BlizzCon 2009 : Impressions de Lona sur StarCraft 2

Session de jeu par Lona

Après notre test court (mais intense!) de l'extension de World of Warcraft, j'en profite pour faire un petit détour par Starcraft II, jeu que j'avais pu tester à la WWI l'année dernière et sur lequel je n'avais pas pu passer énormément de temps. Malheureusement là aussi, les minutes m'ont été comptées puisque je n'ai pu tester Starcraft II qu'à la toute fin de la BlizzCon, mais dîtes-vous que c'était au profit d'avoir des news presque en temps réel de la convention! ;-)


Alors disons le clairement et immédiatement: devant le long et détaillé rapport de jeu de JudgeHype lors du Press Tour de Juillet 2009, cet article paraîtra bien fade et concis, mais c'est quelque chose à laquelle on pouvait s'attendre puisque j'ai eu accès exactement à la même version du jeu tout en ayant probablement de cinq à dix fois moins de temps pour la tester. Je me contenterai donc de vous détailler mes premières impressions de la campagne solo, sur laquelle j'avais d'ailleurs vraiment envie de mettre la main puisque Blizzard promettait une expérience originale sur ce système, et connaissant la société, ça ne pouvait être que révolutionnaire... ou pas?

Je lance donc la campagne solo des Terrans pour me retrouver, après une courte cinématique, directement dans l'Hyperion, en compagnie de Jim Raynor et de ses fidèles compagnons. Je remarque immédiatement une qualité d'affichage digne d'un jeu de notre ère, ce qui fait plaisir après les graphismes de Starcraft qui commencent à se démoder sérieusement! Je vois que quelques éléments sont cliquables, mais je fais une petite parenthèse avant de vous en parler afin de revenir à la cinématique d'introduction de la campagne.

En fait, cette cinématique n'est pas vraiment celle d'introduction. Elle semble intervenir après la troisième mission du jeu, Zero Hour, comme l'explique très bien JudgeHype dans son précédent rapport de jeu. Et là, je dois dire que j'ai réellement été bluffé. Déjà, on voit que la vidéo est calculée en temps réelle, et pourtant aucun ralentissement, aucun chargement ne vient entacher la qualité de visionnage et je ne peux que féliciter Blizzard pour cette fonctionnalité puisque cela sous-entend qu'elle sera utilisable par les créateurs de cartes et aussi disponible en jeu. La vidéo montre une journaliste (toujours en calcul temps réel!) qui commente un reportage sur une invasion Zerg dans une colonie Terran. On se croirait à la télévision, et je remarque peu à peu que je me prends littéralement au jeu: j'ai l'impression que cette galaxie est vivante et bien réelle, et je sens déjà mon envie de participer à ce grand foutoir intergalactique ^^

Retourné dans l'Hyperion, je clique sur les éléments qui s'affichent parfois en surbrillance pour accéder à l'armurerie ou au pont de commandement. Je discute également avec Tychus et le commandant, histoire d'entendre leur voix de gros bourrins... en Anglais bien sûr ^^ Je remarque également un bouton qui donne accès à une sorte de dictionnaire... que dis-je! Une véritable encyclopédie sur les différentes unités du jeu (au moins), détaillant leurs fonctionnalités ainsi que leurs caractéristiques. Ça, c'est tout nouveau, et ça va permettre aux joueurs les plus passionnés et calculateurs de faire des stratégies extrêmement détaillées sur certaines phases du jeu, puisqu'ils auront accès à toutes les statistiques des unités!

Le temps restant s'épuisant à vue d'oeil, je décide de lancer la première mission, qui s'avère être véritablement la quatrième mission, et qui bénéficie d'une très jolie introduction façon plan de bataille avec l'intervention des personnages de la carte dont une charmante demoiselle qui s'avérera être le Dr Ariel Hanson, qu'il va falloir aider à évacuer des civils au travers d'une ville (tous les détails dans le rapport de JudgeHype -- très pratique ce rapport dîtes donc ^^). Différents effets montrent les points les plus importants de la carte, affichent des informations complémentaires, ... Bref, tout contribue à ce que l'on y croit, et comme d'habitude c'est un délice à regarder. On a presque envie d'aller s'acheter une tenue de Marine et, le cigare aux lèvres et la sulfateuse dans la main, revenir massacrer du Zergling à la pelle.

Mais je décide de rester accroché à ma station de jeu (avec peine ^^) et après avoir avancé quelque peu dans cette première mission, je remarque que les objectifs me sont très clairement affichés. Ceux qui sont actifs sont toujours visibles, et lorsqu'un nouvel objectif vient se rajouter aux autres, les précédents sont décalés afin de laisser un peu de place au nouvel arrivant. La compréhension de ce qu'il faut faire est immédiate; on sent que les développeurs se sont efforcés de simplifier au maximum les objectifs afin qu'ils aillent droit au but, qu'ils soient courts, et qu'ils soient efficaces.

Je ne vais en faire qu'un paragraphe, mais je pourrais parler des nouvelles musiques de Starcraft II pendant longtemps. Globalement, le style est le même que le précédent opus, mais on entend que la technologie est passée par là et que le(s) compositeur(s) ont profité intelligemment des possibilités des nouveaux synthétiseurs et autres instruments digitaux en tout genre. Clairement, on n'est pas dépaysé, mais il y a un réel plaisir à entendre de nouveaux thèmes sur les créatures si connues de Starcraft, et on attend toujours d'être surpris au détour d'une mélodie par une variation bien trouvée, enfonçant toujours un peu plus le joueur dans l'unique univers spatial de Blizzard.

Je terminerai par la qualité graphique du jeu, bien que je sois conscient que mon rapport soit un peu court. Mais ce méchant de JudgeHype a été tellement prolifique dans son article qu'il ne m'a quasiment rien laissé à dire de neuf sur le mien. A notre prochaine rencontre, je ferai exprès d'oublier de lui filer des infos comme ça c'est moi qui aurait l'article le plus long, na ^^

Concernant le moteur graphique, on est devant un jeu extrêmement fluide, qui permet des zooms gargantuesques sans aucune difficulté et la mise en place d'une interface très riche et parfaitement animée. Vous verrez de nombreuses vidéos s'afficher sur les côtés de l'écran, montrant des protagonistes qui interviennent aux moments clés des missions. Ces vidéos s'intègrent harmonieusement avec le décor, et donnent cette impression d'être devant une énorme console surpuissante qui permet de tout faire. Absolument tout.

Starcraft II est effectivement jouissif. Mais on reste sur notre faim, encore, car on ne peut qu'imaginer l'étendue des possibilités du jeu après y avoir joué aussi peu. Les quelques premières missions accessibles ne donnaient, à elles seules, qu'un aperçu minuscule de ce qu'il sera possible de faire et de voir dans le jeu. Pourtant, les éléments en place forment déjà à eux seuls une base très solide qui permet dors et déjà de proposer des challenges excellents, en plus d'être aussi variés qu'on puisse l'espérer. Alors que dans un premier temps on pourrait croire que Starcraft II n'est qu'une évolution graphique de Starcraft, on réalise qu'on s'était fourré le doigt dans l'oeil jusqu'à l'omoplate: Blizzard a, en fait, "tout simplement" revu entièrement son système de campagnes, a complètement ouvert ses possibilités de création de cartes, et s'est concentré sur l'immersion du joueur dans cet univers si particulier... qui est d'ailleurs un des seuls à proposer trois types de gameplay totalement différents et pourtant si bien équilibrés. Je tremble d'impatience de voir le déroulement des missions suivantes (10? 11? ou plus?) car lorsqu'on jette un oeil à ce qu'il est possible de réaliser pour ces missions d'introduction, on a vraiment du mal à attendre la folie des batailles épiques contre les Zergs ou les Protoss... ou d'autres Terrans? ;-)

Aucun commentaire - [Poster un commentaire]


Il n'y a pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette page !

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site StarCraft II : 20.398.409 visites.
© Copyright 1998-2022 JudgeHype SPRL. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur. Politique de confidentialité.