre Jorgensen
  • Désignation : Protectorat Neutre
  • Base d’Opérations : Umoja
  • Couleur : Aigue Marine
Le peuple d’Umoja a décidé de rester séparé et autonome de la Confédération. Les Umojans se considèrent “éclairés” face aux colonies qui ont accepté le joug fasciste de la Confédération. Ilsdisposent d’une puissante force militaire, le Protectorat, qui empêche les autres factions de venir s’immiscer dans les affaires d’Umoja. Le Protectorat essaie de négocier une trêve avec les Protoss, espérant que ces derniers pourront lui enseigner les mystères de la vie, de l’univers…


Le combinat Kel-Morian

  • Commandant : Gen Mah Sakai
  • Désignation : Coalition Minière / Groupe Pirate Renégat
  • Base d’Opérations : Moria
  • Couleur : Vert
Le Combinat Kel-Morian regroupe deux puissantes organisations : la Guilde Kelanis et la Coalition Minière de Moria. Ces deux groupes opposés à la Confédération se sont réunis pour optimiser la récolte de ressources dans le secteur. Il s’agit de la plus importante faction qui ne dépende pas directement de la Confédération et qui opère dans l’espace Terran. Doté d’une armée plus que conséquente, le Combinat se charge d’assurer la protection de ses chantiers. Selon certaines rumeurs, le Combinat fournirait des armes et du carburant aux Confédérés. Le Combinat est si puissant que les Forces Confédérées ont reçu l’ordre de ne pas le poursuivre quelle qu’en soit la raison.


Nos partenaires : Materiel.net
Nombre de visites depuis la création du site StarCraft II - JudgeHype : 13.671.604.
© Copyright 1998-2014 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.