Logo JudgeHype
World of WarcraftDiablo 3Diablo ImmortalHearthstoneOverwatchHeroes of the StormStarCraft 2
Destiny 2Warcraft IIIDiablo 2StarCraft RemasteredDiabloWarcraft IWarcraft IIFilm
Découvrez les avantages de JudgeHype Premium
Tous les sites du réseau
723 visiteurs en ligne

Fanfiction StarCraft II

Retour à la liste des Fanfiction

Poltergirls Tome 3 : L’ascension des Ténèbres

Par Mathio#728
Les autres histoires de l'auteur

Chapitre 1 : L’arrivée des Bras Droits

Chapitre 2 : Se préparer à la guerre de l’Armageddon (Partie 1)

Chapitre 3 : Se préparer à la guerre de l’Armageddon (Partie 2)

Chapitre 4 : Un disciple pour les Poltergirls.

Chapitre 5 : Premiers jours à l’académie.

Chapitre 6 : Retour sur Shakuras… ou pas

Chapitre 7 : Projet Soldats des Lames.

Chapitre 8 : Entrainement infernal

Chapitre 9 : Trafic de Terrazine

Chapitre 10 : Hybride dealer

Chapitre 11 : Le triste destin des Terrans manipulés.

Chapitre 12 : Première mission (Partie 1)

Chapitre 13 : Première mission (Partie 2)

Chapitre 14 : Danger sur les Bras Droits… ou non !

Chapitre 15 : Atrias

Chapitre 16 : Fuir Atrias

Chapitre 17 : La guerre ultime commence.

Chapitre 18 : Une invasion qui tourne au cauchemar.

Chapitre 19 : La Lance d’Adun.

Chapitre 20 : La fin de Shakuras

Chapitre 21 : Attaque de Korhal.

Chapitre 22 : Contre-attaque.

Chapitre 23 : À la rencontre du démon de l’Espoir.

Chapitre 24 : Rumeurs

Chapitre 25 : Le plan de la Boîte de Pandore (Partie 1)

Chapitre 26 : Le plan de la Boîte de Pandore (Partie 2)

Chapitre 27 : Trône Divin en marche

Chapitre 28 : La bataille du Port du Mort.

Chapitre 29 : Embuscade sur les Poltergirls

Chapitre 30 : Le culte du secret

Chapitre 31 : Alarak

Chapitre 32 : Le piège d’Amon (Partie 1)

Chapitre 33 : Le piège d’Amon (Partie 2)

Chapitre 34 : Reconstruire l’Essaim

Chapitre 35 : Armada Dorée

Chapitre 36 : Aurore contre Sélendis

Chapitre 37 : Confrontation divine par intermédiaires.

Chapitre 38 : Les Purificateurs.

Chapitre 39 : Fouilles archéologiques sur Ulnar

Chapitre 40 : Slayn

Chapitre 41 : Rak’Shir

Chapitre 42 : La révolte des Tal’darims

Chapitre 43 : La véritable puissance d’Omicron

Chapitre 44 : Abordage dans la Lance d’Adun

Chapitre 45 : Retour sur Aïur.

Chapitre 46 : Ce n’est pas terminé.

Chapitre 47 : Narud, deuxième retour.

Chapitre 48 : Les adieux d’une déesse

Chapitre 49 : L’Alliance Démoniaque dans la bataille finale (Partie 1)

Chapitre 50 : L’Alliance Démoniaque dans la bataille finale (Partie 2)

Chapitre 51 : L’Alliance Démoniaque dans la bataille finale (Partie 3)

Chapitre 52 : Quitter le royaume du Vide

Chapitre 53 : Consoler Sylvestre.

Chapitre 54 : Fête sur Korhal

Épilogue

Chapitre Bonus : Réactions de l’auteur sur Starcraft 2

Korhal, la planète-capitale du Dominion Terran. Bien que la guerre contre l’Essaim soit terminée depuis un mois, les gens n’étaient pas apaisés. Et on les comprenait car l’Alliance Démoniaque avait révélé l’existence d’une menace plus terrifiante que les Zergs : les hybrides !! Ces monstres contre-nature avaient été créés dans un seul but : détruire l’Univers. À leur tête, Amon le Xel’Naga déchu. Ses motivations demeuraient encore un mystère mais il semblerait qu’il souhaitait recréer à l’univers à son image. Toutefois, il existait un espoir en la personne de Sarah Kerrigan, la reine des lames et leader de l’Essaim Zerg. Difficile à croire pareille histoire.

Leur nouvel empereur, Valérian Mengsk, avait estimé que le danger était trop réel pour l’ignorer. Ses premières mesures furent d’engager le rebelle James Raynor et ses hommes dans l’armée du Dominion et demander de l’aide à la puissante Alliance Démoniaque. Depuis le début du conflit, l’organisation des Ténèbres s’était posée en ennemi du Dominion mais maintenant que le tyran Arcturus Mengsk était mort, l’Alliance n’avait plus de raison de s’attaquer au Dominion.

L’Essaim avait quitté les planètes qu’il avait conquises pour aller retrouver Amon et le tuer. Une idée stupide quand on ignorait où se cachait le bonhomme. Pour l’Alliance, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter pour l’Essaim. Côté Terran, on se disait « Bon débarras ». L’Essaim avait causé des millions de morts et on espérait que ces monstres périssent par les armées d’Amon. En attendant, les réfugiés étaient revenus sur leurs planètes d’origine. L’empereur Valérian avait pris le soin de prévenir les réfugiés d’attendre avant de recoloniser les mondes détruits par les Zergs. Avec la guerre contre Amon, les planètes de la périphérique avaient de fortes chances d’être les premières à subir les attaques furieuses du Déchu.

Les changements militaires n’étaient que le début d’une nouvelle ère. Valérian mit aussi en place des lois contre les abus et la corruption. Son père, le précédent empereur, était un grand homme mais il faisait aussi de mauvais choix. L’exemple le plus parlant était sa tendance  à favoriser ses plus proches amis des Fils de Korhal en leur donnant d’importants postes administratifs. La loyauté était une qualité qu’approuvait Valérian mais les personnes en question n’étaient pas vraiment qualifiées pour ce genre de tâches. D’autres mesures étaient instaurées pour assurer la protection des habitants et de leurs libertés individuelles. Choses que son père aurait choisi de contrôler pour ses intérêts personnels. L’ensemble de la population approuva joyeusement les nouvelles lois.

Au spatioport, Kate attendait. Les Bras Droits de la Boîte de Pandore allaient bientôt arriver. La Boîte de Pandore, l’organisme dirigeant l’Alliance, était partie dans leurs territoires pour assurer leur gestion. À leur retour, ils reviendraient avec une autre armée aussi importante que la première actuellement stationnée dans l’espace du Dominion. Il était dit que les Bras Droits étaient les numéros deux de l’organisation et possédaient une partie de la puissance de la Boîte de Pandore. Kate se demandait jusqu’où s’élevait la puissance de ces démons. Finalement, un grand portail des Ténèbres s’ouvrit  et onze personnes en sortirent. D’après les renseignements qu’on lui avait donnés, il y avait deux Bras Droits pour un membre de la Boîte de Pandore.

Le Néant, Bras Droit de l’Espoir, portait du masque noir qui recouvrait toute sa tête. Au milieu, un rond opaque semblait indiquer une vitre permettant au porteur du masque de voir sans être démasqué. Côté vestimentaire, il était vêtu d’une combinaison noire avec des parties d’armure sur le corps assortie d’une cape de même couleur.

Kallen Kozuki, Bras Droit de la Passion, faisait garçon manqué avec ses courts cheveux rouge violets. Ses yeux bleus lumineux reflétaient un ardent esprit combatif. Pourtant, elle exultait une aura qui attirait le regard des hommes.

Au poste du Bras Droit de la Folie, César Clown. Ce dernier portait un grand manteau rose avec le mot "GAZ" imprimé en mauve dessus, sur chaque côté. Sous son manteau, il portait une paire de salopettes rayées jaunes en diagonale qui traversaient des rayures oranges qui étaient séparées par une petite bande violette. Ses cheveux étaient longs, noirs et hérissés. L’intimidant personnage avait des yeux verts et deux cornes sur sa tête, un petit nez plat et de longs sourcils fins et ses bras l’étaient également en comparaison avec le reste de son corps. Enfin, des gants violets foncés avec ses initiales "CC" écrits dessus recouvraient ses mains.

Law Trafalgar de la Maladie était un homme de taille moyenne vêtu d’un large manteau noir. Sous son chapeau nordique blanc, se cachaient de courts cheveux noirs. Sur son épaule, était posé un nodachi dans son fourreau qu’il tenait à la main. Se grattant la barbichette avec ses mains taguées DEATH, Law regardait d’un air fourbe.

La présence d’une petite fille aux cheveux bleus et à la peau sombre avec des stigmates en forme de croix intrigua Kate. Elle aurait pensé que l’enfant avait dans la quinzaine d’années au vu de son apparence. Mais en apprenant que cette fille était le Bras Droit de la Tromperie, la journaliste se demanda si c’était la vraie apparence de Road. Derrière ces airs de petite fille adorable, devait se cacher un côté sadique.

Au titre de Bras Droit du Vice, Takatoh Youichi, un homme âgé de la vingtaine. Son allure élégante lui donnait un air innocent. Mais on était dans une organisation des Ténèbres et l’innocence n’avait pas sa place dans ces lieux. Cet homme avait sûrement des morts et des crimes sur la conscience. Surtout quand on portait le titre de Bras Droit du Vice. Même le surnom était flippant : le Marionnettiste de l’Enfer. Remarquant qu’on le regardait, Takatoh fit apparaitre une rose dans sa main tel un magicien. En réponse à cela, Kate rougit devant cette marque d’attention mais Kallen la détruisit.

Starjun était un homme à la peau pâle de hauteur légèrement plus grand que la moyenne, avec de longs cheveux noirs. Il avait un visage relativement normal, avec un front plissé et de beaux traits. Il avait également une grande cicatrice ou une trace brûlure sur le côté gauche de son visage et le cou. Au centre de son front, on pouvait remarquer une tâche de naissance. Un homme d’un tel charisme charma Kate.

Le Père Phraxas, Bras Droit de la Misère ressemblait à un homme âgé de la trentaine vêtu comme un prêtre de base condition. Au lieu d’attributs religieux dédiés à Dieu, ils étaient voués aux forces obscures. Son visage illustrait la pitié et la compassion.

Nosferatu était un vampire vêtu d’un élégant costume noir. Il occupait le titre de Bras Droit de la Vieillesse. Malgré son statut de mort-vivant suceur de sang, il semblait imperméable aux effets du soleil.

Koko Hekmatyar, Bras de la Guerre, était une magnifique femme aux longs cheveux blancs et de très beaux yeux bleus. Elle portait un bel ensemble d’affaires et affichait un charmant sourire qui la rendait adorable. Mais Kate avait été prévenue de l’excentricité de cette femme qui pouvait partir en plein délire. À côté d’elle, son frère Kasper. Possédant les mêmes caractéristiques physiques que sa sœur, Kasper pouvait passer pour son jumeau. À leurs côtés, se tenaient leurs corps du corps. Presque tous étaient des militaires d’élite à ne pas sous-estimer au combat.

Au même moment, l’empereur Valérian arriva escorté de marines et d’androïdes de combat. Ces derniers étaient la lance de guerre de l’Alliance Démoniaque. Ces soldats mécaniques étaient animés par des âmes damnées à qui on avait offert la possibilité de revenir parmi les vivants en échange de leur loyauté. Kate n’appréciait guère cette façon de faire mais son opinion tomberait dans les oreilles des sourds. Avec les circonstances actuelles, ce genre de détail était secondaire.

-Mes amis, accueillit le nouvel empereur. Votre venue est une bénédiction pour le Dominion et l’Univers.

-Nous le savons, répondit le Néant. L’Alliance Démoniaque fera tout ce qui est en son pouvoir pour arrêter cette folie et sauver le maximum de vies.

Aux studios de l’UNN, la marionnette Donny Vermisseau siégeait sur le plateau de la chaine d’information. Après l’arrivée des Bras Droits de l’Alliance, il présenta les nombreuses réformes du Dominion et sa nouvelle politique : se préparer cette guerre. Toutefois, on avait du temps avant qu’Amon frappe. Un an selon les estimations du Général Mathio. Néanmoins, les serviteurs d’Amon n’allaient pas rester inactifs. Il fallait s’attendre à ce qu’ils se préparaient de leur côté pour le conflit qui promettait d’être plus violent.

À l’académie fantôme, les agents spéciaux du Dominion s’entrainaient durement. Leur rôle avait été vanté comme capital à la sureté du Dominion. Le moment était venu de le prouver. Comme instructeurs, les fantômes avaient les Poltergirls. C’était une escouade de quatre fantômes d’élite qui s’étaient ralliées à l’Alliance. Bon nombre d’informations était tenu secrète par l’Alliance. Le peu qu’on savait était qu’elles se connaissaient depuis un ancien projet militaire et qu’elles étaient amies avec Sarah Kerrigan. Ce lien les fit élever au rang de princesses de l’Essaim avec en prime la capacité de contrôler les Zergs. Du côté des Ténèbres, elles occupaient le grade de capitaines et avaient reçu un pouvoir rarissime au sein de l’Alliance : celui de fusionner entre elles. Leur fusion prenait le nom d’Aurore, un fantôme dont l’IP serait à onze. Grâce à Xezbeth, le démon de la Tromperie, elles avaient maîtrisé leurs pouvoirs en un temps record et eurent le titre de disciples de la Tromperie.

Sylvie Kappa était un garçon manqué aux cheveux roux. Sa spécialité était le combat au corps-à-corps. Son côté imprévisible et sa force faisaient d’elle un adversaire à ne pas sous-estimer. L’énergie psionique qu’elle maniait était destructrice.  

Carla Alpha était la beauté du groupe avec ses beaux cheveux noirs. Experte au maniement des armes à feu, Carla possédait un score de plus de 99% de réussite. Ses puissants pouvoirs étaient liés à la téléportation, ce qui constituait un atout non négligeable pour fuir ou pour combattre. Véritable cerveau de l’équipe, elle était capable d’improviser un plan pour tirer son équipe de tout mauvais pas.

Iris Oméga, la blonde de l’équipe, était une fan de mode. Aujourd’hui, ses pulsions de fashion victim s’étaient apaisées. Néanmoins, sa maîtrise quasi parfaite de ses pouvoirs psychiques n’était pas prendre à la légère. Les vents qu’elle maniait étaient d’une polyvalence à toute épreuve.

Jennifer Sigma est une technopathe qualifiée. Ses vastes connaissances en informatique et en mécanique apportent un soutien à ses pouvoirs de contrôle des machines. Cette charmante brune est également une redoutable pirate informatique qui pourrait bien cracker les ordinateurs les mieux protégés du Dominion.

Pour les entrainements, l’Alliance s’était montré coopérative en livrant toutes les informations collectées. Ainsi, le Dominion serait en parfaite mesure de se préparer face à la menace des hybrides. Dans les laboratoires, les meilleurs scientifiques du Dominion travaillaient en coopération avec les plus grands savants de la Coalition pour le développement de nouvelles armes. Les usines, rapidement reconstruites par l’organisation des Ténèbres de soutien Remodel, tournaient à plein régime. Même l’Héphaïstos, le supercuirassé de l’Alliance, produisait non-stop des dizaines de véhicules de combat et de vaisseaux. Dans les camps militaires, les soldats suivaient un entrainement rigoureux sous la directive de l’Alliance Démoniaque.

À l’académie fantôme, les Poltergirls devaient mener un combat contre les récalcitrants. Un certain nombre de fantômes refusait d’obéir aux ordres. À croire que certains restaient fidèles à l’ancien empereur. Mais la pire était Nova. Dans tout le programme Fantôme, elle avait un IP10, soit le meilleur niveau pour un Terran. Peu de personnes pouvaient tenir tête à ce « bloc de glace » comme beaucoup la surnommaient en raison de son caractère froid et glacial. Seulement, la réalité était tout autre. Nova était une personne bien différente avant qu’elle se fasse laver le cerveau pour en faire un soldat dévoué et dénué de scrupules. Dans son cas, c’était personnel car les Poltergirls l’avaient humiliée plusieurs fois. La jeune fantôme avait beau s’entrainer mais elle ne parvint jamais à battre les Poltergirls. Cette frustration s’était alors changée en haine. Nova se fichait de savoir qui dirigeait le Dominion mais elle refusait d’avoir comme instructeurs les Poltergirls et les conflits entre elles étaient courants. Pour ne pas dire quotidien.

-Tu vas suivre l’entrainement comme les autres, cria Silvie qui était toujours celle qui craquait la première.

-Et jouer les petits moutons, répondit Nova. Non merci.

-Et c’est reparti, soupira un fantôme.

-C’est toujours comme ça, demanda un autre fantôme.

-T’es nouveau, interrogea le premier.

-Oui.

-Alors, attends-toi à entendre ça fréquemment.

Les autres Poltergirls étaient ennuyées par l’attitude de Nova. Cette dernière avait beau être la meilleure fantôme, elle ne valait rien face à l’esprit d’équipe incroyable des quatre fantômes. C’était devenu si fréquent que le personnel avait abandonné toute envie d’intervenir.

-Il est primordial que tu suives l’entrainement anti-hybride, continua Silvie avec une rage contrôlée. Personne dans cette académie n’a fait face à ces monstres.

-C’est juste la fusion entre deux races, répondit Nova. Il suffit d’exploiter les faiblesses des deux races qui les composent.

-L’alchimie entre les deux races rend les hybrides plus dangereux et leur donne des capacités nouvelles, répliqua Silvie. C’est la mort assurée à celui qui ne prendra pas garde à ça.

-Nova, intervint Iris. Il vaudrait mieux que tu cesses de faire l’enfant et que tu contribues à l’effort de guerre contre Amon et ses armées. C’est déjà un miracle que tu sois encore en vie.

Effectivement, l’Alliance se méfiait de Nova comme de la peste. Cette froideur rendait Nova peu amicale et peu enclin à entamer une bonne relation avec elle. Seul l’empereur avait plaidé en sa faveur en justifiant que sa puissance jouerait un rôle capital dans la guerre. La Boîte de Pandore céda mais jura qu’à la première trahison, elle s’assurerait que Nova soit hors d’état de nuire. Définitivement, avaient-ils dit.

-Vous pouvez parler, les cabots des Ténèbres, se moqua Nova. Vous n’avez pas été capables de sauver Raynor.

Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Non, le vase avait littéralement explosé. D’une simple pensée, les Poltergirls firent déployer une dizaine de zerglings. Ces Zergs quadrupèdes bondirent sur Nova qui bougea dans tous les sens pour se libérer de cette masse qui l’avait plaquée au sol.

-Pour info, dit Carla. Nous étions prêtes à descendre mais nos supérieurs nous avaient données des ordres. Pas d’intervention. Ce n’est pas la chance qui vous a permis de capturer Raynor mais le bon vouloir du Général Mathio qui en a décidé ainsi.

La révélation tétanisa l’assistance. Beaucoup avaient entendu parler des pouvoirs de prédiction du démon de l’Espoir mais jamais ils n’auraient cru que ces pouvoirs étaient authentiques et aussi puissants. Ce qui les surprit autant était la présence des Zergs et la facilité dont les Poltergirls eurent à les contrôler. Encore une fois, elles démontraient qu’elles n’étaient pas n’importe qui. Des soldats qui avaient livré bien des combats comparés à d’autres qui étaient restés en retrait.

Des androïdes de combat arrivèrent. Ils n’eurent aucune réaction de surprise en voyant Nova à terre totalement écrasée par les Zergs.

-Encore l’indisciplinée, soupira un soldat de l’Alliance. Ça commence à bien faire. Je vais devoir informer l’empereur de votre attitude déplorable. Et je doute qu’il voudra continuer à vous défendre. Soyez certaine que beaucoup se feraient une joie de vous exécuter.

Les Poltergirls en premier. Les zerglings reculèrent pour laisser passer les androïdes qui saisirent Nova. Aux grands maux les grands remèdes. Un androïde de combat ouvrit sa main pour révéler une petite araignée noire assez mignonne. Son nom était Mimi et elle avait une affection débordante pour Nova. En fait, c’était un parasite des Ténèbres. Sa principale capacité était de prendre possession des gens. Depuis qu’elle avait possédé Nova, elle s’était attachée à elle au désarroi de la concernée.

-Pas elle, paniqua Nova en voyant Mimi.

-Nova-chan, ne sois pas effrayée, rassura Mimi. J’ai appris à rendre mes morsures indolores.

-Non !!!!

Trop tard, Mimi avait bondi sur Nova et lui planta ses crocs dans la nuque. Possédée, le corps de Nova se mit à bouger tel un somnambule et partit pour l’entrainement. Le public fut terrorisé. L’Alliance Démoniaque disposait de moyens redoutables pour écraser tous ses ennemis. Seulement, la menace des hybrides était d’un tout nouveau genre, même pour les Ténèbres.

Les entrainements auxquels les armées du Dominion étaient soumises étaient principalement basés sur les hybrides. Cela commençait par la présentation des monstres en question. Ensuite, on les fit combattre des versions holographiques de ces abominations assez réalistes. D’abord, seules. Ensuite, avec plusieurs alliés qu’on pouvait rencontrer.

Bien sûr, ces entrainements seraient loin d’être suffisants face à la barbarie que feront preuve les armées d’Amon. Toutefois, on avait un répit pour se préparer et il fallait l’exploiter à son maximum.

Au palais impérial, l’empereur Valérian se rendait à la salle de réunion. Les Bras Droits et ses ministres l’attendaient. L’ambiance était lourde et sérieuse. Difficile de faire le pitre quand une guerre des plus violentes allait éclater.

-Mesdames, messieurs, dit Valérian, la séance est ouverte.

Tous prirent place autour de la table. L’empereur commença par le compte-rendu de l’armée. Son ministre de la guerre et de l’armement lui répondit :

-Notre arsenal a rapidement été renouvelé. Tout cela grâce à l’Héphaïstos. Son rendement double est incroyable. Avec les ressources pour un véhicule de combat, l’Héphaïstos en produit deux. Quant à notre armée, elle suit parfaitement bien les formations apportées par l’Alliance.

-Excellent, dit l’empereur. Qu’est-il de la population ?

-La situation se stabilise, expliqua le premier ministre, mais les gens sont toujours inquiets au sujet de cette guerre. Vous croyez sérieusement à cette histoire d’hybrides ?

-Mon cher ami, répondit Valérian, si l’Alliance a gardé le silence, c’était à cause de mon père, un homme influent qui aurait déformé les révélations. Par ailleurs, il contribuait malgré lui à l’effort de guerre d’Amon.

Tous se turent. En l’absence d’une opposition assez forte, la vérité présentée par l’organisation des Ténèbres était la seule explication sur ces horreurs. Par ailleurs, l’Alliance avait apporté une importante contribution quant à la reconstruction du Dominion. Sentant les tensions, le nouvel empereur intervint.

-Messieurs, nous ne sommes pas là pour nous battre. Nous devons nous préparer à ce conflit de grande ampleur. Ce que nous allons affronter est d’un autre genre. Si l’Alliance Démoniaque voulait nous détruire, ils l’auraient fait depuis longtemps.

-Soit, répondit le ministre des finances. Grâce à l’Héphaïstos, notre budget militaire a été réduit de moitié. Avec cet argent, nous pouvons contribuer aux réparations des planètes.

-L’organisation des Ténèbres de soutien Remodel se charge de tout ça, dit le Père Phraxas. Notre principal souci est d’assurer la sécurité des habitants durant le conflit.

-En effet, confirma le Néant, mes prédictions ont annoncé une violence qui ferait passer les Zergs pour de charmants moutons.

-Alors, que pouvons-nous faire, demanda le ministre des finances.

-Aider la population, répondit Valérian. Nos scientifiques vont travailler en coopération avec ceux de la Coalition Obscurienne. Leur premier travail est la conception de stations orbitales. Nous pourrons accueillir tous les réfugiés de la périphérie du Dominion.

L’idée était acceptable. Le précédent empereur avait refusé de venir en aide des réfugiés et il ne valait mieux pas reproduire ses erreurs. Le soutien de l’Héphaïstos ne sera pas de trop pour la construction des stations. On passa aux nouvelles armes telles le croiseur, une unité anti-terrestre et le cyclone, un véhicule capable tirer en mouvement. Le Dominion prévoyait de construire une plateforme de défense orbitale au-dessus de Korhal. De leur côté, l’Alliance Démoniaque s’attelait à la construction d’un système de défense plus large appelé le Trône Divin. Le lieu et l’avancement du projet demeuraient un secret.

-Toujours selon mes prédictions, annonça le Néant, nous allons nous confronter au Vide. Ce pouvoir est dangereux même pour nous.

-N’êtes-vous pas les Ténèbres, demanda le ministre de la justice. L’une des plus puissantes forces de l’Univers ?

-C’est le cas, répondit César Crown. Seulement, le Vide est un élément supérieur aux Ténèbres et à la Lumière.

Prenant un tableau, l’homme gazeux présenta quatre éléments répartis aux quatre points cardinaux. En haut, la Lumièbre. Au milieu, les Ténèbres et la Lumière. Enfin, en bas, le Vide.

-A puissance égale, expliqua César Crown, le Vide l’emporte sur les Ténèbres et la Lumière. Toutefois, c’est la théorie. En pratique, les choses sont évidemment différentes puisque d’autres facteurs entrent. Le plus important d’entre eux et la puissance. Une attaque de Ténèbres d’une très grande puissance pourrait en venir à bout du Vide mais cela demanderait une quantité d’énergie colossale. On estime le rapport de force à deux. C’est donc pour cela que nous devrons faire appel à la Technologie Interdite.  

-Qu’est-ce que cette technologie interdite, demanda le ministre de la santé.

-C’est la technologie qui permettait d’utiliser la Lumièbre, expliqua le Bras Droit de la Folie. Il s’agit de la fusion entre les Ténèbres et la Lumière. La puissance qui résulte de cette fusion est immense. Pour vous donner un ordre d’idée, une boule de Lumièbre d’un diamètre égal à la hauteur d’un homme pourrait détruire la moitié d’Augustgrad.

Tous les ministres ouvrirent grand les yeux. Une petite chose pouvait causer autant de dégâts ? Seulement, une telle puissance nécessitait d’importantes préparations. La première était de mettre la main sur le pouvoir de la Lumière. Mais connaissant les relations tendues entre l’Empire Lumenien et la Coalition Obscurienne, obtenir ce qu’on voulait était de l’ordre de l’impossible. Ensuite, il fallait demander les plans de la Technologie Interdite à Épicène, l’unique divinité capable de manier la Lumièbre et de tenir tête à Don Stygian et Solaris.

-Vous comprendrez donc que rassembler les éléments nécessaires prendra du temps, dit le Néant.

-Essayez quand même, encouragea Valérian. Toute aide sera la bienvenue pour stopper les ambitions démesurées d’Amon. Le plus tôt sera le mieux. Et pour la fondation Möbius ?

Depuis l’instauration du nouveau gouvernement, la Fondation Möbius, un organisme de recherches extraterrestres avait coupé tout contact. De nombreux agents et espions avaient été envoyés mais le groupe avait disparu sans laisser de traces. Les dernières communications étaient chaotiques, décousues. Cela ne présageait rien de bon.

-Aucune nouvelle, répondit le ministre de l’intérieur. Mais nous continuons les recherches.

-Si les hybrides sont mêlés, il vaut mieux être prudent, dit le Néant. Nos premiers rapports sur le contingent Möbius parlent déjà de la présence de ces monstres. Il est fort à parier que toute la fondation soit sous leur emprise.

-Quel gâchis, soupira Valérian. Enfin, faites ce qu’il faut pour aider ces malheureux et si la situation l’exige, tuez-les.

Tous comprenaient cette décision ô combien difficile. Si on se laissait attendrir, l’ennemi en profiterait pour frapper. Après avoir énoncé tous les autres points, Valérian leva la séance et ordonna à tous les membres du conseil de s’atteler à leurs tâches et de les terminer avant la fin de l’année. Dans un couloir isolé du palais impérial, plusieurs ministres parlaient en secret.

-Franchement, s’offusqua le ministre de la justice, notre nouvel empereur est bien trop amical envers l’Alliance.

-C’est à croire qu’il est l’un des leurs, approuva le ministre des finances.

-Je vous prierais de garder vos remarques pour vous, dit le ministre de la guerre et de l’armement. On est surveillé.

En effet, de petites ombres s’agitaient dans l’obscurité des couloirs. Des yeux jaunes brillants indiquaient leur présence. L’Alliance gardait un œil partout, même dans les moindres recoins pour s’assurer de la sécurité intérieure.

-Saletés, pesta le ministre des finances. L’Alliance est obligée de faire ça ?

-Je ne voudrais pas me faire l’avocat du diable, dit le chancelier, mais ces gars sont prudents. Leurs intentions sont très claires : la domination de l’Univers. Seulement, ils ne veulent pas diriger des territoires détruits. Toute forme de dissidence doit être maîtrisée pour éviter le chaos. Jusqu’à là, l’Alliance a toujours respecté ses engagements et elle le fera jusqu’au bout.

Les autres ministres se turent. Tous savaient que le Néant avait prédit qu’ils survivraient à cette guerre et qu’une ère de paix et de prospérité aurait lieu. Toutefois, il fallait craindre avec les nouvelles réformes de leur empereur que de nouveaux ennemis apparaissent. Restait à savoir si l’Alliance interviendrait ou non.

Dans les laboratoires du Dominion, les scientifiques Terrans accueillaient les cerveaux de la Coalition. Les deux anciens ennemis allaient maintenant travailler ensemble pour la survie de l’Univers. Les forces de l’Alliance Démoniaque assuraient la protection des lieux.

Dans son domaine, Don Stygian le véritable Dieu des Ténèbres observait l’évolution du Dominion. L’influence des Ténèbres s’étendait dans tous les territoires Terrans. Bientôt, le secteur de Koprulu serait à la Coalition et personne ne se mettrait en travers de cet idéal. Ni Mengsk, ni Amon, ni Kerrigan, personne !! Ce secteur avait, pendant mille ans, échappé à son contrôle. Aujourd’hui, la conquête était possible. Voulant fêter le succès de cette première étape accomplie, le dieu démoniaque sortit une bouteille de cidre et remplit un verre. Il absorba la liqueur avant de se tourner vers son prisonnier, Narud. Ce dernier était le dévoué serviteur d’Amon. Depuis son emprisonnement ici, Narud opposait une solide résistance aux tortures psychiques et psychologiques du Dieu des Ténèbres. Don Stygian pourrait déployer de plus grands moyens mais cela détruirait Narud et la collecte d’informations s’en retrouverait compromise. L’utiliser comme monnaie d’échange ? Ce type serait prêt à se sacrifier pour son dieu, tout comme ses propres serviteurs. Une telle dévotion impressionna Don Stygian qui n’avait pas abandonné ses projets de tirer les vers du nez de Narud. La solitude allait être la prochaine torture pour le prisonnier. S’il tenait jusque-là, Don Stygian se verrait obligé de le tuer.


Dans son bureau, Sarco Angelini consultait avec soin un dossier assez sensible. Ce fantôme d’IP10 était le nouveau directeur de l’académie fantôme. Fidèle à sa promesse, l’Alliance Démoniaque l’avait élevé à ce poste pour l’avoir aidé à prendre le contrôle de l’endroit. Aujourd’hui, ils étaient tous alliés pour faire face à un ennemi commun. Mais pour combattre efficacement cet ennemi, il fallait de bons éléments. En parlant de bons éléments, il y avait Nova qui cherchait des noises avec les Poltergirls. Ce genre de dispute était mauvais pour le moral des troupes. Sarco savait parfaitement que Nova était la cause de tout. Il fallait donc les éloigner pendant la durée du conflit. Et justement, il avait la solution à ce problème.

-Amenez-moi les Poltergirls, appela-t-il par interphone.

Les appelées furent surprises d’être convoquées au bureau du directeur. Généralement, ce n’était jamais bon signe.

-Monsieur le directeur, dit d’un ton timide Silvie. Si c’est pour les Zergs, je peux tout expliquer.

-Inutile de gaspiller votre salive, coupa le directeur, c’est encore Nova qui a fait des siennes. Vous avez craqué et commis l’irréparable.

-Oui, avoua Carla. Au moins, ça lui fera de l’entrainement avec les au…

Carla s’arrêta comprenant qu’elle allait dévoiler que tous les autres réfractaires avaient rejoint Nova. Seulement, Sarco avait vite compris la situation. Toutefois, il comprenait que ces indisciplinés méritaient cette punition. S’ils survivaient à la fosse aux Zergs, ils seront jugés aptes pour les batailles à venir. Pour l’heure, il leur exposa le problème.

-Voyez-vous, dit Sarco, nos vigilants ont ramené un jeune adolescent de quatorze ans à l’académie fantôme.

-J’imagine qu’il devait posséder un grand potentiel psionique, dit Iris.

-Vous ne croyez pas si bien dire, répondit le directeur. Nous avons pratiqué les tests sur lui et nous avons obtenu des résultats incroyables.

-À combien s’élève son indice psionique, demanda Jennifer.

-Dix.

Le niveau maximal dans l’échelle. Il y avait de quoi surprendre car des personnes avec un tel indice psionique se comptaient sur les doigts de la main. Ce garçon était le quatrième depuis la création du programme Fantôme.

-Qu’attendez-vous de nous, demanda finalement Silvie.

-C’est très simple, répondit le directeur, je veux que vous le formiez.

Surprise des Poltergirls. Cela n’avait rien de surprenant car c’était si soudain.

-Mais n’est-ce pas le boulot du personnel de l’académie, demanda Carla. Nous, on est chargée de former les fantômes déjà qualifiés pour combattre les hybrides.

-En effet, admit le directeur. C’est ce que j’aurais fait en temps normal. Mais la guerre approche et le moindre soldat au potentiel immense peut renverser le cours d’une bataille, voire de la guerre. C’est pourquoi je veux mettre d’excellents éléments à son apprentissage et il n’y a pas de meilleur choix que vous.

-ça ressemble beaucoup à une porte de sortie pour échapper à Nova et sa bande de révolutionnaires, dit Iris. Si jamais ils recommencent, sévissez.

-Nous saurons quoi faire, répondit Sarco qui avait compris l’approbation des Poltergirls. Faites-le entrer.

La porte s’ouvrit et un jeune garçon entra. Il semblait avoir douze ans. De très courts cheveux bruns mais il avait des pupilles de couleur différente. L’œil droit était bleu et le gauche était vert.

-Je vous présente Marius, dit le directeur. Marius, voilà tes quatre instructrices, les Poltergirls.

-Sans vouloir l’offenser, demanda Jennifer, où l’avez-vous déniché ?

-Au Port du Mort.

Les Poltergirls eurent un frisson. Et pour cause, cette zone était hors de toute juridiction. Une décharge géante où régnaient le crime et la débauche. En de très rares occasions, le Dominion envoyait ses troupes là-bas. Seulement, les habitants étaient peu coopératifs envers les forces de l’ordre. Dans un des projets de l’Alliance, il était prévu d’annexer cet endroit.

-Bon…, bégaya le jeune garçon, bon…jour.

-Il est un peu timide, le jeunot, dit Silvie.

-Je sais, répondit le directeur. Ses parents n’ont pas été tendres avec lui. Il a donc vécu seul après leur mort pour une histoire de dettes. Ce sont des choses qui arrivent dans ce genre d’endroit.

-On va lui redonner confiance en lui, dit Carla. Le Port du Mort n’est pas un endroit adéquat pour éduquer un enfant. A-t-il reçu une éducation à son arrivée ici ?

-Oui, répondit Sarco, mais elle est incomplète. Marius a besoin d’apprendre pour combler ses très nombreuses lacunes. Je compte sur vous pour le former sur l’art du combat et de l’infiltration.

Les Poltergirls approuvèrent et emmenèrent Marius dans son appartement. C’était un petit studio avec une chambre et une salle de bain. L’endroit était simple pour des raisons budgétaires.

-Voyons voir tes connaissances, dit Iris en examinant le dossier scolaire de Marius. Tu maîtrises les bases. C’est une bonne chose mais il faudra élargir ton vocabulaire.

-C’est vraiment nécessaire, demanda Marius.

-Obligé si tu veux comprendre tes missions, répondit Carla. Mais ça, ce n’est pas notre boulot. 

-Par contre, on t’obligera à y participer, prévint Silvie. Lire, écrire et compter sont très importants. Sans ces connaissances, tu auras du mal à vivre en société. À moins que tu veuilles revenir au Port du mort.

Marius fit non avec la tête. Cet endroit fut un véritable enfer pour lui. À cause de ses yeux, il fut rejeté. Pour survivre, il avait dû voler, tuer dans cette décharge. Ce calvaire avait duré jusqu’à l’arrivée des agents du Dominion. Les vigilants étaient chargés de trouver de potentiels fantômes pour qu’ils soient formés. Avec la nouvelle politique, le recrutement était plus humain et non vil et manipulateur. Avec les appareils de l’Alliance, le corps de Marius fut guéri de toutes ses blessures et de ses carences.

Le jeune garçon suivit les Poltergirls dans une salle d’entrainement. Ici, elles demandèrent à leur élève de suivre le programme. Elles voulaient évaluer sa condition physique.

-Mais un fantôme ne doit-il pas savoir maîtriser ses pouvoirs psychiques, demanda Marius.

-Si, répondit Jennifer. Seulement, un fantôme ne se limite pas à ça. Il doit être capable de se battre sans ses pouvoirs psychiques. Faute de quoi, il ne fera pas long feu sur le terrain. Alors, cesse de poser des questions et exécution !!

Marius s’exécuta et fit les exercices. Quand tout fut terminé, les Poltergirls examinèrent les résultats. La condition physique de cette recrue était légèrement supérieure à la moyenne. Cela n’avait rien d’étonnant quand on avait vécu dans un milieu hostile. Toujours était-il que Marius avait besoin de suivre une vraie formation. Pour commencer, elles l’emmenèrent dans la fosse aux Zergs. Pour entrainer les fantômes, il fallait de vrais Zergs. Et comme les Poltergirls pouvaient les contrôler, elles mirent ce talent au service de l’Académie. À l’intérieur de la colonie, Marius manifestait des signes d’inquiétude.

-Est-ce vraiment une bonne idée de venir ici, demanda-t-il.

-Où est le problème, demanda Carla.

-C’est qu’on raconte des rumeurs sur cette fosse, expliqua Marius. Comme quoi, on jetterait les mauvais élèves ici et j’en passe.

-Celle-là, elle est vraie, dit Silvie. Et pour cause, c’est nous qui les jetons. Il faut bien inculquer les bonnes manières à Nova et sa bande de voyous.

-Comme tu vas un peu fort, fit remarquer Iris.

-Tu disais ?

-Il suffit, vous deux, intervint Jennifer. Un peu de tenue devant les Zergs.

En effet, les Zergs quittèrent la colonie à la venue de leurs princesses. À leur tête, une reine Zerg nommée Gracia. Celle-ci était entièrement dévouée à l’Alliance Démoniaque.

-Jeunes princesses, dit-elle, que me vaut votre visite ? Encore des fantômes qui méritent une punition ?

-Pas cette fois, répondit Carla. Nous sommes là pour faire visiter la colonie à notre nouvel élève.

-Un nouvel élève ? C’est une première.

Le regard de la Zerg fit frissonner de peur Marius. Il avait entendu parler des Zergs. Le peu qu’il savait, c’était des créatures sans conscience détruisant tout sur leur passage. Voilà qu’il avait une des reines de l’Essaim devant lui.

-Il tremble beaucoup, fit observer Gracia.

-C’est qu’il n’a pas l’habitude de côtoyer les Zergs, dit Silvie. On l’enverra visiter la colonie. Quand il sera prêt à se battre, on l’enverra combattre contre les Zergs.

-Je suis vraiment obligé ?

-Oui, répondirent les Poltergirls en cœur.

-Il le faut, expliqua Gracia. Tous les fantômes doivent être prêts à se battre contre toute éventualité. Zergs inclus.

Marius se mit à prier tous les dieux qu’il connaissait. Dans quelle galère il s’était trouvé ?

Le premier jour de Maris avait bien failli mal commencer. Des fantômes plus âgés que lui l’avaient attrapé et voulu le jeter dans la fosse aux Zergs. Pas de chance, il était déjà venu la veille. Gracia le reconnut facilement au moment où l’IP10 allait être jeté. Malgré sa haine envers les Poltergirls, Nova mit fin à cette vengeance car elle devina que ça ne servirait à rien puisque la reine Zerg ne lui ferait aucun mal. Pire, il les dénoncerait exposant ses agresseurs à de gros problèmes.

-C’est quoi leur problème, pensa Marius. Ce n’est pas parce que je suis l’élève des Poltergirls que je dois être agressé.

Le matin était dédié aux leçons physiques avec l’habituel parcours d’entrainement avec un rythme effréné. On ne ménageait pas les nouveaux. Même les vétérans étaient soumis à ce genre d’entrainement. Le midi fut le seul moment de repos. À la cantine, il mangeait seul car il ne s’était pas fait d’ami. Cela ne le dérangeait car au Port du Mort, il était difficile de faire confiance aux autres. Autrement, ils vous trahissaient quand vous ne leur servez plus à rien. Soudain, des gens vinrent à sa table. Parmi eux, une jeune fille dans le genre garçon manqué avec ses courts cheveux. Marius ne put s’empêcher de la trouver mignonne.

-Salut, dit-il timidement.

-Ce n’est pas la peine de faire ton timide, Marius, lui répondit la jeune fille

-Comment connaissez-vous mon nom ?

-Sérieux, soupira-t-elle. L’arrivée d’un IP10, c’est pas un évènement qui arrive tous les jours. Si en plus, ce nouveau fantôme est l’élève des Poltergirls.

Forcément, ce genre de choses se répandait assez rapidement dans l’académie. Marius n’eut aucun mal à lire dans les esprits. Être un IP10 aidait énormément. Il put voir que ses camarades de table l’avaient abordé pour pouvoir approcher les Poltergirls. Heureusement qu’il s’était documenté sur ses mentors car il n’aurait pas compris leur admiration envers elles. Une équipe incroyable ayant accompli des missions périlleuses et possédante des capacités exceptionnelles. Une excellente mémoire, un génie incroyable et le pouvoir de fusionner entre elles. Sans parler de leur lien avec la Reine des Lames, de leur statut de princesses de l’Essaim et de leur poste de capitaine au sein de l’Alliance Démoniaque. Peu de choses étaient connues de cette organisation des Ténèbres. Mais suite à la mort du précédent empereur, ils devinrent tout de suite les amis de l’humanité. En même temps, Arcturus Mengsk n’était pas un saint et un homme des plus amicaux. Le genre pourri, tout le contraire de son fils.

-Ne misez pas trop sur moi pour les approcher, dit Marius, elles ont reçu des ordres du directeur en personne. Vous devriez leur demander directement.

-Elles assurent les cours pour les vétérans, expliqua le garçon manqué. Nous, on est encore des novices qui n’ont pas encore eu leur validation. Eux, ils n’ont pas besoin d’être formés alors que nous, nous avons besoin de professeurs avisés et qualifiés. Et le pire, c’est que bon nombre de ces élèves causent beaucoup de chahut durant les cours et aux Poltergirls. Résultats, beaucoup se font jeter dans la fosse aux Zergs.

D’où la tentative à son égard, comprit Marius. Ces vauriens voulaient se venger des petits séjours forcés avec les Zergs. Mais ça ne changeait en rien son opinion. Il n’avait pas à subir ça. Après le repas de midi, une petite heure d’exercice. Ensuite, les cours de nature plus intellectuelle. Aujourd’hui, il était dédié aux raisons du conflit qui allait avoir lieu. Marius eut la surprise de retrouver le garçon manqué de ce midi à côté de lui.

-C’est ma place habituelle, se justifia-t-elle.

-Mais bien sûr, pensa Marius avec ironie.

-J’ai entendu, dit-elle boudeur.

-Un peu de silence, cria le professeur.

Des androïdes de combat présents dans l’amphithéâtre provoquèrent un énorme boucan. Surpris, les apprentis fantômes se turent. Satisfaits de ce silence, le professeur commença.

-Chers élèves, avant de commencer les cours, vous devez savoir qu’une grande guerre va avoir lieu. Cette guerre sera plus violente que contre les Zergs ou autres que le précédent empereur aurait classé dans la catégorie « ennemis de l’humanité ». Celui qui tire toutes les ficelles est Amon le Xel’Naga déchu.

-C’est quoi un Xel’Naga, demanda un élève en levant la main.

-C’est une antique race qui, selon les légendes et les découvertes faites, aurait créé les Zergs et les Protoss. On trouve un peu partout des vestiges de leur civilisation. On les décrit comme des êtres sensibles à la vie et la chérissant. Quant à Amon, ses motivations nous demeurent encore floues. Mais s’il y a bien une chose dont on est sûr, c’est qu’il veut tout détruire et recréer à l’Univers à son image. Pour mener à bien ses sinistres projets, Amon s’est fabriqué des hybrides Protoss-Zerg.

Pour appuyer ses propos, on montra des diapositives des hybrides. On distinguait très clairement les traits physiques des deux races. Pour beaucoup, c’était la première fois qu’on les voyait et ils étaient effrayants.

-Ces monstres, expliqua le professeur, n’existent que pour détruire l’Univers. Leurs aptitudes au combat ne sont pas à sous-estimer. Oui, cadet Camille.

-Monsieur, dit le garçon manqué, j’ai entendu dire que le précédent empereur était impliqué dans la création de ces monstres. Mais aussi que l’Alliance Démoniaque aurait aussi des hybrides.

Une vague de murmures se répandit dans la salle. Les remarques de Camille avaient fait mouche. Toutefois, les androïdes de combat ramenèrent le calme. Un androïde plus gradé s’avança et s’expliqua.

-La question est pertinente, dit-il, mais la connaissance sur le sujet demeure incomplète. D’abord, il est vrai qu’Arcturus Mengsk était impliqué dans cette histoire d’hybrides. Néanmoins, il serait hâtif de dire qu’il était complice d’Amon. Si on connait assez bien le personnage, il n’est pas difficile à comprendre qu’il s’est fait manipuler. En exploitant sa soif de puissance et de pouvoir, les agents d’Amon n’ont eu qu’à le convaincre à les aider à créer les hybrides. Enfin, vous connaissez déjà les raisons pour lesquelles il a été tué. Concernant l’Alliance et la Coalition Obscurienne, nous avons bien eu des hybrides. Mais que les choses soient claires, nous ne fabriquions pas ces abominations, nous les étudions pour trouver des faiblesses et les vaincre plus facilement. Quand le Dominion a découvert notre laboratoire, nous avons dû prendre des mesures drastiques pour empêcher que les hybrides tombent entre de mauvaises mains. Même avec la puissance des Ténèbres, nous ne pouvons contrôler les hybrides.

Le malentendu dissipé, le cours reprit. On parla ensuite des autres alliés d’Amon. Il y avait les Tal’darims, une faction de Protoss fanatiques et dévoués corps et âme à Amon. Ils étaient des adversaires à ne pas prendre à la légère. Ensuite, il était possible qu’il y ait des Terrans dans le camp du dieu noir. Seulement, ces gens étaient contrôlés par les hybrides. Théoriquement, il suffirait de tuer les hybrides pour libérer les esclaves de leur emprise. Malheureusement, la pratique s’annonçait plus complexe car selon les observations de l’Alliance, chaque esclave humain était conditionné pour obéir à Amon et à ses hybrides. De plus, leur influence avait une très large portée. Au final, il fallait tuer les serviteurs humains d’Amon. Enfin, il fallait s’attendre à affronter des Zergs. Il était prouvé que les hybrides pouvaient contrôler les Zergs. Néanmoins, leur contrôle était plus faible que celui de Kerrigan. D’où l’importance de la garder en vie. L’Alliance montra ensuite la vision de Zeratul sur la fin de l’Univers si la Reine de l’Essaim venait à mourir.

-Monsieur, demanda un élève, pourquoi ne pas avoir révélé tout ça dès le début ?

-Pour plusieurs raisons, expliqua l’androïde gradé. La première est que vous ne nous croiriez pas. Une fin digne de l’apocalypse venant de parfaits inconnus, qui accepterait d’accorder du crédit à ça ? Ensuite, il fallait se confronter au problème d’Arcturus Mengsk. Cet homme était borné et dangereux. Jamais il n’aurait accepté de nous aider, surtout pour celle qu’il a trahie pour ses desseins égoïstes. Enfin, certains évènements n’auraient pas pu se produire sans que des conditions soient remplies. Pour cela, nous avons le Scénario mis en place par Mathio le démon de l’Espoir et basé sur ses prédictions. Pour information, toutes les prédictions du Général se sont toujours avérées exactes.

-Dans ce cas, intervint un autre élève, est-ce que le Général a vu l’issue de la guerre ?

-Bien sûr, répondit l’androïde de combat. Notre leader a vu la mort d’Amon sur son propre territoire, par la main de celle que nous avons protégée. Évidemment, sa victoire sera due aussi au soutien des armées des trois races et de l’Alliance. Après quoi, ce sera une longue ère de paix et de prospérité.

Tous furent alors enthousiastes de se battre. Pour un futur pareil, on était prêt à donner sa vie. À la fin du cours, on débattait sur les batailles à venir. L’ennemi semblait très fort. Beaucoup parlaient de grandeur et de gloire. D’autres jouaient les altruistes mais intérieurement, ils avaient de moins nobles motivations.

-Franchement, bouda Camille, ces types de l’Alliance ont réponse à tout

-En même temps, ils ont été sur le terrain, répondit Marius. Le Père Fouettard est resté sur son siège pendant d’autres mourraient en son nom.

-Tu as regardé les Guignols de l’UNN ?

-De là où j’étais, on n’aimait pas le Dominion. Alors, ça rigolait bien devant les conneries de ces marionnettes.

La jeune fille soupira. Elle ne le critiqua pas. Elle avait besoin de lui pour approcher ses idoles. Dès que cet objectif serait atteint, elle pourrait devenir une fantôme qualifiée.

Shakuras, planète refuge des templiers noirs. Suite à leur bannissement d’Aïur pour leur hérésie et leur refus de se lier au Khala, les templiers noirs allèrent s’installer sur Shakuras. Après milles ans d’exil, les Nérazims accueillirent les templiers qui durent fuir Aïur qui fut envahi par les Zergs.

À Talematros, les Protoss eurent la surprise de revoir un Protoss disparu pendant longtemps : le haut-templier Téléris. Accompagné du templier noir Dunkelion, Téléris se rendait à la citadelle où siégeait le conseil crépusculaire. Là-bas, Téléris préviendrait Artanis du complot qui se tramait. Cette fois-ci, il avait les informations et les preuves de ce qu’il avancerait devant l’hiérarque. Seulement, il se confronta un premier problème : les gardes refusaient de le laisser entrer.

-Mais enfin, s’indigna Téléris. Je suis le haut-templier Téléris. Je suis en droit d’entrer !

-Désolé, haut-templier, répondit un garde. Mais les choses ont bien changé en votre absence.

-Je dois absolument entrer, s’expliqua le haut-templier. Je détiens des informations qui doivent être communiquées au hiérarque.

-Mais que se passe-t-il, demanda une voix féminine.

Téléris et Dunkelion se retournèrent pour découvrir une templière noire au look perse avec son élégant voile sur la partie inférieure de son visage, sa légère toge violette et ses diverses décorations. C’était Vorazun, la matriarche nérazim et fille de Raszagal, précédente matriarche. En dépit de sa frêle allure, cette templière noire était une farouche guerrière à ne pas sous-estimer.

-Matriarche Vorazun, dit Dunkelion avec respect, nous avons besoin d’entrer dans la citadelle. Une sombre menace plane au-dessus de nous. Notre devoir nous ordonne d’informer le hiérarque de ce qui va nous arriver.

-Gardes, ordonna la matriarche, laissez-les entrer.

Les gardes s’écartèrent pour laisser entrer les deux Protoss et la matriarche qui demanda alors la raison de leur visite.

-Nous revenons d’un très long voyage, expliqua Téléris. Un voyage qui nous a dévoilés des choses terrifiantes. Ces découvertes doivent être livrées au plus vite.

Malheureusement, Téléris se confronta à son second problème : rencontrer Artanis et ce n’était pas chose aisée quand le hiérarque était occupé aux préparatifs de l’Armada Dorée pour la reconquête d’Aïur.

-Comment, manqua de s’écrier Téléris devant l’exécutrice Sélendis. On ne peut pas voir Artanis !?

-Je suis désolée, haut-templier, s’excusa Sélendis. Le hiérarque est très occupé. L’Armada se doit d’être prête pour reconquérir Aïur.

-Reconquérir Aïur, demanda Téléris. Pourquoi faire une telle chose ?

-C’est notre foyer, répondit Sélendis. Il est hors de question de l’abandonner aux Zergs.

-Un sentiment louable, salua Dunkelion, mais nous avons des priorités plus importantes que de reprendre une planète aux Zergs.

Voyant le regard agressif de l’exécutrice, Téléris sentit sa colère. Il fallait intervenir ou cela pourrait dégénérer.

-Exécutrice, je suis au regret de me ranger du côté de Dunkelion. Je comprends le désir d’Artanis de reprendre Aïur mais il serait imprudent de le faire à un moment de crise.

-De quelle crise parlez-vous, demanda Sélendis.

Satisfait d’avoir détourné la conversation, le haut-templier expliqua que c’était la raison de sa venue. Il fallait absolument voir Artanis pour lui expliquer la crise en question et les conséquences qui s’abattraient sur la galaxie. Pas d’intermédiaire, précisa Téléris. Il tenait à livrer personnellement ses informations au leader des Protoss. Seulement, Artanis avait donné des ordres pour qu’il ne soit pas dérangé. Dépité, Téléris tourna les talons et partit. Il pensait qu’Artanis accepterait de le voir après cette longue absence mais au lieu de ça, le hiérarque était obnubilé par Aïur et la recherche d’une unité entre Daelaam et Nérazims. Pour l’unité, Vorazun ne facilitait pas les choses avec ses interventions assez agressives lors des réunions.

-Mais quoi joue Artanis, s’indigna Téléris. Comment peut-il s’intéresser autant à Aïur quand ce n’est pas le moment.

-Votre colère est compréhensible, dit Vorazun. Si Artanis refuse de vous entendre, alors moi, je le ferais.

Téléris se calma. Au moins, il y avait un membre du conseil crépusculaire qui voulait bien connaitre son histoire. Le haut-templier raconta alors son histoire. De sa capture par les Tal’darims en passant par sa libération du laboratoire d’hybrides, son voyage dans les territoires de la Coalition jusqu’à maintenant. Impressionnée par cette odyssée, la matriarche se laissa tomber sur un siège.

-Incroyable, s’écria-t-elle. Une telle histoire mérite bien d’être entendue surtout quand la survie de notre peuple est en jeu.

-Malheureusement, intervint Dunkelion, ce n’est pas le pire. D’après les prédictions du démon de l’Espoir, Amon frappera bientôt. Il nous a délivrés cette prophétie annonçant ce qui va bientôt s’abattre sur nous :

« Prenez garde de votre lumière sacrée. Son aspect que vous clamez bienveillant dissimule le mal désireux de vous détruire. Il commencera à frapper sur le lieu que vous chérissez le plus. Pour lui échapper, fuyez dans les Ténèbres aux côtés de vos frères bannis. Pour une plus grande unité, il faut vous séparer de cette lumière et briser son lien avec elle. »

Téléris avait bien une idée sur la signification de cette prophétie mais il ressentait le besoin de confronter son interprétation à d’autres. Vorazun demeura pensive devant cette prophétie. Cela signifierait que le Khala allait devenir une menace pour les Protoss. Même si c’était la juste interprétation, les Daelaam refuseront de s’en séparer. Ce lien sacré était la source de leur unité et ce, depuis des millénaires. Pourtant, c’était logique d’attaquer par cette voie quand on savait que la majorité des Protoss était liée par le Khala. Quant à connaitre la nature de l’attaque, impossible de le savoir. Il y avait tant de possibilités. Manipulation, destruction, confusion. Amon tiendrait les Protoss dans le creux de sa main si on ne réagissait pas assez vite.

Téléris comprit facilement que Vorazun était arrivée à la même conclusion. Il fallait se séparer du Khala. Le seul moyen pour le faire, c’était de se couper les cordons nerveux qui s’apparentaient à des cheveux pour les humains. Ces longues nattes permettaient de se lier psychiquement aux autres Protoss. Que faire ? Soudain, Dunkelion arriva avec une solution peu honorable.

-Le dieu Don Stygian a dit « Si la personne refuse d’entendre raison, alors autant lui laisser commettre sa bêtise et la pointer du doigt en disant qu’il avait été prévenu. »

-L’enseignement par la blessure, comprit Téléris. Cela risque d’être douloureux.

-Mais au moins, Artanis et les autres comprendront l’ampleur de la menace.

-Excusez-moi, intervint Vorazun. Vous ne comptez quand même pas laisser Amon frapper et le laisser agir à sa guise.

-Bien sûr que non, assura Téléris. Et puis, je ne pense pas qu’Amon nous détruira par le Khala. Il a subi de lourdes pertes suite aux attaques de la Coalition. Je pense qu’il nous utilisera comme esclaves.

Vorazun tressaillit de terreur. Mais cela impliquait aussi la possibilité de les sauver. Pour cela, le sang coulerait. Cette idée serait désagréable pour Artanis qui répugnait de tuer ses semblables. Même la matriarche n’appréciait pas cette idée. Elle devait limiter les dégâts à venir.

-Il vaut mieux tenter de continuer à avertir Artanis de la menace en approche, dit Vorazun. Mais il refusera d’entendre, alors nous n’aurons pas d’autre choix de faire face à notre destin.

Téléris et Dunkelion approuvèrent. Pour le moment, leur présence serait plus utile ailleurs. Par chance, le Dominion Terran se préparait à la guerre. Mais avant ça, Téléris devait d’abord couper ses cordons nerveux. Cela le priverait du Khala mais il était hors de question de devenir l’esclave d’Amon. Dans la douleur, le haut-templier trancha ses cordons nerveux. C’était horriblement douloureux mais c’était un mal nécessaire.

-Voilà, dit-il, Amon ne pourra pas m’attaquer directement.

-C’est un acte courageux, lâcha Vorazun qui  n’aurait jamais cru voir un Daelaam renoncer au Khala aussi facilement.

Téléris et Dunkelion retournèrent à leur flotte. Des centaines de Protoss étaient rassemblées pour entendre ce que leur chef avait à dire. Beaucoup furent surpris de voir le haut-templier sans ses cordons nerveux.

-Mes frères, commença Téléris, le hiérarque n’a pas pu nous entendre. J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour l’approcher. Il est trop concentré à la reconquête d’Aïur. Beaucoup seraient prêts à se battre pour ça mais le contexte ne nous est pas favorable. Avec Amon prêt à frapper, il serait stupide de s’engager dans cette voie. Pour cela, nous allons laisser les choses agir d’elles en espérant que Vorazun parvienne à livrer nos informations à Artanis.

Pas besoin de Khala pour savoir que les troupes n’approuvaient pas cette idée. Toutefois, la suite allait moins leur plaire.

-Le démon de l’Espoir nous a aussi envoyés une prophétie nous prévenant de la menace du Khala par Amon. Pour nous échapper à ce funeste destin, nous devons couper nos cordons nerveux. Il le faut ou nous deviendrons certainement les pantins d’Amon.

Les Protoss regardèrent leurs cordons nerveux. Le Khala était ancré en eux depuis leur naissance et s’en séparer était bien presque un sacrilège. Et pourtant. Connaissant le dieu noir, leur survie primait avant tout. Finalement, les Daelaam s’arrachèrent leurs cordons nerveux en poussant des cris de douleur.

-Je suis content que vous ayez fait le bon choix, dit Téléris. Frères Nérazims, nous aurons besoin de vous pour nous guider dans les Ténèbres.

-Ce sera avec joie, répondit Dunkelion.

-Pour l’heure, annonça Téléris. Nous partons pour le Dominion Terran. Là-bas, ils se préparent pour la grande guerre qui approche. Ensemble, nous vaincrons.

Sur ces mots, toute la flotte du haut-templier partir vers l’espace du Dominion. De son côté, Vorazun tenta d’avertir Artanis des sinistres évènements à venir mais sans succès.


Quelque part dans l’espace, dans le secteur de Koprulu, se déplaçait une importante flotte. Seulement, ce n’était pas des cuirassés ordinaires mais les Léviathans de l’Essaim Zerg. Après la bataille de Korhal, Kerrigan avait rassemblé son Essaim et était parti à la recherche d’Amon. Elle se refusait d’attendre comme le ferait l’Alliance Démoniaque.

Si la Reine des Lames avait une morphologique humaine, elle était clairement Zerg par son corps génétiquement modifié par l’Essaim et autres pouvoirs antiques. Sa peau violette était couverte d’une cuirasse en certains endroits du corps. Ses doigts étaient pourvus de griffes tranchantes. Ses cheveux étaient remplacés par des dreadlocks qui semblaient être animés par une volonté propre. Sur son dos, étaient greffées des ailes squelettiques sans membranes mais elle ne s’en servait pas pour voler mais pour attaquer quand le besoin se faisait sentir. Au même moment, une femme-serpent émergea du plafond biologique. Il s’agissait d’Izsha, la principale conseillère de la reine.

-Ma reine, dit Izsha, je ramène le dernier rapport de Ner’zhul et de Sylvestre.

Kerrigan soupira. Ner’zhul et Sylvestre étaient deux de ses subordonnés qui savaient mettre de l’ambiance dans le Léviathan. Sylvestre était un Zerg modifié par la Boîte de Pandore. Suite à ces modifications, il était devenu le Zerg le plus puissant de l’Univers après Kerrigan. Seulement, ses capacités de commandement étaient encore à améliorer. Pour l’heure, la reine de l’Essaim se contentait déjà de ses incroyables capacités, à savoir, un don de polymorphisme, des pouvoirs psychiques, une intelligence égale à celle d’un humain et le pouvoir de Zérus et des Ténèbres. Quant à Ner’zhul, il se présentait comme le gardien de Sylvestre. En réalité, il s’agissait d’un Protoss fantôme. Son âme était rattachée à un cristal greffé au buste de Sylvestre. Comme entité fantomatique, Ner’zhul devait porter un manteau blanc pour toucher tout ce qui était matériel.

-Que dit ce rapport, demanda Kerrigan.

-D’après Ner’zhul, informa Izsha, ils auraient trouvé des artéfacts Xel’Nagas dans ce monde fort lointain. Ils continuent leurs recherches.

-ça fait un bail qu’on ne les a pas vus, disait une voix en entrant. Pourquoi sont-ils partis là-bas ?

La voix appartenait à Alexei Stukov. Ce Terran contaminé était assez particulier dans son genre avec une grande partie de son corps encore humaine. Néanmoins, son bras gauche et ses alentours étaient Zerg. Sans parler de ses puissants pouvoirs psychiques acquis par l’infection. Avec lui, arrivait Zagara et Dehaka. La première était une reine plus évoluée que les autres avec une couronne plus grosse et avait le privilège d’être la première élève de Kerrigan en matière de commandement de l’Essaim. Elle était donc la première candidate au poste de leader de l’Essaim si Kerrigan venait à disparaitre. Quant à Dehaka, il n’était pas un Zerg de l’Essaim mais un Zerg primordial. Possédant trois bras, de grosses mandibules, cet imposant Zerg s’était associé avec la Reine des Lames afin d’acquérir de l’essence pour évoluer. Quitter sa planète natale Zérus fut un bon choix puisque cela lui permit d’obtenir de nouveaux types d’essence alors inconnues.

-L’Alliance aurait découvert des temples Xel’Nagas, expliqua Kerrigan. Or, ce monde est très éloigné du secteur de Koprulu. Ils pensent qu’enquêter sur place nous sera bénéfique pour nous. Au stade où on en est, la moindre piste est bonne à prendre.

-Naturellement, approuva le contaminé.

Soudain, un portail des Ténèbres s’ouvrit. Un membre important des Ténèbres venait rendre visite. Ce fut César Clown qui en sortit. Avec lui, une petite escorte d’androïdes de combat. Kerrigan n’appréciait guère l’Alliance mais elle avait des amies dans cette organisation et leur soutien dans cette guerre n’était pas des moindres.

-Mes salutations, salua le Bras Droit en s’inclinant avec respect.

-Qu’est-ce qui amène un Bras Droit sur mon Léviathan, demanda la reine désireuse de connaitre ses raisons.

-Shololo, ricana le scientifique gazeux. Droit au but. Très bien, je vais vous expliquer la raison de ma venue. Mais d’abord, une grosse introduction pour bien expliquer les choses. Je ne vous apprends rien en disant que nous sommes en guerre. Qui dit guerre, dit développement de nouvelles armes ou technologies.

-Pourtant, vous n’avez pas abattu toutes vos cartes, fit remarquer Kerrigan.

-C’est vrai, admit le scientifique. Nous n’avons pas déployé tous nos atouts mais nous avons ordre de les garder secret tout en préparant de nouveaux. Ainsi, l’ennemi, quel qu’il soit, sera toujours pris au dépourvu.

-C’est logique, approuva Kerrigan. Enfin, ne tardez pas trop pour les utiliser.

César rassura la Terrane contaminée sur ce point. La Boite de Pandore saura réagir le moment venu. Afin de ne pas ennuyer Kerrigan, César expliqua que la section scientifique de l’Alliance avait épluchée les anciens projets arrêtés. Plutôt qu’en créer de nouveaux, il était jugé plus judicieux de recycler des anciens. Parmi eux, le projet Smile géré par César Clown lui-même. Le but était de créer des fruits du démon artificiel de type Zoan.

-Qu’est-ce qu’un fruit du démon, demanda Zagara.

-Excellente question, applaudit César. Un fruit du démon est un fruit qui confère un type de pouvoir à celui qui le mange. Néanmoins, ce pouvoir a un prix : celui de ne plus pouvoir nager mais vu qu’on est dans l’espace, nager dans l’océan est peu probable. On distingue trois grandes catégories : les paramécia, les logia et les zoan. C’est ce dernier groupe qui va nous intéresser. Ce type de fruit permet à son utilisateur de se transformer en un animal bien précis ou une forme hybride. Un autre avantage est de renforcer le corps de son utilisateur.

-Et quel est le rapport avec l’Essaim, interrogea Zagara ayant des difficultés à comprendre.

-Il veut créer des zoans de Zergs, comprit Kerrigan.

-Bravo, applaudit le Bras Droit de la Folie. C’est exactement ça ! De ce fait, il me faut votre accord pour utiliser l’ADN Zerg et l’incorporer ma formule de SAD. Avec mon génie, les chances de succès seront élevées.

-Nous n’en doutons pas, répondit Stukov, mais pourquoi les Zergs ? Il suffit de prendre d’autres créatures pour vos smiles.

-Crétin, répliqua César Clown. Si j’ai choisi les Zergs, c’est pour leur capacité à assimiler l’essence. On peut les modifier à volonté. Ainsi, on se retrouverait avec une grande variété de variantes pour une même espèce dans une même armée.

-Evidemment, ce seront des humains qui les mangeront.

-Ca augmentera la puissance de frappe de l’Essaim, se défendit César. De simples Zergs ne créeront pas la surprise attendue mais avec des humains ou autres, c’est une autre question.

Kerrigan prit un temps de réflexion. La proposition était alléchante mais elle présentait de nombreux problèmes sur le long terme pour l’Essaim. Pour sa nouvelle famille, la Reine des Lames se devait de mettre en place des mesures pour prévenir d’éventuels problèmes.

-C’est promettant, dit-elle enfin, mais j’ai observé de nombreux points qui pourraient nuire à l’Essaim. Si on peut doter des humains du pouvoir de l’Essaim, alors il y a un risque pour l’un d’eux tente de me supplanter afin de prendre ma place.

-Je comprends votre inquiétude, rassura César. Toutefois, mes smiles n’octroieront pas autant de puissance. Cela se limitera aux capacités physiques. Quant au commandement, je tâcherais de brider au maximum cette capacité.

-J’en jugerais par moi-même, coupa Kerrigan. En attendant, vous avez intérêt à faire un suivi médical des cobayes et à veiller sur leur bien-être. Une vie comme abomination est tout sauf une vie de rêve.

-Bien entendu. Dois-je en déduire que j’ai votre accord pour mener les opérations ?

-C’est le cas, confirma Kerrigan, mais Abathur surveillera l’avancée des recherches. Il me rapportera les résultats. De cette manière, je n’aurais aucune mauvaise surprise.

-Prudente à ce que je vois. Je n’ai aucune objection. Il n’est pas dans mon but de tenter de vous doubler. Ce genre de magouille, c’est l’affaire de la Boîte de Pandore. Je vais pouvoir informer mon équipe de l’officialisation du projet Soldats des Lames.

Après avoir confié à la grosse chenille servant de scientifique au sein de l’Essaim les appareils nécessaire à leur contact, César Clown prit congé et s’en alla.

-Ma reine, dit Zagara, vous semblez méfiante à l’écart de ce serviteur des Ténèbres.

-J’ai mes raisons, répondit Kerrigan. Ce type a les mains sales. Il a certainement mené des expériences dans des conditions peu morales. Ensuite, comme il l’a si bien dit, l’Alliance démoniaque magouille derrière notre dos.

-Comment ça ?

-Ils sont comme les autres, expliqua-t-elle. Ils convoitent notre puissance, nos armées. En même temps, ça se comprend quand on sait que la Coalition Obscurienne nous craint et se refuse à nous affronter sous peine de mobiliser la quasi-totalité de ses troupes.

-Penser que nous inquiéterions une instance aussi importante dans l’Univers, dit Zagara, cela m’étonne à moitié.

-Soit prudente avec eux, prévint Kerrigan. Avec eux, il faudra anticiper les choses sur le long terme car c’est ainsi qu’agissent les Ténèbres. La plupart ne s’intéresse que sur le court terme et tombe facilement dans un piège.

-Voilà un conseil que je retiendrais, dit Zagara qui ne cachait pas une certaine inquiétude en l’avenir.

Les Poltergirls se tenaient face à leurs élèves. En fait, c’était les jeunes recrues. Comment cette situation avait pu avoir lieu ? En effet, les Poltergirls étaient assignées à former les vétérans pour affronter les hybrides. Que s’était-il passé pour arriver à ça ?

En fait, Marius avait fait part des revendications des jeunes recrues aux Poltergirls. Ces dernières trouvèrent les recrues un peu trop enthousiastes. La guerre n’était pas un jeu où on regardait les combats de loin et dirigeait les armées selon son bon vouloir. La gloire n’était pas la seule chose qu’on pouvait trouver sur les champs de bataille. La mort était aussi présente. Face à cette réponse, les recrues firent une pétition qui remonta jusqu’au directeur.

-Ces recrues, soupira Sarco. On a un peu trop forcé sur les cours pour les motiver.

-Sommes-nous à blâmer, demanda Silvie.

-Non, dit Carla. Il y a beaucoup de fans à nous. Ils sortent cette excuse pour se rapprocher de nous.

-Bah, répondit Iris. Donnons-leur le programme des vétérans. On verra bien combien réussiront.

-Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée, fit remarquer Jennifer. Même si c’est pour leur donner une leçon.

Sarco approuva. Il serait cruel de leur infliger ça. Toutefois, si ces jeunes fantômes voulaient un meilleur entrainement, on allait leur accorder ça. Très vite, la nouvelle se répandit dans toute l’académie. De nombreux fantômes débutants s’inscrivirent aux leçons des Poltergirls. Au moment de commencer, elles firent cette annonce d’avertissement.

-On voit que vous êtes très nombreux, commenta Silvie. Vous auriez raison de penser qu’avec notre entrainement, vous rejoindrez très vite le champ de bataille.

-Seulement, prévint Carla, l’entrainement en question sera très dur et difficile. Vous pourriez perdre la vie. Même les fantômes d’élite y réfléchiraient à deux fois avant de s’élancer.

-Donc, continua Iris. Vous pouvez à tout moment quitter nos entrainements. Par contre, votre retrait est définitif. On ne vous reprendra pas avant que vous ayez eu votre validation.

-Une dernière chose, précisa Jennifer, personne ne nous prend pour des idiotes. On sait parfaitement que nous avons des fans parmi vous et qu’ils ne sont là que pour nous. Toute personne ayant un comportement que nous jugerons inacceptable sera jetée à la fosse aux Zergs. Pas de traitement de faveur !

Une vague de frissons parcourut le public. Tout le monde savait que les Poltergirls le feraient. Elles se refusaient d’avoir des fans qui s’extasieraient sur le terrain. Un tel comportement pouvait les mettre en danger et les autres. La discipline était le premier pas du succès. L’histoire l’avait bien démontré. Marius ne se sentit pas menacé par cet avertissement. Il avait bien compris que les Zergs l’attaqueraient si les Poltergirls le jetaient dedans. Plusieurs fantômes partirent. Ils ne voulaient pas tenir compagnie aux Zergs. Près de la moitié des personnes. Après ça, les leçons des Poltergirls commencèrent. Un véritable enfer car les fantômes de légende leur faisaient des missions d’infiltration avec interdiction d’utiliser leurs pouvoirs psychiques. Et encore, ce n’était que la première journée.

-Elles sont malades, s’indigna Camille. Mais à quoi elles jouent ?

-Nous donner des leçons, répondit Marius. Il faut croire que la difficulté était un peu trop élevée.

-Évidemment, approuva Camille. C’est bien le problème. Je veux bien qu’il y ait un peu de challenge mais pas dès le début.

Marius soupira. Elle qui voulait prendre des leçons des Poltergirls, elle avait été servie. On pourrait penser qu’elle allait bander mais ce n’était pas le cas. Marius se rappela d’une chose importante. C’était l’heure de ses cours supplémentaires. Aujourd’hui, c’était avec les Poltergirls qu’il commençait ses leçons. Une salle avait réservée pour ça. En entrant, Marius eut la surprise de découvrir les Poltergirls en bien étrange compagnie. Un Protoss.

-Euh, bonjour.

-Ah, Marius, dit Silvie. Tu tombes bien. Je te présente le haut-templier Téléris. Nous avons livré plusieurs batailles ensemble.

-Salutations, dit Téléris. C’est votre élève ?

-On nous l’a un peu imposé, expliqua Carla. Un IP10.

-Intéressant, comprit le Protoss. De grands espoirs sur lui. Quels pouvoirs possède-t-il ?

-Télékinésie et vision psionique, répondit Iris. Des habilités au grand potentiel.

-Téléris, demanda Jennifer. Tu es allé voir le coiffeur ? La dernière fois, tes cheveux n’étaient pas coupés.

Téléris expliqua qu’en prévision de la menace qui frapperait le Khala, il s’était coupé ses cordons nerveux. Ses troupes en avaient de même pour se prémunir d’Amon. Ses frères étaient allés aider l’Alliance et le Dominion pour se préparer à la guerre contre le dieu noir. Pour Marius, il avait pour tâche de soulever des objets de taille et de masse variable. Pour compliquer la tâche, il fallait amener les objets à des emplacements bien précis.

-Jusqu’à combien il arrive à soulever, demanda Téléris.

-Environ cent kilos, répondit Silvie. Mais s’il s’améliore, il pourrait déplacer des masses dix fois plus lourdes.

Après une heure d’entrainement, les Poltergirls firent arrêter Marius. On lui donna un pantin articulé d’environ soixante centimètres comme objet d’entrainement. Il devait le faire bouger comme une vraie personne. Le but était de rendre précis son pouvoir. En se concentrant sur des points précis, il pourrait soulever les choses avec plus de facilité et en utilisant peu de concentration.

-Sérieux, soupira Camille. Tu es ridicule avec cette marionnette.

-ça fait partie de mon entrainement personnel, se défendit Marius. Si je veux maîtriser mon pouvoir, je dois savoir manipuler les choses par la pensée. Si je l’utilise n’importe comment, je m’épuiserais inutilement.

Pour commencer les choses, Marius avait tenté de manipuler chaque membre du pantin à la fois. Les articulations n’aidaient pas beaucoup mais il en fallait plus pour décourager le jeune fantôme.

-Dis, demanda Camille. Il parait que des Protoss sont à l’académie.

-C’est le cas, répondit Marius. Je les ai vus et ils sont très amis avec les Poltergirls.

-Quoi ? Il faut aller les voir !!

Il fallait dire que les seules fois où on voyait des Protoss étaient sur les images rapportées des champs de bataille. Le précédent empereur les avait utilisées comme outils de propagande pour les montrer comme des envahisseurs. D’un autre côté, les Protoss avaient effectivement attaqué des mondes Terrans mais des mondes contaminés par l’Essaim. Donc rencontrer des Protoss était une opportunité en or. 

Au cours suivant, Téléris était présent en compagnie des Poltergirls. Ces dernières soupirèrent devant les regards admiratifs des fantômes devant le haut-templier. Beaucoup tueraient pour rencontrer un Protoss en vrai et de lui parler.

-Bon, dit Silvie. Vous avez bien regardé notre invité. Maintenant, place à l’entrainement. Sinon, la fosse aux Zergs.

-Vous êtes vraiment obligées de les menacer, demanda Téléris.

-Si on veut avoir de la discipline, répondit Carla, on doit sévir parce qu’on a des fans un peu hystériques.

La leçon du jour était le combat à la lame-psi. Les fantômes Terrans utilisaient plutôt des fusils mais pour compléter leur formation au combat rapproché, il fallait des armes adaptées. L’Alliance avait réussi à recréer des lames-psi semblables à celles utilisées par les Protoss. Ce fut Téléris qui expliqua le fonctionnement de ses armes.

-Ces lames peuvent apparaitre grâce à ces appareils montés sur vos poignets. Pour les mettre en marche, vous devez visualiser la lame qui doit apparaitre.

Tous s’exécutèrent. Certains réussirent, d’autres peinèrent. Les Poltergirls vinrent les aider et réussirent à leur faire apparaitre leur lame-psi.

-Parfait, félicita Téléris. Néanmoins, je vous recommande la plus grande prudence en utilisant ces armes. Elles peuvent presque tout toucher. Vous pourriez couper des parties de vous-mêmes ou vos camarades. Seules des lames-psi peuvent bloquer des lames-psi.

Pour la suite de l’entrainement, Téléris fit exécuter une série de mouvements que les templiers appliquaient pour leur propre entrainement. Au début, c’était amusant mais très vite, ça devenait lassant.

-Bon, dit Téléris, vous allez affronter ces droïdes d’entrainement. Vous serez autorisés à utiliser vos pouvoirs psychiques.

-Comme on est gentille, dit Iris, les droïdes auront des lames en bois mais avec de la peinture dessus.

-Et ceux qui se feront toucher le plus de fois feront des exercices supplémentaires.

Ces filles étaient vraiment diaboliques. Surtout quand les droïdes se battaient d’un niveau moyen. Pour de simples robots, ils se montraient assez vicieux. Certains utilisaient des coups bas pour toucher leurs adversaires. Les Poltergirls les avaient bien programmés. Camille reculait devant son droïde qui se montrait assez offensif. Instinctivement, elle jeta un œil à Marius. Ce dernier avait désactivé ses lames-psi et affrontait son adversaire qui n’arrivait pas à le toucher. Soudain, une main attrapa le droïde. La lame-psi s’activa et transperça la machine qui tomba au sol.

-Ingénieux, commenta Silvie. Celle-là, je ne l’aurais pas vu venir.

-ça fait très assassin, dit Carla.

-Au moins, Marius suit bien ses cours avec, ajouta Iris.

-Je vais lui envoyer un autre, dit Jennifer. Mais avec une difficulté accrue et avec la connaissance de ce coup.

À la fin de la leçon, la plupart des recrues sortirent de la salle leur tenue couverte de traces de peinture. Il n’y avait pas à dire, les leçons des Poltergirls étaient infernales.

Un mois s’était écoulé depuis que Marius avait rejoint l’académie fantôme. Il s’était accoutumé de son nouvel environnement. Camille était un peu chiante mais dans le fond, elle était une chic fille. Seulement, depuis quelques jours, une rumeur s’était répandue. Apparemment, des fantômes se droguaient. Toutefois, ce n’était pas une drogue comme on en connaissait. Les quelques témoins décrivaient une sorte de gaz violet. Des drogués eurent des hallucinations et de violents burnouts. Des comportements étranges furent observés. Prenant les choses en sérieux, l’Alliance Démoniaque et le Dominion déployèrent leurs troupes pour enquêter sur cette histoire.

-Sérieux, soupira Camille après avoir passé un point de sécurité. Ces androïdes exagèrent. Comme si on se droguait.

-Si tu savais ce que causait la Terrazine, lui dit Marius, tu comprendrais.

-La quoi ?

Marius lui expliqua ce qu’était la Terrazine. Il s’agissait d’un gaz affectant les capacités psychiques d’une personne. Grâce à ça, on pouvait accroitre l’IP d’un fantôme mais ce n’était pas le seul effet bénéfique. On prétendait que les cellules du cerveau étaient rajeunies sous l’effet de la Terrazine. Ce qui permettait d’être immunisé au lavage de cerveau et de résister aux intrusions mentales. Évidemment, il y avait des effets secondaires, à commencer par une addiction à la Terrazine. Un projet, appelé le Projet Lames de l’Ombre, avait mis en place pour créer de puissants soldats dopés à la Terrazine appelés des spectres. Seulement, divers incidents firent clore le projet mais des spectres avaient continué le projet pour gagner en puissance. Pour Camille, cette puissance ne l’intéressait pas. Son IP était de sept.

-Surtout, dirent les Poltergirls à la fin de leurs cours, refusez toute drogue et avertissez les forces de sécurité. La puissance vient de la maîtrise.

Cela embarrassait les classes qui comprenaient que les Poltergirls ne désiraient pas voir des gens souffrir de ces drogues. Surtout quand on avait été témoins de ces fâcheux évènements. Et pourtant, il y avait toujours des fantômes pour prendre la Terrazine et accroitre leurs pouvoirs psychiques. Cette fois-ci, les Poltergirls avaient décidé d’intervenir. Le directeur avait approuvé et exigea que cette affaire soit résolue au plus vite. Cela ne plaisait pas aux Poltergirls mais elles durent aller voir une personne qui avait connaissance de ce genre d’affaire.

-Nova, cria Silvie en frappant à la porte, on va avoir de besoin de toi.

-Pas la peine de ne pas répondre, cria Iris, on sait que tu es là.

-Calmez-vous les filles, intervint Carla. Nova, je suis sûre que tu es au courant de ces rumeurs de drogue. Des analyses ont révélé qu’il s’agissait de la Terrazine.

La porte s’ouvrit violemment. Nova s’était dépêchée à la porte. Il était normal de réagir ainsi car elle avait été chargée de traquer les spectres et mettre fin à leur révolte. Seulement, leur leader Tosh avait fait appel aux services de Raynor pour se procurer les produits nécessaires pour former son armée de spectres. Dans sa tentative de persuader Raynor d’éliminer Tosh, elle eut la déception de voir le rebelle choisir de soutenir le spectre et d’attaquer la prison où elle avait livré les spectres capturés. Dans une salle privée, les Poltergirls, Nova et Téléris s’étaient réunis.

-Pourquoi il y a un Protoss avec nous, demanda Nova.

-ça pose un problème, répondit Silvie. Téléris est quelqu’un de bien. Nous pouvons lui faire confiance.

-On se calme, les filles, dit Carla. Nous devons trouver la source de cette Terrazine et arrêter ses vendeurs.

-Essaie de lire dans leur esprit, dit Iris, la Terrazine renforce les défenses mentales contre les intrusions. Même un IP10 aurait du mal.

-Et le sevrage prendra beaucoup de temps, termina Jennifer.

La première chose à  faire fût d’aller dans la chambre des drogués. Même s’il n’y avait plus de traces de Terrazine, il y avait forcément des indices pouvant mener aux dealers. Un post-it avec une date et un lieu pour la livraison. Malheureusement, aucune piste. Les responsables avaient tout prévu pour ne pas laisser de trace sur eux. En désespoir de cause, elles appelèrent Tosh. Le spectre leur répondit alors.

-Mesdemoiselles, demanda-t-il.

-Au diable, les politesses, s’impatienta Nova. Il va falloir t’expliquer pour la Terrazine.

-Je ne vois pas de quoi vous parlez, répondit Tosh sans grande réaction.

Visiblement, le spectre ignorait tout du trafic. Tosh demanda s’ils avaient trouvé du jorium. Ce minerai permettait de stabiliser la Terrazine et de minimiser ses effets secondaires. Les spectres de Tosh suivaient une consommation très stricte pour limiter encore plus les effets néfastes de la drogue.

-Donc, le dealer veut provoquer des overdoses de Terrazine, devina Carla. Seulement, d’où ils la trouvent.

En effet, les puits de Terrazine étaient lourdement gardés par les Tal’darims qui la considéraient sacrée. Portant le nom de Souffle de la création, il était dit que la Terrazine était un cadeau des Xel’Nagas et permettrait de communiquer avec eux. Cela paraissait improbable mais les études de l’Alliance avaient révélées que ce gaz possédait des propriétés inexistantes dans cet univers. Ce qui donnait du crédit aux propos des Tal’darims.

Les emmerdes continuèrent après l’appel avec Tosh. Des candidats autrefois refusés furent à présent admis après les examens d’entrée. Il était évidemment que ces candidats étaient shootés à la Terrazine.

-Ok, dit Silvie. C’est clairement une déclaration de guerre.

-Hors de question de laisser la Terrazine nuire l’académie fantôme, dit Carla.

Très vite, les Poltergirls prirent les mesures qui s’imposaient. Premièrement, renforcer les contrôles et faire des inspections surprises dans les chambres des recrues. Ensuite, examiner ces nouveaux candidats. Une visite médicale approfondie ne leur fera pas de mal. Inclus une enquête sur eux. Si la Terrazine était impliquée, alors ils seraient dans l’obligation de les refuser. En attendant, elles devaient découvrir comment la Terrazine entrait dans l’académie. L’Alliance assurait la surveillance des entrées et sorties avec une rigidité à toute épreuve. Pourtant, il y avait une faille dans le système de contrôle si un tel produit réussissait à tomber entre les mains de ses consommateurs. Même le personnel était fouillé.

-Mais où est la faille, interrogea Nova.

-Comme si nous le savions, répondit Silvie. Les androïdes de combat ne laissent aucune ouverture. Tout ce qui rentre est inspecté sans que rien ne soit ignoré.

-Il y a bien une chose que les androïdes ne cherchent pas quand ça arrive, dit Iris.

Le seul moyen était de fouiller toute l’académie dans les moindres recoins. Par leurs recherches sur la Terrazine, l’Alliance avait développé un prototype de détecteur de Vide et de Terrazine. Un autre indice qui pourrait mettre l’Alliance sur la piste était l’odeur. Même le nez des androïdes avait été amélioré pour détecter la Terrazine. Les fouilles commencèrent rapidement mais avec discrétion. Il fallait prendre les coupables sur le fait et par surprise pour éviter qu’ils effacent les preuves.

-C’est long, s’impatienta Jennifer.

-Ils vont bien trouver quelque chose, dit Carla. On a fait réduire la sécurité pour que les dealers se croient en sureté.

Soudain, un androïde débarqua. Les soldats de l’Alliance avaient attrapé un dealer en flagrant délit de transaction. Son client fut mis aux fers et envoyé à l’infirmerie pour désintoxication. Quant à son dealer, il fut placé dans une salle d’interrogatoire.

-Bonjour, dit Nova. Vous savez pourquoi vous êtes là.

-Juste parce que j’ai voulu aider mes camarades à devenir plus forts.

-Plus forts, s’indigna calmement Nova. Cette saloperie a rendu fou un paquet de tes « camarades ». Le pire, c’est que la dose que tu leur prescris est presque létale.

Réaction surprise du dealer. Nova soupira devant tant de stupidité. Ce gars ne s’était même pas renseigné sur les effets secondaires de la Terrazine. D’ailleurs, ce type en avait pris à petite dose. Assez pour se protéger des intrusions mentales.

-Écoutez, se défendit le dealer, mon marché avec mon fournisseur contient une clause de confidentialité. Ce que je fais, c’est d’aider ceux qui ont un IP faible. Ceux qui ont des capacités intéressantes ou un IP élevé se démarqueront lors du conflit à venir. Avec ça, vous devriez me remercier de vous apporter une puissante armée.

-Une armée de shootés et de fous, répondit Nova. Par contre, je vais remercier l’Alliance pour son code juridique. Ton petit trafic va te coûter cher. Ils verront ça comme de la complicité de complot contre l’Univers.

-Vous n’êtes sérieuses, demanda le dealer qui montrait de la panique devant l’ampleur de son acte.

Nova eut un sourire neutre mais elle jubilait intérieurement. Le suspect allait bientôt se mettre à table.

-Malheureusement, ce ne sera que de la logique. Tu vends un produit engendré par les Xel’Nagas et qu’il est difficile à trouver. Sauf chez les Tal’darims qui servent Amon. Je crois savoir que ces types n’aiment pas qu’on touche à leur Souffle de la création. Sauf si tu as eu leur accord. Ce simple lien se suffit à t’inculper de ce crime.

Très vite, le suspect craqua. Il ne voulait pas endurer les horribles punitions de la Coalition Obscurienne. Il accepta donc de parler.

Dans un couloir désaffecté, les Poltergirls et Nova fouillaient le sous-sol à proximité. D’après le dealer que Nova avait cuisiné, il y avait un réseau de tuyaux d’où venaient les capsules contenant la Terrazine. Il ne fallut pas longtemps aux fantômes pour le trouver. À côté, des caisses remplies de capsules vides. Il suffisait d’en mettre une pour qu’elle soit propulsée dans les tuyaux. À l’autre bout, se trouvait le fournisseur qui apportait la Terrazine avant de la mettre dans les capsules qui revenaient à leur point de départ. On mit la petite Mimi à l’intérieur. Équipée d’un mouchard, la parasite des ténèbres allait donner la localisation du repaire du baron de la drogue quand elle arriverait à destination.

-Parée au lancement, annonça Mimi.

-C’est ça, dit Nova, et qu’on te revoit plus.

-Pourquoi tu es si méchante, Nova-chan, pleura Mimi.

-Il suffit, vous deux, intervint Carla. On a une mission !

Mimi fut immédiatement propulsée dans la tuyauterie. D’autres capsules furent envoyées car il était coutume de renvoyer toutes les capsules vides pour les remplir. Carla téléporta les autres dehors pour aller suivre la capsule pistée. À l’intérieur, la pauvre araignée noire vivait les pires montagnes russes de sa vie. La capsule allait à une vitesse hallucinante. Elle sentait que ses organes lui remontaient à la tête. Finalement, le voyage s’arrêta. Dès que la capsule s’ouvrit, Mimi sortit vista et alla vomir dans un coin. Plus jamais elle ne monterait à bord d’une capsule.

À la surface, les Poltergirls et Nova suivaient le signal qui avait filé à toute vitesse. Au lieu du signal, elles virent une petite maison avec une piste d’atterrissage. L’endroit parfait pour amener la Terrazine. Au premier abord, c’était une banale maison à proximité des limites de l’académie.

-Trop louche, commenta Silvie.

-Pour une fois, une je suis d’accord, dit Nova. On fonce et on leur règle leur compte.

-Calmez-vous les furies, dit Carla. Nous sommes des fantômes. Notre spécialité est l’infiltration. Alors, agissons comme tel. Nous ne sommes pas ce qu’il y a à l’intérieur.

Les cinq fantômes activèrent leur système de camouflage et commencèrent à s’approcher du bâtiment. Les fenêtres étaient fermées de l’intérieur. La porte d’entrée était verrouillée. Pas de chance, la serrure était électronique. Ce qui était dans les cordes de Jennifer qui l’ouvrit sans difficulté. L’intérieur était un intérieur de maison de tout ce qu’il y avait d’ordinaire. Quelques assiettes sales indiquaient que l’endroit était habité.

-Le signal indique en-dessous, informa Iris.

Il y avait forcément une trappe qui menait au sous-sol. Comme toujours, elle était mal cachée. En descendant, les fantômes trouvèrent un immense laboratoire. La majeure partie était dédiée au stockage de la Terrazine. En effet, leur stockage était important pour la conserver puisque sa durée de vie était courte à l’air libre. Des centaines de capsules étaient remplies à la minute. Tout était prêt à une livraison générale dans tout le Dominion. La présence d’humains était prévisible. Par contre, celle d’un hybride destructeur l’était moins.

-Cet hybride contrôle certainement les humains, dit Jennifer. Nous devrions d’abord neutraliser ses esclaves avant de s’occuper de lui.

Au même moment, Mimi arriva. Elle avait senti la présence de Nova qu’elle avait appris à aimer. Les cinq fantômes se dispersèrent pour préparer le terrain contre l’hybride. Par chance, les esclaves Terrans étaient isolés pour la maintenance des machines. Comme de bonnes agents d’infiltration qu’elles étaient, les Poltergirls et Nova usèrent de leur agilité et de leur ruse pour attaquer les manipulés par derrière. Avant même qu’ils aient su ce qu’il leur arrivait, ils étaient KO. Au bout d’un moment, l’hybride commença à remarquer des absences. En fait, il se sentait seul.

-À nous deux, sale bête, dit Nova en désactivant son système de camouflage.

Les Poltergirls restaient en retrait. Elles voulaient si Nova avait bien assimilé leurs leçons pour combattre les hybrides. Comme il était seul, ça ne devrait pas être trop difficile.

-Pauvre folle, nargua l’hybride. Tu oses m’affronter seul ! À moi, mes esclaves ! Attrapez cette impudente !

Personne ne vint. Tous avaient été neutralisés. Nova jeta immédiatement une bombe IEM. D’après les Poltergirls, il existait plusieurs variétés d’hybrides. Celui-ci possédait un bouclier semblable à celui des Protoss. Privé de sa principale défense, Nova commença à l’attaquer.  Malgré son frêle corps, l’hybride esquiva les attaques de l’IP10. Cela agaçait Nova. Soudain, l’hybride lança ses éclairs. Nova bondit derrière une table pour se protéger.

-Merde, pensa-t-elle, ce monstre est plus coriace. Je pourrais le tuer si je me battais à fond mais on doit le capturer vivant pour l’interroger.

-Nova-chan, dit Mimi, prends ça !

Regardant la capsule en verre de Terrazine, Nova comprit le plan. De son côté, l’hybride s’impatienta. Il s’approcha lentement pour acculer Nova et l’éliminer. Tout à coup, une capsule de Terrazine vola vers lui. Instinctivement, l’hybride la détruisit causant la libération de la Terrazine. D’autres capsules se succédèrent pour voler en éclats. Un petit brouillard se forma alors. Personne ne serait inconscient pour traverser cette Terrazine au risque de devenir accro. D’autres capsules arrivèrent mais l’hybride les détruisit.

-Pauvre idiote ! Ce n’est pas avec ça que tu me vaincras.

-En effet, approuva Nova qui arriva derrière lui.

L’hybride n’eut pas le temps de réagir et s’effondra par strangulation. Nova ne l’avait pas tué. Il était juste inconscient.

-Pas mal, Nova, dit Silvie. Même si tu as eu un peu d’aide.

-Pour une araignée, elle est costaud, admit Nova.

-Bon, dit Carla, on appelle la cavalerie et on démantèle tout ce laboratoire.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Les troupes de l’Alliance arrivèrent au laboratoire et commencèrent à détruire le laboratoire. L’hybride fut emporté à l’académie pour être interrogé.

-Alors, demanda Sarco, l’hybride a-t-il parlé ?

-Il résiste, répondit Nova. Mais il finira bien par cracher le morceau.

-ça risque de prendre du temps, dit Iris. Il vaut mieux utiliser une autre approche.

-Que recommandez-vous, interrogea le directeur.

-Étant des serviteurs des Ténèbres, expliqua Iris, nous pouvons communiquer avec les Ténèbres.

-Tout ce qui existe dans cet univers, continua Jennifer, possède sa part de Ténèbres. Les hybrides n’échappent à la règle. Si nous réussissons, nous obtiendrons ses motivations à monter ce trafic.

Le directeur donna son accord. Il exigeait des réponses. À la salle d’interrogatoire, les Poltergirls se concentrèrent sur les Ténèbres de l’hybride. Ce dernier était solidement attaché et portait des écrans-psi pour l’empêcher d’utiliser ses pouvoirs psychiques. En cas d’évasion, il était équipé d’un collier tueur. Une simple commande déclenchait la libération d’un virus mortel qui réduirait son corps en poussière.

Comme elles l’avaient prévu, les Poltergirls entrèrent en contact avec les ténèbres de la bête. Le plus dur était de les convaincre de parler. Un individu en harmonie avec lui-même aurait présenté des difficultés car ses ténèbres se seraient montrées peu coopératives. Dans le cas de l’hybride, ses ténèbres furent plus bavardes. Les hybrides avaient eu vent des préparatifs du Dominion. Il fallait donc les ramollir avant le conflit. Connaissant le gout prononcé de certains Terrans pour la Terrazine, ils montèrent ce trafic. Ils commencèrent par les fantômes, les premiers clients désireux d’augmenter leur IP. Puis, ils livrèrent de la Terrazine à des gens fortunés voulant devenir des fantômes. Avec l’argent qu’ils auraient collecté, ils les auraient utilisés pour payer davantage d’armes pour le Contingent Möbius.

-Et ils ont même révélé les autres sites de livraison, s’étonna Nova.

-Il faut croire que les Ténèbres n’apprécient pas les hybrides, dit Carla avec philosophie. Enfin, avec ces informations, ce trafic de Terrazine ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

En effet, les troupes jointes de l’Alliance et du Dominion se rendirent sur les points stratégiques du trafic. Sur place, ils démantelèrent les laboratoires et confisquèrent la Terrazine. Ces mouvements de troupes firent naturellement la une des journaux.

-Et comment ils ont fait pour prendre la Terrazine sous le nez des Tal’darims, demanda Camille.

-Ils l’ont demandé, voire ordonné, répondit Marius. Tu penses vraiment que les Tal’darims aient leur mot à dire dans cette histoire ? Si c’était des humains, ils n’auraient pas fermé les yeux. Par contre, il est évident qu’ils la ferment devant les représentants de leur dieu.

La leçon d’aujourd’hui était l’analyse de l’infiltration des Poltergirls dans ce laboratoire. Chaque mouvement était soigneusement examiné pour montrer ce qu’il fallait faire. Nova qui avait vu la leçon se demanda par quels moyens elles avaient filmé leur mission. Aujourd’hui encore, elle se pose encore la question.

Dans l’espace du Dominion, l’Hypérion faisait route vers une destination inconnue. Seul le pilote possédait les coordonnées. Sur ordre de l’Alliance, personne d’autre ne devait connaitre ces informations afin d’éviter d’éventuelle fuite. Ils étaient prudents, ces serviteurs des Ténèbres.

-Matt demanda Raynor, tu sais où on va ?

-Pas plus que vous, monsieur, répondit l’amiral. La seule chose qu’on sait, c’est qu’on se rend vers un cuirassé scientifique de l’Alliance Démoniaque. C’est là-bas que plusieurs équipes de recherches travaillent pour le développement de nouvelles armes.

-Charmant, jura Raynor. Je présume que le secret défense fait qu’on ne peut pas connaitre son emplacement exact.

-Tu connais le protocole, Jimmy, lui dit une voix familière. La discrétion est une des meilleures armes de l’Univers.

Celui qui venait de parler était un androïde de combat. Celui qui l’animait était Tychus Findlay, un vieil ami de Raynor.

-En plus, continua Tychus, ce genre de cuirassé est réputé pour son système de camouflage presque indétectable.

-Merveilleux, soupira Raynor, et comment on va le trouver s’il se cache ?

-En utilisant un signal bien spécifique. Pilote.

Le pilote envoya un signal. Quelques secondes après, un imposant cuirassé apparut devant l’Hypérion. Il était presque aussi grand que l’Hadès. Son blindage était bien plus résistant afin de protéger les recherches qui étaient sensibles. Un abordage était donc difficile dans ces conditions.

-Ici, Matt Horner à bord de l’Hypérion. Demande de s’arrimer à votre cuirassé.

-Demande d’autorisation acceptée, répondit un androïde de combat.

-Très bien. Systèmes d’arrimage enclenchés.

L’Hypérion s’arrima au cuirassé scientifique permettant à Raynor et Matt de monter à bord. Le comité d’accueil fut mené par le haut-templier Téléris à la grande surprise de Raynor.

-En Taro Tassadar, ami Raynor, salua le Protoss.

-En Taro Tassadar, répondit le concerné. J’ignorais que l’Alliance recrutait des Protoss.

-Je ne fais pas partie de l’organisation, expliqua le templier. Je suis un ami d’un des membres de la Boite de Pandore. Cela apporte beaucoup à mon peuple.

Raynor prévint malgré tout que les démons étaient des êtres vils et qu’ils étaient passés maîtres dans l’art dans la manipulation. Téléris eut un petit rire. Les êtres des Ténèbres avec qui il avait combattu l’utilisaient mais jamais sur ceux qu’ils considéraient comme leurs camarades. Mathio était quelqu’un digne de confiance et rien n’ébranlerait la foi de Téléris envers le démon de l’Espoir.

-Alors, qu’est-ce que vous avez pour, demanda Matt.

-Bien des choses, amiral, répondit Téléris. Mes frères et moi travaillons sur le Contingent Moebius.

-C’est-à-dire ?

-Comme vous le savez, expliqua Téléris, les Terrans qui composent ce groupe sont tous sous l’emprise des hybrides. Notre projet est donc de trouver un moyen de les libérer du joug de ces abominations. Malheureusement, ce n’est pas si simple.

-J’ai un très mauvais pressentiment, dit Raynor.

En effet, par plusieurs missions d’assaut sur le Contingent, l’Alliance était parvenue à capturer des humains contrôlés vivants. Etrangement, ils étaient toujours sous le contrôle mental des hybrides malgré la grande distance. On avait beau prendre toutes les dispositions nécessaires pour empêcher les hybrides de répandre leur influence néfaste, aucun changement ne s’opéra sur leurs malheureuses victimes. Devant cette interrogation, les Protoss examinèrent le cerveau et l’esprit des Terrans. Ce qu’ils découvrirent les surprirent grandement. La puissance psychique des hybrides dépassaient tout ce qu’ils pouvaient imaginer. Certes, ils pouvaient manipuler les Terrans mais cela n’était pas une tâche aisée et ça ne durait éternellement en raison d’une importante concentration requise. Concernant les hybrides, cette barrière n’existait pas pour eux et ils étaient allés plus loin.

-Dans le cas général d’un contrôle mental, expliqua Téléris, il suffit de détruire la source pour libérer les victimes. Seulement, dans notre cas, la disparition des hybrides ne change rien concernant leurs victimes.

-Alors, pourquoi ces Terrans continuent à servir Amon, demanda Raynor.

-J’y viens, répondit Téléris. Nous avons auscultés leur cerveau et avons découvert quelque chose. Appeler ça de l’hypnose serait incorrect mais c’est clairement la cause de leur endoctrinement. Nous l’avons appelé un « programme mental ».

-Programme mental, s’étonna Matt. Et pourquoi vous ne tentez pas de le démanteler ?

Malheureusement, c’était ce qu’avaient tenté de faire les Protoss. Au même moment, Road, la Bras Droit de la Tromperie, arriva. Elle tenait une serviette qu’elle utilisait pour s’essuyer le visage couvert de sang.

-Téléris, j’ai encore foiré.

-Encore un échec, soupira Téléris. J’ai bien peur que le destin du Contingent Möbius soit scellé.

-Ne dis pas ça, répliqua Raynor. Je suis sûr que vous allez trouver un moyen.

-Sauf que libérer ces Terrans équivaut à désamorcer une bombe d’une complexité hors norme. Un seul faux mouvement et leur tête explose.

Raynor et Matt affichèrent alors une tête de demeuré. Ils ne s’attendaient pas à entendre une telle chose. Dans le même temps, c’était dans la logique d’Amon. Quoi de mieux pour éliminer rapidement ses esclaves ? Une pensée et la bombe psychique tuait immédiatement les Terrans contrôlés. Enragé, Raynor frappa la paroi avec son poing. Cet Amon n’avait vraiment aucune morale pour traiter les gens ainsi ?

-Votre réaction est compréhensible, dit Téléris. La Boîte de Pandore m’a souvent parlé du complexe de dieu où la personne se considère supérieure à tout et estime être toujours dans le juste.

-On connait et on sait tous les efforts que vous faites pour trouver un moyen de les sauver, répondit Raynor. Alors, n’abandonnez pas.

-C’est bien beau tout ça, répliqua Road, mais ce n’est pas avec de belles paroles qu’on va résoudre le problème. En admettant qu’on trouve la solution, on se confrontera à un autre problème. Comment les libérer au beau milieu d’un champ de bataille ?

En effet, c’était un problème assez important. Se lancer dans le sauvetage de ces âmes perdues reviendrait certainement à mettre en danger ses propres troupes. Beaucoup d’officiers diraient que le prix serait trop cher payé pour l’appliquer.

-Trouvez d’abord le moyen de les sauver, dit Raynor. Après, c’est à nous d’en décider.

-Excusez mon intrusion, intervint César Clown, mais je viens demander des volontaires pour mon projet Soldats des Lames. De préférence, des Protoss.

-Ne s’agit-il pas de ce projet avec ces prétendus fruits qui donnent un pouvoir de se changer en Zerg, demanda Matt.

-Mes Smiles sont parfaits !! Il me faut juste des cobayes pour attester de leur efficacité.

-Et après, on aura nos petits hybrides à nous, se moqua Raynor.

-Evidemment, répliqua César blessé dans son orgueil. Seulement, ils ne tiendront pas la comparaison avec les hybrides d’Amon.

En effet, la conception de ces monstres n’exigeait pas d’utiliser qu’un Protoss et un Zerg pour parvenir au résultat connu. Grosso modo, on pouvait une quinzaine d’individus de chaque race aurait fait l’affaire, bien que ce soit une estimation arbitraire. De ce fait, il était normal que les hybrides d’Amon soient plus puissants que les hybrides créés à l’aide de smiles. En fait, les smiles n’augmentaient pas les capacités psychiques mais physiques.

-Je n’apprécie cette idée, dit Téléris. La vision d’avoir des hybrides me répugne.

-Allons, tenta César, le projet a approuvé par la Boite de Pandore et la Reine des Lames. Bien sûr, les Protoss apporteront un crédit supplémentaire à mon projet. Et puis, les effets de mes smiles sont temporaires. Ils durent une semaine.

-Une semaine, s’étonna Matt. Pourquoi ne pas rendre leurs effets permanents ?

-Le fait de les rendre temporaire permet de changer si on est insatisfait du Zerg assimilé, expliqua le scientifique gazeux. Par ailleurs, l’Essaim est connu d’évoluer assez vite. Il faut donc mettre à jour la recette des Sad, ingrédient capital à la conception des smiles.

-ça ne changera en rien ma décision sur le sujet, dit Téléris. Je me refuse de voir mes frères servir de cobayes à des expériences aussi tordues. Ce qui nous rabaisserait au même niveau que nos ennemis.

Sur ces mots, le templier Protoss repartit pour ses recherches en compagnie de Road qui finissait de s’essuyer le visage. Pendant un temps, ce fut le silence. Puis, Raynor rompit enfin le silence.

-La vache, dit-il. Ça, c’est de l’argument.

-Tsss, siffla César. Ce Protoss a jugé trop mon travail. Quand il verra l’efficacité et la fiabilité des soldats des Lames, il changera d’avis.

-En admettant qu’il accepte, se permit de faire remarquer Matt, comment feriez-vous pour qu’ils mangent vos smiles ? Les Protoss n’ont pas de bouche.

-Si je n’avais pas un moyen de contourner ce problème, je n’aurais pas proposé de faire participer les Protoss au projet, répondit César. De là où je viens, il existe un scientifique d’un grand génie. Il a trouvé le moyen de faire manger des fruits du démon à des objets.

-C’est une blague, demanda Raynor.

-Absolument pas ! On s’est retrouvé avec une chien-fusil ou encore un éléphant-épée.

Par moments, le commandant se demandait sur quels critères l’Alliance Démoniaque sélectionnait. Parce que celui-là venait d’un monde de tarés.

Huit mois s’étaient écoulés depuis le trafic de Terrazine. La vie avait repris son cours « normal ». Comme on le craignait, le contingent Möbius avait commencé à frapper. Ses premières victimes furent des mondes frontaliers. Les quelques survivants témoignaient de la présence d’hybrides aux côtés de ces Terrans. Les inquiétudes commençaient à monter. L’Alliance l’exploita pour faire accélérer les préparatifs à la guerre. Le Trône Divin avait bien avancé et il tiendrait les délais. La présence des troupes de Téléris avait engendré quelques rapprochements entre les deux races. Une chose que le gouvernement avait encouragée pour dissiper les préjugés qui subsistaient. Seulement, l’opinion publique portait encore les traces de la propagande de l’ancien régime qui voyait les Protoss comme une menace. Téléris et Dunkelion partirent voir Mathio à un moment de cette période. Le démon de l’Espoir avait découvert une chose susceptible d’intéresser les Protoss.

L’empereur Valérian lisait les derniers rapports. Les mauvaises nouvelles venaient des attaques des troupes d’Amon. Quant aux bonnes nouvelles, elles étaient d’ordre social. La population soutenait leur empereur et c’était une bonne chose. Un portail des ténèbres s’ouvrit soudainement dans son bureau. Les Poltergirls en sortirent.

-Ah, mes dévouées gardes du corps, accueillit Valérian. Vous apportez les nouvelles de l’académie ?

-Oui, votre excellence, dit Silvie. Les fantômes s’améliorent grandement. Tout cela grâce à notre entrainement.

-J’ai cru entendre dire qu’il était assez… hardcore, commenta Valérian.

Les Poltergirls tirèrent la langue de fierté. Elles justifièrent rapidement que beaucoup d’élèves venaient juste pour les approcher. Après leurs exploits, il était normal de devenir aussi célèbres. Comme ils étaient supposés être des soldats, une attitude de groupie était inacceptable. Soudain, un messager arriva et apporta une nouvelle des plus surprenantes. La Virus Army, un groupe d’assaut au service de la Coalition Obscurienne, avait emprunté des plans d’un nouveau vaisseau, le croiseur, pour créer une nouvelle créature. On lui avait donné le charmant nom de Destroyermon.

-Encore un de ces vaisseaux avec des yeux et qui parle, devina Carla.

-Je crois savoir qu’il avait utilisé des usines pour un gros projet personnel, se rappela Jennifer. Seulement, il n’a rien voulu en dire davantage.

-Il n’y a que la Boîte de Pandore qui connaisse les détails, soupira Iris.

L’empereur demanda des nouvelles de leur élève. La nouvelle d’un IP10 n’avait pas échappé aux oreilles de l’empereur. Le jeune garçon s’était grandement amélioré depuis que les Poltergirls l’avaient pris en main. Quant aux autres, ils avaient rapidement atteint un bon niveau. Le directeur avait proposé de leur confier une mission sous la supervision des Poltergirls. Ce qui allait bientôt arriver. Nova s’était calmée de son côté. Elle avait commencé à sympathiser avec Mimi. En prenant une distance quand même parce que la bestiole avait des sautes d’affection débordantes et venait câliner Nova.

Concernant certains ex des Poltergirls, ils avaient été retrouvés morts lors de la bataille de Korhal. Seul John, le petit-ami de Silvie avait échappé au massacre suite à sa séparation avec les autres pour divergence d’opinion. Les Poltergirls ne montrèrent aucune sympathie envers ces morts. Depuis qu’elles avaient dévoilé leur affiliation avec l’Alliance Démoniaque, ce fut la rupture immédiate. Quelle hypocrisie ! Plutôt que de rester cloîtrer dans le passé, les Poltergirls partirent pour leur mission.

À bord de l’Hypérion, les Poltergirls et leurs élèves étaient à la passerelle attendant le briefing de la mission. À côté du vaisseau-amiral de Raynor, un cuirassé de l’Alliance. L’amiral Horner et le commandant James Raynor arrivèrent pour expliquer leur objectif de mission.

-Ok, les mioches, dit Raynor. J’espère que vous êtes prêts pour cette mission parce que ce n’est pas une promenade de santé.

Allumant le tableau de bord, Raynor montra les images prises par les espions de l’Alliance. On pouvait voir une large plateforme militaire. Dessus, se trouvaient de nombreux bâtiments Terrans et une importante armée.

-Voilà une base du contingent Möbius, expliqua l’amiral Matt Horner. D’après nos espions, elle sert de point de ravitaillement pour les troupes d’Amon envoyées attaquer les mondes. Le problème, c’est que cette place est bien protégée.

-C’est là que vous intervenez, continua Raynor. Vous allez infiltrer cet endroit et lancer des frappes sur des points stratégiques.

Seulement, les Poltergirls n’allaient pas intervenir directement dans la mission d’infiltration. Elles étaient chargées de les surveiller durant leur progression. La présence d’hybrides était confirmée. Utilisant de petites capsules de débarquement, les fantômes atteignirent une zone mal gardée par le contingent.

-Ok, dit Carla, vous allez trouver une zone d’atterrissage et la sécuriser pour que le commandant Raynor puisse faire débarquer les troupes.

-Soyez prudents avec les hybrides, alerta Iris, ils peuvent vous repérer malgré votre camouflage. Restez à l’écart en attendant les renforts.

Les huit fantômes commencèrent à s’enfoncer dans la base. Ils virent une patrouille de marines. La tentation de les tuer était forte mais il fallait se contenir. Autrement, ce serait le meilleur moyen d’alerte le contingent Möbius de la présence d’intrus. Passant discrètement sous le nez des gardes qui n’étaient pas équipés de détecteurs anti-camouflage. Continuant leur exploration, ils arrivèrent dans une large salle. Une piste d’atterrissage était présente. Par contre, l’endroit était rempli de soldats. Deux hybrides menaient les troupes.

-Ici, Marius, contacta l’IP10 par télépathie, on a trouvé une salle d’atterrissage mais il y a beaucoup de gardes.

-Envoyer des troupes serait suicidaire, dit Raynor qui n’était pas du genre à envoyer de la chair à canon. Il va nous falloir une diversion.

Par chance, il y avait de grosses caisses et des explosifs entreposés dans la pièce. Des vaisseaux allaient certainement venir les chercher. Empilés comme ils étaient, un danger semblait inexistant à moins d’être volontaire. Marius déplaça doucement la plus haute caisse pour la faire tomber. La chute attira comme prévu une bonne partie de la garnison. Rassemblés comme ils étaient, c’était parfait pour balancer des grenades qui roulèrent à leurs pieds.

-Intrus, cria un hybride.

Seulement, quatre knightmares pénétrèrent dans la salle en volant. Armés de fusils modèles géants, ils décimèrent les survivants des explosions. Les hybrides s’interposèrent mais c’était sans compter les fantômes encore embusqués. Une bombe IEM neutralisa le bouclier du destructeur. Plusieurs balles l’abattirent. Quant au ravageur, il se fit éclater la tête par un coup de poing imprégné d’énergie psionique par un des knightmares.

-C’est bon, contacta un knightmare. Vous pouvez envoyer les troupes pour sécuriser la zone.

-Pas de problèmes, répondit l’amiral. Les renforts sont en route.

Une dizaine de vaisseaux de transport arriva et  déposa sa cargaison de soldats qui investirent les lieux. Les knightmares s’ouvrirent pour révéler les Poltergirls aux commandes des robots de combat.

-Vous aviez dit que vous ne participerez pas à la mission, fit remarquer Camille.

-Il y a eu incompréhension, dit Iris. Nous avons dit « pour l’infiltration ». C’est quand même vous qui avez fait le gros du travail et vous allez continuer.

-Au fait, demanda Silvie. À quoi servent les bombes IEM ?

La question surprit les apprentis fantômes qui répondirent. Affaiblir les boucliers, vider les machines et êtres vivants de leur énergie. Carla tira une bombe IEM. Une silhouette apparut. Un spectre. Les fantômes comprirent qu’ils avaient oublié un autre effet : révéler les unités camouflées. Des androïdes de combat bondirent sur le spectre et l’éliminèrent sans pitié.

-Première étape accomplie, dit Silvie. Maintenant, le contingent Möbius doit avoir eu vent de notre attaque. Je suis prête à parier qu’ils doivent se préparer à notre arrivée. C’est encore à vous d’aller infiltrer le cœur de cette plateforme. Faites tout pour entraver le contingent et favoriser le mouvement de nos troupes.

-Une dernière chose, prévint Jennifer. Il nous est impossible de sauver ces malheureux des hybrides. Tuez-les et vous abrègerez leurs souffrances.

Les huit fantômes opinèrent du chef. Activant leur système de camouflage, ils partirent vers l’intérieur de la plateforme. Les Poltergirls répondirent à l’appel de l’Hypérion.

-Mesdemoiselles, demanda Raynor, quelle est la situation ici ?

-Nous contrôlons cette piste d’atterrissage, répondit Carla. Le contingent a commencé à réagir à notre attaque.

-Nos élèves ont été envoyés en infiltration, ajouta Iris. Nous pouvons compter sur eux pour semer le chaos et nous permettre de vaincre l’ennemi.

-N’est-ce pas un peu dangereux d’envoyer de jeunes personnes au combat, demanda Matt.

-Nécessité fait loi, répondit Silvie. La situation exige que nous ayons des soldats qualifiés. Cette base est un excellent moyen pour eux d’apprendre le combat réel.

-Employer de jeunes enfants au combat n’est pas rare dans la Coalition et ailleurs, ajouta Carla. Bien sûr, pas des enfants de huit ans mais plus de quatorze ans. C’est l’âge minimal pour se joindre au combat. Telles sont les règles éditées par Don Stygian lui-même.

-Charmant, répondit Raynor peu convaincu.

Marius et son groupe arrivèrent devant un croisement. Des troupes du contingent Möbius courraient dans tous les sens. Visiblement, ils avaient eu vent de l’attaque surprise. Ils tentaient de se préparer à la venue de leurs envahisseurs. À en juger le nombre de soldats qui courraient, la garnison de cette plateforme était assez conséquent. La bataille qui allait suivre ne serait pas facile. C’était pour ça qu’on envoyait des fantômes. Ces derniers jugèrent bon d’aller à la salle de commandes. D’ici ils pourraient exploiter les défenses contre l’ennemi. En lisant l’esprit de certains soldats, ils purent connaitre l’emplacement du centre de contrôle et partirent en route.

-Attention, arrêta un fantôme. Ces tourelles lance-missiles peuvent nous détecter même camouflés.

Fort heureusement, ils pouvaient connaitre la portée de détection de ces tourelles. En longeant le mur, ils purent éviter la zone de détection. La suite fut difficile car des Corbeaux étaient aussi présents. À la différence des tourelles, ces vaisseaux pouvaient bouger.

-Il vaut mieux y aller un par un, proposa Marius. Sinon, on va se gêner.

Tous approuvèrent et passèrent. L’entrainement infernal des Poltergirls commençait à payer car il fallait un timing parfait pour passer sans se faire repérer. Après avoir traversé moult salles les fantômes arrivèrent à proximité de la salle de contrôle. Comme on pourrait s’y attendre, l’endroit était bien gardé. La porte était fermée de l’intérieur.

-Comment on va faire, demanda Camille. Il faudrait forcer la porter mais on se ferait accueillir par le plomb des balles.

-Dans ce cas, dit Marius, utilisons ceci.

Posant son sac qu’il avait emporté avec, Marius sortit le pantin qu’il avait l’habitude de s’entrainer. Usant de quelques relations, il avait apporté quelques améliorations dessus. Maintenant, son pantin était devenu une arme redoutable. Ouvrant une bouche de ventilation, l’IP10 fit bouger le pantin qui s’infiltra dans la ventilation.

-Que vois-tu, demanda un fantôme.

-Environ une vingtaine de marines, répondit Marius en voyant par les yeux du pantin, cinq maraudeurs, cinq médics et un hybride ravageur.

La salle était bien protégée. Un affrontement direct conduirait à des pertes considérables du côté des fantômes. Il fallait donc ruser. Marius utilisa son pantin pour lancer une grosse grenade fumigène. La fumée envahit toute la salle. Profitant de la panique, le pantin approcha du bouton d’ouverture de la porte et l’activa. Les huit fantômes entrèrent ensemble et mirent le plan qu’ils avaient préparé. Marius utilisa sa télékinésie pour arracher les fusils aux marines. Ses camarades éliminèrent les maraudeurs dont les armes étaient intégrées à leur armure de combat. Un rugissement retentit dans la salle. L’hybride fonçait droit vers eux. Marius le fit plaquer au sol par sa télékinésie. Seulement, il ne le retiendrait pas longtemps. Ses camarades intervinrent pour l’abattre. Même un hybride ne pouvait survivre à des balles dans la tête. Après avoir éliminé les derniers soldats du contingent Möbius, la salle de contrôle tomba sous le contrôle des fantômes. Ces derniers consultèrent les écrans. Les grandes salles étaient lourdement défendues avec de nombreux véhicules de combat et des hybrides.

-Commandant Raynor, contacta Marius. Nous nous sommes emparés de la salle de contrôle. Le contingent Möbius a rassemblé ses troupes dans des salles principales. On vous envoie les images.

L’Hypérion reçut les images. De véritables armées attendaient de pied ferme leurs assaillants. Une bataille épique était à prévoir.

-Ces bases sont construites sont de plus petites plateformes, observa Matt Horner. Si nous les détachons de l’ensemble principal, nous diviserons l’ennemi.

-Équipe Alpha, demanda Raynor, pouvez-vous détacher ces plateformes ?

-Négatif, commandant. Ce poste ne nous permet de contrôler que les caméras, les portes et les tourelles défensives. Les plateformes doivent être contrôlées ailleurs.

-Au poste de commandement, devina Raynor. Bon, vous avez fait du bon boulot en prenant cette salle de contrôle. On va l’exploiter au maximum.

Puisque le contingent ne venait pas les chercher, alors qu’ils restaient dans leur coin. Les fantômes scellèrent les portes menant aux bases secondaires. Même privée de ses renforts, la base principale semblait difficile de prendre d’assaut. Encore une fois, les fantômes allaient jouer un rôle dans cette bataille. Aux portes de la base ennemie, les Poltergirls confièrent des explosifs à leurs élèves. Leur rôle était de placer ces explosifs à des points stratégiques de cette base. Ce qui causerait un beau chaos qui profitera à l’Alliance et au Dominion pour attaquer. Encore une fois, la présence de détecteurs allait entraver la route des fantômes. Néanmoins, ils bénéficièrent du soutien de l’Alliance Démoniaque qui envoya des virus fausser les radars. Ainsi, il faut aisé de se déplacer dans la base sans se faire repérer. Après s’être mis à l’abri, ils déclenchèrent les bombes. Les explosions produites engendrèrent le chaos prévu.

-Ok, les filles, cria l’androïde de combat Tychus, c’est l’heure du ménage !! Balayez-moi ces saletés !

Les Poltergirls menèrent leurs troupes à l’assaut. Les redoutables androïdes de combat éliminaient froidement les ennemis confus. Les démons tuaient les hybrides par leur puissance démoniaque. En un temps record, l’Alliance avait fait le ménage.

-Beau boulot, félicita l’amiral Horner. Nous pouvons maintenant accéder aux commandes de la plateforme.

Jennifer s’occupa du piratage. Les plateformes secondaires se détachèrent de la plateforme principale. Dans cette situation, les troupes à bord étaient à présent isolés et vulnérables. Plusieurs chasseurs arrivèrent de tous les côtés pour leur tirer. Ils voulaient détruire les fonctions capitales des plateformes pour annihiler les troupes du Contingent. Chose qui se produisit en peu de temps.

-Très bien, annonça Raynor, prenons ce qu’il y a à prendre et détruisons cette plateforme. Il ne doit plus rien rester d’utile pour le Contingent Möbius.

Les soldats des deux armées alliées quittèrent les lieux. Leurs cuirassés bombardèrent ce qui resta de la base du Contingent Möbius. La mission était accomplie. Seulement, ce qui se passa après fut moins plaisant.

-Rédaction des rapports, ordonna Silvie.

-Pourquoi, gémit Camille.

-Parce qu’il faut faire savoir à la hiérarchie ce qui s’est passé, répondit Carla. Ils n’ont pas été là et ont besoin de connaitre les raisons de nos succès et de nos échecs.

-Vous avez intéressés à vous appliquer, prévint Iris. Sinon, des exercices supplémentaires.

Personne n’avait envie de suivre à nouveau les exercices mortels des Poltergirls et tous rédigèrent les rapports. Avec une mémoire aussi excellente que la leur, les Poltergirls n’eurent aucun mal à donner des rapports détaillés. Après la tâche terminée, ils eurent quartier libres.

-C’était vraiment cool, cette mission, dit Camille contente.

-Ce n’était qu’une mission de routine, dit Marius. C’était juste à se faire les crocs et avoir une idée du conflit à venir.

-Ne sois pas pessimiste, répliqua Camille. On la va gagner cette guerre, les doigts dans le nez.

Marius soupira. C’était plutôt Camille qui était trop optimiste. Parce qu’il côtoyait les Poltergirls, il pouvait entendre bien des choses. L’une d’elles étaient que la guerre serait violente et causerait de lourdes destructions. Certes, la destruction de cette base pénaliserait lourdement le contingent Möbius sur le long terme mais il serait une erreur de sous-estimer un ennemi qui n’avait pas montré ses crocs. L’Alliance Démoniaque était un parfait cas d’école puisque l’organisation des ténèbres n’avait pas déployé toute sa puissance face au Dominion.

Au bar de l’Hypérion, les Poltergirls buvaient un bon jus de fruits en compagnie de Raynor. Le commandant les avait invitées pour papoter un peu.

-Dites-moi, demanda Raynor, comment vous avez connu Sarah ?

-Projet Fantôme, répondit Silvie, mon père y travaillait comme scientifique à l’époque. C’est aussi là que nous nous sommes croisées toutes les quatre pour un projet secret de la Confédération. Classé secret défense.

-ça doit faire seize ans, se rappela Carla.

-Seize ans, s’étonna Raynor. Vous devriez avoir quatre ans à l’époque et vous arrivez à vous souvenir de ça ?

-On a une excellente mémoire, expliqua Iris. On se rappelle de bien des choses, bonnes et mauvaises.

-Et l’Alliance Démoniaque ? Je crois savoir que vous avez signé un pacte avec eux.

-C’est vrai, admit Jennifer. Arcturus ne donnait guère envie de le soutenir à l’époque. Quant à l’Alliance et ses leaders, ils semblaient être omniscients et ça suscitait un intérêt. Alors, quand ils nous ont promis de retrouver Sarah en échange de leur loyauté.

Si d’autres personnes venaient à entendre ça, ils diraient que ce serait de l’escroquerie.

-Et je parie que l’empereur Valérian savait pour votre affiliation.

Les Poltergirls gardèrent une face impassible et ne répondirent pas. Si elles avaient montré un seul signe de réaction, cela reviendrait à confirmer que Valérian était de mèche avec l’Alliance depuis un moment. De là, on pourrait devenir qu’il était membre de l’Alliance. Par ce lien, l’Alliance Démoniaque avait la main mise sur le Dominion. Il suffisait juste d’attendre le bon moment pour officialiser l’annexion.

Raynor comprit rapidement que les Poltergirls cachaient des choses. Il n’insista pas car cela pourrait le nuire. Et puis, l’Alliance ne ferait rien d’inconsidéré dans l’immédiat.

Les Bras Droits de la Boîte de Pandore. Des membres importants de l’Alliance Démoniaque. Leur puissance n’était pas aussi importante que leurs supérieurs mais ils n’étaient pas faibles. La rumeur racontait qu’ils possédaient une part des pouvoirs de la Boîte de Pandore. Ils avaient tous été envoyés pour diriger les opérations de l’Alliance en l’absence de la Boite de Pandore. Ils se dispersaient pour assister le Dominion et leurs troupes. Chaque semaine, la veille de la réunion du nouveau gouvernement du Dominion, les Bras Droits se réunissaient pour débattre des problèmes qu’ils avaient eu vent au cours de leur mission respective. Afin de se protéger d’éventuels attentats à leur encontre et d’éviter d’impliquer des innocents dans, les Bras Droits avaient décidé de s’isoler sur une planète hostile pour être tranquilles. C’était donc dans la périphérie du Dominion qu’ils s’installèrent. Au beau milieu d’une forêt tropicale, était caché leur repaire. Deux knightmares débarquèrent sur une piste secrète. Le Néant et Kallen sortirent des robots géants pour se rendre à la salle de réunion.

-Franchement, s’agaça Kallen, pourquoi on est obligé de faire une réunion hebdomadaire ?

-Parce que c’est important, répondit le Néant. La guerre contre Amon est proche et elle fera un nombre incalculable de victimes.

-Alors, autant écraser l’ennemi maintenant, répliqua Kallen.

-Ce n’est pas aussi simple que ça, rétorqua le Néant qui tenta de calmer le caractère embrassé de sa petite amie. Notre ennemi est un dieu qui a préparé son plan depuis des millions d’années. Il est hors de question de foncer tête baissée dans un combat où nous ne savons rien de l’ennemi. Les conséquences pourraient être pires.

Ces paroles calmèrent Kallen. Les deux démons arrivèrent à la salle de réunion. Plusieurs Bras Droits étaient déjà là. D’autres arrivaient en même temps que le Néant et Kallen. Tous s’assirent et commencèrent la réunion. Comme d’habitude, chacun faisait le rapport de ses activités et l’avancée des travaux sous leur responsabilité. Des fois, plusieurs Bras Droits travaillaient en coopération pour terminer un projet important. En cas de besoin, un Bras Droit pouvait prêter main forte à un confrère en difficulté. Mais aujourd’hui, un sujet important tomba.

-Mes amis, dit le Néant, sur le plan matériel, nous et notre allié le Dominion ne manquons de rien. Du matériel et des armes de qualités peuvent faire la différence dans un conflit mais il nous faut avant tout des soldats.

-Naturellement, approuva Takatoh. Des armes ont besoin de personnes pour les manipuler.

-Mais c’est le problème du Dominion, rappela Starjun. Nous, nous avons les androïdes de combat pour pallier à ce problème d’effectifs.

-Vu le nombre de morts qui arrivent chaque jour en enfer, commenta Takatoh, nous n’avons à pas à nous inquiéter.

-En effet, confirma Kallen, mais le Dominion a lourdement souffert du conflit contre les Zergs. Et avec les méthodes de recrutement forcé proscrites, le nombre de troupes augmente peu.

C’était en effet problématique pour le Dominion. L’Alliance ne gagnerait pas cette guerre seule, même avec les prophéties de l’Espoir. L’empereur Valérian n’était pas resté inactif face à ce problème. Il avait réussi à renouer des liens avec le Protectorat Umojan qui avait accepté de les soutenir. Néanmoins, ça demeurait insuffisant.

-Plutôt que la quantité, nous devrions-nous pas privilégier la qualité, intervint César Clown. Mon projet Soldats des Lames apporte des résultats satisfaisants. Il me faut juste analyser les effets secondaires.

-C’est sûr que ces soldats seront d’une efficacité redoutable, répliqua le Père Phraxas. Seulement, si les champs de bataille se multiplient dans tout le secteur, le nombre sera capital.

-Il suffit de rallier les groupes rebelles, proposa Law. Beaucoup se sont opposés à l’ancien empereur et ont formé des groupes armés. Maintenant que le Père Fouettard est mort, ils n’ont plus de raisons de chercher des noises au Dominion.

-C’est actuellement ce qu’on essaie de faire, répondit Road boudeuse. Les rebelles de Raynor ont été les premiers à nous rejoindre. D’autres groupes ont suivi l’exemple. Seulement, on a des gars bornés qui ne voient pas le changement et refusent de faire front commun avec nous.

Voilà ce qui était ennuyeux. Pourtant, on ne pouvait se permettre d’abandonner. Le moindre soldat pouvait faire la différence dans cette guerre. Seulement, le nouveau Dominion se confrontait aussi à de nouveaux problèmes. De nouveaux groupes de rebelles s’étaient formés et causaient bien des tracas à l’Alliance et à Valérian. La raison principale était la présence de l’Alliance dont les intentions n’étaient guère appréciées. L’empereur serait corrompu par ces démons. Sans parler des libertés individuelles qui furent autorisées permettant de manifester haut et fort les contestations. C’était le prix à payer pour aller vers un meilleur Dominion.

-Quelle plaie, ces groupes isolés, soupira Nosferatu lorsque le sujet fut évoqué. Si on les réunissait sous une même bannière, ils feraient une armée redoutable contre les hybrides.

-Avec des si, on referait l’univers, dit Koko amusée. Enfin, nous devrions changer d’approche pour les convaincre de se joindre à nous.

-La menace ne fonctionnera pas, devina le Néant. Pire, ça ne ferait qu’empirer les choses.

-On pensait plutôt à les payer, intervint Kasper.

-Trop dangereux, répliqua le Père Phraxas. Ces gens utiliseront l’argent pour financer leur guerre contre nous et le Dominion. La confiance et la loyauté sont…

Soudain, les portes volèrent en éclats sous les explosions. On attaquait les Bras Droits ! Qui ? Comment les avait-on retrouvés ? Avant même de comprendre ce qui se passait, une horde de marines  pénétra dans la salle.

-Mains en l’air, crièrent les intrus.

Les Bras Droits levèrent les bras en signe de reddition. Un des marines releva sa visière pour montrer le visage d’un borgne avec de nombreuses cicatrices.

-Capitaine Yamato, demanda le Néant, peut-on savoir ce qui vous amène ici ?

-Disons qu’avec la guerre qui arrive, répondit le concerné, on aimerait mettre la main sur le matos en surplus.

-Pour ça, dit Takatoh, vous avez besoin de signer un contrat attestant que vous travaillerez pour nous.

-Non merci, répondit le chef de Tsunami. Je préfère survivre par moi-même et non par une organisation venue de nulle part.

Le Néant regarda autour de lui. Les marines arboraient différents symboles. D’autres groupes.

-C’est une vraie coalition, observa le Néant. On a décidé de rassembler tous les groupes de mercenaires.

-L’union fait la force, répondit le capitaine Yamato. Hors de question de s’associer avec des démons comme vous.

-Vos âmes ne nous intéressent pas, intervint Starjun. De plus, l’Alliance Démoniaque n’a pas que des démons et des morts-vivant dans ses rangs. On trouve aussi des humains et d’autres races extraterrestres.

Mais cela ne convainquit pas le mercenaire. Ils voulaient l’arsenal de l’Alliance. Avec ça, ils pourraient augmenter le prix de leurs services et survivre face aux hybrides.

-C’est affligeant, soupira le Père Phraxas. Je peux comprendre que vous ayez besoin d’argent pour vivre mais là, vous faites ça pour vous remplir les poches.

-ça te pose un problème, le curé, gueula un marine.

-Un peu, répondit le Bras Droit de la Misère. Néant, devrions-nous donner une leçon à ces rustres ?

-La question ne se pose même pas, dit le Néant qui restait assis.

Les autres Bras Droits se comprirent. Ils passèrent immédiatement à l’action. Dehors, les mercenaires attendaient. Après avoir épié d’étranges mouvements, ils avaient suivi leurs leaders ici pour découvrir une base secrète. Comprenant que des responsables de l’Alliance Démoniaque se rendaient régulièrement ici, l’opportunité était trop belle pour obtenir de la technologie de l’organisation des Ténèbres. Seulement, les choses ne semblaient pas se passer comme prévu à entendre les bruits de combat et les cris de terreur de ceux qui étaient à l’intérieur.

-Qu’est-ce qu’on fait, demanda un marine.

-J’en sais rien, paniqua un maraudeur. Si j’avais su, je ne serais jamais venu aller défier ces Bras Droits.

-Vous comptez partir sans dire au revoir, dit Koko en sortant de la base secrète.

Instinctivement, les mercenaires pointèrent leurs armes sur Koko. Cette dernière ne montra aucune peur. Les armes, ça la connaissait. Et même si ces types tiraient, ils n’y arriveraient pas à cause du pouvoir de la Guerre.

-Les gars, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle, commença-t-elle. La mauvaise, c’est que toutes les personnes qui sont descendues ont été… descendues.

Blague de merde mais qui terrifia les mercenaires. Les Bras Droits étaient vraiment des monstres en puissance par rapport à de simples humains. Les mercenaires se tenaient prêts à réagir au moindre mouvement de Koko. Selon la situation, ils attaqueraient (chose impossible mais ils l’ignoraient) ou fuiraient.

-J’en arrive à la seconde nouvelle, reprit Koko. Comme ce serait injuste de tuer des gros bras comme vous alors qu’on en a besoin, l’Alliance Démoniaque a décidé de négocier avec vous. Le contrat est simple : vous bossez pour nous dans cette guerre contre Amon et ses hybrides ou vous vous démerdez. Bien sûr, vous serez grandement payés.

Les plus hauts gradés survivants se réunirent. Très vite, ils savaient que les Bras Droits n’étaient pas des adversaires à leur hauteur. Tenter de les éliminer les mènerait à la même issue que ceux qui étaient allés les défier. Plutôt mourir de manière aussi misérable, ils choisirent une mort qu’ils jugèrent honorable. La guerre contre les hybrides.

-C’est un excellent choix, félicita Kasper qui apporta les papiers qui furent signés.

Malgré cet imprévu, les Bras Droits allaient pouvoir apporter une bonne nouvelle à Valérian. Si on lui racontait ça, il dirait quelque chose du genre : « Il n’y a que vous pour faire ce genre de folie. »


Aux abords d’une installation Terran, la Virus Army avait positionné sa flotte à bonne distance des défenses de la base. Cette armée de créatures numériques était dirigée par deux jeunes démons.

Naphto était un homme au look démoniaque. La vingtaine, ce ténébreux aux cheveux noirs  portait un jean bleu foncé, un tee-shirt bleu avec une étoile grise dessus entouré d’un cercle de la même couleur. À sa ceinture maintenue par une boucle démoniaque, était accroché un bien étrange petit appareil bleu foncé avec des décorations démoniaques. Le tout par-dessous un grand manteau noir mais le plus étrange était qu’il portait un masque gris qui recouvrait la partie droite de son visage.

Concernant Aspiemon, son partenaire, il était une sorte de squelette démoniaque. Ses pattes étaient aussi grosses que ses bras et ses mains. Les avant-bras étaient fusionnés avec des lames qui rappelaient la lame à la queue des xénomorphes. Tout comme son complice, il portait un masque de même couleur mais sur le côté gauche. Une courte queue faite de Ténèbres se balançait doucement.

Lina était une magnifique fille aux cheveux bruns en queue de cheval. Des bottes noires qui lui montaient presque aux genoux, un mini-jean bleu, un tee-shirt de couleur sombre et un blouson noir où était accrochée une pièce métallique représentant le symbole de la Virus Army. Une tête de mort avec des cornes de démons et des ailes démoniaques.

Une chauve-souris, appelée DemiDevimon, était posée sur son épaule. En fait, on dirait plus une tête avec quatre ailes, deux petites et deux grandes, sur deux pattes crochues aux griffes rouges. Un masque en tissu et recousu de couleur bleu foncé recouvrait la partie supérieure de sa tête. Et pour compléter cet aspect maléfique, la chauve-souris arborait un sourire qui ne présageait rien de bon.

S’ils étaient là, c’était pour enquêter sur les agissements du contingent Möbius. Cette base pouvait renfermer de nombreux secrets. Seulement, la chose s’annonçait difficile. Trois forces se battaient en ces lieux : L’Essaim Zerg mené par Kerrigan, le contingent Möbius et les Protoss. Connaissant leurs compétences en piratage, la reine de l’Essaim les avait autorisés à intervenir mais souhaitait de ne pas être entravée sur sa route. Faute de quoi, la Virus Army s’exposerait à de gros ennuis. La situation semblait déjà assez compliquée. Seulement, un nouvel arrivant débarqua dans la bataille : Zeratul. Le prélat noir était venu chercher des indices sur la dernière partie de la prophétie qui révélait l’existence d’un moyen d’arrêter Amon. Talis, un prêteur Protoss, menait les troupes pour libérer ses frères emprisonnés dans cette base du contingent Möbius. Ayant détecté le templier noir, Talis fit appel aux services de Zeratul.

-Je crois qu’on a de la visite, informa Naphto. Plutôt amicale.

-Zeratul, soupira Kerrigan en sentant sa présence.

Naturellement, Kerrigan demanda la présence du templier noir. Ce dernier expliqua qu’il cherchait des informations et la libération de ses semblables dans ce complexe Terran. De son côté, Kerrigan alla droit au but. Elle comptait détruire cet endroit. Connaissant le Protoss et sa détermination, elle demanda aussi à ce dernier de ne pas se mettre en travers de sa route.

-ça va être chaud, commenta Naphto. Une course contre la montre pour les Protoss s’ils veulent réussir.

-Et ça vaut la même chose pour nous, ajouta Lina. Sauf que nous n’avons qu’un seul objectif à faire.

Avec les combats dans la base, le contingent Möbius eut autre chose à faire que de protéger le réseau informatique. Le Dark Foreshadow et sa petite amie n’eurent aucun mal à trouver l’information qu’ils cherchaient : une planète appelée Atrias dans le quadrant Sigma. Cette zone était réputée pour être sous contrôle Tal’darim. Ces Protoss étaient de dangereux fanatiques des Xel’Nagas. Leur loyauté envers Amon était sans limite.

-Que fait-on de Zeratul, demanda Lina.

-On va lui donner ce qu’il veut, répondit Naphto. Mais discrètement afin qu’il pense qu’il l’a trouvé de lui-même.

-Petit coquin, taquina Lina en le caressant. Comptes-tu l’utiliser pour notre mission ?

-Nous sommes les Ténèbres, répondit le démon au demi-masque, nous restons cachés dans l’ombre. Pour les batailles à venir, nous devons garder nos forces.

Manipulant son ordinateur, Naphto déverrouilla tous les ordinateurs de la base. Ainsi, Zeratul aura une chance de trouver les informations qu’il cherchait. Après quoi, Naphto et Lina remontèrent à bord des Cruisermon pour partir vers Atrias. Arrivés en orbite de la planète, Naphto organisa son plan d’attaque.

-Moi, Lina, nos partenaires et quelques Digimons descendront, expliqua-t-il. Commandants, restez cachés jusqu’au moment venu.

Les treize commandants de la Virus Army approuvèrent. Une armée ne passerait pas inaperçue. Un petit groupe serait plus discret. En arrivant à la surface d’Atrias, Naphto et Lina découvrirent un monde à l’agonie. Le vespène, ressource précieuse pour lever une armée, était enfoui et instable. Des fissures par lequel sortait le vespène étaient dispersées sur la surface de la planète. Si les Tal’darims étaient aussi présents, c’était en raison du temple Xel’Naga qui s’y trouvait. Une importante armée de Tal’darims gardait l’entrée et semblait peu amicale envers les étrangers. Regardant au loin, les deux démons observaient l’entrée du temple d’Erris en vue de trouver une faille pour entrer.

-Sans une armée, on ne pourra pas passer, dit Lina.

-Pas d’inquiétudes, assura Naphto. Si tout se passe comme prévu, la voie s’ouvrira d’elle-même.

-Ha, demanda Lina. Je présume qu’un templier noir et ses compagnons vont venir ici pour les mêmes raisons que nous.

-Peut-être bien.

Comme l’avait prédit Naphto, Zeratul et Talis arrivèrent sur la planète. Les Protoss emprisonnés leur avaient parlé d’un temple où ils étaient détenus avant d’être transférés à la base Terran. Ensemble, ils atteignirent le barrage Tal’darim. Une violente bataille se produisit alors aboutissant à la victoire de Zeratul et de ses forces. Après le nettoyage, Zeratul pénétra dans le temple pendant que Talis allait assurer les arrières du templier noir. Les Tal’darims menaçaient de revenir en nombre pour sauver leur haut seigneur qui se trouvait à l’intérieur.

-Merde, pesta Naphto quand il vit l’armée Protoss en position. Ce n’était pas prévu.

-Oui, approuva Lina. On va avoir du mal à entrer sans se faire remarquer.

-On attendra le début des hostilités, dit le Dark Foreshadow. Ils seront trop occupés pour nous voir entrer.

À l’intérieur du temple, trois zélotes Tal’darims virent informer Ma’lash le haut seigneur de l’intrusion de Zeratul. Face à cette situation, Ma’lash ordonna la fermeture des accès. Malheureusement, Zeratul et ses troupes avaient déjà passé les points d’accès avant leur fermeture. Au même moment, Talis et ses forces avaient commencé à combattre les Tal’darims. Le moment qu’attendaient les démons était arrivé. D’un bond, ils descendirent de leur cachette et coururent vers l’entrée. Cette irruption ne passa pas inaperçue mais le temps de se rendre compte de ce qui se passait, les intrus avaient déjà filé.

-Enfin, souffla Naphto.

-Allez, motiva Lina. On y va !!

Descendant dans les profondeurs du temple, Naphto et Lina tombèrent sur un premier obstacle : le pont était abaissé. Sauter était impossible mais pour deux démons comme eux, ce n’était pas un problème. Faisant apparaitre des ailes de chauve-souris, les deux leaders de la Virus Army s’envolèrent pour traverser le fossé. Continuant sur cet élan, ils traversèrent les nombreux couloirs du temple en évitant habilement les quelques Tal’darims postés. Arrivant sur une alcôve, Naphto et Lina eurent une vision globale sur la chambre centrale du temple. Sur l’alcôve d’en face, se trouvaient Zeratul et ses troupes. Tous regardèrent le centre de l’immense salle. Sur la plateforme, Ma’lash se tenait devant un immense sarcophage de pierre. L’artéfact s’ouvrit et une énergie rouge et noire en sortit. Ce n’était pas des Ténèbres mais du Vide.     

-Porteur de la Vérité, dit le haut seigneur Tal’darim, les Terrans ont échoué et ont conduit ces intrus jusqu’ici. Le grand œuvre est en péril.

-Oublie la peur, Ma’lash, rassura une voix sombre. La rédemption est proche. Bientôt, ton univers sera débarrassé de toutes ses souffrances. Prépare tes troupes pour la guerre et attends mes ordres.

-Ce sera fait, répondit Ma’lash.

Voilà qui s’annonçait de mauvais augure. Cela signifiait qu’Amon allait bientôt entrer en guerre. Zeratul décida d’aller détruire le sarcophage de pierre pour priver les Tal’darims des ordres de leur dieu. Anticipant que les Protoss allaient détruire ce catalyseur du Vide, Naphto et Lina s’envolèrent pour s’en rapprocher. Ce Ma’lash était un membre notable des Tal’darims. Lui et cet appareil étaient des sources importantes d’informations. Avançant discrètement, Naphto et Lina commencèrent à ressentir les effets néfastes du Vide. C’était comme se retrouver dans l’espace sans protection. Mais pour le bien de leur mission, les deux démons sortirent un étrange appareil de leur X Loader. À première vue, on dirait que c’était une capsule et c’était le cas. Sa fonction était d’absorber des énergies de tous types. Vide inclus.

-Allez, chuchota Naphto quand il eut récupéré ce qu’il voulait. Éloignons-nous de cette chose ou je vais mourir.

Lina eut le même sentiment. Prenant de la distance, les deux démons virent Zeratul et ses guerriers arriver au catalyseur du Vide. Plutôt que d’aller se battre, Ma’lash se fit téléporter laissant son unique moyen de communication avec son dieu à la merci de Zeratul.

Zeratul et ses troupes venaient de détruire le catalyseur du Vide. Le Vide qui s’était légèrement répandu était retourné d’où il venait.

-Pas trop tôt, respira Naphto. Ce truc dégageait une sale énergie qui vous détruisait de l’intérieur.

-Pareil, dit Lina.

Une colonne d’énergie blanche s’éleva hors du catalyseur et un flash se produisit. À l’intérieur, un Protoss fantomatique qui disait.

-Zeratul, la Clé te mènera jusqu’à l’espoir.

-Tassadar, s’écria le prélat noir. Est-ce possible ?

 Cachés pas loin, Naphto et Lina avaient tout vu et tout entendu. Cette Clé semblait très importante pour arrêter Amon. Mais de quoi s’agissait-il ? La Clé pouvait tout désigner mais cela avait forcément un rapport avec les Xel’Nagas. Alors que Zeratul informait Talis du succès de sa mission, une voix sombre résonna.

-Votre salut ne dépend que de moi. Que vos souffrances prennent fin.

-Ça, c’est la meilleure, commenta Naphto. Amon est un nihiliste.

-Un quoi ?

-Un nihiliste, répondit Naphto. C’est quelqu’un qui pense que le monde est dénué d’intérêt et ne vaut pas la peine qu’on le vive.

-Et ça justifie tout ce complot, demanda Lina.

-Là, on est tombé sur un psychopathe qui veut jouer le sauveur universel.

Soudain, le temple se mit à trembler. Le dieu noir tentait de faire effondrer le temple. Il fallait fuir et vite ! Zeratul réussit à quitter le temple à temps mais Talis était resté pour occuper les Tal’darims et les hybrides. Ce sacrifice resta sur le cœur du templier noir. Celui-ci partit vers Shakuras pour aller prévenir Artanis des funestes évènements qui allaient arriver.

Du côté des leaders de la Virus Army, ils eurent beaucoup moins de chance. Néanmoins, ils réussirent à s’échapper du temple grâce au Dark Foreshadow. Ce dernier avait appris à maîtriser à ouvrir des portails des Ténèbres. Toutefois, ses portails ne les amenaient pas bien loin mais c’était suffisant pour sortir du temple.

-Enfin sortis, souffla DemiDevimon.

-On n’est pas encore sortis de l’auberge, rétorqua Aspiemon. On doit encore quitter cette planète et aller prévenir le Dominion de ce qui s’est passé.

-Aspiemon a raison, approuva Naphto. Nous devons partir d’ici.

Seulement, c’était plus facile à dire qu’à faire. Les Tal’darims étaient partout et ce n’était qu’une question de temps avant qu’on les trouve. Tout à coup, une patrouille leur tomba dessus. Elle était composée de six zélotes à l’armure noire.

-Des ennemis, s’écria un Tal’darim, tuez-les !!!

-Pas le choix, dit Naphto. C’est eux ou nous.

Un zélote chargea avec ses lames-psi. Le Dark Foreshadow se baissa pour éviter les attaques. Ses réflexes de démon lui permirent de saisir les bras de son adversaire et de le renverser. Une boule de Ténèbres lancée à bout portant tua sur le coup le Tal’darim. Un autre Tal’darim surgit dans le dos de Naphto. Ce dernier sentit sa présence et fit poussa ses ailes de démon qu’il utilisa pour repousser son assaillant. Un important bond en arrière permit d’inverser les rôles.

-Sans rancune, dit Naphto en saisissant la tête de son adversaire.

Un coup violent brisa la nuque du Tal’darim qui ne survécut pas. A côté, Aspiemon et DemiDevimon faisaient face à deux zélotes plus fanatiques que les autres.

-Mort aux infidèles.

-Putain, soupira Aspiemon, tu sens l’amalgame avec une certaine religion. Avec des tarés qui se lancent dans une sainte croisade de merde.

-On va s’arrêter là, coupa DemiDevimon. La dernière chose qu’on aimerait avoir serait d’avoir une horde de ces fanatiques sur le dos. Pour ces deux-là, je leur dirais… Fermez-là !!!

-Bien parlé !

Les deux Digimons bondirent et tranchèrent la gorge de leurs ennemis qui se vidèrent de leur sang. Inquiets, ils tournèrent vers Lina. Cette dernière avait absorbé l’énergie vitale d’un de ses adversaires qui était allongé sur le sol inerte.

-Monstre, hurla de terreur le dernier Tal’darim.

-Tout de suite les grands mots, soupira Lina. Ce n’est pas tout ça mais je dois évacuer toute cette énergie en trop. Je pourrais bien grossir sinon.

Prenant une grande inspiration, Lina recracha toute l’énergie et annihila le zélote qui périt devant une telle puissance. La patrouille était vaincue mais le temps de les vaincre avait permis aux poursuivants de les rattraper.

-Bon, dit Naphto un peu gêné. Je crois que c’est foiré pour la fuite.

En effet, une importante armée Tal’darim commençait à les encercler. Pas seulement de simples soldats mais aussi des vaisseaux de toutes tailles et des hybrides. La bataille s’annonçait assez mal pour Naphto et Lina. Soudain, des sifflements retentirent du ciel. Treize formes tombèrent pour faire voler des soldats ennemis. C’était les puissants commandants de la Virus Army.

-Vous en avez mis du temps, s’écria Naphto. J’ai bipé trois fois pour appeler l’évac !!

-On avait du mal à vous localiser, se défendit un des commandants d’un air gêné.

-Menteur, hurla le Dark Foreshadow. Vous espériez qu’on meure sur cette planète pour ensuite prendre notre place de leader.

-Nous n’oserions jamais, répondirent les commandants.

-L’occasion était trop belle, pas vrai, demanda Lina en faisant craquer ses doigts.

Les commandants ne donnèrent pas de réponse. Pour Naphto, ça voulait tout dire. Les deux démons saisirent leur X Loader et entamèrent leur fusion avec leur partenaire.

-Dépêchez-vous, hurla un Tal’darim, plusieurs de nos troupes sont là-bas et nos ennemis ont reçus des renforts !!

Le Protoss en tête de ce groupe se nommait Alarak. C’était un Protoss imposant et aux larges épaules. Il portait une armure qui partait de la ceinture  au menton tout en entourant sa tête. Seul son visage était visage. Une longue natte descendait jusqu’à ses pieds. Ses yeux rouges illustraient son statut de Tal’darim et sa puissance. Une jupe rouge couvrait le bas de son corps et ses jambes pour une meilleure mobilité. Dans la société Tal’darims, il était le premier aspirant. Ce qui signifiait qu’il était le numéro deux après le haut-seigneur.

Quand Zeratul et ses troupes étaient arrivés, Alarak et les siennes furent postés en retrait dans l’espoir de capturer et éliminer tout ennemi tentant de fuir le temple. Puis à l’annonce d’ennemis sortis du temple, la battue fut lancée et les forces d’Alarak cherchèrent dans leur secteur à l’opposé de la position de Naphto et Lina.

Dans sa course, Alarak blâmait sa malchance de ne pas être au bon endroit au bon moment. Seulement, l’heure n’était pas à l’autocritique mais à l’action. Finalement, Alarak et ses guerriers arrivèrent sur le champ de bataille ou du moins, ce qu’il en restait. Des cadavres de Tal’darims jonchaient le sol rocheux. Des carcasses de vaisseaux et d’armes de combat étaient répandues partout. Une hécatombe. Au beau milieu de ce carnage, se tenaient les treize commandants et deux monstres dont une incroyable aura de puissance exultait de leur corps.

Le premier était un grand squelette noir démoniaque au corps blindé haut d’au moins deux mètres et demi. S’avançant sur ses longues jambes noires avec des crânes en guise de sabot, le squelette agita ses grandes ailes squelettiques avec pour membrane des ténèbres. La même énergie constituait ses quatre bras et les reliait aux épaules. Seuls ses avant-bras étaient matériels avec des os noirs. Deux de ses bras avaient de larges lames greffées au poignet. Une très longue queue avec une lame au bout se balançait tranquillement. Quant à sa tête, elle était effrayante à souhait. Deux longues cornes de bouc et deux petites sur la tête. En dessous, il y avait deux demi-masques qui étaient rassemblés pour donner un visage à la créature. Une longue langue bleue sortait de la large bouche remplie de dents pointues. Telle était la fusion entre Naphto et son partenaire appelée NeoAspergermon.

Le second était un démon chauve-souris des plus imposants avec ses immenses ailes bleues. Ses épaules et ses avant-bras étaient les seules parties de son corps à avoir des poils. Ses pieds et ses mains étaient bleus tout comme ses cornes et avec des doigts qui semblaient être métalliques. Des  bracelets avec des piques se trouvaient à ses poignets et à ses hanches. Son seul  « habit » était un pantalon rouge-noir qui lui tombait aux genoux. Un fin abdomen composé de données numériques vertes reliait son torse qui semblait être blindé mais portait toujours sa marque en chauve-souris à son haut de pantalon. Seulement, c’était une femelle par sa silhouette féminine et sa poitrine. Son nom, LadyDaemon, fusion entre Lina et son partenaire.

A la vue de ces fusions, Alarak eut un sentiment de terreur. Jamais de toute sa vie, il n’avait vu pareille horreur. Même les hybrides paraissaient moins effrayant en les voyants. Si ce tremblement était léger chez le premier aspirant, il l’était plus important que pour les autres. Soudain, NeoAspergermon assomma chacun de ses commandants d’un coup sur la tête. Les Tal’darims avaient quelque peu du mal à comprendre la situation. Malheureusement, ce temps de latence leur fut néfaste puisque LadyDaemon remarqua leur présence.

-NeoAspergermon, il y en a d’autres là-bas.

-Bah, je ne suis plus d’humeur à me battre, soupira le démon-squelette. Si tu le souhaites, tu peux te les faire.

Sur ces mots, NeoAspergermon rappela les commandants dans son X Loader. Dans l’armée, les comportements inacceptables se devaient d’être châtiés. Faute de quoi, ce genre d’incidents pourrait se reproduire et prendre des proportions plus importantes. Alarak ne saisissait ce qui se passait mais ce dont il savait, c’était que ces serviteurs des Ténèbres avaient exterminé une armée bien supérieure en nombre. En l’absence de cadavres ennemis, il était évident de déduire qu’ils n’avaient eu aucune perte démontrant leur force. Soudain, un Tal’darim voulut charger mais le premier aspirant l’arrêta en levant le bras.

-Folie et témérité ne font pas bon ménage, dit-il avec sagesse. Mourir seul ne mène à rien.

-Voilà un Tal’darim bien sage, observa NeoAspergermon. Il faut savoir renoncer à combattre pour survivre. Certains vous traiteront de lâches mais c’est certainement parce qu’ils n’ont pas eu ce dilemme face à eux.

Alarak usa de tous ces sens pour analyser le champ de bataille et ses deux ennemis. La technologie utilisée, la gestuelle. Toute information collectée pouvait être utile pour comprendre l’ennemi. Leurs informations avaient failli à leur tâche et c’était les troupes du dieu noir d’en faire les frais de cette négligence.

-Retenez bien une chose, dit NeoAspergermon, depuis leur arrivée dans ce secteur, les Ténèbres n’ont pas combattu à leur pleine puissance. Il serait bête de dévoiler toutes ses cartes dès le début des affrontements.

Alarak approuva mentalement.  Jouer tous ses atouts sans un plan au préalable était du suicide. Les serviteurs des Ténèbres semblaient très bien avoir compris cette règle. Toutefois, ce qui l’effrayait était la force cachée des Ténèbres. Ce que disait NeoAspergermon était vrai, alors ils n’avaient aucune idée de la réelle puissance des Ténèbres. Quels atouts possédaient-ils pour remporter cette guerre ? L’univers regorgeait vraiment de surprises.

-Maitre Alarak, osa un Tal’darim.

-Oui ?

-Les serviteurs des Ténèbres… ils sont partis.

Alarak avait vraiment du mal à comprendre les serviteurs des Ténèbres. Si ça avait été lui, il les aurait attaqués par surprise mais là, leurs raisons étaient vraiment étranges. Quelles fourberies se cachaient derrière ce repli ? Pour l’heure, le premier aspirant décida de rentrer.

La flotte du Dark Foreshadow avait réussi à quitter Atrias. Il fallait maintenant atteindre Korhal et informer l’empereur Valérian que la guerre ultime approchait. Amon allait passer à l’attaque. Les treize Cruisermon passèrent outre la flotte de mort des Tal’darims et entrèrent en hyper-espace.

Sur Korhal, Valérian recevait Téléris et Dunkelion revenus de leur voyage dans le monde où se trouvait Mathio. Ils n’étaient pas revenus seuls. À leur côté, une jeune archéologue aux longs cheveux bruns. Comme toute intello qui se respectait, elle portait de grosses lunettes. Pour l’empereur qui avait une grande passion pour l’archéologie, il reconnaissait un archéologue passionné quand il en voyait un.

-C’est un honneur de vous rencontrer, professeur Knowing.

-Moi de même, votre excellence, dit-elle d’un air assez angoissé.

-Appelez-moi Valérian.

La jeune femme fut surprise d’une telle demande. L’empereur semblait traiter les gens comme son égal. On lui avait informé de son grand intérêt pour l’archéologie mais pas de ce manque d’arrogance qui caractérisait le genre d’individus qui étaient au sommet.

-J’ai beaucoup entendu parler de vous, reprit Valérian. Ce que mes meilleurs experts mettraient en plusieurs mois, vous le faites en quelques jours. Soit c’est du génie, soit vous avez attiré l’attention des Xel’Nagas qui vous chuchotent leurs secrets.

-Vous exagérez, Valérian, répondit Odile Knowing gênée. J’arrive juste à comprendre les intentions gravées dans la pierre.

-Quoi qu’il soit, répondit l’empereur, votre talent s’avérera très utile au sein de l’équipe de recherche que j’ai recrutée.

Soudain, une sonnerie retentit. Valérian prit le X Loader que Naphto lui avait laissé avant de partir en mission. Si le Dark Foreshadow appelait, c’était mauvais signe.

-Empereur Valérian, j’écoute.

-Ah, votre altesse, dit Naphto. J’apporte des nouvelles alarmantes.

-Je crains le pire.

-J’ai suivi une piste me menant à la planète Atrias. Elle était occupée par les Tal’darims. Dans un temple Xel’Naga qu’ils gardaient, nous avons intercepté une communication entre leur leader et Amon. Ce dernier a donné l’ordre de se préparer à la guerre.

Pour Valérian, c’était clair. La guerre ultime qu’on craignait voir arriver était proche. Il fallait réagir au plus vite. Surtout quand les attaques du contingent Möbius avaient commencé à intensifier.

-Je vais devoir vous laisser, dit Valérian. La guerre arrive et je dois défendre mon peuple face à la menace. Vous serez escortée en lieu sûr avec le reste de l’équipe.

De leur côté, Téléris et Dunkelion allaient rassembler leurs troupes et partirent vers les colonies Protoss. Là-bas, ils rassembleront les habitants pour la guerre à venir. Sans perdre un instant, Valérian fit rassembler les Bras Droits et son gouvernement. Rapidement, il exposa à tous la situation.

-Alors, les hostilités vont bientôt commencer, s’inquiéta le premier ministre.

-Malheureusement, c’est le cas, confirma l’empereur. Avec les attaques de plus en plus violentes du contingent, les choses prennent du sens.

-Que devons-nous faire, demanda un ministre.

-Lançons les plans de défense, répondit le Néant. Notre priorité est la protection des civils.

Tous s’accordaient là-dessus. On n’était pas l’ancien empereur et la population portait de grands espoirs sur eux. La panique en découlerait de ces annonces mais ce serait pire si on ne prévenait pas. Dans les heures qui suivirent la réunion, tout le Dominion fut averti de l’imminence de la guerre. Les troupes unies du Dominion et de l’Alliance firent le transport des populations dans le calme. On les amenait aux stations orbitales construites par l’organisation des Ténèbres. Afin de renforcer la protection des civils, les stations étaient équipées de lourdes défenses et d’un système de camouflage.

-Matt, dit Raynor, l’Alliance Démoniaque, je le sens mal.

-Que voulez-vous dire, demanda l’amiral Horner.

-Valérian est trop proche d’eux. Ça m’inquiète.

-Mais si leur allié, la Virus Army, a dit qu’Amon va frapper…

-Je ne doute pas de ça, Matt. C’est juste qu’ils fassent beaucoup pour nous. Trop à mon gout. Tu verras à la fin de la guerre, ils reviendront demander quelque chose en retour de leur aide.

À l’académie fantôme, on appréhendait le début de la guerre. Les Poltergirls firent rassembler tous les fantômes.

-Camarades, commença Silvie. Les derniers rapports de nos espions indiquent que les armées d’Amon se mettent en mouvement. Le contingent Möbius a déjà commencé ses ravages.

-Nous n’allons pas mentir, avoua Carla. Cette guerre sera violente. La mort sera omniprésente sur le champ de bataille. Ne baissez pas votre garde sous aucun prétexte.

-Amon sera sans pitié, continua Iris. Les troupes qu’il nous enverra ne se poseront pas de questions sur leurs actions. Ils obéiront, un point, c’est tout.

-Et aussi, termina Jennifer, nous devons rester déterminés. Un seul instant d’hésitation et c’est notre mort et celle de nos camarades et des habitants de ce secteur. L’Univers compte sur nous.

Leur discours terminé, ce fut le tour du directeur de l’académie, Sarco Angelini, qui s’avança.

-Fantômes du Dominion, commença-t-il. C’est une chose que je déteste d’admettre mais si nous avons atteint un aussi bon niveau, c’est grâce à l’Alliance Démoniaque. Aujourd’hui, ils nous demandent de les aider à combattre Amon et ses armées. Sans eux, nous n’aurions jamais su l’existence de cette menace. Mais aujourd’hui, la guerre ultime va commencer. Certains d’entre vous sont peut-être effrayés et je les comprends. Seulement, si tout le monde fuyait, qui sauvera l’Univers ? Devons-nous nous incliner devant Amon parce qu’il est un dieu ? Que parce que son statut divin lui octroie de grands pouvoirs, nous devons accepter la mort qu’il nous offre ? Parce que notre univers est imparfait, faut-il le détruire pour le recréer ? Les réponses sont évidentes. Nous devons nous battre car personne ne peut et ne doit accepter ça. Le choix de changer appartient aux habitants de cet Univers et non à une minorité qui regarde les choses sans être impliqué ! Alors, battez-vous de toutes vos forces ! Soyez unis face à Amon et nous vaincrons !!

Toute la salle acclama. Personne ne voulait fuir car où qu’on irait, Amon vous retrouverait et vous tuerait. Tous allèrent se préparer à affronter le contingent Möbius. La guerre ultime commença.

Aïur. Sur une lune de la planète, Artanis s’était isolé du reste de son armée. Un zélote borgne débarqua et alla le voir.

-Je voudrais rester seul, demanda Artanis sentant l’arrivée du nouveau venu.

-Votre absence inquiète vos guerriers, répondit le Protoss borgne.

Artanis soupira. Il ne pouvait les blâmer d’un tel sentiment. Il était le hiérarque et donc, le leader de sa race. Une responsabilité qui lui pesait lourd sur ses épaules.

-Notre peuple est très ancien, commença Artanis. Nous sommes peu nombreux. Et demain, beaucoup mourront… pour moi.

-Si vous doutez de vos capacités…

-Pas du tout, mon vieil ami, coupa Artanis. Je remets en question mes motivations. Et si je doute, eux aussi douteront.

-Y-a-t-il plus noble cause que récupérer notre monde, demanda le zélote.

-Aïur fait partie de notre passé, répondit Artanis, mais est-ce notre avenir ?

-C’est notre héritage, répliqua le soldat voulant défendre la reconquête d’Aïur.

Artanis rappela aussi le reste de cet « héritage ». L’éon de conflits où les Protoss s’étaient battus à la manière des hommes préhistoriques suite au départ des Xel’Nagas. Artanis qualifia ces ancêtres d’animaux pour leur façon de combattre et les motivations qui les poussaient à commettre pareille violence. Fort heureusement, un sage Protoss découvrit le Khala et le fit profiter à tous. Dès lors, la guerre cessa et les Protoss furent unifiés. Ils développèrent une grande civilisation prospère. Tout semblait aller pour le mieux. Seulement, un système aussi excellent était-il fut confronté à ses détracteurs. Des Protoss voulurent garder leurs pensées pour eux et prirent le nom de Templiers noirs. Pour cette hérésie, ils furent bannis. Cette division fut châtiée par le destin par l’intermédiaire des Zergs qui vinrent envahir Aïur. Les Protoss perdirent tout : leur honneur, leur foyer et bon nombre de vies.

-Cette invasion sera bien plus sanglante, dit Artanis dont la voix trahissait une peur et une inquiétude. Nombre de nos amis tomberont parce que nous nous accrochons à un idéal qui est peut-être dépassé.

-Je refuse d’accepter cela, répondit le zélote. Ne voyez-vous pas la symétrie de ce moment ? Chasser les Templiers noirs était un pêché mais aujourd’hui, parce que vous nous avez réunis, nous combattons ensemble. Les pertes de demain seront le prix de notre avenir.

-Mais vous n’êtes pas celui qui va les envoyer à la mort, s’indigna Artanis.

-Mais bien un de ceux qui risquent de mourir, répliqua sur le même ton le zélote mais avec résolution. Je serais parmi les premiers à verser le sang des Zergs. Je suis un akhundelar, la pointe de la lance.

-Akhundelar, répéta Artanis inquiet. Rares sont ceux qui survivent à la première vague. Pourquoi ?

-Parce que je ne connais pas plus grand honneur, répondit le zélote déterminé. Si je suis prêt à donner ma vie pour notre monde, pour en faire à nouveau un monde pour tous les Protoss, c’est parce que vous m’avez donné foi en ce rêve.

-Retrouver un monde pour tous les Protoss, répéta Artanis rêveur. Cela sera possible, grâce à des guerriers tels que vous.

-Revenez, Artanis, reprit le zélote. Et ramenez-nous chez nous.

-Kaldalis, dit Artanis

-Ma vie pour Aïur, termina Kaldalis avant de faire transférer.

-Ma vie pour Aïur, dit Artanis avant de faire de même.

Au-dessus d’Aïur, la planète-mère des Protoss, se tenait une immense flotte en orbite. Des milliers de Protoss regardaient leur planète depuis des plateformes. Sur une plateforme qui surplombait les autres, se trouvait Artanis. Ce dernier était revenu de son isolement pour prononcer un discours qui allait être historique.

-Templiers, après si longtemps, nous sommes au seuil de notre destin. En ce jour, nous allons retrouver notre gloire et notre héritage. En ce jour, nous allons reprendre ce que nous avions perdu : notre foyer !

-Pour Aïur, s’écrièrent les templiers motivés.

-Et puisse la lumière du Khala nous guider, termina Artanis.

-La flotte d’invasion est prête, dit l’exécutrice Sélendis en se mettant à côté d’Artanis. Nous n’attendons plus que votre signal, hiérarque.

Soudain, une fumée noire s’abattit au centre de la plateforme avec une voix sombre :

-Cette invasion doit cesser immédiatement !!

-Zeratul, s’écria Artanis surpris de revoir une vieille connaissance.

-Templiers, ordonna immédiatement Sélendis, arrêtez ce traitre !

Sur cet ordre, des dizaines de zélotes activèrent leurs lames-psi et encerclèrent le prélat noir. Ce dernier ne manifesta aucune résistance. Au moment de frapper, Artanis intervint.

-Non ! Laissez-le parler.

-La guerre ultime arrive, expliqua Zeratul. Amon, le dieu noir, arrive.

-Ne faites pas confiance à cet hérétique, cracha Sélendis.

-Cette invasion va nous détourner de la véritable bataille à venir, répliqua le templier noir. La fureur d’Amon va submerger la galaxie toute entière.

-N’oubliez pas que c’est son ingérence qui a provoqué la ruine d’Aïur, rappela Sélendis.

Un coup qui faisait mal car en tuant un cérébrate, Zeratul entra en contact avec le maître-Esprit qui put obtenir l’emplacement d’Aïur et orchestrer l’invasion par les Zergs.

-Et ce fardeau pèse lourdement sur mes épaules, ne nia pas Zeratul affligé de cet évènement. Artanis, j’ai trouvé un moyen de résister aux ténèbres à venir. Il faut me croire.

-Nous avons traversé tant d’épreuves ensemble, Zeratul, répondit Artanis, mais trop de sacrifices ont été consentis dans l’espoir de faire exister ce moment. Exécuteur, que l’invasion commence !!

Zeratul assista impuissant au transfert massif des troupes sur Aïur. Il comprenait le désir d’Artanis à reprendre Aïur mais il y avait des priorités plus importantes. En bas, les Poltergirls regardaient le débarquement des Protoss sur le sol d’Aïur. Les Zergs sauvages se faisaient anéantir par les tirs de l’Armada Dorée qui nettoya les zones d’atterrissage.

-Quels idiots, pesta Silvie. Ils ont lancé l’invasion.

-Maintenant, les évènements prédits par le Général Mathio vont arriver, dit Carla.

-Est-ce si grave, demanda Marius.

-Bien sûr que ça l’est, répondit Jennifer. Artanis et son armée se sont jetés dans un piège.

-Au pire, dit Iris. Laissons-les agir et intervenons au bon moment.

-Je reconnais bien là la façon de faire des Ténèbres, commenta Silvie.

-Mais vous êtes des serviteurs des Ténèbres, dit Marius.

-On le sait déjà, crièrent les Poltergirls.

La première étape de la reconquête était de reprendre le réseau de transfert de Kherrisan. À cause de la biomasse Zerg, les canaux de transferts étaient inutilisables. Artanis mena les troupes vers cet objectif principal. Sur la route, ils détruisirent les ruches pour affaiblir les Zergs et permettre l’arrivée de nouveaux renforts. Après la libération du second canal, l’armée Protoss tomba dans une embuscade. Des Zergs émergèrent du sol pour attaquer les Protoss.

-Artanis, observa Zeratul, cette couvée agit de manière concertée. Leurs actes traduisent une intelligence supérieure à celle des Zergs sauvages.

-Ce que vous dites est vrai, Zeratul, approuva Artanis. Ils semblent dirigés par une main invisible. Nous ferions mieux de rester sur nos gardes.

Sur le chemin du dernier canal, l’armée Protoss tomba sur des hybrides qui firent soudainement leur apparition. Pas besoin d’être Sherlock Holmes pour comprendre que c’était ces monstres qui dirigeaient les Zergs. Seulement, leur nombre fut insuffisant face aux Protoss qui les submergèrent. Cette victoire était le commencement. Le problème, c’était les hybrides. Il n’était pas prévu que de tels monstres entrent en jeu.

-ça y est, dit Carla. Ça commence.

 -Qui dit hybrides, dit Amon, ajouta Iris. L’étau se resserre.

Ailleurs sur Aïur, Artanis était en compagnie de Zeratul. L’apparition soudaine des hybrides suscitait bien des questions et seul Zeratul détenait les réponses.

-La guerre ultime dont vous nous parliez semble avoir commencé, dit Artanis. Dites-moi, mon vieil ami, qu’aviez-vous appris ?

-J’ai assisté à la fin de toute chose, expliqua le templier noir. De terribles légions d’hybrides qui rasent mondes après mondes. Et dans les ténèbres, la main qui les guide, une forme d’ombres… Amon.

-Pourtant, se rappela le hiérarque, vous parliez d’un moyen de le contrer.

-Cette vision était bienveillante, expliqua Zeratul, comme si une voix antique me parlait de l’au-delà. « La Clé vous ouvrira les portes de l’espoir ».

-La Clé, demanda Artanis intrigué.

-J’ai vu une lumière éclatante éclairer l’artéfact Xel’Naga sur le monde Terran de Korhal. C’est la clé de cette vision. Les prophéties annoncent l’opposition des Xel’Nagas et d’Amon à la fin des temps. Je crois que cette Clé nous guidera jusqu’à eux.

-Je vous ai toujours fait confiance, Zeratul. Mais le commandement est un fardeau qui me pèse lourdement. Je me demande parfois si j’étais réellement prêt à l’endosser

-Vos doutes sont sans fondements, jeune Artanis, rassura le prélat noir. Vous devez accepter cette évolution pour devenir le chef dont nous avons besoin.

-Vous irez auprès de James Raynor, sur Korhal, pour recevoir cette Clé Xel’Naga. Je mobiliserai mes troupes pour la guerre qui s’annonce. À votre retour, les templiers seront prêts. En taro Tassadar, mon vieil ami.

-En taro Artanis, mon frère.

Cachés dans les Ténèbres, les Poltergirls avaient tout entendu. La Clé en question était l’artéfact qui avait servi à purifier Kerrigan de la contamination Zerg. Elles devaient informer Valérian de protéger la Clé en attendant l’arrivée des Protoss.

En arrivant devant son vaisseau, Zeratul eut la désagréable surprise de découvrir le Chercheur du Vide en ruine. Des Zergs surgirent alors que la zone aurait dû être nettoyée. Les traqueurs qui l’accompagnaient furent chargés de rejoindre le nexus le plus proche. Quand ils arrivèrent, ils découvrirent une base vide. Sélendis informa alors que l’absence des templiers dans le Khala. Par ailleurs, Artanis faisait partie des disparus. Que du vide. La chose devint plus inquiétante. Il fallait retrouver le hiérarque au plus vite. Zeratul leva une armée pour rejoindre la dernière position d’Artanis. Comme attendu, des Zergs se mirent en travers de leur route. Par contre, des Protoss corrompus étaient la dernière chose qu’on s’attendrait à voir. L’œuvre des hybrides. Le pire était à craindre. Arrivé à la base d’Artanis, Zeratul et ses troupes découvrirent les templiers disparus. Ils étaient corrompus. Comme s’ils étaient possédés. Seulement, Sélendis ne répondait plus.

-Zeratul, appela Artanis, je… je parviens à sentir votre présence. Le Khala bouillonne… de rage. Mon esprit va être… consumé !

-Artanis ! Vous devez tenir bon… Nous venons vous chercher.

Seulement, une voix sombre et familière au prélat noir se fit entendre.

-Vos vies sont sans valeur et sans but. Je vous apporte le salut !

Tous les zélotes qui accompagnaient Zeratul furent alors corrompus. Comprenant ce qui se passait, le templier noir et ses traqueurs parvinrent à échapper à leurs anciens compagnons. Ils coururent vers la position d’Artanis mais…

-Que se passe-t-il, demanda Marius quand il vit les Protoss s’avançaient avec une féroce agressivité.

-C’est Amon, expliqua Silvie. Il les contrôle par le Khala.

-Sans cordons nerveux, dit Carla, les templiers noirs ne sont pas affectés par l’influence du dieu noir.

-Dans ce cas, répondit Iris, coupons-leur les cordons nerveux et ils seront libres.

-ça blessera leur fierté, dit Jennifer, mais nécessité fait loi.

Les Poltergirls ouvrirent un immense portail des Ténèbres. De l’ouverture, une armée de créatures noires aux yeux jaunes s’abattit sur les Protoss possédés et les immobilisa par leur nombre.

-Parfait, dit Silvie. Maintenant, coupez leurs…

Une présence disparut. C’était Zeratul. En retrouvant Artanis, ce dernier fut sous le joug d’Amon qui le poussa à combattre le templier noir qui fut impuissant face à cet ennemi. Soudain, des paroles lui revinrent en mémoire.

« Le moment venu, vous comprendrez le sacrifice que vous devrez faire pour sauver votre peuple de la funeste fin qui l’attend. Au revoir. »

Zeratul venait de comprendre les paroles du démon de l’Espoir. Sa mort n’allait pas seulement sauver Artanis mais aussi son peuple d’Amon.

-Ma vie pour Aïur, dit Zeratul en se relevant.

Sans hésiter, Zeratul chargea face à Artanis. L’échange fut violent et bref. Pendant quelques secondes, le temps sembla se figer. Zeratul tomba mortellement touché. Artanis se retourna mais ses cordons nerveux se détachèrent. Le temps de comprendre ce qui s’était passé, Artanis vit impuissant le corps de son vieil ami disparaitre en cendres.

-Amon, enfoiré, cria Silvie en larmes. Dès qu’on t’aura retrouvé, on s’assurera d’une mort douloureuse.

-Calme-toi, dit Jennifer. Nous sommes tous peinés de voir mourir quelqu’un d’aussi valeureux que Zeratul mais ce n’est pas comme ça qu’on le vengera.

-Mais…

-On lui fera la peau, assura Iris. Pour l’heure, Artanis aura besoin d’aide. Tu penses aussi bien que nous pour savoir comment l’aider.

Silvie regarda les Protoss immobilisés et sourit. Avec les créatures que l’Alliance Démoniaque leur avait confiées, elles allaient pouvoir donner un petit coup de pouce à Artanis.

-Au travail, Sans-cœurs !

Artanis pleurait intérieurement. À cause de son aveuglement pour Aïur, Zeratul était mort. Son armée était sous l’emprise d’Amon. Face à cette situation, il n’y avait que peu d’options. Il fallait fuir. Sans alliés, la tâche s’annonça difficile. Mais ce qui le faisait rager encore plus, c’était la prophétie que lui avait délivrée Vorazun.

« Prenez garde de votre lumière sacrée. Son aspect que vous clamez bienveillant dissimule le mal désireux de vous détruire. Il commencera à frapper sur le lieu que vous chérissez le plus. Pour lui échapper, fuyez dans les Ténèbres aux côtés de vos frères bannis. Pour une plus grande unité, il faut vous séparer de cette lumière et briser son lien avec elle. »

Il était assez clairement indiqué que le Khala allait devenir une nuisance. Pourtant, Artanis avait refusé de le croire. Aujourd’hui, il dut se rendre à l’évidence que c’était vrai. Il fallait retrouver Téléris et Dunkelion. Il était certain qu’ils n’étaient pas sous l’emprise d’Amon. Les rejoindre dans l’espace du Dominion permettrait d’accroitre ses troupes et trouver un moyen de sauver son peuple.

Tout à coup, un groupe de zélotes corrompus arriva. Artanis se refusait de les tuer. Ce n’était pas leur faute. Leur couper les cordons nerveux était la seule solution pour éviter le bain de sang. D’un bond qui prit de court les zélotes, Artanis trancha les cordons nerveux les libérant d’Amon.

-Hiérarque, demanda un zélote, que s’est-il passé ?

-Vous avez été possédés par Amon, expliqua Artanis. J’ai dû couper vos cordons nerveux pour vous en libérer. Le Khala nous apporte maintenant plus de mal que de bien.

Soudain, un autre groupe de Protoss arriva. Par chance, il n’était pas soumis à Amon. Par contre, ils étaient accompagnés par de sombres créatures.

-Qui sont ces créatures, demanda Artanis.

-Nous l’ignorons, hiérarque, répondit le meneur du groupe. Tout ce que nous savons, c’est qu’ils nous ont immobilisés pour nous retirer nos cordons nerveux. Après quoi, ils nous ont relâchés.

-Dans ce cas, qui les a envoyées, s’interrogea Artanis.

C’était alors qu’il repensa à une histoire que lui avait raconté Sélendis. Elle parlait d’une organisation des Ténèbres appelée l’Alliance Démoniaque qui avait fait son apparition depuis plus d’un an. Du peu qu’il avait entendu, cette organisation regroupait des êtres inconnus dans le secteur de Koprulu. Il était naturel de penser que l’Alliance avait déployé ces créatures pour les aider. Dans ce cas, cela voulait dire qu’ils avaient connaissance des évènements à venir.

-Reprenons notre route, dit Artanis. Nous libérerons tous ceux que nous croiserons.

Dans la sombre nuit, Artanis et ses troupes avancèrent vers Khor-shakal, l’ancienne ville où siégeait le Conclave avant l’invasion d’Aïur par les Zergs. Sur la route, ils virent Karax, le forge-phase de Sélendis, encerclé par des Zergs qui tournaient le dos aux nouveaux arrivants. Un templier noir était en train de se faire massacrer. Il était trop tard pour le sauver. Sans perdre un instant, Artanis et ses compagnons éradiquèrent les Zergs qui furent peu nombreux.

-Forge-phase Karax, dit Artanis, je vous cherchais.

-Artanis, laissa éclater sa joie le concerné, loués soient les dieux :

-Vos cordons nerveux, se rappela Artanis, il faut vous les enlever.

-Les templiers noirs s’en sont chargés. Je suis libéré de la corruption du Khala. Il y a d’autres survivants ?

-J’ai sauvé tout ceux que j’ai pu, répondit le leader des Protoss en désactivant sa lame-psi. Venez, nous devons nous échapper de ce monde tant que nous le pouvons encore.

-Nous échapper, demanda Karax surpris. Mais comment ?

-La Lance d’Adun repose toujours dans les ruines de Khor-shakal. Ses générateurs sont antiques, mais un forge-phase de votre qualité doit pouvoir les remettre en service.

-La lance d’Adun, répondit le forge-phase ému. Je… je serais honoré d’avoir une telle opportunité. Nous ne pouvons pas laisser passer cette chance.

-Tout à fait, approuva Artanis. Nous devons nous y rendre immédiatement !

Installant une base à proximité du vaisseau, les Protoss libres devaient dégager la biomasse Zerg qui encombrait les générateurs. Artanis voulait l’exhumer comme trophée de sa victoire sur les Zergs. Aujourd’hui, c’était une toute autre raison qui le motivait.

-Artanis, disait au loin une voix familière mêlée à la voix sombre. Pourquoi cherches-tu  à fuir ton salut ?

C’était Sélendis sous l’emprise d’Amon. Sa folie s’était répandue comme une maladie contagieuse parmi les templiers. À présent, l’Armada Dorée allait se mêler dans la bataille. Artanis ne voulait pas tuer ses frères mais le soutien de ces créatures noires pourrait changer la donne. Ils étaient déjà partis libérer des Protoss d’Amon.

Le nettoyage des accumulateurs fut long et difficile mais Artanis et ses forces réussirent à réactiver la Lance d’Adun. Prenant le contrôle du vaisseau géant, Karax fit transférer à bord tous les Protoss qu’Amon ne contrôlait pas avant de le faire décoller.

De leur côté, les Sans-cœurs partirent dans les portails des ténèbres qu’avaient ouverts

-Mission accomplie, dit Silvie. Nous pouvons rentrer.

-Il vaudrait mieux, dit Carla. La guerre a commencé. Les choses sérieuses commencent maintenant.

-Ce serait cool que je puisse faire la même chose, s’émerveilla Marius.

-Vends ton âme aux Ténèbres, répondit Iris avec la voix d’une sorcière. Monte en grade et extermine tous ceux qui s’opposeront à notre dieu !!

Une fois loin d’Aïur, Artanis et Karax purent admirer les merveilles que renfermait la Lance d’Adun. Ce vaisseau vieux de plus de mille ans avait été créé pour les temps les plus sombres de la race Protoss. On pouvait trouver des salles entières de Protoss mises en stase. Une armée dormait en attendant leur réveil pour se battre. Karax avait pris le contrôle des drones pour couper les cordons nerveux des soldats endormis. Il était hors de question d’avoir une bataille à l’intérieur de leur dernier espoir. Dans les ponts inférieurs, une forge stellaire pour construire toutes les armes de guerre Protoss et ce n’était qu’un aperçu de la technologie de ce vaisseau si avancée mais ancienne. À la commanderie, Artanis et Karax eurent la surprise de découvrir une toute autre chose.

-Une conservatrice, s’étonna Artanis. Libérée de sa stase ?

-Elle porte encore ses cordons nerveux, arrêta Karax prudent. Elle est arrimée au Khala !

La voyant s’approcher, Artanis activa sa lame-psi. Toute menace devait être neutralisée. Soudain, la conservatrice leva la main comme signe de s’arrêter.

-Attendez ! Je suis Rohanna, grande conservatrice de Velari et votre conseillère de guerre. Le rôle d’exécuteur en chef vous revient.

Elle parlait normalement et avec calme. Aucune trace de la corruption d’Amon.

-Mais vous n’êtes pas possédée par le Maître noir, demanda Artanis. Comment est-ce possible ?

-Je perçois des ténèbres à la frange de chacune de mes pensées, mais je ne suis pas corrompue. D’où je viens, les conservateurs sont formés à contrôler le moindre tressaillement du Khala. Je contiendrai ce mal, je vous l’assure, et ce faisant, je vous servirai au mieux. Comme tous les conservateurs, je détiens les souvenirs et les personnalités des Protoss, vivants ou morts, au moment de mon entrée en stase. Cela me permettra de confronter vos choix tactiques à ceux de vos prédécesseurs. Depuis cette salle, vous pourrez effectuer toutes les allocations de ressources aux projets militaires.

-Je suis Artanis, se présenta le hiérarque, hiérarque des Daelaam. Je dirige tout ce qui reste de notre civilisation. Vos souvenirs nous seront assurément utiles, Rohanna. Mais ne vous méprenez pas : si vous succombez à cette corruption, je n’hésiterais pas à vous détruire.

Montrant sa lame-psi avant de la désactiver, Artanis montrait que sa menace était sérieuse. Rohanna le comprit rapidement. Un Protoss corrompu à bord était une menace dangereuse pour la survie de leur espèce.

-J’entends bien, répondit-elle, et je suis prête à accompagner les Premiers-Nés dans leurs heures les plus sombres. Venez, laissez-moi montrer à sert cet endroit.

Dans un autre recoin du vaisseau, Karax avait découvert le cœur du noyau solaire. C’était une étoile synthétique. Le forge-phase ne pouvait qu’être émerveillé devant la technologie utilisée pour le créer. Rien que cet appareil suffisait à alimenter la Lance d’Adun et ses systèmes. Sans parler de nourrir les Protoss en rayonnement. Malgré ça, il fallait du temps pour exploiter le noyau solaire à sa pleine puissance mais aussi de la solarite. Seulement, les Protoss n’en avaient plus utilisé depuis des millénaires.  Il fallait donc en trouver partout où ils passeraient.

Malgré son émerveillement pour la Lance d’Adun, Karax était attristé. La perte du Khala était la principale raison. Sans Khala, c’était comme se retrouver seul et aveugle. Maintenant, il ne pouvait plus percevoir profondément les pensées des autres. Artanis comprenait ce sentiment. Pourtant, malgré la perte du Khala, les Protoss continuaient à vivre. Karax avait vite retrouvé son entrain. En effet, il avait conçu des bras mécaniques greffés à ses appendices en remplacement de ses cordons nerveux. Pour un forge-phase, c’était le pied car ils s’étaient avérés efficaces. Satisfaits de ces premières bases, Artanis partit pour le pont et alla décider de la prochaine destination de la Lance d’Adun.

Artanis ordonna le cap vers Shakuras. Les traditions des templiers noirs voulaient qu’ils coupent toute connexion avec le Khala. Ce qui faisait d’eux les derniers Protoss libres de l’influence néfaste d’Amon. Ils étaient ignorants de la situation sur Aïur et leur aide serait utile.

Seulement, en arrivant devant Shakuras, Artanis eut une très mauvaise surprise. La planète était attaquée par Amon. Le bilan des pertes s’annonçait très lourd. Une communication arriva immédiatement. C’était la matriarche Vorazun.

-Gloire aux dieux, s’écria-t-elle en voyant le hiérarque. Artanis, vous êtes vivant.

-Matriarche Vorazun, demanda Artanis, qu’est-il arrivé ici ?

-Shakuras est tombée ! La porte de transfert connectant ce monde à Aïur a été rouverte. Une marée d’hybrides et de Zergs se déverse depuis l’autre côté de la porte ! Ils ont annihilé nos villes, décimé nos gardes de l’ombre. Nous essayons d’évacuer la population restante, mais j’ignore si nous pourrons tenir suffisamment longtemps pour mettre les habitants en lieu sûr.

-Nous vous donnerons le temps nécessaire, matriarche, assura Artanis. Mes templiers sont en route !

Toutefois, Vorazun demanda des détails sur les funestes évènements sur Aïur. Sans rien cacher, Artanis révéla tout, inclus le sacrifice de Zeratul. Vorazun ne le blâma pas. Artanis avait été possédé par Amon durant ce moment. La faute lui revenait donc. Pourtant, Artanis se jugea responsable des évènements en ignorant les avertissements de Zeratul. Ce fardeau allait lui peser pendant longtemps.

Pour l’heure, il fallait secourir les habitants de Shakuras. Les templiers noirs ne contrôlaient que la zone sud-ouest de Talematros et ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils cèdent. Pour assurer l’évacuation, il fallait nettoyer les baies de lancement encombrées par l’infestation Zerg. Ainsi, l’évacuation pourrait reprendre. Artanis fit construire son poste avancé et envoya ses troupes à l’attaque. Pour cette mission, Vorazun avait mis à sa disposition des templiers noirs. Leur camouflage leur permettrait d’infiltrer les rangs ennemis sans être repérés. Soudain, une faille s’ouvrit et une abomination en émergea. Un lacérateur du Vide. Une créature. Dès sa sortie, il s’attaqua le canal de transfert, point de ralliement des vaisseaux d’évacuation. Karax venait justement d’activer les premiers systèmes de la Lance d’Adun et tira sur la bête. Ce fut les troupes d’Artanis qui virent achever le lacérateur. Après quoi, ils reprirent leur progression dans les quartiers pour déblayer les baies de lancement. Certaines zones étaient gardées par des sporuleurs rampants et des vigilants. Ces unités Zergs possédaient la capacité de détecter les ennemis camouflées. À éviter ou les détruire au possible. Sans oublier de récupérer la solarite utilisée pour alimenter la ville. À la fin, ils réussirent leur mission.

Depuis la Lance d’Adun, Artanis et Vorazun regardaient les derniers vaisseaux d’évacuation quitter Shakuras. Malgré ce premier succès, Artanis restait pessimiste et voulait sauver Shakuras. Pour la matriarche, c’était impossible. Le nombre d’ennemis était trop important pour les affronter. Dans ces conditions, les chances de victoire étaient minces pour ne pas dire nulles. La seule option était de détruire la planète. Malgré les protestations d’Artanis, Vorazun resta sur ses positions et jura d’aider le hiérarque à reprendre Aïur.

Pour causer la destruction de Shakuras, Vorazun comptait utiliser le cristal phasique du temple Xel’Naga qui se trouvait sur la planète en le surchargeant. Artanis proposa une amélioration au plan. Puisque ce monde était condamné, autant infliger le maximum de dégâts à Amon. Dans la tête du hiérarque, il projetait attendre le maximum de troupes ennemies possible sur la planète avant de surcharger le temple. Au minimum, un milliard. Un plan audacieux mais très couteux en troupes mais Artanis restait confiant. Afin de faciliter la surcharge du temple, Vorazun révéla l’existence de trois pierres zénithales chargés de stabiliser le temple. Leur destruction immédiate permettrait de surcharger le temple dès que la situation commençait à dégénérer.

Percevant la menace du temple, les Zergs d’Amon se rassemblèrent autour du temple. Dans un premier temps, les hybrides n’entrèrent pas en jeu. Puis un nouveau genre d’hybride entra sur le terrain : l’hybride némésis, un monstre volant. Après quoi, les hybrides sortirent enfin de l’ombre pour se joindre à la bataille. À mesure que le nombre de Zergs augmentait, Vorazun était effrayée par ce nombre. De cinquante millions au départ, ils étaient plus de huit cents cinquante millions sur la planète. De son côté, Karax s’attelait à récupérer la solarite du temple mais cela demandait d’attendre davantage avant la mise à feu.

Finalement, le moment arriva. Le temple commença à surcharger. Tous les Protoss furent évacués. À l’intérieur, Artanis déclencha la surcharge du cristal. Au même moment, un ver de Nydus traversa les murs du temple et cracha des Zergs par dizaines. Artanis défendit vaillamment le cristal jusqu’à ce qu’il descende vers le centre de la planète. Le leader des Protoss fut transféré au milieu des flammes avant la destruction de Shakuras. Quand Artanis revint à bord, il était blessé par son combat. On l’emmena à l’infirmerie pour le soigner. Vorazun remarqua une chose intéressante. Le hiérarque était devenu un vrai templier noir à la manière des Nérazims et après accompli ce qui ressemblait à la marche de l’ombre. C’était le rituel iniatique le plus sacré des Nérazims. Le candidat traversait seul un sombre chemin pendant que les examinateurs l’attaquaient. Si le candidat survivait, il devenait un templier noir. Naturellement, Artanis n’avait plus le Khala.

À la commanderie, Rohanna avait assisté les évènements de loin. En bonne fidèle du Khala, elle n’aimait pas les templiers noirs. En effet, les « déchus », comme elle les appelait, avaient choisi de rejeter la lumière du Khala. Un tel rejet justifiait à ses yeux le mépris envers les déchus. Seulement, cette opinion ne plaisait pas à Artanis qui donna son avis sur la question et ne manqua pas de les défendre. L’incompréhension submergea la conservatrice quand celle-ci assista au combat courageux des templiers noirs. Pour Artanis, les Nérazims n’avaient pas oublié leur vrai foyer et le Protoss qui s’était sacrifié pour les protéger. Adun était son nom. Un héros respecté de tous qui avait refusé de massacrer ses semblables pour cette divergence d’opinion. Malgré ses efforts pour les cacher, le Conclave découvrit le pot aux roses et dut exiler les templiers noirs pour ne pas ébruiter leur existence. Un nouvel incident faillit causer une bataille sanglante. Sans l’intervention d’Adun, les choses auraient mal tourné pour les templiers noirs mais au prix de l’existence de leur bienfaiteur. Profitant du chaos causé, les templiers noirs avaient fui.

-Matriarche, dit Artanis en allant voir Vorazun, je me souviens d’une prophétie dont vous m’avez parlé lors d’une de nos réunions. Elle parlait du Khala et d’Amon.

-C’est exact, confirma Vorazun. Et vous vous demandez surement d’où je tiens cette information.

-En effet.

-C’est Téléris, expliqua la matriarche nérazim. Il était revenu de son long voyage. Seulement, vous étiez trop occupés à la reconquête d’Aïur. Plutôt que de vous attendre, il est reparti avec  Dunkelion vers le Dominion Terran.

Ça tombait bien, Artanis voulait se rendre là-bas pour récupérer la Clé Xel’Naga. Au passage, il retrouverait Téléris et Dunkelion. Enfin, s’ils étaient encore envie.

-Rassurez-vous, devina Vorazun, Téléris s’est coupé ses cordons nerveux avant de partir. Quand il a eu connaissance de la prophétie, il avait compris que le Khala allait devenir une menace. J’ai aussi eu la même interprétation quand j’ai entendu la prophétie.

-Ce qui amène cette question, fit remarquer Artanis. Qui a fait cette prophétie ? Qui est cette personne capable de voir l’avenir ?

-D’après Téléris, répondit Vorazun, il s’agit du Général Mathio le démon de l’Espoir. C’est un des dix leaders de la Boîte de Pandore qui dirige l’Alliance Démoniaque. Du peu que j’en sais, Téléris porte une haute estime de ce démon.

-Dans ce cas, matriarche, dit Artanis, partons pour Korhal. Téléris doit nous attendre là-bas. Avec de la chance, nous trouverons peut-être ce démon et lui demanderons des conseils.

-Si seulement les choses étaient si simples, dit Vorazun qui s’attendait au pire.

Pensif, Artanis donna l’ordre de partir sur Korhal. Là-bas se trouvait la Clé Xel’Naga qui serait, selon Zeratul, l’espoir des Protoss contre Amon. Le hiérarque espérait que son vieil ami James Raynor accepte de lui remettre l’artéfact. Dans le même temps, il avait vent de la présence de l’Alliance Démoniaque. Eux seuls sauraient où trouver le démon de l’Espoir dont les rumeurs clamaient des dons de prédiction du futur.

L’empereur Valérian était inquiet. Partout dans les mondes du Dominion, on rapportait des attaques, des avant-postes détruits. Amon était vraiment passé à l’action. Grâce aux conseils des Bras Droits, les troupes du Dominion avaient pu s’échapper en limitant les pertes. Quant aux civils, ils avaient réussi à s’enfuir. Encore une fois, l’Alliance Démoniaque était intervenue. Pour cette guerre, ils avaient cessé de cacher leurs armes secrètes et déployé toute leur puissance pour arrêter Amon. Un résultat effrayant et écrasant contre les flottes du Contingent Möbius. Si son père avait été encore en vie, il aurait été admiratif de la puissance de l’Alliance. Seulement, les Zergs s’étaient aussi joints au conflit. Évidemment, des hybrides avaient été aperçus en leur compagnie. Ce qui démontrait clairement l’influence d’Amon sur ces Zergs. 

Côté armement, le Dominion était au top. Les nouvelles armes étaient abouties et la production fut lancée. Le problème, c’était les effectifs. Les précédentes guerres avaient sévèrement entamé les troupes. Malgré le recrutement massif, les armées du Dominion n’avaient toujours pas atteint leur niveau d’avant-guerre. Valérian ne pouvait blâmer ses concitoyens de ne pas participer directement à la guerre. Son père aurait usé de menaces et d’intimidation pour pousser les gens à s’engager mais pas lui.

Concernant l’Alliance Démoniaque, la Boîte de Pandore n’était toujours pas de retour. Leur présence serait bien nécessaire pour assurer le moral des troupes. Le Trône Divin avait bien avancé et il suffisait que de quelques jours pour le terminer.

Soudain, une alarme sonna. Korhal était attaqué. Qui ? Le contingent Möbius ? Si c’était eux, pourquoi lanceraient-ils une attaque sur la capitale du Dominion ? L’endroit était moins bien gardé mais c’était une folie de s’engager dans cette entreprise suicidaire.

-Votre excellence, informa un androïde de combat. L’ennemi a été identifié. Il s’agit du contingent Möbius.

-Ces types, pesta Valérian. Contactez les flottes de l’Alliance. Dites-leur de rappliquer vers Korhal. Je ne sais pas ce qu’ils manigancent mais rien de bon n’est à prévoir.

-Oui, monsieur.

Dans l’espace, une importante flotte du Dominion assurait la défense de la planète. Et avec eux, le Bouclier Céleste. Cette plateforme orbitale devrait apporter un soutien non négligeable dans la bataille. Face à eux, la flotte Terrane d’Amon. Ils semblaient plus nombreux. Quant à savoir comment Amon avait pu réunir une telle armée était le cadet des soucis de la flotte du Dominion. Dans un des cuirassés, se trouvaient les Poltergirls avec leur élève.

-Merde, dit Carla. Ce qui devait être une simple visite des lieux s’est transformée en cauchemar.

-On s’en fout, coupa Silvie. Marius va assister à une vraie bataille spatiale. Alors, c’est une bonne occasion de lui apprendre. À tous les vaisseaux, ripostez !! Le contingent Möbius va apprendre à ne pas nous sous-estimer.

La flotte du Dominion ouvrit le feu. L’ennemi n’était pas là pour jouer. Au même moment, l’Hypérion arriva avec quelques cuirassés. Ces renforts devraient permettre d’équilibrer les forces présentes.

-Très bien, les gars, appela le commandant Raynor. Ne leur faites pas de cadeaux.

-Oui, commandant, répondit Iris motivée.

Si les deux flottes étaient presque de force égale, ce qui allait faire la différence dans cette bataille était l’habilité tactique des leaders. Sauf que les Terrans du contingent Möbius se montrèrent agressifs. Ils chargèrent avec agressivité obligeant la flotte du Dominion à se disperser.

-Restez groupés, ordonna Raynor. Ils cherchent à nous diviser pour mieux nous écraser.

Malheureusement, de nombreux cuirassés tombèrent sous les tirs furieux du contingent Möbius. Seulement, ils subirent aussi des pertes. Les Poltergirls étaient intervenues et guidaient leurs cuirassés pour détruire l’ennemi.

-Concentrez les tirs sur les parties sensibles, ordonna Jennifer qui lançaient des scans sur les cuirassés ennemis. On va faire exploser ces cuirassés ennemis.

-Le canon Yamato est prêt, informa un lieutenant. Nous pouvons tirer à votre signal.

-Je m’en charge, dit Carla qui se plaça aux commandes de tir. Placez le cuirassé derrière un ennemi. Je vais tirer dans ses propulseurs.

Le cuirassé des Poltergirls s’aligna derrière un vaisseau ennemi qui ne fit pas attention. Quand l’alignement fut parfait, Carla tira. Le tir toucha sa cible et provoqua comme prévu une réaction en chaîne qui détruisit le cuirassé ennemi dans une violente explosion.

-Joli tir, félicita le capitaine du vaisseau.

-Ce n’est rien, dit Carla. Je ne suis qu’une simple tireuse d’élite.

Dans Augustgrad, les alarmes sonnaient. Les habitants courraient se réfugier dans les abris pour se protéger d’éventuels bombardements. Amon était un être malveillant désireux de tout détruire. Il reculerait devant aucune tactique pour accomplir ses sinistres ambitions.

Retour dans l’espace où le contingent Möbius avait percé les lignes du Dominion pour s’approcher du Bouclier Céleste.

-Commandant, informa un opérateur, le contingent Möbius largue des capsules de débarquement sur le Bouclier Céleste.

-ça, ce n’est pas bon, pressentit Raynor. S’ils arrivent à prendre le contrôle de la plateforme, ils pourraient bien renverser le cours de la bataille.

-Que faisons-nous, demanda Matt Horner.

-Qu’on envoie des renforts aux gars de la plateforme, répondit Raynor. On ne peut pas se permettre de perdre ce point stratégique.

À l’insu de tous, le contingent largua discrètement des capsules en direction de la planète. Pensant qu’elles se dirigeaient vers la plateforme, personne ne leur fit attention.

Soudain, un vaisseau Protoss fit irruption dans le champ de bataille. C’était la Lance d’Adun. Tout à coup, un cuirassé du contingent Möbius ouvrit le feu sur le nouvel arrivant. Artanis ordonna un transfert dilatoire pour esquiver cette valse de tirs. Les zélotes s’exécutèrent et firent transférer la Lance d’Adun de l’autre côté du champ de bataille. Les Protoss reçurent une communication de l’Hypérion.

-Commandant James Raynor à vaisseau Protoss, nous sommes, appela Raynor. Artanis ? Bon sang, je suis content de te voir !

-Ami Raynor, dit le hiérarque, vous semblez… débordés.

-La routine habituelle, répondit Raynor alors que des tirs ennemis secouaient le cuirassé.

-Qui sont ces insurgés, demanda Artanis.

-Ces renégats s’appellent le contingent Möbius, expliqua Raynor, une garde d’élite qui travaillait pour le docteur Narud. Ils attaquent des mondes un peu partout dans le secteur, en laissant très peu de survivants. D’après leurs victimes, ils seraient dirigés par des hybrides.

-Dans ce cas, aucun monde n’est hors de portée d’Amon

Une nouvelle secousse fit trembler l’Hypérion.

-Renforcez ces cloisons, cria Raynor. Redéployez en quadrant sept alpha. Il faut former une ligne de bataille ! Ils ont envahi le Bouclier Céleste, notre plateforme de défense orbitale. On dirait qu’ils ont détruit ses stabilisateurs atmosphériques. Il perd rapidement de l’altitude. S’il s’écrase, il anéantira Augustgrad.

-Nous ferons en sorte que ça n’arrivera pas, commandant, assura Artanis. Attaquez leur flotte  et maintenez leur offensive à distance !

-Comme au bon vieux temps, mon pote… comme au bon vieux temps.

Mais le même temps, le rebelle demanda ce qui amenait Artanis ici. Le hiérarque expliqua la raison de sa présence : récupérer la Clé Xel’Naga qui, selon Zeratul, les mènerait à ses créateurs. Bien qu’il annonça la mort du prélat noir, Artanis n’avoua pas son implication dans cette mort en raison de la forte amitié entre Raynor et Zeratul. Raynor ne refusa pas de livrer de livrer la Clé mais il devait sauver la ville de la chute de la plateforme de défense orbitale. Ce qu’ils ignoraient, c’était que les Poltergirls écoutaient discrètement la conversation avec un appareil espion. Sur ordre de la Boîte de Pandore, elles agissaient comme leurs yeux et leurs oreilles. Toute conversation importante devait être écoutée. Ce n’était pas très correct mais l’Alliance se devait de suivre les évènements pour garder le contrôle de la situation.

-ça sent mauvais, dit Silvie. C’est pile au-dessus du palais impérial.

-Tous nos espoirs reposent sur Artanis et ses troupes, dit Carla. Avec de la chance, les renforts arriveront à temps.

-À condition que le Bouclier Céleste ne tombe pas entretemps, dit Iris inquiète.

-ça n’arrivera pas, assura Jennifer. Le Néant l’aurait su et serait intervenu. Le connaissant, il nous aurait avertis. Enfin, à moins que le Scénario l’exigeait.

-Je hais cette tendance à s’incliner devant le destin, commenta Silvie. Quand on connait le futur, on se doit de le changer pour éviter les désagréables conséquences.

Ses amies soupirèrent. Silvie avait raison dans le fond mais les choses n’étaient pas aussi simples. Changer le futur allait affecter les actions à venir et altérer l’avenir. Quel que soit le chemin pris, on s’exposerait obligatoirement à des souffrances physiques et/ou psychologiques. 

De son côté, Artanis envoya ses troupes sur le Bouclier Céleste. Pendant ce temps, en bas, le palais impérial subissait une attaque. Craignant pour sa sécurité, l’empereur fit mobiliser une partie de ses forces dans ses appartements. Dans les étages inférieurs, les troupes se tenaient prêtes à défendre le palais au péril de leurs vies. Soudain, une explosion fit voler en éclats la porte blindée. L’assaut avait commencé.

Artanis avait installé sa base à proximité du stabilisateur atmosphérique central. Comme l’avait pressentit Raynor, le contingent Möbius essayait de détruire les stabilisateurs pour faire tomber la plateforme sur la ville. Par chance, les dégâts n’étaient pas irréversibles. Enfin, à condition que l’ennemi veuille bien laisser quelque chose à réparer. Artanis fut chargé de de dégager les attaquants. De son côté, Raynor s’occupait des réparations donnant un sursis  supplémentaire à chaque stabilisateur réparé. Pour stopper totalement la chute libre, les cinq stabilisateurs étaient nécessaires.

-Commandant, dit un opérateur. Nos senseurs ont détecté une nouvelle flotte en approche.

-Qui est-ce, demanda Raynor. Parce qu’on ne fera pas long feu avec des renforts ennemis.

-C’est l’Alliance Démoniaque, répondit l’opérateur. Ils nous envoient une communication.

L’écran s’alluma pour montrer le Néant vêtu comme à son habitude de son armure légère noire.

-Ici, le Néant de l’Alliance Démoniaque, appela le nommé. Commandant Raynor, sommes-nous arrivés en retard ?

-Si vous étiez arrivés plus tôt, on n’aurait pas le Bouclier Céleste en chute libre.

-Nous étions aux prises avec les Tal’darims, se défendit le Néant. Les troupes d’Amon se sont divisés pour envahir le secteur. Ce faisant, nous avons dû faire de même pour permettre aux civils de se mettre à l’abri.

-Il n’empêche que vous auriez pu prédire ça, fit remarquer Raynor.

Devant le silence du Néant, Raynor comprit. Ce gars savait ce qui arrivait mais n’avait rien dit. S’il avait l’audace de lui demander, il se ferait rabâcher ces histoires de futurs alternatifs et conséquences des choix qu’on faisait. Le genre de choses à vous donner la migraine. Plutôt de se chamailler, Raynor demanda au Néant de prendre part au combat. Les puissants cuirassés de l’Alliance ouvrirent immédiatement le feu.

Sur le Bouclier Céleste, les forces d’Artanis repoussèrent les forces ennemies. À chaque stabilisateur repris, Raynor envoya des troupes sécuriser la zone et réparer les machines pour freiner la chute. Finalement, les Protoss revendiquèrent les cinq stabilisateurs. Face à cette défaite, le contingent Möbius battit en retraite. L’amiral Horner prit la relève et assura la gestion des défenses et de la plateforme.

-Tes gars ont fait un boulot formidable, Artanis, félicita Raynor. Le bouclier orbital est à nouveau en ligne. On n’a plus qu’à envoyer la cavalerie.

-Nous vous rejoindrons à la surface et nous exfiltrerons la Clé, dit Artanis.

-J’ai une mauvaise nouvelle pour toi, répondit Raynor. Nos amis d’en bas sont eu la même idée. Pendant qu’on se battait pour se poser, y a eu un raid sur le palais impérial. La sécurité indique que la Clé a été volée.

À croire que l’objectif du contingent Möbius était la Clé et non l’élimination des dignitaires du Dominion. Par réflexe, l’empereur avait fait renforcer sa sécurité. Ce qui avait permis à l’ennemi de percer jusqu’au coffre et de voler l’artéfact.

-Ma maman avait un vieux dicton pour ça, ajouta Raynor. Un malheur n’arrive jamais seul.

-Je m’interroge quant à l’utilité de cette sagesse maternelle, ami Raynor.

-Pas autant pour moi… Hé, une minute, je reçois des renseignements… une équipe d’évacuation du contingent Möbius se dirige en ce moment vers Port-Bennett. Ils ont la Clé.

-Nous ne les laisserons pas s’échapper, dit fermement Artanis.

Si Amon avait fait voler la Clé, c’était qu’elle constituait un réel danger pour lui. Pas de chance pour lui, les fantômes du Dominion avaient réussi à retrouver les traces des troupes ennemies. Maintenant, il ne restait plus qu’à déployer des armées pour les arrêter. Quelques heures plus tard, les forces alliées étaient réunies à Port-Bennett, du moins ce qu’il en restait. Soudain, toutes les troupes Terranes furent assommées. Les hybrides avaient canalisé de l’énergie du Vide dans la Clé pour générer une disruption psionique. Les seuls à être immunisés de cette disruption étaient les hybrides, les Protoss et… les Poltergirls ?!

-Étrange, s’interrogea Artanis. Même les serviteurs des Ténèbres sont affectés par le phénomène. Pourtant, ces fantômes…

Mais il y avait plus urgent. Profitant de l’état des forces Terranes, les hybrides attaquèrent. Heureusement qu’ils étaient les seuls car leurs soldats Terrans pouvaient poser problème dans cette situation. Par chance, ils étaient dans le même état que Raynor et ses troupes. Artanis envoya des immortels stopper les hybrides. Leur solide blindage supporta les attaques des hybrides. L’assaut avorté, la disruption s’estompa au même moment. Dans le camp de Valérian, les Poltergirls venaient de repousser les hybrides.

-Bon sang, pesta Silvie, ces saletés ont bien amoché la base.

-Oui, approuva Carla, on va avoir besoin de temps avant de partir au combat.

-Dans ce cas, dit Iris, défendons la base en attendant d’être prêts.

-On n’a pas le choix, dit Jennifer. Allez tout le monde ! Remettez cette base sur pied qu’on aille botter le cul de ces saletés d’hybrides et de leurs soldats.

Les Poltergirls surveillaient les lignes du contingent Möbius un peu plus loin. Ils ne lançaient pas d’assaut car ils comptaient beaucoup sur les disruptions psioniques. Mais ils n’avaient certainement pas anticipé l’intervention des Protoss et le fait que les Poltergirls seraient immunisées à la disruption.

Une seconde disruption frappa mais cette fois, les Protoss avaient préparé une armée pour stopper les hybrides. Quand les assaillants furent repoussés, les Protoss exploitèrent la disruption pour attaquer le contingent Möbius.

-Dites-moi, demanda Artanis. Comment faites-vous pour ne pas être touchées par la disruption ?

-C’est… C’est, hésita Silvie.

-On préfère ne pas en parler, coupa Carla. Vous touchez une partie de notre vie qu’on aimerait ne pas en parler.

Sujet sensible. Artanis devina sans peine que les Poltergirls avaient une idée sur la question. Dans le même temps, elles lui semblaient familières. Où les avait-il entendues parler ? Au même moment, la disruption prit fin. Les troupes de Valérian étaient maintenant prêts.

-Escouade Poltergirls, appela l’empereur, menez nos forces au combat.

Le nom de l’escouade fit réagir le hiérarque. Il venait de comprendre la raison de ce sentiment. Sélendis lui avait parlé de cette escouade de fantômes au service de l’Alliance. Comme le Dominion était allié avec l’organisation des Ténèbres, il était naturel de trouver des forces démoniaques parmi celles du Dominion.

La bataille reprenait son cours alternant les phases de disruption et de charge de la Clé. Sur le chemin, les Protoss trouvaient des laboratoires attaqués par le contingent Möbius. En récompense de ces sauvetages, l’empereur offrit toute technologie Protoss et la solarite dans ces laboratoires.

-ça fout un de ces mal de crâne, gémit Marius en se réveillant d’une disruption.

-Ce n’est pas le moment de te plaindre,

Finalement, les troupes alliées arrivèrent enfin à la Clé. Elle était lourdement gardée par les hybrides. Certains étaient plus imposants que d’autres. Toutefois, ce fut insuffisant pour impressionner les armées du Dominion qui chargèrent avec les Protoss à leurs côtés. La zone nettoyée, Artanis put enfin récupérer la Clé qui fut transférée sur la Lance d’Adun. Mais à quel prix !! Partout où on regardait à Port-Bennett, ce n’était que ruine et désolation. Les rues grouillaient de cadavres et de de carcasses métalliques des véhicules de combat.

-Bon sang, regardez-moi ce chantier, commenta Raynor. Même les Zergs n’ont pas fait autant de dégâts à cette ville.

La bataille terminée, on pouvait commencer à s’occuper des morts. Les soldats du Dominion étaient démoralisés. Autour d’eux, des camarades morts, des civils massacrés avec barbarie. Une telle dévastation était la preuve de la folie du dieu noir. L’empereur Valérian s’était déplacé en personne pour apporter son soutien moral aux soldats et aux victimes. Dans d’autres coins de rues, on enterrait les corps et on plantait les fusils comme pierre tombale. Ces hommes étaient morts pour une vraie cause.

-C’est quoi cette guerre, gerba Marius.

-C’est ça la guerre, dit Silvie. La vraie.

-Celle où on se bat avec la plus grande sauvagerie pour vaincre l’ennemi, ajouta Carla. Tel sera le plan d’attaque d’Amon. Il enverra ses troupes nous exterminer sans se soucier du prix à payer.

-Que faire, demanda Jennifer. Attendre la mort ou combattre sans espoir de victoire ?

-Arrête, Jennifer, dit Iris. Ce n’est pas ce que ce que nous a prédit le Général Mathio. Il avait dit qu’on allait survivre, qu’on gagnerait la guerre et qu’Amon serait détruit. Seulement, le chemin  que nous emprunterons sera sanglant.

En effet, de nombreux soldats allaient tomber au champ d’honneur. Pas seulement de leur côté mais aussi chez l’ennemi dont la majorité des effectifs était manipulé. Pourtant, il ne fallait pas s’attendrir ou c’était la mort.


De retour à la Lance d’Adun, Artanis alla à la commanderie. Rohanna n’avait pas eu une bonne opinion des humains qu’elle voyait comme inférieurs pour leur technologie primitive et l’usage d’orifices pour communiquer. Comme toujours, Artanis avait pris leur défense admettant même avoir eu les mêmes pensées lors de ses premières rencontres avec l’humanité avant de mieux les connaitre.

-Rohanna, dit Artanis inquiet.

Et il avait raison. Une aura rouge sombre émanait du corps de la conservatrice. Amon avait frappé.

-Conservatrice ! Rohanna, cria Artanis.

-Artanis, disait la voix sombre par le biais de sa victime.

-Amon, dit Artanis avec une rage contrôlée.

-Je vois tes doutes. Tes peurs. Tu es si seul… à pleurnicher dans les ténèbres. Laisse-moi te libérer… vous libérer tous… de la souffrance de votre existence. Le cycle éternel des conflits et de l’angoisse arrive à son terme.

S’avançant vers le hiérarque, la grande conservatrice possédée s’avança. Par réflexe, Artanis activa sa lame-psi prêt à se défendre.

-Vos mots ne sont guère que du poison, Amon, répliqua Artanis avec conviction. Vos actions n’apportent que la mort.

-Elles n’ont qu’un but, se justifia le dieu noir, mettre fin à un cycle que tous subissaient sans l’avoir choisi ! Ta résistance ne causera qu’une souffrance inutile.

Soudain, Amon sembla convulser et sa sombre présence fut expulsée du corps de Rohanna dans un flash de lumière.

-C’est… c’est terminé, hiérarque, dit Rohanna essoufflée. Il est parti.

-Maintenant, voyez-vous pourquoi vous devez vous séparer du Khala ? Sa lumière vacille.

-Je le maintiendrais à distance, assura Rohanna. Je résisterai. J’ai senti sa rage et vu sa vérité.

-Si vous ne rompez pas votre connexion au Khala, menaça Artanis, vous serez isolée de force, maintenue en stase.

-Je préserverais le Khala quoi qu’il m’en coûte. Et si je dois être mise à l’isolement, je l’accepterai.

Mettant sa menace à exécution, Artanis enferma Rohanna dans une cellule de stase. Ainsi, si Amon frappait de nouveau, Rohanna ne serait pas en mesure de nuire à qui que ce soit dans la Lance d’Adun. Au même moment, on demanda le hiérarque sur le pont. Le Terran Swann Rory avait envoyé la Clé avec toutes les recherches menées dessus au noyau solaire. Le seul souci, c’était qu’il arrivait difficilement à parler devant le hiérarque. Il fallait le comprendre, c’était la première fois qu’il parlait à des Protoss. Un coup de pouce d’Artanis ne fut pas de trop pour pousser le mécanicien à se montrer plus familier. Un peu trop même quand Artanis voulut faire transmettre sa reconnaissance à Raynor.

-Pas de problèmes, mon grand, répondit Swann.

-Mon grand, demanda Artanis confus devant cette expression Terrane.

-Hiérarque, informa un zélote, nous détectons une flotte Protoss en approche.

-L’Armada Dorée, demanda Artanis inquiet.

-Non, elle est trop petite pour que ce soit le cas. Attendez ! Nous recevons une communication.

L’écran s’alluma pour montrer le haut-templier Téléris à la grande surprise d’Artanis.

-Téléris, s’écria Artanis. Quelle joie de vous revoir !

-Moi de même, hiérarque, répondit le concerné. Je constate que vous avez trouvé un nouveau vaisseau.

-Bien des choses se sont passés ici, expliqua Artanis. Montez à bord. Nous avons beaucoup à nous dire.

Quelques heures plus tard, Téléris et Dunkelion étaient à bord de la Lance d’Adun. Les retrouvailles se suivirent ensuite par les histoires de chacun.

-C’est à la fois incroyable et terrifiant, dit Artanis. Amon a fait construire des usines à hybrides hors du secteur pour accroitre son armée.

-Par chance, la Coalition était là pour nous aider, dit Dunkelion. Grâce à eux, la menace d’Amon aura été endiguée.

-Mais ici, Amon a encore assez d’hybrides pour mener ses plans à bien, répondit Artanis. Il nous faudrait retrouver le Général Mathio. Ses prédictions nous seront d’une grande aide.

-Je tiens à vous prévenir, informa Téléris, que le Général Mathio ne nous dira pas directement ce que nous devrons faire.

-Nous sommes en guerre contre Amon et ce démon refusera de nous aider, demanda Vorazun.

-Vous m’avez mal compris, matriarche, répondit Téléris. Ce que Mathio dira paraitra brumeux mais ce n’est que lorsque les évènements auront lieu que nous comprendrons. Si le démon de l’Espoir refuse de dire clairement ce qui va se passer, c’est qu’il a plusieurs raisons.

-Et que sont-elles, demanda Artanis.

-La première, ce sont ses plans. S’il accepte de dévoiler certaines informations, c’est qu’il aura une idée derrière la tête. Ensuite, notre fierté. Il nous serait plus glorieux de faire les choses par nous-même que par le biais d’une prophétie nous dévoilant toute la marche à suivre. Enfin, par les révélations de ses prédictions, nous serons tentés de changer l’avenir en notre faveur mais ça n’aura pas les conséquences que nous souhaitons.

-En un mot, compléta Dunkelion, il voudra que nous trouvions la solution par nous-mêmes.

-Quel esprit tordu, commenta Vorazun.

Soudain, une petite ombre atterrit devant le groupe qui baissa la tête pour voir ce que c’était. Ils eurent la surprise de voir un petit renardeau noir avec une mèche de poils dont le bout était rouge. Le bout de ses petites pattes était aussi rouge. Une masse de fourrure noire entourait son cou. Son sourire malicieux et ses yeux de jade illustraient son côté espiègle.

-Coucou, disait l’étrange boule de poils.

-Qu’est-ce donc, demanda Vorazun.

-Téléris, Dunkelion, demanda Artanis, est-ce vous qui avez amené cette créature ?

-Non, paniqua le templier noir dans l’incompréhension. Ce n’est pas nous !

-Alors, ça ne peut être que lui, dit Téléris.

-Lui ?

D’un bond, le renardeau s’enfuit. Instinctivement, les Protoss se lancèrent à sa poursuite. Seulement, le petit renard était rusé et s’amusa à semer ses poursuivants. Mais ces derniers étaient encore plus rusés et réussirent à acculer la boule de poils.

-Maintenant…

-Zorua !!!!

Sentant une présence foncer vers eux, les Protoss s’écartèrent. Un homme vêtu d’un large manteau bondit sur la boule de poils pour la cajoler.

-Où étais-tu passé petit coquin ? J’étais mort d’inquiétude.

-Ne me dites pas que c’est lui, demanda Artanis.

-Si, répondit une voix derrière eux.

Se retournant, Artanis vit une bien étrange créature humanoïde. Un corps de gerboise mauve avec une tête de chat. Une longue queue violette remontait jusqu’à au bas de son ventre. Ses mains possédaient trois doigts  bulbeux. Des sortes d’antennes ornaient le haut de sa tête. Derrière son cou, une sorte de tuyau. Ses yeux roses avec une pupille ovale montraient un regard sérieux. Son « habit » était un petit plastron sur son buste. Au milieu, était incrustée une pierre précieuse.

-Mewtwo, dit Téléris, il est toujours comme ça, ton dresseur.

-Seulement quand il voit quelque chose de mignon, soupira le pokémon. Ça risque de prendre un moment avant qu’il vous fasse ses prédictions. Aussi, il a écrit d’avance ce que vous attendiez.

Téléris prit la feuille et la lut à haute voix.

« Sur Glacius, le hiérarque fera ce qu’on pourrait appeler des retrouvailles.

Sur la terre sainte des dieux, de nombreuses vérités attendent votre venue mais la Dame de pique doit rester en vie.

Après ces sombres évènements, vous devrez rallier deux armées à votre cause pour assurer votre victoire. Leurs représentants joueront un rôle clé. L’un d’eux vous fera un marché peu appréciable mais restera fidèle à ses engagements. L’autre vous aidera à surmonter les blessures du passé.

Quant à la Clé, protégez-la. Elle vous sera d’une grande utilité dans votre conflit car c’est elle qui terminera la boucle sur le lieu où tout a commencé. »

-Mystérieux comme toujours, soupira Téléris. Général, je…

Seulement, le haut-templier ne termina pas sa phrase car un petit groupe d’hommes en noir avec un R débarqua avec des caisses.

-Boss, demanda un gros balèze avec une fossette  au menton, où pose-t-on ça ?

-Dans ce coin, indiqua Mathio. Ils seront bien placés.

-Qui ça ils, demanda Artanis.

De petites boules bicolores tombèrent sur le sol. Sous le choc, elles s’ouvrirent en deux pour libérer des créatures de taille diverse qui bondirent sur les Protoss pour montrer leur affection.

-J’en étais sûr, disait Téléris la main  au visage. Mathio a lâché ses pokémons.

-Occupez-vous en bien, dit Mathio en partant. J’ai fait apporter assez de nourriture pour tous les nourrir pour un an.

-Mais à quoi jouez-vous, demanda le hiérarque.

-À mon prochain rôle, expliqua d’un air excentrique le démon. Celui du Joker. Le personnage met au point un plan complètement fou mais en regardant bien, on constate qu’il est plus réfléchi que l’on aurait pensé. Sur ce, au revoir !

Sur ces mots, le démon de l’Espoir, Mewtwo et ses sbires disparurent dans un portail des Ténèbres. Il ne resta plus que les Protoss en compagnie d’une horde de créatures qui attendaient sagement les ordres.

-Au moins, ils sont dressés, commenta Vorazun.

-Ils le sont, matriarche, dit Téléris. Tous ont été dressés par Mathio. S’il nous les a laissés, c’est qu’il y avait une raison.

-Qu’est-ce qui vous fait dire ça, demanda Artanis.

-Disons que ce démon nous l’a dit d’une manière indirecte. Il faudrait trouver eux.

Soudain, deux pokémons surgirent de derrière le haut-templier. Tous deux ressemblaient à un mélange entre un avion à réaction et un dragon. L’un était bleu et l’autre était rouge. Ils tenaient un sifflet dans leur bouche.

-Quand on parle d’eux, dit Dunkelion. Latios, Latias, nous aimerions que vos petits camarades se tiennent tranquilles pendant le voyage.

-Pas de problèmes, répondit par télépathie Latios. Tout le monde, en avant !!

Tous obéirent à Latios et allèrent s’installer à la grande surprise des Protoss. Au moins, ils ne feront pas de bêtises. Artanis se rendit sur le pont et ordonna le cap vers Glacius.

-Ici, Donny Vermisseau pour les dernières nouvelles, annonça la marionnette d’un ton neutre. Aujourd’hui, Korhal a été victime d’une attaque des forces d’Amon. Retrouvons Kate Lockwell en direct de Port-Bennett.

-Oui, Donny, approuva Kate qui apparut sur les écrans. Le contingent Möbius a réussi à s’introduire dans le palais impérial où ils ont volé l’artéfact Xel’Naga qui se trouvait dans le coffre-fort.

-Pas d’objets précieux volés ou d’argent, demanda la marionnette, ou encore l’empereur ?

-Non, répondit Kate. Il semblerait que l’artéfact ait été l’objectif de l’ennemi. Quant à l’empereur, il va bien. Après ce vol, ils ont tenté de s’enfuir par Port-Bennett. Fort heureusement, les forces du Dominion ont réussi à les rattraper avec l’aide des Protoss venus en aide.

Se tournant vers les ruines de Port-Bennett, Kate montra alors les ravages causés par le contingent Möbius. Ces fous furieux avaient semé une destruction sans précédent. Avec les planètes qui tombaient peu à peu sous la puissance des armées d’Amon, ça n’avait rien de réjouissant.

-Votre altesse, demanda Kate, où se trouve l’artéfact Xel’Naga ?

-Entre les mains des Protoss, répondit Valérian. Elle sera en sécurité à bord de leur vaisseau.

-Est-ce vraiment une bonne idée, interrogea Kate. Les Protoss sont…

-Les Protoss ne sont pas les êtres cruels que décrivait mon père, coupa Valérian. Ce sont des êtres doués de sentiments et de raison. Seulement, ils sont aussi victimes d’Amon. Nos espions ont assisté à la corruption de leurs semblables par Amon. Nous allons être obligés de les combattre.

-Ne peut-on pas les sauver ?

-Si mais ce ne sera pas aussi simple, répondit l’empereur. Pour l’heure, nous devons renforcer nos défenses et repousser le contingent Möbius. Après, nous risquerons d’affronter l’Armada Dorée.

-On nous signale que la Boîte de Pandore est de retour, interrompit Donny. Et avec eux, une importante armée prête à en découdre avec les armées d’Amon. Nous avons peut-être essuyé un sale revers mais nous sommes encore debout !! Nous vaincrons !!!

Les Poltergirls éteignirent la télé. L’attaque de Korhal risquait de faire parler d’elle pendant un moment. L’Alliance Démoniaque risquerait de se prendre un gros blâme pour ne pas avoir été là lorsqu’on avait besoin d’eux. Soudain, Marius arriva. Il semblait perturbé.

-Mesdemoiselles, dit-il, vous avez une seconde ?

-Qu’y-a-t-il, demanda Silvie, tu as l’air dérangé.

-En fait, expliqua Marius, toute l’académie est en pleine agitation en ce moment.

-ça n’a rien d’étonnant avec l’attaque de Korhal, dit Carla.

-En fait, reprit le jeune fantôme, c’est en rapport avec ça. Tout le monde s’interroge sur comment vous avez fait pour ne pas être assommées par la disruption psionique.

Les Poltergirls soupirèrent. Évidemment qu’on allait se poser la question à ce sujet. Maintenant, tout le monde allait les harceler pour obtenir des réponses et ça avait déjà commencé avec Marius qui était dans l’ignorance.

-Marius, dit Iris, ce serait avec joie qu’on le dirait mais c’est une partie de notre vie qu’on ne souhaite pas faire connaitre. Trop de souvenirs assez douloureux.

Instinctivement, le disciple des Poltergirls sentit qu’elle disait vrai et qu’elle et les autres emporteraient dans la tombe. C’était l’heure des cours, les Poltergirls quittèrent leurs appartements.

Dans les couloirs, elles écoutaient d’une oreille discrète. Les jeunes recrues étaient choquées de la violence des combats sur Korhal. Ils avaient pourtant été prévenus de l’ampleur de cette guerre mais personne ne s’attendait à quelque chose d’aussi grand. Certains étaient déprimés et doutaient de leur succès. D’autres refusaient d’abandonner. Ils s’étaient engagés dans cette voie, ils devaient aller au bout. Quant à Marius, il restait le même. La guerre impliquait toujours des morts. S’ils flanchaient pour cette bataille, comment réagiront-ils devant les prochaines qui seront plus sanglantes ? Par moment, les fantômes jetaient des regards furtifs aux Poltergirls. Comme elles s’en doutaient, une foule de fantômes vint leur demander des explications. À leur tête, Nova.

-Qu’est-ce que tu veux, demanda Jennifer.

-Obtenir des réponses, répondit la blonde IP10. Ne pas être affecté par la disruption psionique n’est pas une chose que les Terrans soient capables de faire. Ce n’est pas le fait d’avoir des pouvoirs psychiques puisque même les autres fantômes ont été affectés. Oublions le pouvoir des Ténèbres car même eux ont été touchés. Les seuls à être immunisés sont les hybrides et les Protoss. Ce qui nous amène à cette question : par quel miracle arrivez-vous à supporter les disruptions psioniques ?

Les Poltergirls serrèrent les dents. Même si Nova était chiante, elle savait se montrer perspicace. Soudain, une voix retentit dans le mégaphone de l’académie.

-Les Poltergirls sont priées de se rendre au bureau du directeur.

Soulagées de cette échappatoire, les Poltergirls se téléportèrent dans le bureau de Sarco par les Ténèbres. Le propriétaire des lieux n’était pas surpris de cette arrivée rapide.

-Mesdemoiselles, dit le directeur, nous avons à parler.

-De ces rumeurs, devina Silvie. Ça risque de devenir ennuyeux si ça continue sur cette lancée.

-Je le devine assez bien, répondit le directeur. Aussi, j’aimerais connaitre la cause de votre immunité. Si c’est si important, je pourrais vous aider. Sinon…

Dans l’autre cas, les Poltergirls risqueraient de vivre un enfer. Elles avaient bien une idée sur la question mais c’était en relation de leur plus grand secret. Elles pourraient refuser de le dire mais elles avaient en face, une figure importante du projet Fantôme et le directeur de l’académie fantôme. Il ne serait pas bon d’en faire un ennemi quand Sarco était aussi un IP10.

-Fais chier, soupira Carla.

-Ben, dit Iris, je crois qu’on n’a pas tellement le choix.

-Oui, approuva Jennifer. Néanmoins, nous souhaiterions votre silence sur notre silence. Croyez-nous sur parole qu’on vous fera payer cette trahison.

Une sombre aura surgit soudainement des Poltergirls. Sarco eut comme un mouvement de recul. Même si elles étaient de simples fantômes, les Poltergirls restaient des serviteurs des Ténèbres à la puissance redoutable. Ajouter le soutien de l’Essaim et de l’empereur, elles étaient une menace des plus sérieuses.

-Inutile d’être aussi agressives, rétorqua le directeur. Je ne suis pas aussi stupide au point de crier sur les toits le secret des autres.

-Les secrets sont les plus puissantes armes, expliqua Carla. À la seconde où ils sont dévoilés, le chaos s’en suit. C’est une chose que nous a enseigné notre maître Xezbeth.

Une seconde vague de ténèbres recouvrit la pièce, les Poltergirls avaient rendu la pièce impossible à espionner. Ainsi, ils pourraient parler sans inquiétude d’être écoutés.

-Encore une leçon du démon de la Tromperie, devina Sarco.

-En effet, confirma Iris. Chaque information sensible peut causer autant de dégâts qu’une bombe nucléaire.

-Que savez-vous du projet Ascension, demanda Jennifer.

-C’est le projet dont vous avez participé quand vous aviez quatre ans, répondit le directeur. Il a été abrogé pour le manque de résultat. Après, j’ignore le contenu détaillé du projet puisque vous l’avez volé sur ordre de l’Alliance.

-Exact, dit Silvie. Peu de gens connaissent ce contenu. Nous, la Boîte de Pandore, ses Bras Droits, l’empereur Valérian, le commandant de California et mon père. À sa demande, ses souvenirs ont été scellés.

-Et quel est le rapport avec votre immunité, demanda le directeur.

-Ce n’est que spéculation, dit Carla, mais cela va vous paraitre logique de lier au projet Ascension. Ce projet a pour but de renforcer les fantômes et autres espers avec de la matière grise Protoss.

Entendant ça, Sarco afficha une tête vraiment surprise. Il ne s’attendait vraiment pas à ça. Dans un sens, ça sonnait logique. Les Poltergirls possédaient des pouvoirs de nature Protoss et c’était grâce à cela qu’elles furent protégées des disruptions psioniques. Une telle chose en était effrayante mais cela ressemblait bien à la Confédération connue pour ses actes immoraux et ses recherches piétinant les droits de l’homme. Par ailleurs, si la Confédération avait déjà connaissance des Zergs, il était fort probable qu’elle avait aussi connaissance des Protoss à l’époque.   

-C’est effrayant, dit Sarco reprenant rapidement son calme.

-Ce n’est pas terminé, poursuivit Iris. Parce que vingt personnes sont mortes avant nous. Et dans la souffrance.

-Dans notre cas, ajouta Jennifer, nous avons été chanceuses. Mais cela voulait dire aussi que le projet avait été un succès. Par d’habiles manipulations, le père de Silvie a fait arrêter le projet Ascension.

-Au début du projet, termina Silvie, nous ne pouvions faire partie du projet Fantôme malgré quelques dispositions intéressantes. IP pas assez élevé.

Se souvenant de l’actuel IP des Poltergirls, le directeur comprit l’efficacité du projet Ascension mais aussi les dérives. Beaucoup tenteraient l’expérience pour accroitre leur IP et devenir plus puissants. Seulement, l’IP n’était pas véritablement un indicateur de puissance. Une bonne maîtrise de ses pouvoirs pouvait amener à la vraie puissance. Par ailleurs, il aurait fallu récupérer des Protoss pour s’approprier leurs pouvoirs et cela aurait été contre la politique de l’empereur à vouloir sympathiser avec eux. Sans parler des effets secondaires, absents chez les Poltergirls, qui pouvaient être mortels.

-Je comprends votre désir à cacher ce désagréable passé, compatit Sarco. Je vais faire au mieux pour que cessent les rumeurs et les fouineurs.

-À commencer par nous envoyer en mission, dit Silvie. Un peu d’action ne nous fera pas de mal.

-Et Marius ?

-Il se débrouille assez bien, commenta Carla. Il ne peut pas rester éternellement dans nos jupons. Le mieux est de le mettre dans une autre équipe et donner des missions afin qu’il apprenne à s’adapter.

Le directeur approuva. Marius avait acquis assez de connaissances théoriques. Il était temps de l’envoyer sur le terrain. Le mettre dans une équipe le pousserait à affirmer. Sarco prit son interphone pour communiquer à toute l’académie.

-À l’attention de toute l’académie fantôme, je n’ignore pas que tout le monde s’intéresse sur les Poltergirls. Je ne dirais que ceci : elles ont participé à un projet classé confidentiel. Aussi, toute question à ce sujet est interdite et vous n’avez aucune autorité à le demander. Donc, attendez-vous à des sanctions.

De quoi dissuader tout curieux désireux de connaitre le secret de Poltergirls. Ces dernières quittèrent le bureau satisfaites.

À Korhal, les démons de la Boîte de Pandore observaient le comportement du Dominion. Malgré l’arrivée importante de renforts, les soldats et les habitants étaient démoralisés par les attaques du contingent Möbius. L’attaque de Korhal fut le coup le plus violent. Seules quelques figures importantes refusaient d’abandonner. Naturellement, les troupes de l’Alliance gardaient le moral car ils avaient confiance en leurs leaders.

-Ce n’est pas assez, commenta Xezbeth.

-Oui, approuva Zagan. Si cette armée n’est pas motivée, ce sera difficile pour gagner cette guerre. Même pour nous.

-Vous rigolez, intervint Eligor. À nous seuls, nous pourrions écraser les armées d’Amon.

-Ce n’est pas aussi simple que ça, dit Bélial. Nous aurons l’Armada Dorée et ils sont contrôlés.

-On aurait trouvé une solution pour les sauver

L’Alliance Démoniaque était puissante, c’était un fait. Afin de ne pas blesser la fierté des habitants du secteur de Koprulu, ils ne se donnaient pas à fond. Toutefois, cela ne voulait pas dire qu’ils fermeraient les yeux sur les massacres d’Amon.

-Cette fois, on doit intervenir, dit Uphir. Si tout le monde nous voit combattre, ils sauront à quel point nous sommes puissants et Amon se chiera dans son froc.

-Ce n’est pas le genre d’Amon, rétorqua Mathio qui manipulait ses cartes du destin.

-Comment ça, demanda Axaphat.

-Ce dieu est plus arrogant qu’Arcturus, expliqua le démon de l’Espoir. Peu importe le nombre de défaites qu’on lui administrera, il fera toujours le fier. Même dans ses derniers instants.

-L’enfoiré, commenta Jessonia. Puisse le destin lui infliger une souffrance sans fin.

-Donc, que nous recommandes-tu, demanda Senectus.

Le plan de Mathio était simple : faire un énorme massacre. Cette démonstration de force allait raviver la flamme dans le cœur des soldats du Dominion. Pour réussir ce coup d’éclat, il fallait préparer le terrain.

À bord de son vaisseau-mère, Alarak faisait route vers le lieu de sa prochaine mission. Soudain, un Tal’darim arriva pour apporter une nouvelle importante.

-Premier aspirant Alarak, dit le soldat, nos alliés du contingent Möbius ont intercepté une communication de la Boîte de Pandore. Ils disent aller se rendre sur une planète isolée pour préparer un rituel.

La Boîte de Pandore. Ce groupe de démons entouré de mystères inquiétait le numéro deux des Tal’darims. Peu de choses étaient connues d’eux. Tout ce qu’on savait, c’était qu’ils étaient puissants et qu’ils étaient les leaders de l’Alliance Démoniaque qui avait grandement interféré dans les projets d’Amon. Les éliminer serait un poids en moins et faciliterait les plans du dieu noir. Un ordre que confirma Ma’lash. La mort de ces gêneurs serait bénéfique pour eux.  

-Cap vers la position de la Boîte de Pandore, ordonna Alarak. Nous allons sacrifier ces démons à Amon !!

-Pour Amon, crièrent les soldats fanatiques.

En orbite de la planète, Alarak remarqua la présence du contingent Möbius et de la couvée d’Amon. Que venaient faire ces êtres inférieurs dans leur sainte mission ?

-Le dieu noir veut s’assurer de notre victoire, expliqua un hybride. La Boîte de Pandore ne sera pas un adversaire facile.

Le premier aspirant n’appréciait guère cette aide mais ils auraient leur utilité à connaitre le style de combat de ces démons. Sur ordre des hybrides, les forces d’Amon débarquèrent sur la planète. Pas de traces de ces démons. Le message indiquait pourtant qu’ils étaient arrivés. Depuis le début de l’opération, Alarak eut comme un malaise, une intuition qui lui disait quelque chose ne tournait pas rond. Soudain, un rapport arriva.

-Maître Alarak, informa un Tal’darim aux commandes, nos troupes ont localisé un membre de la Boîte de Pandore.

Cela inquiéta Alarak malgré cette position avantageuse. Il demanda à localiser les autres. On lui apporta les emplacements des autres démons. Le comptait y était. Tous les dix étaient là. Dans ce cas, pourquoi les démons étaient éloignés les uns des autres ? Une telle occasion ne se reproduirait pas. Les troupes du dieu noir attaquèrent. Tel un tsunami, ils bondirent les manteaux noirs.

-C’est fait, maître, annonça un Tal’darim. La Boîte de Pandore n’est plus.

Pourtant, ce sentiment ne quittait pas Alarak. Où était le problème ? Tout à coup, une sonnerie retentit. Un vieux modèle de téléphone était la cause du bruit. Instinctivement, le premier aspirant retira le combiné.

-Allô, disait une voix, c’est bien le vaisseau-mère du premier aspirant Alarak ?

-C’est moi, répondit le concerné. Qui êtes-vous ?

-En fait, c’est à moi de vous poser une question. Elles sont bien calibrées vos armes ?

-Pourquoi cette question, s’impatienta Alarak.

-Parce que je me suis fait tirer dessus par vos troupes et qu’elles n’ont pas réussi à me toucher. J’ai été gentil, je n’ai pas bougé. Soit vos troupes sont des incompétents, soit vos armes sont de la camelote.

-J’en reviens à ma question : Qui êtes-vous ?

-Le gars qui a la chance du diable, cria son interlocuteur. Celui qui décide du destin. Je suis le Général Mathio, démon de l’Espoir. Et si vous vous demandez comment vont mes camarades, savez qu’ils vont parfaitement bien. Ce n’est pas avec des attaques pareilles que vous allez nous faire la peau. Montrez-nous ce que vous valez vraiment parce que l’Essaim fait mieux que ça.

Enragé par ce commentaire, Alarak jeta le téléphone puis ordonna à ses troupes de déployer toute la puissance de sa flotte de mort. Sentant que les démons n’étaient pas morts, les hybrides firent de même pour les Zergs et les Terrans.

-Voilà qui est mieux, observa Zabulon, mais ça reste insuffisant.

Invoquant le pouvoir de la Folie, Zabulon distordit l’espace pour se protéger. Les Tal’darims arrivèrent mais furent déstabilisés par le terrain déformé. Seulement, cela donna le temps à Zabulon qui jeta des pierres plus lourdes qu’on ne l’aurait pensé. D’inoffensifs cailloux furent propulsés à la vitesse d’une balle. Très vite, les Tal’darims réussirent à éviter les attaques dangereuses de Zabulon.

-Ok, dit-il, dans ce cas, je vous propose ce jeu mortel : le « un, deux, trois, soleil »version Folie. La règle est la suivante : je me retourne en faisant le décompte. Pendant ce temps, vous tenterez de m’atteindre. Mais il vaudrait mieux rester immobile quand je vous regarderais. Sinon, la punition sera moins clémente qu’un simple retour à la case départ.

Les Tal’darims eurent un frisson car ils devinèrent que des choses horribles les attendaient. Ils n’avaient pas d’autres choix que de jouer au jeu de ce fou dangereux. Zabulon commença.

-Un, deux, trois, soleil !!!

Zabulon se retourna. Ses adversaires avaient figé puis figé comme demandé. S’avançant de manière amusante, le démon espérait que certains craquent. Pas de chance, les Tal’darims montraient une volonté de fer. Par contre, ils ne résistèrent pas à l’opportunité d’assassiner Zabulon qui les arriver.

-Vu, dit-il.

Une main invisible attrapa les malheureux qui furent broyés sous les yeux de leurs camarades qui savaient que bouger signerait leur arrêt de mort.

-Voilà ce qui vous attend, prévint le démon. Bon courage dans le petit monde que j’ai créé.

Le jeu infernal continua. Petit à petit, le nombre de participants se réduisait. Finalement, les Tal’darims n’étaient qu’un mètre de Zabulon. Encore un peu et ils pourront le tuer pour venger leurs frères morts dans ce jeu ridicule. Seulement, Zabulon se montra vil. Au lieu de se rendre à l’endroit habituel, le démon de la Folie se rendit à l’autre bout de la clairière. Ce qui enragea les Protoss.

-Aucune règle ne l’interdit, se justifia Zabulon. Vous pouvez abandonner, vous ne risquerez rien. Par contre, il faudra faire un autre jeu.

Du côté de Xezbeth, le démon de la Tromperie, il venait de terminer. C’était tellement simple de faire exploser les cerveaux de ses adversaires. Au loin, il voyait de hautes flammes.

-ça, c’est encore Jessonia qui s’est enflammée.

En effet, la démone avait craché ses puissantes flammes emplies d’amour et de passion. Ce n’était pas pour rien qu’elle était la démone de la Passion. Toute une région fut consumée par ses flammes. Au beau milieu de ce barbecue géant, des cadavres calcinés des Zergs d’Amon. Même les hybrides ne résistèrent pas à cette chaleur. Malgré ce massacre, de nouveaux ennemis arrivèrent.

-Dites-moi, dit Jessonia en caressant son fouet, qui veut sa punition ?

Dans un autre coin, Eligor éclatait les troupes du contingent Möbius à la simple force de ses poings. Les solides armures de marines ne résistèrent pas au choc.

-C’est un peu mou tout ça, commenta le démon de la Guerre. Les hybrides doivent vraiment vous ramollir le cerveau pour que vous soyez aussi nuls.

Insultés, le contingent Möbius chargea mais un cuirassé Terran leur tomba dessus. Eligor avait utilisé une solide corde pour tirer l’énorme vaisseau en bas et l’exploiter à son profit.

Uphir regardait les Zergs à terre. Avec l’aide de Zagan le démon de la Famine, le démon de la Maladie avait jeté de la nourriture contaminée sur la route des Zergs. Ces derniers avaient instinctivement dévorée la viande sans se douter du piège. Très vite, les effets de la maladie se manifestèrent par un horrible mal de ventre qui les fit tortiller de douleur. Non loin de sa position, Zagan avait vidé de toute énergie ses adversaires devenus des momies desséchées. Avec cette énergie en surplus, on pouvait en faire une bombe qui atomisa une large zone.    

-Reprenez le combat, stupides Terrans, aboya un hybride. L’argent ne vous sert à rien.

-Inutile, disait Bélial du Vice, les instincts humains sont bien plus forts que vous ne le pensez.

-Les humains seront toujours attirés par l’argent, ajouta Axaphat. Soldats Terrans, cent milles crédits à celui qui abattra un hybride.

Malgré l’emprise de ces monstres, les Terrans manipulés ouvrirent le feu sur les hybrides.

-Sans ton argent, dit Bélial, on n’aurait pas pu les retourner contre l’ennemi.

Seulement, il était difficile de définir un vainqueur. Une solution s’imposa : se massacrer pour rafler le pognon. Une violente bataille s’engagea entre les Terrans sous les regards calmes des deux démons.

-Sans ton pouvoir du Vice, reprit le démon de la Misère, mon argent ne serait pas autant désiré. Maintenant, je reprends mon argent.

Dans une zone aride, Senectus soupira devant l’impuissance de ses adversaires face au temps. Peu importait le temps qui passait, les êtres vivants vieillissaient pour mourir et devenir poussière. C’était le cas pour ses adversaires qui étaient entrés dans la zone d’action de son pouvoir. Immédiatement après, leur vieillissement fut accéléré et il ne resta que des squelettes vêtus. Cela s’appliquait aussi aux démons et aux Xel’Nagas. Eux non plus n’étaient pas éternels. Il arriverait aussi le temps où ils mourront. En attendant, la Boîte de Pandore avait un travail à accomplir.

-Continuez à attaquer, ordonnèrent les hybrides. Ce démon n’a qu’une poignée d’insignifiantes créatures pour le protéger.

Mathio restait calme. Malgré l’infériorité numérique, les troupes d’Amon n’arrivaient pas à passer ses familiers dont les redoutés xénomorphes. Et encore, ce n’était qu’un aperçu de ses pouvoirs d’invocateur. Se tournant vers une caméra invisible, Mathio dit :

-Habitants du Dominion, ici le Général Mathio de la Boîte de Pandore.

Camouflées, les Poltergirls filmaient. Sur les ordres de leurs supérieurs, elles restaient cachées pour transmettre les combats de la Boîte de Pandore qui écrasait leurs ennemis. Mathio regardait l’avancée de ses familiers. Un grand nombre d’ennemis était tombé. Le moment était parfait pour faire usage de ses pouvoirs de nécromancien. Récitant des formules d’une magie obscure, les cadavres se relevèrent et partirent attaquer leurs anciens camarades.

-Disparaissez, cria un marine corrompu qui ouvrit le feu sur les mort-vivants.

Au même moment, le Dominion eut une énorme surprise sur leurs écrans de télévision.

-Flash info, s’agita la marionnette de Donny, nous venons d’apprendre que la Boîte de Pandore vient de commettre une folie : ils se battent en ce moment même contre les forces d’Amon sur une planète isolée.

Sur les écrans du Dominion, on voyait les dix démons se battre malgré le surnombre qui se tenait face à eux. Même s’ils étaient forts, il suffisait d’un rien pour qu’ils succombent dans ce combat. C’était là que les habitants du Dominion entendirent Mathio.

-Habitants du Dominion, ici le Général Mathio de la Boîte de Pandore. Moi et les autres membres sommes en train livrer bataille contre les armées d’Amon. Votre perte de moral est compréhensible quand on voit les ravages qu’ils causent mais capituler n’est pas la solution. Il faut se battre pour survivre et vivre. Amon veut nous détruire car il nous craint, nous pense capables de le vaincre. C’est pour cela que nous devons nous battre. Montrer à ce dieu qu’il n’est pas en droit de décider de notre destin. Même le seigneur Don Stygian n’agirait pas ainsi. C’est pour cela que je vous demande de vous lever et de prendre les armes pour protéger l’Univers et de vaincre les armées d’Amon.  

Dans l’Hypérion, on regardait naturellement cette bataille épique. Les commentaires allèrent bon train.

-Bordel, soupira Raynor. Ces gars sont inconscients.

-Mais pas du tout, répondit Tychus sous la forme d’un androïde de combat. Ce sont des héros. Ils ont une sacrée paire de couilles pour aller se battre contre une telle armée. C’est la classe absolue !

Sur la planète, Mathio commença à bouger. La première étape de son plan était terminée, il était temps de se regrouper. Le démon de l’Espoir lança en l’air une boule d’énergie qui explosa comme un feu d’artifice.

-Maître Alarak, appela un zélote Tal’darim, nos troupes ont aperçu une explosion dans le ciel. Nous ne comprenons pas sa signification.

-Bande d’idiots, se fâcha Alarak, c’est un signal pour informer les autres démons. Surveillez leurs mouvements.

Le premier aspirant eut raison de réagir car les autres membres de la Boîte de Pandore virent le signal et comprirent. Rassemblement. Tous quittèrent leur position pour se rendre à un point défini à l’avance. Sur le chemin, Mathio sentit une présence arriver au-dessus de lui. Elle se rapprochait à grande vitesse.

-Mathio, cria une voix familière.

Comprenant ce qui se passait, Mathio tendit les bras. Jessonia atterrit dans ses bras.

-Je savais que tu me sauverais, jubila la démone de la Passion.

-À l’avenir, répondit Mathio, évite ça. Tu vas me donner un arrêt cardiaque.

Jessonia lui fit un câlin dont elle avait le secret pour l’attendrir. Une scène qui émut Tychus qui trouva romantique. Quelques minutes plus tard, la Boîte de Pandore fut rassemblée malgré les inutiles efforts des troupes d’Amon pour les arrêter.

-Regardez ça, dit Eligor. Toute cette armée pour nous détruire.

-Aucune chance qu’ils y arrivent, ajouta Bélial. Nous sommes la Boîte de Pandore.

-Dix démons de rang majeur, compléta Axaphat.

-Détenteurs des pouvoirs issus des maux de Pandore, ajouta Zagan.

-Par ces pouvoirs, dit Senectus, nous ne faisons qu’un avec l’Univers.

-Face aux légions d’Amon, dit Uphir, nous sommes invincibles.

-Car l’Univers est à nos côtés, commenta Zabulon.

-Et il refuse de se plier à la volonté stupide de ce dieu égoïste, dit Jessonia.

-« Je viens vous libérer de ce cycle corrompu et de sa souffrance », cita Xezbeth comme si c’était les paroles du dieu noir. Mensonges et âneries.

-Cette souffrance nous pousse à nous surpasser et à changer l’Univers pour le rendre meilleur, termina Mathio.

-Ouais, cria Tychus. Bien parlé !! Allez ! Encourageons ces mecs parce qu’ils ont du cran.

Encouragés par l’androïde de combat, les personnes dans le bar commencèrent à encourager la Boîte de Pandore. Partout dans le Dominion, le courage était revenu dans le cœur des gens. Nul ne vit les petites boules de lumière qui quittèrent les planètes pour se rendre vers la position de la Boîte de Pandore.

Pendant ce temps, la Boîte de Pandore livrait une terrifiante bataille contre les forces d’Amon. Maintenant qu’ils s’étaient regroupés, ils devaient affronter les forces du dieu noir en plus grand nombre.

-Tir ennemi en approche, cria Zabulon.

Décidé à intervenir, Alarak avait utilisé le rayon de distorsion phasique de son vaisseau-mère pour détruire la Boîte de Pandore. Tant pis pour les dégâts collatéraux sur ses alliés. Ils seront sacrifiés pour vaincre ces ennemis qui s’étaient montrés assez tenaces. Seulement, leurs adversaires étaient tout sauf banaux. Bélial intervint et créa un large vortex noir qui intercepta le rayon. Un second vortex libéra le rayon qui alla droit vers sa source. Paniqué devant ce renvoi d’attaque, Alarak fit arrêter le tir pour limiter les dégâts.

En bas, les démons de la Boîte de Pandore faisaient un massacre. Eligor et Zabulon avaient uni leurs pouvoirs pour créer des armes d’un nouveau genre à partir de celles de l’ennemi. Autant dire qu’elles faisaient des ravages sur le champ de bataille. Bélial et Axaphat continuaient leur mauvais tour de l’argent corrupteur. Zagan et Uphir répandaient la maladie dans les rangs ennemis. Xezbeth emprisonnait l’ennemi dans de puissantes illusions pendant que Senectus les vieillissait. Concernant le duo Mathio-Jessonia, ils étaient enflammés. Jessonia attrapait un gros ennemi avec son fouet et l’attirait vers Mathio qui l’achevait à coups de poing. Ses coups étaient si forts qu’ils pouvaient décapiter un hybride. Derrière lui, Mewtwo repoussait ses adversaires par ses puissants pouvoirs psychiques.

-Ces démons sont tenaces, dut admettre Alarak. Il nous faut de plus gros moyens.

-Maître Alarak, s’écria un zélote, il se passe quelque chose en bas. Les démons préparent quelque chose.

En effet, la Boîte de Pandore lança la troisième phase de son plan : la fusion. Les dix se changèrent en énergies qui s’engouffrèrent dans un trou noir. Une explosion se produisit. Pandore apparut vêtu de son manteau pourpre. Sa puissance se faisait sentir jusqu’aux vaisseaux en orbite. Même Alarak ne pouvait s’empêcher de trembler de peur. Mais quel ennemi affrontait-il ? Qui était vraiment la Boîte de Pandore ? Était-ce là la vraie force des démons ? Pétrifiées de peur devant la puissance de Pandore, les troupes d’Amon reculèrent.

-Apparais, Asperger, ordonna Pandore en claquant des doigts.

Un immense portail bleu apparut et une gigantesque créature noire en sortit. Mi-homme mi-xénomorphe, la créature était vraiment effrayante.

-Admirez la puissance du plus puissant familier de Mathio, dit Pandore. Asperger, annihilez-les !!

Asperger s’exécuta et cracha de sa boucha un large rayon de Ténèbres qui consuma les ennemis touchés. Les Poltergirls ne pouvaient s’empêcher d’être impressionnées.

-Quelle puissance, commenta Silvie. Ce monstre détruit tout !

-Il y a quand même un risque que le Dominion veuille que la Boîte de Pandore participe dans les prochaines batailles, dit Carla.

-Dans ce cas, quelles excuses donneront les patrons, demanda Iris. Ces types aiment garder leurs secrets. Ça les amuse.

-Seulement, le petit jeu est terminé, dit Jennifer. La situation l’exige. Mais ?! Qu’est-ce que c’est ?

Les petites boules lumineuses étaient arrivées au-dessus de Pandore pour se rassembler. Toutes formèrent alors une immense boule prête à être utilisée. Une situation familière aux Poltergirls. Elles avaient déjà vu ça sur California.

-Admirez l’Espoir, dit Pandore. Tout l’espoir du Dominion et de mes armées réunies dans cette boule. Isolés, ces espoirs ne sont que des petites étincelles mais unis, ils forment un brasier qui dévore tout sur son passage.

D’un simple geste de la main, Pandore fit tomber au moins un quart de la boule d’Espoir. L’énergie se divisa en plusieurs rayons qui s’abattirent sur les forces d’Amon. Depuis son vaisseau-mère, Alarak assistait à la débâcle des troupes. Jamais il n’avait vu pareil enchainement de puissance et pourtant, Pandore n’avait pas terminé. Elle envoya le reste de l’Espoir pénétrer la croute terrestre.

-Maître Alarak, dit un zélote, l’énorme boule est en train de traverser la planète.

-Combien de temps avant qu’elle n’atteigne le noyau, demanda le premier aspirant.

-Environ cinq minutes. Pourquoi ?

-Donnez l’ordre de repli. Ces démons vont faire exploser la planète.

Comprenant le danger que représenterait cette explosion, les Tal’darims rappelèrent leurs troupes mais ce ne fut pas la manœuvre du contingent Möbius et des Zergs d’Amon qui firent débarquer davantage de soldats pour annihiler Pandore. Seulement, cette dernière avait disparu.

Estimant que sa flotte de mort était assez loin, Alarak regarda la planète exploser. Comme il l’avait pressenti, les autres flottes furent emportées par l’explosion. Un effet encore mystérieux de cet Espoir à amplifier l’explosion.

-Coupez, ordonna Pandore aux Poltergirls toujours camouflées. Elle est bonne.

En entendant ça, les Tal’darims eurent conscience de la présence de Pandore à bord. Plusieurs Protoss étaient prêts à attaquer la fusion des dix démons mais Alarak les arrêta.

-Baissez vos lames. Nous n’avons aucune chance contre elle.

-Hi ! Hi ! Hi, ricana Pandore. En effet. Même le premier aspirant n’a pas l’ombre d’une chance de me vaincre. Si je le souhaite, je peux mener cette flotte à sa destruction. Mais aujourd’hui, j’ai fait assez de dégâts, alors je partirais. Il faut bien des survivants pour raconter cette humiliante défaite. Je suis convaincue que votre dieu ait déjà vent de tout cela mais que ça n’aura aucune importance sur ses plans. Du moins, pour lui.

Alarak serra les poings devant cette démone qui se moquait d’eux. Il désirait la transpercer de ses lames-psi mais il savait que ce serait inutile. Pandore réunissait les pouvoirs de dix démons et il suffisait d’un rien pour qu’elle détruise tout. Au loin, Pandore vit l’Hadès. Le vaisseau-amiral avait été stationné en attendant le retour de ses leaders. Satisfaite, Pandore ouvrit un portail des Ténèbres et s’engouffra dedans pour partir. Les Poltergirls la suivirent de près avant la fermeture du portail. Quelques secondes après, l’Hadès partit en hyperespace. Dès que toute menace ait disparu, Alarak respira enfin. Cette Pandore avait une confiance égale à la sienne mais il ne détestait pas ça.

-Nous partons pour Glacius, cria Alarak. Nous avons un complexe scientifique à détruire. Cette mission doit réussir pour effacer notre humiliation.

Conformément au plan de Mathio, le Dominion tout entier fut remotivé par la démonstration de force de la Boîte de Pandore. Avec la puissance de ces démons, tout le monde retrouva le courage perdu. Avec de tels alliés, impossible de perdre. Malgré ces pertes, Amon avait encore des troupes prêtes à se sacrifier et à détruire l’Univers. Mais il en fallait plus pour détruire le moral des Terrans. Une autre nouvelle vint motiver une fois de plus les troupes : Le Trône Divin était enfin achevé.

-Donny Vermisseau en direct de l’UNN, annonça la marionnette. Retrouvons Kate sur le site du Trône Divin. Kate ?

-Oui, dit Kate qui apparut sur l’écran. Actuellement, je me tiens en compagnie du Néant et il va nous expliquer comment va fonctionner ce Trône Divin.

-En effet, approuva le Néant. Cette machine va générer un champ de force, au contact d’un être des Ténèbres, qui va protéger tout ce qui se trouve à l’intérieur. C’est une défense intelligence car elle saura qui est l’ennemi ou non.

-Je ne suis pas experte en la matière, avoua la journaliste, mais jusqu’où peut s’étendre ce champ de force et qui va alimenter ce Trône Divin. Vu la taille de l’objet, vous avez prévu pour quelqu’un de grand. Géant même.

-En effet, répondit une sombre voix.

La caméra se tourna alors vers l’origine de cette voix. Don Stygian, le véritable dieu des Ténèbres. Un corps fort musclé de couleur bleu ombragé recouvert d’épais fils noirs le tout formant une sorte de carapace. Ses six ailes noires étaient en complément avec sa carapace et serties de diamants rouges. Une sorte de masque composé de plaques empilées sur les unes sur les autres couvrait la partie inférieure du visage. Sa carapace recouvrait également le haut de son crâne ne laissant apparaitre des yeux rouges enflammés. Au milieu de sa poitrine, était incrustée une tête de mort démoniaque.  Au milieu de l’abdomen, se trouvait un gros œil rouge et lumineux par-dessus un large cordon gris qui faisait office de ceinture pour maintenir sa jupe qui lui servait d’unique vêtement. Mais ce qui impressionnait le plus chez ce dieu était sa taille de géant. 

-Le Trône Divin est pour moi.

Sur ces mots, Don Stygian posa ses fesses sur le Trône qui créa une colonne de ténèbres derrière. Ces ténèbres se mirent à former une bulle qui engloba tout le Dominion et les territoires alliés. Recevant des nouvelles des flottes aux abords du champ de force, Kate était surprise. Elle ne s’attendait pas à ce que ce dieu puisse fournir autant de puissance au Trône Divin. À présent, leurs armées allaient pouvoir combattre sans à avoir de s’inquiéter de leurs arrières. Toutefois, une nouvelle question lui vint alors. Pourquoi Don Stygian travaillait-il sur de la paperasse ?

-C’est simple, expliqua le Néant, Don Stygian doit alimenter le Trône Divin en permanence. C’est pourquoi il ne peut se lever. Il a donc amené son travail ici.

-Et comment il va faire pour manger, dormir ou encore aller au petit coin ?

-Et moi, fit remarquer Don Stygian, j’en pose des questions embarrassantes ? Le Trône Divin est conçu pour tout ça.

Kate se mit la main au visage honteuse. Toutefois, elle posa une question plus pertinente. Le bouclier arrêterait tout ennemi mais que faire si on usait de téléportation ou des portails ? Encore une fois, Don Stygian avait réponse à tout. Il allait les dégommer personnellement et sans bouger de son nouveau Trône. Qui se prendrait être un dieu s’il n’était pas capable de faire ça ?

-Nous sommes les premiers à le dire, assura Donny Vermisseau, la sécurité du Dominion est assurée par un dieu en personne.

Tout le monde partit à ses occupations. Don Stygian était un dieu. Il n’avait nullement besoin de protection puisqu’il était la sécurité. Par des portails, il faisait apporter tous les documents dont il devait travailler. Soudain, un document bien particulier lui tombait entre les mains. C’était la demande de transfert de Narud. Depuis sa capture et son incarcération, l’âme de ce serviteur d’Amon avait été torturée pour lui arracher des informations. Sans succès. Le moment était venu de disposer de lui. Don Stygian valida la demande. Le soir, il transforma son Trône en un lit. Ainsi, il pouvait dormir dans des conditions agréables.

Le lendemain, Don Stygian reçut à son réveil une nouvelle des plus inattendues : Narud s’était échappé ! Les gardes chargés de sa surveillance se confondaient en excuses. Calmement, Don Stygian réclama d’abord les rapports et les enregistrements. Ainsi, il espérait déterminer le comment de l’évasion. Apparemment, l’âme de Narud avait soudainement disparu sous les yeux de ses geôliers après les avoir repoussés par ses pouvoirs d’une nature inconnue. Les caméras confirmaient la version des rapports.

-Si Narud a pu s’enfuir à ce moment-là, pourquoi ne pas l’avoir fait avant, se demanda le dieu. Ça lui aurait évité des souffrances inutiles. 

L’espionnage n’était pas ça. Mathio l’avait capturé avant que Narud sache sa présence. Même si c’était improvisé, la sécurité sur un prisonnier de marque comme lui était importante. Jamais il n’aurait eu une opportunité de s’échapper avec les Liches Obscuriens et autres créatures qui servaient le dieu des Ténèbres. Une seule explication possible : Narud ne pouvait s’enfuir. Par conséquent, il fallait chercher le changement au moment de l’évasion.  En épluchant ces enregistrements, il espérait trouver les réponses à ses questions. Le dieu qu’il était disait à grande vitesse les documents mais aucun n’expliquait l’évasion de Narud. Il pensait tellement qu’il en avait une migraine. Une pause s’imposait. Après avoir calmé sa douleur au crâne, Don Stygian changea d’approche. Qu’était Narud ? Un être polymorphe vieux de plusieurs millions d’années. Il vouait une loyauté sans faille pour Amon. Des rapports de l’Alliance faisaient état d’une maitrise du Vide. Une chose était sûre, Narud était tout sauf ordinaire. Seulement, ça ne donnait pas la réponse à la question. Une définition pareille pourrait correspondre à plusieurs races mais aucune ne collait. Tout à coup, Don Stygian eut un éclair. Comment n’y avait-il pas pensé plus tôt ? Avec cette réponse, tout concordait et apportait une explication aux diverses questions qu’on pouvait se poser.

-Si ma théorie est exacte, se disait Don Stygian en regardant un document bien précis, je devrais trouver ma réponse ici.

Finalement, Don Stygian trouva ce qu’il cherchait. Il sourit mais soupira dans le même temps. Le facteur changeant était l’endroit où se trouvait Narud. Dans le Domaine des Ténèbres, le pouvoir des Ténèbres était dominant, le pouvoir de Narud était trop faible pour lui permettre de s’enfuir. Mais à la seconde où l’influence des Ténèbres n’était plus, Narud avait pris l’opportunité de se libérer. Quant à sa nouvelle localisation, Don Stygian la connaissait mais elle était inatteignable pour lui et ses serviteurs.

-Alors, seigneur Don Stygian, demanda un serviteur inquiet.

-Vous n’avez pas à vous blâmer de ça, répondit le dieu. Cette évasion est aussi de ma faute. Si nous avions su plus tôt de la vraie nature de Narud, nous aurions pris de meilleures précautions. Enfin, le mal est fait. La prochaine que nous le reverrons, nous ne referons pas la même erreur.

-Devons-nous lancer les poursuites ?

-Inutile. Il se terre dans un royaume où ni la Lumière, ni les Ténèbres ne peuvent l’atteindre. Nous n’avons pas d’autre choix que d’attendre qu’il sorte de sa tanière, ce qui est peu probable.

Néanmoins, le dieu des Ténèbres ordonna qu’on informe la Boîte de Pandore de la situation. Seulement, les alliés devront rester dans l’ignorance. Si une telle chose se savait, les Ténèbres passeraient pour des incompétents et la confiance en eux s’effriterait. Le moment était mal choisi pour que ça arrive. Reprenant sa paperasse, Don Stygian continua son travail sur les dossiers. La Coalition Obscurienne avait d’immenses territoires. Ce qui amenait une montagne de papiers qui pourrait s’élever jusqu’au mont Everest. Du côté du conflit, tout allait reposer sur l’Alliance Démoniaque. S’ils agissent bien, ils renverseront la guerre. Ce succès leur permettra d’obtenir l’approbation des habitants à l’annexion du secteur de Koprulu. Un projet retardé depuis mille ans.

Mille ans auparavant, la Coalition Obscurienne avait approché le secteur de Koprulu pour le conquérir. Naturellement, les Protoss se mirent en travers de leur route. À leur tête, Adun, un templier grandement connu pour sa droiture et ses batailles menées. Leurs adversaires allaient être coriaces mais il en fallait plus pour les intimider. Don Stygian guidait ses légions dans cette conquête. Comme à son habitude, il envoya des espions explorer le secteur afin d’évaluer le terrain. Au retour de ses agents, le dieu des Ténèbres apprit l’existence d’une menace plus dangereuse que les Protoss : L’Essaim Zerg. Les espions avaient observé ces étranges créatures et avaient même décimé en toute discrétion une armée importante. En quelques heures, les pertes furent rapidement récupérées. En prenant en compte leur nombre incroyable, l’Essaim constituait une menace sérieuse pour la Coalition. Même Don Stygian doutait de sa victoire sur l’Essaim malgré son statut divin. Selon ses estimations, il faudrait déployer toute la Coalition pour vaincre les Zergs. Et encore, ce serait insuffisant pour réellement remporter la guerre contre eux. Pire, ils subiraient de lourdes pertes qui mettraient les territoires alors conquis de la Coalition en péril. Avec les leaders des armées, Don Stygian déclara la chose suivante : Le secteur de Koprulu fut déclaré impossible à conquérir. Tant que la solution des Zergs n’avait pas été trouvée, aucune conquête ne devait être menée.

Concernant les Protoss, une délégation fut envoyée pour annoncer le repli des Ténèbres. Un acte qualifié de lâche mais Adun en pensait autrement. Il demanda naturellement la raison de cette retraite.

-ça n’a absolument rien à voir avec vous, expliqua l’émissaire. Nous avons juste trouvé plus dangereux que vous et nous pensons ne pas pouvoir les battre. Ceci dit, nous n’abandonnerons pas l’ambition de conquérir ce secteur. Un jour viendra où les Ténèbres accompliront l’impossible.

Maintenant que Don Stygian avait activé la barrière de Ténèbres, le Dominion et l’Alliance pouvait combattre sans s’inquiéter des civils. Seulement, il restait des mondes Terrans trop éloignés du Dominion pour être sous la protection du dieu des Ténèbres. L’un d’eux était le Port du Mort, une énorme décharge hors de la juridiction du Dominion. Même si le Dominion n’avait aucune influence là-bas, des gens vivaient ici et avec les faibles moyens qu’ils avaient, ils n’avaient aucune chance face aux soldats du contingent Möbius.

C’était là où Raynor et sa flotte furent dépêchés pour aller sauver les habitants et les évacuer. Pour convaincre les gens de partir, il fallait d’abord convaincre la personne qui dirigeait ce dépotoir. En l’occurrence, Mira Han, autoproclamée femme de Matt Horner. Ce dernier appréhendait le moment de leurs « retrouvailles ». Tous deux appelèrent Mira.

-Jim, Matthew, dit-elle. Ça fait plaisir de vous revoir.

-ça me ferait plus plaisir si tu avais accepté de livrer Orlan, répondit Raynor.

-Il fallait que tu le demandes, pas Matthew, se défendit la mercenaire.

-Écourtons ces retrouvailles, rappela Matt. Mira, on sait que le contingent Möbius attaque le Port du Mort. Même tes maraudeurs ne seront pas de taille. Surtout si l’ennemi utilise des hybrides.

-Comme c’est charmant, s’extasia Mira. Tu t’inquiètes pour moi ?

-Plutôt pour les habitants, intervint Raynor. Mira, amènes-les aux transporteurs. Nous, on s’occupe du contingent.

Sur la terre ferme, les cuirassés du contingent bombardèrent le Port du Mort. Les gens courraient dans tous les sens. Sur une zone assez éloignée des bombardements, les Poltergirls débarquèrent avec leurs troupes de l’Alliance.

-Très bien, les gars, dit Silvie. Pas de quartiers !

Les androïdes de combat n’étaient pas les seules troupes de l’Alliance. Dans les rangs, se trouvaient aussi des elfes noirs. Ces agiles créatures étaient douées pour les assassinats dans les ombres mais ils n’étaient pas les plus dangereux. Les démons étaient la vraie menace. Constituant une bonne partie des effectifs de l’organisation sans compter les androïdes de combat, les démons étaient la force de combat la plus redoutée des Ténèbres.

Un régiment du contingent Möbius avait encerclé un groupe d’enfants qui fut trop lent. Les mioches étaient terrifiés devant les armes braqués sur eux. Derrière les soldats, l’hybride destructeur qui jubilait de se délecter de leur mort.

-Abattez-les.

Au moment d’appuyer sur la gâchette, une ombre surgit de nulle part et envoya voler un marine. Instinctivement, les autres se concentrèrent sur l’intrus. Le temps de réagir et ils étaient déjà dans les airs.

-Qui, s’étonna l’hybride.

Devant lui, se tenait un bien étrange humain. Il avait deux cornes de bouc sur la tête et portait un blouson noir. L’intuition de l’hybride lui disait de se méfier de ce nouvel ennemi, il venait d’envoyer valser des marines en armure à la seule force de ses poings.

-Tu es un démon, demanda l’hybride. Un humain ordinaire aurait été incapable d’accomplir unetelle prouesse.

-Et si c’était le cas, demanda le démon.

-Alors, tu vas disparaitre tout comme les autres. Ton existence est une aberration.

-C’est l’hôpital qui se moque de la charité, répondit le démon qui se retrouva derrière l’hybride.

La créature aurait voulu tourner sa tête mais il en fut incapable. À la place, il vit son corps debout depuis le sol. Apparemment, il était… sans tête ?! Ce démon l’aurait décapité si vite que l’hybride n’eut pas encore conscience de sa mort ?!

-Disparais, agent du Vide, dit le démon à l’hybride qui explosa en énergie.

Le démon regarda l’impasse. Les enfants avaient filé. Tant mieux, ça lui évitera d’aller les escorter en lieu sûr.  Au même moment, d’autres troupes du contingent Möbius arrivèrent. Ça commençait à faire trop pour lui. Utilisant ses pouvoirs démoniaques, le démon ouvrit des portails des ténèbres d’où sortirent des créatures en tout genre pour lui prêter main forte.

Sur une autre partie du front, les soldats du Dominion faisaient jeu égal avec l’ennemi. Les véhicules fournis par l’Alliance aidaient beaucoup. Les androïdes apportaient leur aide avec leurs assauts courageux.

-Allez, les gonzesses, railla Tychus avec son gros fusil, sors de la douche qu’on vous arrose !!

Des hybrides ravageurs vinrent se joindre à la bataille. Cela n’inquiète nullement l’androïde de combat.

-Hé, le monstre ! Attrape, cria Tychus en balançant une grenade.

L’explosion blessa un hybride. Furieux, il chargea sur son agresseur qui l’attendait de pied ferme.

-C’est ça, dit Tychus. Viens voir papa. Déguste ça !

Fourrant le canon de son arme anti-hybride dans la gueule du monstre, il tira. La tête de l’abomination explosa. Seulement, sa victoire fut de courte durée car un gros missile lui tomba dessus et explosa son corps. Si Tychus avait été un humain, il serait mort mais c’était une autre histoire pour un androïde de combat. Un petit portail des Ténèbres s’ouvrit et un corps inerte d’androïde arriva. L’âme de Tychus alla vite prendre possession de ce nouveau corps.

-ça va barder, bande d’enfoirés, cria-t-il rancunier.

De son côté, Raynor menait les troupes directement sur le terrain. Il était un homme d’action et non un lâche comme d’autres. Après un moment sur le champ de bataille, il contacta l’amiral Horner.

-Matt, quelle est la situation sur les autres fronts ?

-L’Alliance Démoniaque arrive à tenir ses positions. Je dirais même qu’elle réussit même à les repousser.

-Tant mieux, plus loin des vaisseaux d’évacuation ils seront, mieux ce sera.

Ailleurs, Marius et d’autres fantômes regardaient les combats de l’Alliance Démoniaque. Ils étaient impressionnés de la puissance de l’organisation qui repoussait le contingent Möbius. Jamais ils n’avaient vu l’Alliance combattre aussi sérieusement.

-C’est incroyable, lâcha Camille. L’Alliance déchire !

-En même temps, fit remarquer un autre fantôme, elle a toujours cachée sa véritable force depuis leur arrivée ici.

-Je me demande bien pourquoi, demanda Camille.

-La réponse est simple : cette guerre. Ils savaient qu’elle arriverait. Alors, ils n’ont pas déployé toute leur puissance pour éviter que l’ennemi puisse créer des contre-mesures.

Narud n’était certainement pas le seul agent d’Amon infiltré. Il y avait eu d’autres. C’était pourquoi l’Alliance s’était montrée discrète et distante à leurs premières apparitions. Mais cela voulait dire qu’ils avaient connaissance de l’avenir.

-Pour ça, ils ont Mathio et son Bras Droit, expliqua Marius. Ils peuvent prédire l’avenir.

-C’est cool, ça, s’extasia Camille. Alors, ils pourraient dire si je vais… me marier.

-Il y a plus important que ça, fit remarquer un fantôme. Un pouvoir pareil devrait servir à anticiper les évènements gravissimes comme celui-là.

Dans les premières lignes, les Poltergirls pilotaient leur redoutable knightmare. Armés d’armes lourdes, elles dégommaient les ennemis avec une facilité déconcertante. Au bout d’un moment, le contingent Möbius battit en retraite.

-Devons-nous donner la chasse, demanda un soldat aux Poltergirls.

-Non, dit Silvie. Notre priorité est la protection des civils.

-Nous devons reprendre nos positions et s’assurer que tous quittent les lieux sans problème, continua Carla.

-Et si le contingent Möbius vous inquiète, ajouta Iris, on donne l’ordre à des éclaireurs de surveiller leurs mouvements.

-Il y a des chances qu’ils reviennent, termina Jennifer.

Entendre les Poltergirls parler ainsi était surprenant. Pour l’Alliance, c’était une habitude. Les Poltergirls se connaissaient si bien qu’elles complétaient ce qu’elles disaient. Revenant dans la ville, les Poltergirls et leurs troupes se regroupèrent et demandèrent la situation à Raynor.

-Tout se passe bien, répondit l’amiral Horner. Le contingent Möbius se retire sur les autres fronts. Nous devrions pouvoir quitter le Port du Mort en toute sécurité avec les habitants.

C’était une bonne nouvelle à entendre. Les troupes de l’Alliance se retirèrent immédiatement pour quitter cette décharge qui fut atomisée par la flotte du contingent Möbius. Les pertes furent légères mais cela démontrait la fureur d’Amon à vouloir tout détruire. Dans l’Hypérion, on menait une toute autre bataille. Matt essayait de rester le plus loin possible de Mira qui était contente de se trouver à bord du même vaisseau que lui.

-On se calme, Mira, dit Raynor assez amusé. C’est déjà bien qu’on ait réussi à faire évacuer le Port du Mort.

-Et pour cela, je vous en remercie, dit-elle.

-On fait notre boulot, répondit Matt gardant ses distances. Amon veut notre annihilation et toute aide sera la bienvenue pour l’arrêter.

-Vous pouvez compter sur mes maraudeurs, dit Mira. Votre Amon a dévasté mon territoire et il ne s’en tirera pas aussi facilement.

C’était surtout pour se rapprocher de Matt, penserait toute personne qui connaitrait assez le personnage. La flotte alliée traversa sans problème la barrière de ténèbres pour atteindre des stations orbitales. Ces énormes satellites pouvaient loger des milliers de gens. Après avoir déposé les civils, la flotte de Raynor reprit son combat.

La guerre contre le contingent Möbius faisait rage. Partout, le Dominion et renforçaient leurs positions et repoussaient les forces Terranes d’Amon. Pour le moment, les choses allaient car Amon n’avait pas encore envoyé l’Armada Dorée ou les Tal’darims. Ses Zergs avaient attaqué des colonies Protoss mais ses habitants avaient toujours réussi à s’en sortir. Seulement, malgré cette monotonie, l’ennemi savait se montrer plein de ressources avec cette embuscade.

Cela se passa sur une petite colonie Terran. Les Poltergirls menaient comme à leur habitude un important régiment de soldats de l’Alliance. Soudain, elles eurent un mal de tête. Comme une attaque psychique.

-Commandant Raynor, contacta un androïde de combat, nous avons un problème avec les Poltergirls.

-Que se passe-t-il, demanda Raynor.

-On suppose que le contingent Möbius utilise une machine pour attaquer les Poltergirls par le plan psychique.

Matt chercha la source de la nuisance sur les Poltergirls. Il la trouva rapidement. Évidemment, l’émetteur était bien gardé. Pour ne rien arranger à la situation, un important bataillon du contingent Möbius faisait route vers les Poltergirls. Elles étaient leurs cibles. Raynor alla voir les fantômes à sa disposition. Ils semblaient parfaitement bien.

-Très bien, les gars, dit Raynor, le contingent Möbius affecte les Poltergirls avec une étrange machine. Vous devez la détruire pour mettre fin à leurs souffrances.

Marius et Camille furent les premiers envoyés. Ils atteignirent sans difficulté la base ennemie. Avec les combats qui occupaient toute l’attention des soldats, cela n’avait rien d’étonnant. Marius prit des jumelles et regarda dedans. En exploitant les coordonnées collectées par l’amiral, le jeune fantôme trouva facilement la machine. D’ailleurs, elle était gardée de lourds véhicules de combats comme des Thors et des Chiens de guerre.

-ça va être chaud, commenta Marius. Cette base ne présente aucune faille contre l’infiltration.

-Il faut qu’on passe, dit Camille. Si on ne fait rien, les Poltergirls vont mourir !!

Marius aurait voulu mais seuls, ils ne pourront rien faire. Soudain, une présence inconnue mais amicale se trouvait à proximité. L’IP10 tenta d’entrer en contact avec elle. Il eut la surprise de découvrir que c’était…

-Commando des Soldats des lames, s’écrièrent les nouveaux arrivants en exécutant une chorégraphie des plus ridicules.

-Pas ces bouffons, gémit Camille.

-Pourtant, rétorqua Marius, j’ai entendu dire que ces types sont balèzes. L’intelligence humaine combinée à la puissance des Zergs. Cette bataille sera l’occasion de les voir en action.

A la tête de ces hommes vêtus en tenue militaire avec un léger blindage, se trouvait le commandant Omicron. Si l’apparence de cet homme était banale pour un militaire, il serait imprudent de baisser sa garde à sa vue. Venant d’un monde lointain, cet officier s’était grandement fait remarquer avec sa maîtrise des arts martiaux. Son corps était une véritable machine à tuer. Le genre de type à vous tuer avec sa langue ou ses pieds.

-Soldats des Lames, cria Omicron, les Poltergirls souffrent d’un mal étrange qui les rend vulnérables. Notre devoir est de désactiver cette machine. N’oubliez pas, pas de prisonniers.

Les Soldats des Lames poussèrent de puissants cris d’acclamations. D’un signe de la main, le leader du commando donna le signal d’attaquer. Les Soldats des Lames s’élancèrent. Les plus rapides se déplacèrent à vitesse de zergling. A la base ennemie, on repéra rapidement les mouvements du groupe.

-Attention, aboya un officier. Ce sont les Soldats des Lames. Ces bâtards ont éliminé grand nombre de nos troupes à un contre vingt. Ne les sous-estimez pas !!

Les armes du contingent Möbius crachèrent leur feu sur les Soldats des Lames qui esquivèrent sans difficulté. Quand ils arrivèrent au seuil de la base ennemie, les Soldats des Lames entamèrent leur transformation intermédiaire entre humain et Zerg. S’ils pouvaient prendre la forme exacte des Zergs, la forme intermédiaire permettait de combiner les qualités des deux races. Une bataille violente s’engagea alors à l’intérieur même du campement.

-Putain, gueula un officier du contingent. On est dix fois plus nombreux et on n’arrive pas à les buter !!

Un coup de griffe le dépita et le Soldat-hydralisk passa à une autre victime. Deux autres Soldats des Lames se changèrent en Brutalisk. Les Zergs ultimes décimèrent l’infanterie ennemie et renversèrent les véhicules de combat d’un revers de patte. Au beau milieu de cette bataille, Omicron restait sous sa forme humaine. Il regardait d’un air amusé le massacre de ses camarades sur le Contingent impuissant face à eux. Comme l’avait prévu César Clown, l’ennemi fut pris de court à cet adversaire imprévu et n’était toujours pas parvenu à trouver une parade.

Pendant ce temps, les troupes de l’Alliance résistaient vaillamment aux assauts des Terrans contrôlés. Dans leur knightmare, les Poltergirls résistaient mentalement à l’attaque psychique qui essayait de les détruire. Il ne fallut pas longtemps pour comprendre ce qui se passait. La machine utilisée servait certainement contre les Protoss. Comme elles avaient de la matière grise Protoss, elles subissaient ces effets. Seule Sélendis avait senti cela. Comme elle fut sous le joug d’Amon, ce dernier avait pu obtenir l’information et l’exploiter contre elles. À cause de leur état, elles ne pouvaient rien faire d’autre que de se battre contre cette attaque psychique.

Omicron localisa les détecteurs ennemis. Des explosifs bien placés détruisirent tout ce qui pouvait détecter un fantôme camouflé. Avec les combats, la priorité était donnée à tout individu hostile et prêt à vous tuer.

-Fantômes du Dominion, appela Omicron, vous pouvez infiltrer cette base sans danger. Faites ce qui vous en plaira et ne vous inquiétez pas pour nous. On s’en sortira.

Sur ce message, Marius et ses camarades activèrent leur camouflage et s’élancèrent dans le cœur de la base ennemie pour assister devant leurs yeux ébahis l’effroyable force des Soldats des Lames.

-Bizarre, observa Marius. Il n’y a pas d’hybrides dans cette base. Seraient-ils en haut ?

Seulement, rien ne pouvait lui apportait une réponse. Alors, il continua son avancée. La garde autour de la machine s’était réduite mais restait assez conséquente pour maintenir éloigner les intrus.

-Ok, pensa Camille, envoyons-leur une ogive de notre part.

-Non, attends, s’écria Marius.

Trop tard, l’ogive était lancée et dirigée. Dans sa précipitation, Camille avait oublié d’être assez loin du point d’impact. Le risque était d’être pris dans l’explosion. À la seconde où elle avait fini, Marius l’attrapa par le bras et l’emporta avec lui le plus loin possible. Le souffle de l’explosion les fit voler loin. L’atterrissage fut assez rude et les mit dans une position assez ambigüe concernant leur relation.

-Ne me colle pas  comme ça, s’écria Camille rouge comme une tomate.

-Ce n’est pas de ma faute, répliqua Marius. Si tu avais été plus prudente sur les distances de sécurité avec les ogives, on n’en serait pas là.

Trop fière pour l’admettre, le garçon manqué se tut. Au même moment, la machine explosa suite aux lourds dégâts encaissés. Ailleurs, les deux armées n’avaient pas toujours pas progressés. Le moindre avantage pouvait renverser le cours de la bataille. Soudain, le Contingent Möbius fit renvoyer plusieurs de leurs troupes pour sauver leur base. Les explosions au loin montraient le sérieux de l’attaque. C’était dans ce moment là où la machine fut détruite et ses ondes néfastes prirent fin libérant les Poltergirls de leurs souffrances.

-ça y est, s’écria Silvie.

-Notre douleur a cessé, dit Carla.

-Maintenant, il est temps de se venger, ajouta Iris.

-ça va barder, termina Jennifer.

Les quatre knightmares ouvrirent le feu et dégommèrent un grand nombre de soldats du contingent. Les soldats de l’Alliance purent reprendre la route avec leurs capitaines à nouveau actives. Sans hybrides et leur atout, le contingent Möbius fut facilement écrasé.

-Parfait, ordonna Raynor, embarquez les derniers civils. On doit partir d’ici avant l’heure.

Les troupes unies embarquèrent et quittèrent la planète. Même s’ils avaient réussi à repousser les troupes d’Amon, elles reviendraient plus nombreuses et plus féroces. Le plus important était d’évacuer les habitants pour les sauver d’une mort atroce. Quant à la planète, les armées d’Amon reviendraient tout détruire mais ils auront échoué à exterminer sa population. Mais cela était certainement sans importance pour Amon qui persisterait à voir sa victoire comme absolue.

À l’Hypérion, Raynor et Matt discutaient des évènements sur le champ de bataille. Pourquoi avoir pris pour cibles les Poltergirls ? Certes, elles étaient dangereuses et possédaient de nombreux atouts qui feraient pencher la bataille en leur faveur. Mais pourquoi aller si loin pour quatre capitaines de l’Alliance ? Leurs liens avec Kerrigan et la Boîte de Pandore pourraient expliquer ça. Mais après, qu’en auraient-ils fait d’elles si le contingent Möbius les avait capturées ? S’ils voulaient vraiment les tuer, ils auraient augmenté la puissance de la machine. Toutefois, la vraie question était pourquoi les Poltergirls avaient été les seules affectées par cette machine. Était-ce en rapport avec la disruption psionique qui ne les affectait pas ? Le mieux était d’aller le leur demander. Seulement.

-Désolé, commandant, informa un démon. Les Poltergirls sont parties. Une urgence, ont-elles dit.

Comme par hasard ! À croire qu’elles avaient anticipé qu’on aille les voir pour leur poser quelques questions embarrassantes. Jurant haut et fort, Raynor alla picoler au bar de son cuirassé.

Raynor jura une énième fois. Les Poltergirls avaient filé pour éviter qu’il leur pose des questions sur la nature de l’attaque sur elles. Il ne comprenait pas tellement la raison de cette cachotterie. Soudain, un androïde de combat arriva. C’était son vieil ami Tychus.

-Jimmy, on dirait que tu fais la gueule parce que les Poltergirls t’ont filé sous le nez avant que tu aies pu les voir.

-C’est ça, rigole, répondit Raynor en buvant un verre. Dès que je les choppe, je les ferais parler.

-Si j’étais toi, je ferais gaffe, prévint Tychus. Ces filles sont les disciples de Xezbeth le démon de la Tromperie et des capitaines de l’Alliance. Tu auras du mal à leur tirer les vers du nez.

-Franchement, pourquoi elles gardent ce secret ? Ce genre d’incident pourrait se reproduire. Cette fois a été sans trop d’impact sur la bataille mais la prochaine fois sera différente.

-Relax, partenaire, assura Tychus. Les connaissant, elles trouveront une parade. Ce n’est pas leur genre à vouloir être des boulets pour les autres.

-Puisque tu as l’air d’en savoir beaucoup, demanda Raynor. Tu pourrais partager ton savoir.

-À vrai dire, avoua Tychus, je ne connais pas vraiment les détails. Je sais juste qu’elles ont fait partie d’un projet secret défense de la Confédération appelé projet Ascension. Vingt cobayes sont morts avant elles. Des essais ratés.

Donc les Poltergirls avaient été un succès vu qu’elles étaient encore en vie. Toujours était-il que cela n’expliquait pas leur silence.

-Tout le monde a des secrets, Jimmy, dit Tychus qui devina les pensées du commandant. Ce qui leur est arrivées durant cette période n’a pas été agréable pour elles.

-Mais c’est à cette époque qu’elles se sont rencontrées pour la première fois et aussi Kerrigan.

-Je vois ce que tu veux dire, dit Tychus. Mais pense autrement. Si le contenu du projet Ascension avait été révélé, que se serait-il passé à l’époque du Père Fouettard ?

-J’imagine qu’on aurait rouvert le projet Ascension et relancé les recherches, répondit Raynor.

-Exactement. On aurait eu de nouveaux cadavres sur les bras car on les aurait poussés plus loin ces recherches. Ils sont comme ça, les Ténèbres. Dès qu’ils découvrent quelque chose d’horrible et de trop dangereux, ils vont le sceller, question de principe. Après, ils gardent secret son existence.

Chez eux, on appelait ça le culte du secret. Au premier abord, ça paraissait égoïste mais les Ténèbres avaient de bien plus nobles causes. Mais également des raisons assez discutables. Ils n’avaient aucune confiance envers les mortels sur la question des secrets.

-Tu vois, Jimmy, expliqua Tychus. Les gars des Ténèbres aimeraient bien faire part de certains de leurs secrets aux mortels. Le problème, c’est qu’il y a des gens qui veulent exploiter ces secrets pour des motivations moins nobles.

-Ce n’est qu’une poignée de personnes, dit Raynor. Et puis, il y aura toujours des gens pour détourner les découvertes à des fins malveillantes.

-Je te l’accorde, répondit Tychus. Seulement, une poignée, c’est déjà trop pour eux. Alors, ils dissimulent tout ce qui peut être dangereux dans un temple au plus profond du Domaine des Ténèbres appelé le temple des secrets. Si tu savais ce qui se cache à l’intérieur, tu serais horrifié. Je te le garantis. Tout le dossier concernant le projet Ascension a été envoyé là-bas. Aucune chance de l’atteindre sans autorisation de Don Stygian en personne ou d’un leader d’organisation.

Sans parler de l’existence des créatures des Ténèbres qui n’étaient pas affiliées à la Coalition Obscurienne. Même si c’était la faction principale des Ténèbres, il restait toujours des serviteurs des Ténèbres qui refusaient de se soumettre. En bon magnanime, Don Stygian les autorisa à vivre à la condition de ne pas nuire à l’Univers. Naturellement, ces individus étaient tenus à l’écart de toutes les opérations de la Coalition. Aucune confiance envers eux.

-Tu peux être sûr que les membres de la Coalition protégeront leurs secrets car divulguer ces secrets est considéré comme l’un des pires crimes avec la trahison, dit Tychus. La peine capitale et ton existence effacée pour ça.

-Charmant, Tychus, répondit Raynor. À ce que j’entends, on adore les secrets.

-Hé, c’est par nécessité si on les protège, se défendit Tychus. Le cas du vieux Mengsk est un parfait cas d’école. Tu as vu ce qui s’est passé quand ses crimes de Tarsonis ont été révélés.

-ça, je ne l’oublierais jamais, dit Raynor avec fierté.

-C’est à peu près la même chose pour la Coalition. Si leurs secrets venaient à être découverts et révélés, je te garantis que ça fera très mal sur eux. Je dirais même que ce sont les meilleures armes de l’Univers, des piliers qui assurent une stabilité. Il suffit d’une personne pour que les emmerdes aient lieu. Entends bien, une seule personne. Ça parait rien mais c’est assez pour causer la fin de tout. Si tu examines la chronologie de certains complots, tu verrais qu’il a suffi d’une personne pour tout déclencher. Prends pas ça à la légère. Tout le monde a ses secrets et on n’a pas forcément envie de les dire, pas vrai ?

-C’est sûr, approuva Raynor.

-En effet, approuva une autre voix.

Tous deux se tournèrent vers l’origine de cette voix pour découvrir Xezbeth. Le manteau noir dégustait un jus de fruits.

-Commandant Raynor, commença le démon de la Tromperie, j’ai cru comprendre que vous vous intéressiez au secret de mes élèves ?

-J’aimerais juste comprendre ce qui leur est arrivée, répondit Raynor. Je n’ai pas tellement envie que ça se reproduise dans des moments critiques.

-J’entends bien, dit le membre de la Boîte de Pandore. Soyez assurés que moi et les Poltergirls allons travailler dessus pour empêcher ce genre de situation de se reproduire.

-ça ne change pas le fait que je souhaite savoir, insista Raynor.

Xezbeth ne répondit pas. Cet homme était tenace. D’un autre côté, c’était une qualité assez utile dans certains cas. Mais ici, c’était une plaie.

-Malheureusement, vous allez rester dans l’ignorance, répondit Xezbeth. Je ne souhaite en aucun cas trahir la confiance de mes élèves. Même si vous êtes un homme de confiance, monsieur Raynor, ce dont je ne doute pas, ce secret sera un fardeau pour vous. Vous deviendrez une cible de nos ennemis qui verront en vous une source d’informations plus facile d’accès. Comprenez-vous notre situation ?

-ça, ce n’est pas difficile, dit Raynor. Seulement, vous n’avez pas à porter tout l’univers sur vos épaules.

-C’est malheureusement notre rôle. Les plus sombres secrets de l’Univers seront protégés et ceux qui doivent être dévoilés le seront mais quand nous l’aurons décidé. Enfin, à condition qu’ils n’apportent pas plus de mal que de bien.

 Raynor soupira. Il comprenait la prudence du démon. Chaque information qu’on pouvait lâcher était une mine d’or et aboutissaient à des scénarios pouvant être dangereux. Beaucoup de gens se battraient pour l’obtenir.

-Une dernière chose, commandant, prévint Xezbeth en se levant. N’essayez pas de découvrir la vérité sur le projet Ascension. Nous avons veillé à ce que personne ne puisse vous fournir quelque information à ce sujet. Vous perdrez votre temps.

Sur ces mots, le démon de la Tromperie disparut dans un portail des Ténèbres. Raynor jura. Il s’était attendu que les Ténèbres ne laissaient rien au hasard. Tychus savait ce que son ami ressentait. D’un autre côté, il se garda bien de parler de l’Histoire Interdite, le plus grand secret des Ténèbres. La divulgation de ce secret pousserait les humains à convoiter la malédiction que les Ténèbres tentaient de cacher aux yeux de tous depuis dix milles ans. Et ce, sans se soucier des avertissements. Il était bien connue que les humains n’écoutaient que ce qu’ils voulaient entendre. Le reste entrait dans une oreille et sortait de l’autre. Le problème, c’était que le reste était vraiment important, voire capital. La divulguer était passible à la mort. Toute personne non affiliée aux Ténèbres ayant vent de l’Histoire Interdite était également éliminée et toute trace de son existence effacée. Une mesure de précaution supplémentaire pour éviter d’attirer l’attention sur ces morts. Un bon vieux cliché dans ce genre d’histoire voulait que les proches ou témoins aillent enquêter sur ces macabres histoires et découvrent la vérité. Mais que se passerait-il si cette malédiction venait à être approchée ? Beaucoup de serviteurs des Ténèbres répondraient la fin de l’Univers. C’était difficile à croire mais sur ce sujet, les Ténèbres étaient vraiment sérieuses.

Dans l’Hadès, les Poltergirls travaillaient avec Uphir le démon de la Maladie. Leur matière grise Protoss menaçait d’être une gêne pour elles. Fort heureusement, le pouvoir des Ténèbres était là et allait résoudre leur problème.

-C’est bon, dit Uphir. Maintenant, vos esprits et vos cerveaux seront immunisés à toute attaque psychique contre les Protoss.

-Merci, maître Uphir, dit Silvie.

-Poltergirls, appela Don Stygian par télépathie. J’ai une mission pour vous.

-De quoi s’agit-il, demanda Carla.

-Elle est très périlleuse car elle impliquera d’infiltrer des territoires ennemis. 

-Juste la routine, répondit Iris. On fait ça avec le contingent Möbius.

-Seulement, ce n’est pas le contingent Möbius que vous allez infiltrer, expliqua Don Stygian. C’est pire que ça.

-Là, vous nous faites peur, seigneur, s’inquiéta Jennifer.

-Nul besoin de paniquer. Si vous suivez mon plan, vous pourrez entrer et sortir sans se faire repérer. Par ailleurs, le succès de cette mission impactera lourdement sur l’issue de cette guerre, et en notre faveur.

Sur Slayn, Alarak pestait contre lui-même. Le haut-seigneur Ma’lash l’avait sévèrement réprimandé de son échec. Pas pour la Boîte de Pandore. Il savait que même lui n’aurait eu aucune chance contre ces démons. Les réactions du premier aspirant furent à la hauteur de son titre. Par contre, ce fut Glacius la raison de son blâme. Le laboratoire fut détruit mais Artanis avait réussi à récupérer le cœur technologique contenant une dangereuse technologie classée interdite avant sa destruction. À présent, les Daelaams avaient renforcé leur armée. Ce qui jouerait un rôle décisif dans leurs batailles à venir.

Un bon méchant tuerait son subordonné pour cet échec mais Ma’lash n’en fit rien car il avait besoin de subordonnés compétents pour accomplir les plans du dieu noir. Ce fut des menaces vides qui s’abattirent sur Alarak qui partit après ce sermon. Au plus profond de lui, étaient enfouies de sombres ambitions mais aussi des doutes. Il avait prêté allégeance à Amon mais à aucun moment, il n’avait eu de réel face à face avec lui. La Terrazine, un gaz qui s’échappe par des fissures de la surface de Slayn, permettait un contact éphémère  avec le Xel’Naga. Le Tal’darim ne perçut aucun changement dans le comportement de son maître. Comme si ces défaites le laissaient indifférents, n’avaient aucun impact dans ses plans. Pourtant, la Boîte de Pandore avait sévèrement entamé ses troupes, une barrière de Ténèbres avait entouré les mondes Terrans et le Dominion avait lancé une violente riposte qui portait ses fruits. Dans ce genre de cas, Amon devrait réagir mais il n’en était rien. Ce manque de réaction fit interroger Alarak. Était-ce une grande confiance en sa victoire ? Ou bien autre chose ? Son prédécesseur Nuroka lui avait parlé des « véritables intentions d’Amon », la destruction de tout ce qui existait, Tal’darims inclus.

Soudain, le premier aspirant sentit une présence. Il ne vit rien mais il savait que ses sens ne se trompaient pas. Quelqu’un était là mais camouflé. Une attaque psionique désactiva le camouflage pour révéler une fantôme aux longs cheveux argentés.

-Voyez-vous ça, s’étonna Alarak. L’Alliance Démoniaque m’envoie son fantôme, ou devrais-je dire ses fantômes. L’Aurore des Ténèbres.

-Nous ne pensions pas être aussi connues des Tal’darims, dit Aurore.

-Disons qu’il faut connaitre ce que l’on va affronter. Même s’ils sont faibles.

-Dans ce cas, admirez la puissance des faibles, répondit Aurore.

Créant des boules d’énergie psionique, Aurore les imprégna de ténèbres avant de les lancer sur le premier aspirant qui bloqua.

-Quelle puissance, pensa-t-il en voyant qu’il avait reculé sur un mètre.

Et encore, Aurore n’avait pas déployé toute sa force. La fantôme disparut soudainement. Elle s’était téléportée. Instinctivement, Alarak la chercha partout. Elle n’était pas du genre à fuir un combat dont elle pensait gagner. Son bras fut tiré et Alarak vola. Mais il en fallait bien plus pour le faire tomber. Agilement, le Tal’darim se redressa en l’air et atterrit sur ses pieds.

-Pas mal, dit-il. Ça montre au moins que le niveau de l’Alliance n’est pas mauvais.

-J’ai encore d’autres surprises en réserve, prévint Aurore qui revint à la charge.

Cette fois-ci, le Tal’darim s’était préparé. Aurore se téléporta à nouveau. Comme prévu. Regardant immédiatement dans tous les sens, Alarak put repérer Aurore qui se trouvait dans son dos. Voulant lui trancher la tête, le premier aspirant rencontra une résistance. Les vents psioniques avaient protégé la fusion des Poltergirls de cette lame. Atterrissant au sol, Aurore partit au quart de tour et courut dans tous les sens. Avec son vent psionique, elle atteignait des vitesses qui la rendaient presque invisible.

-Elle essaie de m’épuiser dans une poursuite perdue d’avance, pensa Alarak. Je vais gentiment l’attendre qu’elle vienne à moi pour lui faire regretter sa folie.

Seulement, les choses échappèrent à ses prédictions. Aurore frappa soudainement dans l’air. La pression exercée repoussa Alarak d’un bon mètre. Ce n’était pas mortel mais assez pour faire reculer un Protoss aussi robuste qu’Alarak. Un Bip retentit. Le premier aspirant se retourna pour découvrir un piège de nature démoniaque. Des chaines noires tentèrent d’emprisonner le Tal’darim.

-Bien tenté, pensa Alarak, mais bien trop naïf.

Le bouclier s’activa et empêcha les chaines de capturer Alarak. Seulement, c’était loin d’être fini. Aurore claqua des doigts et des bombes IEM explosèrent à proximité du bouclier qui perdit en résistance. Instinctivement, Alarak trancha les chaines avant d’être piégé.

-Merde, pensa-t-il. Cette fille est plus dangereuse que je ne l’aurais pensé. La Boîte de Pandore l’a vraiment bien formée. Non, elles.

Mais le plus important était de savoir le nombre de pièges encore présents dans la zone. Etrangement, Aurore n’utilisait pas d’armes à feu dans ce combat. D’ordinaire, les fantômes avaient une arme à leur disposition lors de leurs missions. Etait-ce pour un souci de discrétion ? Il était vrai que tirer avec un fusil faisait du bruit et pourrait rameuter une patrouille. Non. Les Terrans avaient trouvé une parade : le silencieux. Placé devant le canon, le bruit du tir était atténué. Seulement, ça n’expliquait pas l’absence de fusil. Dans quel but Aurore était venue si ce n’était pas pour tuer quelqu’un ?

-Tous les pièges en action, dit Aurore en émettant une pensée.

Alarak eut un grand moment de solitude. Il comprit en un éclair ce qui se passait. Tous les pièges avaient été déclenchés par les pouvoirs télépathiques d’Aurore. En particulier celui de Jennifer. Un véritable feu d’artifice s’éleva dans le ciel pour retomber sur Alarak. Le Protoss à l’armure noire évalua rapidement où iraient tomber tous les pièges. Il trouva une zone sûre mais il était évident qu’un autre piège l’attendait. Le choix était simple. Alarak se mit en sécurité des autres pièges et attendit le suivant.

-Quel autre tour me réserves-tu ?

Sans dire un mot, Aurore exécuta un signe de main qui fit apparaitre un immense symbole sur le sol, à l’emplacement d’Alarak. Ce dernier comprit qu’il avait été manipulé depuis le début mais il ne put fuir car le sortilège l’en empêchait. Un dôme de ténèbres enveloppa le Protoss et la fantôme. Vu de l’extérieur, le dôme disparut par l’effet d’un camouflage.

-Il est inutile de fuir, dit Aurore. Seuls les serviteurs des Ténèbres peuvent sortir de ce dôme. Mais pour l’heure, vous allez avoir une petite conversation avec le maître.

Fermant les yeux, Aurore se laissa prendre par les Ténèbres. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, ils brillèrent par l’énergie des Ténèbres. Une voix sombre et masculine remplaçait celle d’Aurore.

-Alarak, premier aspirant des Tal’darims. Un être ambitieux et très orgueilleux mais pourtant efficace au combat.

-Et vous êtes ?

-Don Stygian, véritable dieu des Ténèbres et leader de la Coalition Obscurienne. Évidemment, j’occupe le corps de ce serviteur pendant que mon vrai corps est à Korhal. Mais aujourd’hui, nous allons nous intéresser à vous.

Alarak restait méfiant. Pour que le plus puissant ennemi d’Amon veuille l’approcher, il devait préparer quelque chose. En fait, c’était plus simple à deviner ses intentions. Don Stygian voulait le rallier à sa cause. Quoi de plus naturel de le faire avec le second de l’armée des Tal’darims ? Ma’lash était trop fidèle à Amon pour accepter une offre de trahison.

-Que pensez-vous d’Amon ? Et de moi ?

Étrange question, analysa Alarak. Il y avait un but caché, c’était évident. Pour l’instant, il fallait jouer le jeu. Sinon, c’était la porte à d’éventuelles manipulations.

-Amon est un dieu puissant et je crois en lui autant que vos serviteurs croient en vous. Vous concernant, vous êtes un être dorlotant trop vos subordonnés. Ça les ramollit.

-La puissance seule suffit à justifier votre loyauté, résuma Don Stygian. Amusant. Mais si le dieu en question venait à vous trahir, quelle serait votre réaction ?

-Comme si une telle chose était possible, répondit avec agressivité Alarak.

-Pourtant, je ressens des doutes qui s’accentuent de plus en plus. La possibilité de la trahison n’est pas nulle et je peux le prouver. Vois par mes yeux divins.

Don Stygian posa sa main sur les yeux. Sans qu’il ne le sache pourquoi, Alarak n’avait rien fait. Toutefois, il eut le plaisir de découvrir ce qu’il voyait. Slayn d’une toute autre façon. Il pouvait tout savoir. Les manigances de ses semblables pour monter plus haut dans la Chaîne de l’Ascension, les constructions de vaisseaux dans les usines, les sorties de Terrazine et bien d’autres. Alarak enviait Don Stygian pour ses pouvoirs. Rien que cette vision lui donnait un sentiment divin. Curieux, il alla voir Ma’lash pour le trouver en pleine communication avec Amon par l’intermédiaire d’un nouveau catalyseur du Vide. Afin de prévenir cette perte, des hybrides étaient chargés de sa protection.

-Porteur de la Vérité, dit Ma’lash, les Ténèbres ont frappé. Leurs leaders ont mortellement saigné nos forces.

-Nul besoin de s’inquiéter, répondit Amon. Nous avons encore assez de troupes pour accomplir le plan. Prépare tes flottes de mort. Tes armées vont enfin passer à l’action.

-Il en sera fait selon vos ordres.

Sur ces mots, le haut-seigneur partit laissant les hybrides seuls. Ceux-ci se lâchèrent loin des oreilles Protoss. (Enfin, façon de parler car les Protoss n’ont pas d’oreilles.)

-Ces Protoss sont bien idiots de croire qu’ils accèderont à l’Ascension.

-Oui, approuva un autre. Ils sont tellement dévoués qu’ils mourraient pour nous au nom de n’importe quoi.

-En effet, dit Amon, les Tal’darims périront une fois leur rôle accompli. Au même titre que nos esclaves et le reste de l’Univers. Ma’lash le sait mais il ne nous trahira pas. Tant qu’il sera là, les Tal’darims nous serviront jusqu’à leur mort. 

-NON !!!!

C’était Alarak. Quand il avait entendu les hybrides et Amon parler ainsi, il fut enragé. Les doutes en lui s’étaient changés en certitudes. Amon n’en avait que cure de ses plus dévoués serviteurs. Ces derniers n’avaient pas plus d’importants qu’un bataillon de zerglings. C’était clairement une trahison. Amon devait payer pour ces millénaires de manipulation et de mensonges. Don Stygian avait pris de la distance dès qu’il avait senti la colère d’Alarak. Il avait accompli son plan en venant ici mais aussi en cachant quelque chose dans l’armure noire sans que son propriétaire le sache.

-Alors, que comptes-tu faire, demanda Don Stygian.

-Éliminer Ma’lash, répondit le premier aspirant. Une fois que ce sera fait, je deviendrais le nouveau haut-seigneur. Je pensais le faire plus tard mais cette révélation va accélérer mes plans. Mais si j’ai votre puissance divine, je pourrais gagner et tuer Ma’lash et Amon.

-Ne serait-ce pas te dorloter, interrogea Don Stygian, parce que je risquerais de te ramollir avec mon pouvoir.

Alarak pesta. Le dieu des Ténèbres était vraiment un être habile. Reprendre ses propres arguments, quelle répartie ! En manipulation, Alarak venait de trouver son maître. Satisfait, Don Stygian estima qu’il était temps de partir. Un dernier conseil pour le premier aspirant ne serait pas de trop.

-La gloire viendra à toi. Il suffira de la saisir. Ulnar t’en donnera l’occasion.

Abaissant le dôme de ténèbres, Don Stygian quitta le corps d’Aurore. Même possédée, cette dernière avait toujours le contrôle de son corps et avait tout entendu. La mission qui lui avait été confiée fut couronnée de succès. Elle disparut dans un portail de ténèbres sous les yeux impassifs d’Alarak. Bien que rancunier, le Tal’darim avait un minimum de respect pour lui avoir révélé la vérité. Hors de question de voir ses ambitions disparaitre, il devait agir au plus vite. Seulement pour accomplir son plan, il fallait des complices, des gens qui accepteraient de l’aider.

Retournant à la cité, Alarak révisait soigneusement ses plans. La trahison d’Amon venait de le pousser à accélérer ses plans. Son plan de base n’avait pas changé mais de nombreux changements étaient à prévoir. Chez lui, il pensait ce dont il avait le plus besoin : des alliés. Certes, il y aurait des troupes qui le soutiendraient mais les lois de la Chaîne de l’Ascension étaient très clairs : obéir aux échelons supérieurs et commander ceux qui étaient en dessous. C’était une loi absolue chez les Tal’darims. Par conséquent, un mot de Ma’lash pouvait réduire à néant une rébellion. Par chance, il existait un moyen simple d’atteindre son but : défier un échelon supérieur et le vaincre pour prendre sa place.

-Nuroka, pensa Alarak, dire que je vais accomplir la folie que tu as tenté de faire. Quelle ironie.

Nuroka, son prédécesseur alors qu’il était quatrième aspirant. L’ancien premier aspirant avait découvert la trahison d’Amon et avait défié le haut-seigneur. Pour réussir, il avait fait appel aux services d’Alarak qui l’avait qualifié de fou. Fort de cette expérience, Alarak jugea de ne pas impliquer ses frères Tal’darims. Pas par bonté ou compassion pour son peuple mais parce qu’il se retrouverait dans la même situation que Nuroka. Lors de ce combat, Alarak était resté en retrait avant de soutenir le premier aspirant après que le deuxième et le troisième aspirant soient tombés. Une victoire pour Nuroka si le fourbe Alarak n’avait pas choisi de soutenir officiellement Ma’lash. Ce choix conduisit naturellement à la mort de Nuroka. Par cet habile stratagème, Alarak fut nommé premier aspirant. Faire appel à des Tal’darims était donc trop risqué. Il se ferait trahir comme il l’avait fait avec Nuroka. Eoris, la quatrième aspirante s’était montrée trop proche de lui en offrant son soutien lors de son futur Rak’Shir contre Ma’lash. Pourtant, cette aspirante était du genre à rester à l’écart de ces combats et on évitait de l’impliquer car personne ne savait quel impact elle aurait. Loin d’être stupide, Alarak avait deviné qu’Eoris avait certainement des intentions cachées. Elle avait aidé Alarak dans son enquête concernant les vrais agissements d’Amon suite à la révélation de Don Stygian afin d’être sur de la chose sans rien demander en retour. Bien que la quatrième aspirante ait clamé qu’elle ne chercherait pas à prendre le titre de haut-seigneur, Alarak ne pouvait s’empêcher de rester méfiant à son égard et à chercher d’autres alliés. L’Alliance Démoniaque ? Il était vrai que les Ténèbres feraient des alliés redoutables mais ils étaient capables de faire des fourberies à leur sauce. Et en plus, il fallait s’attendre à payer gros leur soutien. Non, il fallait un être honnête mais déterminé à gagner.

Soudain, quelqu’un vint lui rendre visite. C’était Ji’nara, la seconde aspirante. Tout comme Alarak, elle avait bien profité de ce combat pour monter en grade même si elle n’avait pas pris part.

-Que me veux-tu, Ji’nara ?

-Le haut-seigneur vous demande, répondit la sournoise Tal’darim. C’est très important.

Alarak ne pouvait désobéir au haut-seigneur. Telles étaient leurs lois depuis des millénaires. Ma’lash était le seul après le dieu noir à le commander. Enfin, ce n’était qu’une question de temps avant que l’Iznogood Protoss lui prenne sa place. Après ça, il partirait en guerre contre Amon. En attendant, il devait obéir à Ma’lash et cacher sa fureur envers Amon. Comme l’avait annoncé Ji’nara, Ma’lash avait reçu de nouveaux ordres d’Amon. Les Daelaams allaient se rendre sur Ulnar, le monde natal des Xel’Nagas dans l’espoir de les réveiller. Seulement, les dieux étaient morts, tués par Amon. L’occasion de tendre un piège était parfaite.

-Le destin semble être de mon côté, pensa le premier aspirant.

En effet, Don Stygian lui avait parlé d’Ulnar mais sans dire ce que c’était. Ce qui voulait dire qu’une opportunité pour sa vengeance allait se présenter. En y réfléchissant, il y aurait bien ce qu’il fallait à Alarak.

Avec une importante flotte, Alarak partit pour la faille Altarienne. Cet endroit était réputé pour être inhospitalier à toute forme de vie. Pourtant, Amon avait assuré qu’Ulnar se trouvait à l’intérieur. Sans peur, la flotte de mort pénétra et découvrit avec stupeur qu’ils étaient toujours vivants. Toutes les lois qu’ils avaient connaissance étaient réfutées ici. Au beau milieu de la faille, il y avait un immense prisme construit des mêmes matériaux que les temples Xel’Nagas.

-Incroyable, s’étonnèrent les Tal’darims.

Une autre flotte était là. Le contingent Möbius. Ces êtres inférieurs allaient aussi participer aux opérations. Faire combattre les Tal’darims avec ces esclaves signifiait très clairement que les dévoués serviteurs d’Amon n’avaient pas autant d’importance que ces esclaves manipulés. Beaucoup de Tal’darims murmuraient contre cette façon de faire. Mais ils murmuraient car ils n’osaient hausser le ton de peur d’être tués. Alarak comprenait cette réaction. Tous avaient prêté allégeance à Amon. Cachés dans une zone où le Vide était fortement présent, les flottes d’Amon étaient indétectables. Sous les directives des hybrides, les Tal’darims et le contingent Möbius installèrent leurs bases et se préparèrent à l’arrivée d’Artanis et de ses troupes.

Comme prévu, Artanis arriva avec la Lance d’Adun. Par ses recherches, Karax avait réussi à découvrir les nombreux secrets de la Clé. Le premier était que pour cet artéfact, l’essence, l’énergie, l’information était la même chose. Tout était interchangeable, permutable.  Mais en pratiquant d’autres manipulations, le forge-phase put commander à la Clé pour qu’elle révèle Ulnar. Un mythe pour les Protoss. Quand la Clé montra la faille Altarienne, Karax ne pouvait en croire ses yeux car rien ne pouvait vivre dans ce déchainement de forces. Seule une erreur pourrait expliquer ça mais Artanis n’était pas de cet avis. Une autre partie de la légende disait que les Xel’Naga venaient d’un lieu qui ne pouvait porter la vie. Quelle meilleure définition que l’endroit indiqué par la Clé. Sans perdre un instant, Artanis ordonna le cap vers la faille Altarienne. À l’intérieur, ils eurent la surprise de découvrir Ulnar. Une première depuis la naissance de leur race. Même Rohanna était surprise de se tenir devant le monde des Xel’Nagas. Selon une théorie, c’était ici que les Xel’Nagas s’étaient rendus après avoir quitté Aïur. Pour Artanis, c’était très bon signe. Comme Zeratul l’avait prédit, la Clé les avait amenés aux Xel’Nagas. Il ne restait plus qu’à entrer à l’intérieur et les réveiller. Avec de la chance, les divines créatures accepteraient de les aider.

Seulement, entrer dans Ulnar était déjà une épreuve de force. Pour ouvrir la porte d’entrée, il fallait activer cinq verrous célestes. Mais les troupes d’Amon étaient là pour leur barrer la route. Ils s’emparèrent des verrous et placèrent des défenses autour. Artanis parvint à passer outre ces défenses et à ouvrir l’accès au temple. Ne voulant pas risquer la vie de ses compagnons, Artanis descendit seul.

Suivant un sombre couloir, le hiérarque arriva devant une petite pyramide. Dessus, il y avait plusieurs pictogrammes. Le premier représentait Zeratul, un autre le temple de Shakuras et le dernier montrait Kerrigan sous sa forme de Reine des Lames. En parlant du loup, quelque tomba d’en haut. Kerrigan et le cadavre d’un ravageur hybride. La voyant, Artanis se mit en posture de combat. Avant même que la reine de l’Essaim ait pu le convaincre de ses nobles intentions, un autre hybride apparut du trou par lequel Kerrigan était arrivée. Un violent combat s’engagea entre les deux entités. Artanis regarda le combat mais très vite, il décida d’en prendre dès qu’il vit Kerrigan repoussée. Cette distraction permit à cette dernière de récupérer et de revenir au combat en prenant l’hybride par derrière avant de l’achever.

-Le destin semble vouloir nous rassembler, dit Artanis en désactivant ses lames-psi. Nous devrions cesser de le provoquer.

Peu convaincue, Kerrigan ouvrit la marche. Les deux partirent pour le cœur du temple de l’Unification où se trouveraient les Xel’Nagas. La tâche s’annonçait difficile car d’après Kerrigan, elle avait trouvé des hybrides depuis plusieurs jours. Avant d’atteindre les dieux, Artanis et Kerrigan devaient trouver les chambres de la Révélation. Seulement, les secrets de ces sanctuaires ne pouvaient qu’être révélés qu’en présence des deux races élues. Les prophéties, ce n’était pas la tasse de thé de Kerrigan qui n’en donnait aucun crédit. Malgré ça, ils devaient avancer en ensemble.

Sur la route du premier sanctuaire, Artanis et Kerrigan tombèrent sur des assemblages et des constructions Xel’Nagas. Leur rôle était de mettre à l’épreuve les puretés d’essence et de forme qui viendraient ici. Dès que les gardiens furent détruits, ils lâchèrent une clé qui alla à son orifice et ouvrit la porte.

-Comme ça, ces mécanismes servent de clé, observa la reine de l’Essaim. C’est bon à savoir.

Quand ils arrivèrent au premier sanctuaire, les forces d’Amon firent leur apparition juste après.

-Des amis à toi, demanda Kerrigan.

-Loin de là, répondit Artanis. On dirait que les forces d’Amon ont trouvé un moyen de parvenir jusqu’au temple… Nous devons les éliminer.

Une bataille s’engagea alors contre les soldats d’Amon. Dès qu’une vague venait d’être éliminée, une autre arrivait. Même les hybrides prenaient part au combat. Finalement, l’ennemi cessa d’envoyer des troupes. Profitant de cette aubaine, Kerrigan et Artanis allèrent voir le sanctuaire où ils découvrirent l’origine des Xel’Nagas. Ils venaient du Vide et avaient pour tâche de créer la vie et de veiller au Cycle Éternel. Quand la forme physique de ces créatures était détruite, ils revenaient dans le Vide. Cette information permit à Artanis de trouver un début de solution pour sauver son peuple.

Sur la route du second sanctuaire, la présence des forces d’Amon se fit plus importante. De nombreux passages furent bloqués. Il fallut contourner ces obstacles. Arrivés au second sanctuaire, ils durent affronter de nouvelles troupes d’Amon. À la fin, ils eurent leur répit pour savoir ce que le temple avait à révéler.

-Les sanctuaires semblent être recouverts de pictogrammes, observa Kerrigan. Comment peux-tu savoir ce qu’ils veulent dire ?

-Communier avec le sanctuaire implique davantage que de lire des gravures, expliqua Artanis. Chaque atome de la pierre a été placé avec une intention, un but précis.

D’Ulnar, les Xel’Nagas procréèrent la vie dans cet univers. Ils créèrent donc les Zergs et les Protoss. Après quoi, les dieux se retiraient et observaient l’évolution de leurs créations sans interférer. Le Cycle Éternel fonctionnait de la même façon : Deux races étaient sélectionnées pour posséder la pureté d’essence et la pureté de forme. Fort de cette nouvelle information, Artanis comprit que les Zergs et les Protoss étaient les races élues. Mais alors, qui étaient les Xel’Nagas venus sur Aïur si les Xel’Nagas n’interféraient pas dans la vie des autres ? Une seule explication, il s’agissait d’Amon et de ses serviteurs. Alors, ils avaient vécu dans le mensonge.

En direction de la dernière salle, Artanis et Kerrigan découvrirent les assemblages détruits et les portes ouvertes. Amon était passé avant eux. Ses hybrides avaient commencé à détruire le dernier sanctuaire. Sans perdre un instant, Artanis et Kerrigan foncèrent. Malgré les obstacles envoyés par le dieu noir, ils sauvèrent le sanctuaire pour enfin découvrir la dernière vérité. Derrière le dernier sanctuaire, se trouvait la chambre de l’Ascension. C’était où reposaient les Xel’Nagas attendant l’arrivée des races élues. Les plus anciens d’entre eux se sacrifiaient pour donner leur essence. Par ce transfert, les élus devenaient à leur tour des Xel’Nagas. Voilà ce qu’était l’Ascension. L’élévation au rang de dieu.

-Qu’est-ce qu’on dit déjà, demanda Kerrigan devant l’entrée de la chambre de l’Ascension. Prêt à rencontrer son créateur ?

-En effet, approuva Artanis. Entrons, la chambre de l’Ascension se trouve un peu plus loin, tout comme notre salut.

Après un long couloir, Artanis et Kerrigan arrivèrent enfin à la chambre de l’Ascension. Kerrigan pressentit que quelque chose de louche se tramait. Artanis s’avança vers des Xel’Nagas. Ils étaient morts. Tous les Xel’Nagas présents dans la salle étaient morts. Soudain, une voix sombre et familière retentit.

-Artanis.

-Amon, comprit le concerné.

-Artanis !

Une porte s’alluma et projeta un rayon rouge qui souleva le hiérarque. Ce dernier eut une vision projetée par le dieu noir. Un immense hybride ravageur entouré de cellules remplis de Zergs et de Protoss.

-Tu comprends maintenant, disait Amon. Avec l’essence du traitre, ton peuple remplit sa fonction. Ils forgent le corps que j’habiterais. Grâce à lui, je mettrais fin au cycle. La fin de la souffrance éternelle.

La vision cessa et Artanis fut relâché tombant sur le sol. La porte s’ouvrit pour libérer des énergies du Vide.

-Ma volonté ne se brise pas si aisément, Amon, répondit Artanis avec détermination. Les Premiers-Nés ne vous craindront pas plus longtemps !!

Depuis son vaisseau-mère, Alarak observait les évènements sur Ulnar. Quand il eut connaissance du plan d’Amon, il fut dépité. L’idée de piéger Artanis n’était pas mauvaise en soi mais pourquoi déployer toutes ces troupes si l’ennemi allait quand même réussir à atteindre la chambre de l’Ascension. Il aurait mieux valu les laisser entrer puis déployer les troupes pour les prendre à revers quand le piège s’activerait. Ça aurait évité de perdre inutilement des soldats. Même si c’était des esclaves, ça restait des soldats. La même chose s’appliquait aux Tal’darims, preuve du peu de considération d’Amon envers ses serviteurs. 

Usant de ses talents de manipulateur, le premier aspirant put rassembler tous ceux qui murmuraient des doutes envers Amon. Il réussit donc à les convaincre de se rebeller contre Amon et son chien de garde Ma’lash. Pour accomplir son plan, il avait besoin du soutien des Daelaams. Heureusement pour lui, il avait amené avec lui Eoris, la plus fine stratège des Tal’darims. Certains la disaient excentrique pour sa forte curiosité et les styles de combat qu’elle avait assimilés en observant les humains. Pourtant, c’était ce qui lui avait permis de s’élever au rang de quatrième aspirante. Malgré son talent inné et son potentiel, Eoris se refusa de prendre la place de haut-seigneur. Dans ses appartements, Alarak fit convoquer Eoris pour lui faire part de ses projets.

-ça y est, demanda-t-elle, vous passez à l’action ?

-Oui, confirma le premier aspirant. Je compte défier Ma’lash mais il me faudra des alliés fiables. Cet Artanis sera parfait pour ce rôle.

-Dans ce cas, dit Eoris, j’ai ce qu’il vous faut pour aller à leur rencontre.

Sur ces mots, Eoris prit une pokéball jaune et noire. Alarak la reconnut sans peine car Eoris ne l’utilisait jamais. Depuis qu’elle était revenue de ce monde, Eoris avait amené avec elle des créatures appelées des pokémons. Les deux bestiaux étaient un Mentali et un Carchacrok mais jamais, personne ne sut ce qu’il y avait dans la troisième ball. Son grade avait permis de les garder malgré les réticences des Tal’darims conservateurs.

Un petit djinn de couleur violette sortit de la ball. De caractère farceur, il fit des grimaces. Dans un sens, Alarak comprenait pourquoi Eoris le gardait enfermé. Ce tempérament aurait énervé plus d’un Tal’darim dont le haut-seigneur qui n’était pas souvent d’humeur à jouer.

-Qui est-ce, demanda Alarak, et en quoi il peut m’aider ?

-Son nom est Hoopa, répondit Eoris. Sa particularité est de créer des portails avec ses anneaux.

-Vraiment ?

En démonstration de ses pouvoirs, Hoopa prit un de ses anneaux et le lança. L’anneau doré s’agrandit et un portail se créa à l’intérieur. Il suffisait plus qu’à le traverser pour atteindre la Lance d’Adun. Méfiant, Alarak mit un objet à l’intérieur, puis sa main et enfin sa tête. De l’autre côté, il vit un couloir vide à l’architecture typique des Dealaams. Visiblement, la créature possédait ledit pouvoir.

-Bien, dit Alarak, je me rends immédiatement sur leur vaisseau. Eoris, prépare tes troupes pour le combat. Et surtout, sois là lorsque j’affronterais Ma’lash.

-N’aie aucune crainte, Alarak, assura Eoris. Je t’ai promis mon soutien et tu l’auras.

Le premier asiprant emprunta le portail. Discrètement, Hoopa le prit aussi. Une fois à bord de la Lance d’Adun, le petit djinn alla rejoindre Latios et Latias cachés non loin du point de débarquement. Sur la passerelle, on commençait à s’inquiéter du manque de nouvelles d’Artanis.

-Matriarche, informa un zélote aux commandes. Un énorme pic d’énergies du Vide a été enregistré dans le temple.

-Ciblez l’épicentre de…

Seulement, Vorazun n’eut pas le temps de terminer son ordre car un flash de lumière se produisit sur le pont. Alarak était entré sur le pont. Reconnaissant l’armure noire des Tal’darims, le zélote chargea mais il fut facilement repoussé par les pouvoirs psychiques du premier aspirant. Vorazun sortit sa double faux et bondit en l’air. Au sommet de son saut, la matriarche chargea. Par réflexe, Alarak croisa ses bras pour se préparer à se défendre. A la dernière seconde, Vorazun se téléporta derrière son adversaire et attaqua. Mais, ayant eu assez de temps pour réagir, Alarak bloqua l’arme de Vorazun d’une main et la repoussa avec l’autre vers un panneau de contrôle.

-Je ne viens pas en ennemi, templier noir, dit enfin Alarak en jetant l’arme au sol.

N’en croyant pas un mot, Vorazun manipula les commandes alors qu’Alarak commença à s’avancer. À la dernière touche, elle activa une cellule de stage qui emprisonna le Tal’darim.

-Vous devez m’écouter, matriarche, continua Alarak avec le même ton calme. Le piège d’Amon s’est refermé. Votre chef est en grand danger.

-Nous croyez-vous stupides ?

-Oui… mais là n’est pas la question. Ce qui importe, c’est qu’Amon a ouvert un portail vers le Vide. De sombres énergies s’en échappent et elles consumeront votre précieux chef, ainsi que tous ceux qui s’opposent à Amon. Je peux vous guider à Artanis avant que le pire se produise. Si nous faisons preuve d’audace, nous pouvons mettre un terme à l’assaut du dieu noir.

-Dois-je croire que votre lame ne sera pas fichée entre mes omoplates à l’instant où vous serez libre, demanda Vorazun en ramassant son arme.

-Vous gaspillez votre temps, répondit Alarak confiant.

Et pour le démontrer, Alarak concentra sa puissance psychique et détruisit sa prison. Le voilà libre.

-Baissez vos lames, dit-il. Je suis Alarak, premier aspirant des Tal’darims. Amon a trahi mon peuple. Vengeance sera faite pour cet affront, et si votre hiérarque y survit, il nous y aidera ! Prenez une décision.

Le Tal’darim juste devant elle, Vorazun regarda Ulnar. Elle ignorait tout de la position d’Artanis. Et avec ces énergies sur Ulnar, il était fort possible que la menace sur Artanis soit réelle.

-Menez-nous à Artanis.

-Voilà qui est avisé, approuva Alarak.

Vorazun espéra qu’elle n’allait pas regretter ce choix. Elle alla à la commanderie préparer les troupes. Seulement, elle trouva Rohanna une nouvelle fois possédée par Amon. Ce dernier nargua la matriarche en lui annonçant la libération par la mort. Fort heureusement, la grande conservatrice était emprisonnée et ne pouvait sortir. Au noyau solaire, elle demanda à Karax la situation sur Ulnar. Les relevés confirmaient la thèse d’Alarak mais les énergies du Vide rendaient les capteurs aveugles. Faute d’autre moyens, les Protoss ne pouvaient que se fier au Tal’darim.

Au déploiement des troupes, Alarak donna les coordonnées pour retrouver Artanis. Les templiers furent envoyés se joindre au combat malgré la perte du Khala. Au bout du chemin, les Protoss trouvèrent Artanis et Kerrigan aux prises avec les hybrides. L’Essaim arriva aussi à la rescousse.

-Vorazun, vos troupes sont arrivées juste à temps. Amon a ouvert un portail sur le Vide. Nous devons le refermer avant qu’il nous anéantisse.

-Je suis d’accord, approuva Kerrigan. Mon Essaim et moi absorberont le plus gros de la puissance d’Amon pour vous faire gagner du temps… mais c’est à vous de sceller ce portail.

Karax localisa plusieurs cristaux de vide. En les détruisant, le portail se refermera de lui-même. Naturellement, de tels cristaux étaient protégés par les hybrides et leurs esclaves. Les efforts conjugués des Protoss et des Zergs permirent la fermeture du portail mais au prix d’une grande partie de l’Essaim qui fut sacrifiée.

-Prenons cela comme un avertissement, dit Artanis. À partie de maintenant, restons unis. Ainsi, nous renverserons la marée de ténèbres déclenchée par Amon.

De retour à la Lance d’Adun, Artanis eut une communication avec Kerrigan. Par ce portail, son Essaim avait essuyé de lourdes pertes. Il lui fallait du temps pour le reconstituer. Seulement, le temps faisait défaut car Amon préparait son enveloppe charnelle. Kerrigan lui recommanda alors de continuer le combat pour survivre et par tous les moyens. Après quoi, Artanis alla voir Alarak pour connaitre ses motivations.

-Artanis… hiérarque du conseil crépusculaire. Chef de guerre des templiers, dit Alarak. Je m’attendais à mieux.

-Quelle arrogance, s’offusqua Fénix. Surveillez vos paroles ou ma lame s’en chargera pour vous.

-Oh, répondit Alarak d’un air faussement surpris, ce n’est pas une façon de parler à celui qui a sauvé la vie de ton maître.

-Vous ne vous souciez guère de ma survie, Alarak, intervint Artanis qui avait compris que le Tal’darim n’avait pas agi par altruisme. Quelle est la vraie raison de votre venue ?

-Notre dieu a brisé son ancienne alliance et nous a rejetés.

-Ce sont des mensonges, Artanis, dit Fénix qui n’en croyait pas un mot.

-Moi, un menteur, répliqua Alarak avec agressivité. N’es-tu pas le mensonge incarné, machine ?

Inutile d’avoir des expressions faciales pour comprendre que de telles paroles troublaient Fénix. Depuis un moment, il avait eu quelques doutes sur ce qu’il était. Des trous dans sa mémoire, des batailles qui ne lui évoquaient rien. Même le corps qu’il occupait n’était pas un dragon.

-Dites ce que vous avez à dire, Alarak, intervint Artanis avant que les choses s’envenimaient.

-La flotte de mort des Tal’darims se rassemble à Slayn et se prépare à une invasion de grande envergure, expliqua le premier aspirant. Je viens vous faire une offre. Vous m’aiderez à requérir un combat pour le droit de régner sur les miens en tant que haut seigneur. En échange, je vous accorderai une cessation des hostilités entre nos deux peuples.

L’offre était des plus intéressantes car elle permettrait de réduire le nombre d’ennemis à affronter. Mais il y avait aussi autre chose : la possibilité d’en faire des alliés. Le hiérarque demanda à Fénix de convoquer ses conseillers pour décider des prochaines manœuvres.

Dans la Lance d’Adun, on acceptait difficilement les vérités découvertes par Artanis dans le temple de l’Unification. Mais aussi considérer la Reine des Lames comme alliée et accepter l’offre du Tal’darim malgré son aide.

-Les choses se passent comme l’avait prévu Mathio, dit Dunkelion.

-En effet, approuva Téléris. Même l’arrivée de cet Alarak était annoncée. « L’un d’eux vous fera un marché peu appréciable mais restera fidèle à ses engagements. »

-Je prie les dieux que nous n’ayons pas à regretter cette décision, dit Dunkelion.

-Mathio nous aurait prévenus de cette menace si elle existait, assura le haut-templier. Pour l’heure, laissons les évènements couler. La victoire viendra à nous. C’est ce que dirait Mathio.

Au noyau solaire, Karax avait fait de nouvelles découvertes. Grâce à la Clé, il était possible d’extraire Amon du Khala. Ce qui libérerait les Protoss manipulés. Un espoir était donc permis.

Sur le Léviathan-amiral, Kerrigan était à bord pour faire état des évènements sur Ulnar. Ses lieutenants avaient écouté toute l’histoire. Celui qui fut le plus peiné fut Ner’zhul.

-Comment une telle chose a pu se produire ? Les Xel’Nagas morts ! Si nous avions trouvé cet artéfact, nous…

-Il s’est passé beaucoup de choses en plusieurs millions d’années, coupa Kerrigan. Amon a très bien pu les éliminer durant ce laps de temps. Ça a pu se produire avant même que nous soyons nés. Alors, nous n’aurions rien pu faire. C’était perdu d’avance.

-Dans ce cas, se lamenta le manteau blanc, tout mon travail a été vain.

-Non, coupa à nouveau Kerrigan, ce travail n’a pas été vain et nous veillerons à ce qu’il ne le soit pas. Sans toi, nous n’aurions jamais pu trouver cet artéfact et par la suite, Ulnar.

L’artéfact en question était une plaque métallique avec six orifices tous remplis par des pièces. Il s’agissait d’une carte du secteur de Koprulu donnant la localisation des ruines Xel’Nagas et des pièces en question. Quand les six étaient réunies, Ulnar fut alors révélée. L’Essaim ne perdit pas de temps pour se rendre sur place et découvrir la véracité de leur source.

-A présent, reprit Kerrigan, nous avons fait un pas important vers Amon et Ulnar est la clé. Cet endroit n’a pas révélé tous ses secrets et nous devons les découvrir.

-Mais à quel prix, fit remarquer Zagara. L’Essaim a perdu la majeure partie de ses troupes lors de la dernière bataille avec les Protoss. Nous ne pouvons pas combattre avec les troupes actuelles.

-C’est pourquoi je vous envoie vers les colonies de l’Essaim, dit Kerrigan. Sur place, vous rassemblerez tous les Zergs disponibles afin de reformer une nouvelle armée. Je compte sur vous tous pour accomplir cette tâche.

-A vos ordres, ma reine, répondirent les lieutenants qui partirent sur le champ.

Dans l’espace, une flotte composée de vaisseaux Terrans et de l’Alliance errait. À leur bord, les Poltergirls. Elles avaient reçu un signal de leur amie Kerrigan. Pour recevoir un tel appel, la Reine des Lames avait vraiment des problèmes.

-Quel est le problème, Sarah, demanda Silvie lors de la communication.

-Mon Essaim a essuyé de lourdes pertes à sa dernière bataille, expliqua la reine de l’Essaim. Il me faut le reconstruire au plus vite.

Kerrigan raconta les combats qu’elle avait menés sur Ulnar. Naturellement, les Poltergirls demandèrent les coordonnées de ce monde.

-Si vous cherchez les Xel’Nagas, ils sont morts.

-Ce n’est pas ça, dit Carla. Cet endroit doit encore receler d’autres secrets. Il faut envoyer des experts pour l’étudier. Qui sait ce que nous découvrirons.

C’était l’idée de Kerrigan. Elle savait qu’elle ne disposait pas du personnel qualifié pour mener de telles recherches. Ner’zhul, par sa nature de Protoss, était un expert dans le domaine mais il était seul pour un endroit aussi immense qu’Ulnar.

-Très bien, répondit-elle, envoyez vos archéologues dans la faille Altarienne. C’est à l’intérieur que vous trouverez Ulnar. Le reste de mes troupes surveille ce monde en attendant.

-Très bien, dit Iris. Qu’attends-tu de nous pour remettre l’Essaim dans la course ?

-Mes généraux se sont dispersés pour les colonies Zergs. Je veux que vous vous rendiez sur Char. C’est là que se trouve le gros des réserves en prévision du conflit.

-Bien reçu, dit Jennifer, nous partons sur le champ.

La flotte des Poltergirls partit pour Char. Sur le chemin, elles contactèrent Korhal pour l’informer de l’emplacement d’Ulnar. Une petite flotte allait être envoyée là-bas. En attendant, les quatre fantômes se rendirent sur Char, la planète principale de l’Essaim. Marius était assez angoissé.

-Quel genre de planète c’est, demanda-t-il.

-Le genre volcanique avec des centaines de Zergs au mètre carré, répondit Silvie. Mais tu n’as pas à t’inquiéter, on est là. Les Zergs ne nous feront rien.

En tant que princesses de l’Essaim, les Poltergirls avaient autorité sur les Zergs. Toutefois, leur influence ne se limitait à une planète et ses alentours. Pour la plupart des opérations, c’était largement suffisant pour agir. Le soutien des reines n’était pas de trop pour étendre leur influence. Grâce à Kerrigan, leur autorité était reconnue de tous. En arrivant sur Char, les Poltergirls eurent la mauvaise surprise de trouver des cuirassés Terrans en orbite de la planète volcanique. C’était le contingent Möbius et ils semblaient attaquer Char.

-Pilotes, ordonna Carla, mettez la flotte en orbite ! Mais qu’elle soit assez éloignée du contingent Möbius. Nous allons débarquer dans la ruche principale.

-Oui, mademoiselle.

Un vaisseau de transport aurait été trop lent vu l’importance de la situation. Les Poltergirls utilisèrent un portail des Ténèbres et emmenèrent avec elles un petit bataillon de soldats. Elles arrivèrent au cœur de la ruche. Des Zergs arrivèrent pour les encercler mais ils ne lancèrent pas immédiatement l’assaut.

-Reculez, ordonna Iris. C’est un ordre !

Les Zergs obéirent. La voie fut libre pour entrer dans la ruche. À l’intérieur, on trouva plusieurs reines de l’Essaim et de mères des Couvées.

-Jeunes princesses, s’exclama l’une d’elles. Louée soit la Reine des Lames. Vous arrivez à point nommée.

-Que s’est-il passé, demanda Jennifer.

-Conformément aux ordres de notre Reine, nous levions une armée pour la soutenir dans sa guerre contre Amon. Seulement, depuis deux jours, ces Terrans ont débarqué avec ces hybrides et attaquent nos colonies.

Voilà qui était embêtant. Amon tentait de ralentir l’effort de guerre de l’Essaim. S’il y parvenait, la guerre deviendrait plus difficile sans l’Essaim. Les Poltergirls demandèrent ensuite comment le contingent Möbius agissait pour les attaquer.

-Ils ont installé leur base dans les ruines de l’ancienne forteresse Terrane, sur le plateau Immuable, expliqua une reine.

-Un an s’est quand même écoulé depuis cette bataille, se rappela Silvie. N’avez-vous pas rassemblé une armée et utilisé les Vers de Nydus pour les prendre par surprise ?

-Nous avons essayé mais ils anticipent nos mouvements et détruisent les Vers dès leur sortie. Quant à la vallée osseuse, elle est lourdement bien gardée.

Seule option pour frapper, les airs. Mais avec la flotte ennemie en orbite, la tâche s’annoncerait difficile. Pour ça, les Poltergirls appelèrent des renforts de l’Alliance. En attendant, elles examinèrent les ruines de la forteresse pour trouver d’éventuelles failles.

-C’est quoi ça, demanda Carla.

-C’est la réserve d’ogives nucléaires, expliqua une des reines. L’accès a été verrouillé quand nous avons submergé la forteresse. Elle est actuellement inviolable.

Le contingent Möbius n’avait certainement pas réussi à mettre dessus. Autrement, ils les auraient utilisées contre les Zergs. Toutefois, les Poltergirls eurent alors une idée de génie. Ces ogives allaient jouer un rôle crucial dans le plan.

Aux ruines de la forteresse du Plateau Immuable, le contingent Möbius était sur le qui-vive. Les hybrides avaient perçu la présence du Dominion et de l’Alliance. Ils allaient forcément prêter assistance aux reines Zergs. Malgré les défenses qu’ils avaient fait installer, ils craignaient que l’ennemi parvienne à passer outre. Cachées dans les ombres, les Poltergirls traversaient les lignes ennemies sans se faire remarquer. Sous leurs pieds, se trouvait la réserve d’ogives. Le plan était des plus audacieux. Jennifer allait déclencher les ogives qui exploseront. Le chaos causé permettra aux Zergs de frapper et de prendre le dessus sur le contingent.

-Le contingent est bien idiot d’ignorer ces ogives, dit Silvie.

-Ils doivent ignorer son existence, supposa Carla. Ce ne sont pas les moyens qui manquent pour mettre la main dessus.

-Sinon, ils auraient installé leur base ailleurs, ajouta Iris. Quelle idée de la mettre au-dessus de cette réserve.

Les Poltergirls continuèrent d’avancer. Le point le plus proche des ogives était au cœur de la base ennemie. Comme les Zergs ne possédaient pas de systèmes de camouflage, les détecteurs étaient concentrés aux limites de la base.

-Je vais me concentrer, expliqua Jennifer arrivée au point de l’objectif. Couvrez-moi pendant que je communique avec les ogives.

-Traine pas, lui dit Carla. Il ne leur faudra pas longtemps pour qu’ils nous découvrent.

Alors que des détecteurs commencèrent à se manifester, un groupe de soldats familier aux Poltergirls fit irruption au beau milieu du campement. Seulement, le contingent répliqua immédiatement en leur tirant dessus.

-Mais c’est quoi leur problème, se plaignit Omicron. Pourquoi ils ne donnent pas de sommation ?

-Parce qu’on est leur ennemi, répondit un de ses subordonnés. J’aurais fait pareil à leur place.

-Dégommez-moi ces détecteurs, dit le commandant Omicron en serrant les dents.

Les soldats-hydralisks s’exécutèrent. Dans le feu de l’action, personne dans le contingent ne devina le but réel. Les soldats des Lames se changèrent immédiatement en Zerg et semèrent le chaos dans la base du contingent.

-Jennifer, dit Silvie. J’espère que c’est terminé parce que les soldats des Lames ne vont pas tenir éternellement.

-C’est bientôt prêt.

-Dès que ce sera terminé, dit Carla, on se tire de là avec un portail !

-Et eux, demanda Iris.

-Il n’y a pas à s’inquiéter, rassura Silvie. Omicron est un serviteur des Ténèbres. Il nous sentira partir et donnera l’ordre à ses gars de filer. Avec leurs capacités de Zerg, ils s’en sortiront.

-C’est bon, cria Jennifer.

Attrapant ses amies, Carla utilisa sa téléportation pour s’éloigner de leur position. Iris s’était préparée à ouvrir un portail qui les absorba dans leur lancée et les mit en lieu sûr. Comprenant ce qui se passait, Omicron donna l’ordre de la retraite. Ses troupes réagirent au quart de tour et filèrent en direction de l’extérieur. Comme prévu, les ogives explosèrent et la base du contingent vola en éclat. Des centaines de soldats périrent dans l’explosion. Paniqués, les hybrides ordonnèrent le rassemblement des survivants. Ils demandèrent immédiatement des renforts mais la flotte en orbite livrait bataille contre l’Alliance et des Léviathans. Pour ne rien arranger les choses, des dominants arrivèrent en masse. À leur bord, des milliers de Zergs prêts à frapper. Cette arrivée massive par les airs n’était qu’une diversion. La vraie menace vint du sol. Des Vers de Nydus émergèrent du sol et crachèrent les Zergs qui déferlèrent sur leurs ennemis.

-Massacrez-les tous, ordonnèrent les reines qui laissaient éclater leur fureur. N’en laissez aucun survivant !!

Même les puissants hybrides furent impuissants face au nombre infini des Zergs. La bataille se termina rapidement et sans surprise par la victoire des Zergs.

-Jeunes princesses, dit une Mère des couvées, grâce à vous, l’ennemi est en déroute et nos couvées sont sauvées.

-Ce n’est rien, répondit Silvie. On n’a fait que notre travail.

-Pour l’heure, reprit Carla, le moment est venu d’envoyer vos renforts à Kerrigan. Elle a subi de lourdes pertes à sa dernière bataille. Elle nous a envoyées ici pour rassembler le maximum de Zergs présents sur Char.

-Si ce sont les ordres de la Reine, répondirent les reines de l’Essaim. Alors, nous n’avons aucune raison de ne pas obéir.

À bord de son Léviathan, Kerrigan reçut ses lieutenants qui étaient revenus de leur mission.

-Au rapport, dit Kerrigan à ses lieutenants.

-Nous avons rassemblé des millions de Zergs, expliqua Sylvestre en s’inclinant. Il faut avouer que nous avons rencontré de la résistance. Amon ne s’est pas gêné pour nous mettre des bâtons dans les roues.

-Les colonies reprises produisent en ce moment même des Zergs, ajouta Zagara. Avec le rythme de production, il nous faudrait deux semaines.

Deux semaines, c’était long. Seulement, Kerrigan n’avait guère le choix. Tout à coup, Izsha arriva.

-Ma reine, dit-elle, j’ai un message des Poltergirls.

-J’écoute, Izsha.

-Elles ont libéré Char des forces d’Amon, répondit la dénommée Izsha. Un premier groupe de Léviathans est déjà en route pour nous rejoindre.

-Excellent, dit Kerrigan satisfaite. Cap sur Ulnar. Nous avons des secrets à découvrir.

Du côté du Dominion, la guerre continuait à faire rage. Le contingent Möbius avait fini par retirer toutes ses troupes à force de se faire écraser. Bon nombre de leurs postes avancé furent anéantis. Sur ce point, c’était une bonne chose mais la menace n’était pas morte. À présent, ils avaient cessé leurs attaques pour se concentrer sur de nouvelles tâches. Le Dominion et l’Alliance Démoniaque auraient aimé terminer le contingent Möbius mais un nouvel ennemi avait fait son apparition : l’Armada Dorée. La Virus Army avait gardé un œil sur eux dans le cas où ils prendraient part au conflit et ce jour arriva aujourd’hui. Dans les salles de briefing, on écoutait silencieusement les leaders qui donnaient les instructions.

-Je sais que ça ne fera plaisir à personne mais les Protoss que nous allons affronter ne sont pas des Tal’darims. Ce sont les soldats d’Artanis qu’Amon a soumis à sa volonté par le Khala. La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons les libérer de son emprise en coupant leurs cordons nerveux. Ce qui ressemblerait à leurs cheveux. La mauvaise, c’est qu’Amon ne nous laissera pas faire. Dans ce genre de cas, nous devons les éliminer. Même s’ils ne sont pas maîtres de leurs actes, nous devons les arrêter ou nous mourrons.

Toutefois, si l’opportunité de les sauver se présentait, il fallait quand même privilégier la sécurité. Il serait bête de mourir en essayant de sauver un « ennemi ». Téléris et sa flotte avaient apporté leur aide en aidant à la conception de contre-mesures pour contrer les armes Protoss. Il ne fallut pas longtemps pour commencer à croiser le fer avec l’Armada Dorée. Malgré la barrière des ténèbres, la flotte amirale avait réussi à passer outre cette défense. Lors de leurs assauts, le contingent Möbius avait installé des pylônes sur les mondes qu’ils avaient attaqués. Ensuite, il suffisait d’utiliser les champs générés pour faire transférer plusieurs escouades. Ce plan aurait fonctionné sans l’intervention de Don Stygian qui immobilisa les Protoss contrôlés.

-Vous ne passerez pas, déclara Don Stygian avant d’envoyer ses troupes sur place.

Très vite, Amon dut changer de stratégie. Le Dominion ne constituait qu’une fraction du secteur. Il suffisait d’attaquer là où Don Stygian ne pouvait intervenir. Très vite, les colonies Terrans furent à nouveau menacées. D’où l’appel que reçut l’Hypérion. En provenance du Havre.

-Dieu soit loué, s’écria le doc Ariel quand elle tomba sur Raynor. Je suis soulagée de vous avoir.

-Que se passe-t-il, doc, demanda Raynor.

-Notre monde est attaqué par les Protoss. Ils attaquent avec une agressivité jamais vue.

-Simple question, doc, demanda Tychus qui écoutait dans un coin. Comment ça se fait que vous et vos concitoyens n’aient pas quitté ce monde quand on a averti de l’imminence de cette guerre.

-Je ne pensais pas qu’on serait touché, répondit le doc paniqué.

-Gardez votre sang-froid, rassura Raynor. On arrive.

Accompagné d’une immense flotte composée de cuirassés du Dominion et de l’Alliance, Raynor partit pour Havre. Quand ils arrivèrent, ils virent une importante flotte Protoss assaillir la planète.

-Bordel, jura Raynor. C’est pire quand ils faisaient leur purification.

De sacrés souvenirs revenaient en tête. Les Protoss étaient déjà venus sur Havre pour la purifier de la contamination Zerg. Plutôt d’accomplir cette tâche lui-même, Raynor avait choisi de les défendre. Ces gens avaient enduré bien des souffrances pour finir exterminés avant qu’on puisse les aider. Mais cette fois-ci, c’était différent.

-Ok, dit Raynor à l’Alliance, mes gars et moi allons secourir les habitants au sol. Vous, vous vous occupez de la flotte Protoss

-Pas de problèmes, commandant Raynor.

À bord du cuirassé amiral de la flotte, se trouvait Crocodile et son second Daz Bones. Le commandant Crocodile était grand homme au corps large et musclé.il avait la peau pâle et les cheveux noirs avec des reflets soigneusement plaqués en arrière. De nombreuses cicatrices, dont l’une d’elles traversait horizontalement le visage au niveau du nez, illustraient ses combats antérieurs. Un crochet doré remplaçait sa main gauche. Les sourcils froncés, les yeux mi-clos et une ride sur le front, Crocodile était un homme dangereux. Sous son long manteau de fourrure, il portait une chemise noire, un foulard vert, un pantalon noir et des chaussures cirées. La couleur noire illustrait parfaitement son côté mafieux.

Le capitaine Daz Bones était un homme grand et musclé au crâne rasé de près. Il portait un costume sombre avec une chemise ouverte et des lunettes noires. Pour parfaire ce look de mafieux, l’homme avait une cravate détachée autour du cou. On pouvait également observer une cicatrice près de l’œil droit causée par un violent affrontement.

De là où ils venaient, ils étaient des pirates. Ils avaient commis bien des crimes dont l’un d’eux fut un coup d’état d’un royaume qui fut avorté par une bande de pirates amateurs. Quand l’Alliance Démoniaque débarqua dans leur monde, ils leur offrirent d’importants grades dans leur organisation. D’ordinaire, le caractère insoumis de Crocodile l’aurait poussé à les envoyer sur les roses mais à la réflexion, la position de commandant offrait pas mal d’avantages en échange de sa loyauté. Seul un idiot refuserait d’accepter une offre pareille.

Dans un autre cuirassé, se trouvaient les Poltergirls. Elles avaient amené plusieurs fantômes dont Marius et Camille. Tous étaient angoissés d’affronter les Protoss. C’était différent des Tal’darims mais ils n’avaient pas le choix. C’était eux ou les Protoss.

La bataille spatiale commença rapidement. Les vaisseaux de l’Alliance se mirent en formation et ouvrirent le feu. Les tirs s’écrasaient sur les boucliers des gros vaisseaux. L’Alliance partait avec un gros handicap car les Protoss avaient déployé leurs vaisseaux-mère qui dissimulaient les vaisseaux alliés excepté la source de ce camouflage.

-Lancez les torpilles IEM, ordonna Crocodile. Et préparez nos canons des Ténèbres.

-À vos ordres, commandant, approuvèrent les androïdes qui s’exécutèrent.

D’abord, les torpilles IEM foncèrent et explosèrent au milieu des lignes ennemies. Le camouflage se dissipa alors et les boucliers perdirent en puissance. Ce n’était que temporaire mais assez pour causer de lourds dégâts avec les canons.

-Plusieurs vaisseaux Protoss tombés, informa un androïde de combat.

-Parfait. Continuez à…

Seulement, des secousses se firent sentir dans tout le cuirassé. Malgré ce coup de maître, l’Armada Dorée était loin d’être vaincue. Ils avaient encore des centaines de vaisseaux prêts à combattre. Des milliers de tirs s’abattirent sur la flotte de l’Alliance qui encaissa méchamment.

-Rapport des dégâts, cria Crocodile.

-Nos boucliers sont percés, déclara un opérateur. Les trois quarts des cuirassés sont endommagés à plus de 75%.  Ils ne tiendront pas face à la prochaine confrontation.

Le commandant frappa du poing. Il savait que les Protoss n’étaient pas du genre à capituler mais là, on les forçait à combattre malgré les lourdes pertes qu’ils subissaient. La perte des cuirassés n’était pas préjudiciable. On pouvait récupérer ces pertes avec l’Héphaïstos. Une solution serait d’envoyer les cuirassés exploser au beau milieu de la flotte ennemie en espérant emporter un maximum. Bien sûr, on évacuerait les troupes sur la planète mais elles seraient vulnérables face aux vaisseaux Protoss.

-ça va vraiment mal, dit Silvie en examinant les données de la flotte.

-Encore une valse de tirs comme ça et on est mort, ajouta Carla.

-Qu’est-ce qu’on fait alors, demanda Marius.

-On tente de survivre, répondit Iris. On pourrait utiliser les portails des Ténèbres.

-Mais on ne peut pas laisser Jim seul, fit remarquer Jennifer.

La situation était assez critique. Dire que l’Alliance n’avait pas envoyé assez de vaisseaux ici. L’Armada Dorée en avait encore plein et en bon état. Soudain, une idée germa dans l’esprit des Poltergirls. C’était insensé mais ça valait la peine d’essayer. Elles contactèrent alors le commandant.

-Sire, dit un androïde à Crocodile, une communication en provenance d’un des cuirassés. Il s’agit des Poltergirls.

-Je me demande bien ce qu’elles me veulent, ces gamines, dit le commandant. Passez-les.

-Commandant Crocodile, dit Silvie. La situation n’est pas des plus favorables pour nous. Toutefois, nous avons pensé à un plan audacieux.

-Dites toujours.

-En fait, expliqua Carla, ce serait d’approcher nos cuirassés et de transférer toutes nos troupes à bord des plus gros vaisseaux de l’Armada Dorée et en prendre le contrôle.

Crocodile faillit avaler son cigare. Il toussa un peu pour se reprendre. Dit comme ça, l’idée était suicidaire mais l’ennemi ne s’attendrait pas à une telle offensive. Dans un combat direct, l’Alliance Démoniaque ne perdait pas. À l’intérieur de leurs cuirassés, se trouvaient des milliers de soldats qui ne servaient à rien. Plutôt que les laisser mourir, autant les envoyer envahir la flotte ennemie. Au moins, ils auront tenté quelque chose. De plus, ils avaient ces appareils lorsque ce genre de cas arriverait.

-Très bien, dit Crocodile. À toute la flotte, préparez les vaisseaux ! Nous allons approcher les vaisseaux-mère ennemis et les aborder. Visez aussi les portes-nefs. Exécution !

Dans les cales, les troupes de l’Alliance se préparaient à l’abordage. Les systèmes de portail étaient opérationnels et pouvaient créer des passages vers les vaisseaux ennemis. À moins que les points d’arrivée fussent balisés, il fallait être proche pour obtenir une précision optimale.

Sur le sol d’Havre, les troupes du Dominion résistaient vaillamment aux féroces Protoss qui chargeaient telle une horde de zombies. Les habitants de Havre montaient en panique dans les vaisseaux d’évacuation. Raynor ne blâmait pas ses hommes. Pas plus que les Protoss car ils étaient contrôlés par Amon.

-Commandant, appela Matt, l’Alliance Démoniaque est en train de tenter une manœuvre dangereuse. Ils envoient leur flotte droit vers les vaisseaux-mère.

-Mais à quoi jouent leur commandant, s’écria Raynor. Tous des tarés dans l’Alliance.

Si Raynor voyait les combats là-haut, il réviserait son opinion. Dans les salles de transferts, les Protoss possédés se préparèrent à être transférés. Soudain, des portails des Ténèbres s’ouvrirent au-dessus de leurs têtes. Instinctivement, ils se mirent en garde contre les intrus qui allaient sortir de ces portails. Seulement, ils eurent la surprise de voir des grenades au lieu de soldats. Mais ce n’était pas des grenades ordinaires car elles causèrent un champ électromagnétique qui immobilisa les Protoss. Ce fut à ce moment-là que l’Alliance débarqua et coupa les cordons nerveux de tous les Protoss.

-Parfait, dit Silvie. La zone est sous contrôle. Commandant Crocodile, me recevez-vous ?

-Parfaitement, répondit le pirate au crochet doré. J’ai sécurisé leur zone de transfert dans ce vaisseau-mère. Ils ne pourront plus envoyer de troupes au sol. Ça devrait aider le commandant Raynor.

À présent, l’Alliance avait des accès directs sur les plus gros vaisseaux Protoss. Leurs troupes commencèrent à évacuer et à envahir les vaisseaux ennemis.

-Très bien, crièrent les Poltergirls. Prenez possession de ce vaisseau. Libérez le maximum de Protoss d’Amon. La défaite n’est pas permise.

Sous les acclamations des serviteurs des Ténèbres, l’Alliance Démoniaque chargea. Les Protoss sentirent la disparition de leurs camarades dans le Khala. Très vite, ils comprirent ce qui se passait. D’importants régiments se positionnèrent dans les couloirs pour intercepter l’Alliance. Seulement, des grenades paralysantes roulèrent à leurs pieds et explosèrent. Avant même de comprendre ce qui se passait, leurs cordons nerveux furent tranchés.

-Enfin, lâcha un zélote soulagé. Notre cauchemar est fini.

-Malheureusement, non, dit Silvie.

-Il reste encore un grand nombre de vos semblables à libérer du dieu noir, ajouta Carla.

Tous reprirent leur route. Arrivés à une antichambre vide, les troupes de l’Alliance et les Protoss libres eurent la surprise de voir une armée de Protoss corrompus arriver. Et à leur tête, Sélendis.

-Stupide Alliance, nargua Amon par Sélendis. Votre résistance est futile. La délivrance que vous apportez n’est que souffrance.

-Il a fini avec son discours à deux balles, dit Iris. Ça commence à bien faire d’entendre ces conneries.

-Pas faux, approuva Jennifer. J’en ai un mal de tête rien que d’entendre ça.

D’un signe de tête, les Poltergirls se comprirent.

-Vous autres, ordonna Silvie. Passez devant.

-Mais, s’opposa Marius. Et vous ?

-On s’en sortira, répondit Carla, ce n’est pas Sélendis et ses guerriers qui vont nous arrêter.

-Et puis s’ils ont bougé, ajouta Iris, c’est qu’on s’approchait d’un point stratégique sensible pour eux.

-Alors, allez-y et prenez le contrôle de cet endroit, ordonna Jennifer.

Sans discuter, les androïdes de combat s’élancèrent les premiers. Sélendis et les autres Protoss contrôlés réagirent au quart de tour mais les Poltergirls les stoppèrent.

-Désolé, Amon, dit Silvie en arrêtant Sélendis, mais tu vas devoir passer par nous.

Silvie esquiva un coup de pied qui faillit la faucher. Ses autres amies s’en sortaient mieux. Carla s’était téléportée derrière les Protoss pour leur trancher les cordons nerveux. Iris fit voler les Protoss par ses vents psioniques et Jennifer neutralisa les lames-psi Protoss. Le reste ne fut qu’une formalité. Quant à leurs alliés, ils étaient déjà loin.

-Une prouesse spectaculaire, dit Amon/Sélendis, mais vaine. Vous ne pourrez pas toujours les sauver. Beaucoup mourront de vos mains, bouchers.

-Alors qu’il en soit ainsi, répondit Silvie.

-Les Protoss préféreront être morts et libres que vivants et esclaves d’un illuminé comme vous, ajouta Carla.

Sélendis eut un mouvement de recul. Face à ces paroles, n’importe quel individu aurait eu un moment de doute mais les Poltergirls ne manifestaient aucune hésitation. Amon pouvait sentir la puissance du pouvoir des Ténèbres. C’était semblable à un feu ardent mais maîtrisé.

-Les filles, cria Iris, c’est le moment d’utiliser notre ultime pouvoir.

-Bonne idée, approuva Jennifer.

Sur ce, les Poltergirls fusionnèrent pour engendrer Aurore. La fantôme aux cheveux argentés exultait une puissance plus importante que chacune des Poltergirls.

-Le corps de ce Protoss, pensa Amon en regardant « sa » main, il tremble de terreur.

Une preuve que la puissance des Ténèbres ne devait pas être sous-estimée. Amon força Sélendis à combattre et à tuer Aurore. Sa menace était maintenant trop importante pour l’ignorer. Son plan pour capturer les Poltergirls avait échoué et l’Alliance s’était certainement préparée à une nouvelle tentative. Puisqu’il ne pouvait les avoir sous son contrôle, il devait les éliminer.

Sélendis chargea la première. Aurore disparut de son champ de vision. Téléportation ? Non, elle s’était déplacée à une grande vitesse. Les Ténèbres pouvaient rendre ses serviteurs plus puissants ? Aurore se trouvait maintenant derrière Sélendis. Ses cordons nerveux étaient à portée de main. Seulement, Amon avait vite compris le plan et poussa les réflexes de son esclave à leur maximum. Sélendis sauva alors ses cordons nerveux et prit de la distance avec son adversaire avant de penser à son prochain mouvement.

-ça ne va pas être facile avec elle, analysa Aurore.

En effet, Sélendis n’était pas devenue exécutrice et commandante en second de l’Armada Dorée pour rien. Elle devait son titre à ses redoutables compétences au combat et à ses pouvoirs psychiques. Ce n’était pas Artanis qui était beaucoup plus puissant qu’elle mais Sélendis restait une guerrière assez forte pour tenir tête aux capitaines de l’Alliance. Si Crocodile avait été son adversaire, le combat aurait été vite réglé. De même avec un autre commandant.

Sélendis repartit à la charge. Cette fois, Aurore exécuta une glissade sous Sélendis. L’acte était insensé mais pas illogique. Personne ne se ferait avoir deux fois d’où ce changement d’approche. Sélendis bondit pour éviter la chute et fit un salto pour retomber sur ses jambes. Au moment de frapper avec ses lames-psi, l’exécutrice corrompue fut surprise de voir ses armes bloquées par le même type d’arme.

-Ne crois pas être la seule à utiliser des lames-psi, dit Aurore. Ce combat pourrait devenir intéressant à ce stade, non ?

Amon/Sélendis ne répondit pas. À la place, il repassa à l’attaque et avec plus de puissance. Aurore réussit à parer à temps mais elle vit trop tard la boule du Vide entre les mains de Sélendis. Elle n’aurait pas le temps de reculer pour esquiver. Par contre, elle avait un autre moyen : la téléportation.

-Combien de temps vas-tu jouer ce jeu ridicule, provoqua Amon/Sélendis.

-Le temps qu’il faudra, répondit Aurore. Je peux le sentir. Le nombre de Protoss que nous libérons de ton emprise malsaine. Bientôt, il ne restera plus que Sélendis et je doute qu’elle soit de taille face à un équipage entier de vaisseaux-mère.

-Pauvre naïve, dit Amon. Tous ces efforts engendreront plus de souffrances dans ce Cycle corrompu.

-Gna ! Gna ! Gna, gémit avec ironie Aurore. C’est pas bientôt fini, ce discours minable ? Que dis-je, ce canular ?

-Un canular ?

-Personne dans l’Alliance ne croit à un bobard pareil. Ça sent la façade à plein nez. Les belles excuses, c’est pour les Tal’darims et autres serviteurs qui avalent tes mensonges. Crache le morceau et dis vraiment la véritable raison de ces massacres inutiles.

Piqué au vif, Amon laissa éclater sa rage et envoya Sélendis attaquer avec plus de rage. Pour la première fois, le dieu noir montrait ses véritables sentiments. Ce n’était plus l’individu fier, arrogant et confiant mais un être enragé qui avait craqué. Les attaques de Sélendis devenaient plus rapides qu’avant. Même avec la téléportation, il était difficile de lui échapper. Néanmoins, Aurore avait encore de la ressource. Alors que la lame-psi de l’exécutrice allait transpercer Aurore. Quelque chose vint repousser l’arme. Des vents psioniques formaient une armure impénétrable.

-Quand on est acculé, expliqua Aurore, notre esprit est mis à rude épreuve pour trouver la solution pour survivre. Notre maître disait toujours : « sortez des sentiers battus de l’apprentissage et usez de votre imagination pour créer de nouvelles techniques de combat. C’est dans le combat qu’on apprend le mieux. »

D’un bond, Aurore chargea avec sa nouvelle armure et blessa Sélendis. Elle aurait pu causer des dommages mais Aurore ne voulait pas tuer Sélendis mais la sauver. Une intention qu’Amon perçût rapidement.

-Ce lien avec ce Protoss est ta faiblesse. Tu n’oses la tuer et tu ne pourras la sauver.

-Pour l’heure, tu n’as pas réussi à m’avoir, répliqua Aurore. L’espoir est permis. Sélendis peut être sauvée, comme les autres !

-Ton utopie ne verra jamais le jour ! Meurs !!

Le commandant Crocodile et son second Daz Bones avaient réussi à monter à bord d’un autre vaisseau-mère Protoss. Naturellement, les Protoss les accueillirent avec leurs armes. Plusieurs zélotes transpercèrent le commandant avec leurs lames-psi. En temps normal, tout le monde serait inquiet du sort de leur supérieur mais il n’en était rien.

-Pathétique, se moqua Crocodile. Vous ne jouez pas dans la même cour que moi.

En effet, ce n’était pas du sang qui coulait de ses « blessures » mais du sable. Aussi étrange que soit cette histoire mais Crocodile avait mangé un fruit démoniaque qui lui avait donné le pouvoir d’être et de contrôler le sable. Les attaques conventionnelles ne pouvaient le blesser. D’un geste de la main, Crocodile créa une tornade de sable pour emporter les Protoss qui l’avaient attaqué. Les androïdes profitèrent de l’état étourdi des Protoss pour les séparer du Khala. Avec son sable, Crocodile n’eut aucun mal à neutraliser les autres Protoss. Si ça ne tenait qu’à lui, il les aurait tous tués. Seulement, la Boîte de Pandore avait demandé à sauver le maximum de Protoss et de ne tuer ceux qu’on ne pouvait sauver. Avec ses pouvoirs, Crocodile n’avait aucune excuse pour justifier un petit massacre.

-Montrez-moi ce que vous valez, défia Daz face à trois zélotes.

Répondant à ce défi, les trois Protoss chargèrent. Bien que le capitaine de l’Alliance n’ait pas d’arme, il avait aussi mangé un fruit qui lui donnait des pouvoirs : celui de transformer son corps en lames d’acier. Peu d’adversaires avaient réussi à le blesser.

-Quelle force, pensa Daz impressionné. Si je n’avais pas imprégné mon corps de Ténèbres, ces lames m’auraient coupé les bras.

Voilà des adversaires dignes de lui. Seulement, ça ne l’empêchait pas de rester sérieux dans son travail. Un coup de pied fit reculer un de ses adversaires. Instinctivement, les autres tournèrent la tête pour voir l’état de leur camarade. Grossière erreur car Daz Bones ne rata pas l’occasion de couper les cordons nerveux avec le tranchant (littéralement) de la main. Les Protoss hurlèrent de douleur. Quant au troisième, il revint à la charge mais Daz le vit arriver et le contourna aisément. Il ne fut point difficile de libérer ce Protoss du Khala

-Excellent, capitaine, applaudit un androïde de combat qui arriva avec les autres.

-Un peu de challenge ne fait pas de mal, répondit Daz. Allez, on continue !

Il ne fallut pas longtemps pour eux d’atteindre le poste de pilotage et à en prendre le contrôle. Crocodile était satisfait de l’excellence de ses soldats. En fait, il l’était depuis son entrée dans l’Alliance Démoniaque. Il appela les autres vaisseaux-mère qui étaient aussi tombés sous le contrôle de l’Alliance. Les Protoss libérés n’avaient guère apprécié de voir leurs frères tués mais la situation ne leur donnait peu d’options.

-Où sont les Poltergirls, demanda Crocodile à Marius.

-Elles se battent contre l’exécutrice Sélendis.

-Pas de chance, pensa Daz Bones. J’aurais aimé l’affronter.

Tout à coup, une tornade fit irruption dans le pont. Sélendis et Aurore n’avaient pas fini leur combat. Inutile de dire qu’il était violent. Tous se tenaient à l’écart pour ne pas être pris dans le combat. Soudain, Sélendis lança des éclairs noirs de sa main vers les spectateurs. Aurore les stoppa mais Sélendis usa de son autre main pour attaquer d’autres personnes. Seulement, son bras fut comme soulevé par une force invisible. L’auteur de ce phénomène n’était qu’autre que Marius qui avait réagi rapidement.

-Pas très fair-play, Amon, commenta Aurore.

-Tu ne pourras pas tous les protéger de mon salut, répondit Amon avec son habituel discours.

-Elles, non. Moi, si, répondit Aurore qui avait changé de voix.

Tous, excepté les membres de l’Alliance furent surpris. Don Stygian avait décidé d’intervenir par l’intermédiaire d’Aurore. Afin de prévenir Amon d’attaquer à nouveau les autres, Don Stygian fit téléporter son hôte et Sélendis hors du vaisseau-mère. Par ses pouvoirs divins, Aurore survivrait dans l’espace. Sélendis avait naturellement sa propre protection.

-Qui es-tu pour oser défier un dieu, demanda Amon.

-Quelle question, répondit Don Stygian, un dieu ! Et pas n’importe lequel. Je suis Don Stygian, le véritable dieu des Ténèbres.

-Tu prétends avoir la force de me vaincre, répliqua le dieu noir.

-Ce serait un jeu d’enfant, expliqua Don Stygian. Seulement, dans l’état où tu es, il me sera difficile de t’attraper. Mais si nous parlons d’un combat en un contre un dans des conditions normales, je serais le vainqueur incontesté.

-Arrogant être, se moqua Amon. Comment peux-tu décider de ta victoire avant même que le combat ait eu lieu ?

-C’est une très bonne question, admit Don Stygian. Mais apprends d’abord ta place. Tu oublies qu’au commencement, tu n’étais qu’un simple mortel qui avait les conditions parfaites pour devenir un Xel’Naga. Moi, je suis un pilier capital de l’Univers. Par ce dernier, je gagne en puissance. J’existe depuis la naissance de l’Univers.

-Ce titre est une déception, répondit Amon. Le Cycle éternel est corrompu et doit être mis fin au plus vite.

-Quand tu auras fini de déblatérer tes mensonges, dit Don Stygian, j’aimerais plutôt entendre « Devenir Xel’Naga n’était pas aussi bien que je le pensais. Les responsabilités à porter ne me conviennent pas. » Bref, sois honnête sur la question.

Pas de réponses d’Amon. Cela ne surprit pas Don Stygian. Le dieu maléfique était trop fier pour avouer ses sombres secrets. Aux yeux de Don Stygian, la société était composée de deux groupes sociaux : les faibles ou la plèbe et les puissants. Ces différences engendraient souvent des conflits entre ces deux groupes. Quand ça n’arrivait pas, on enviait l’autre. La plèbe désirait la puissance et la situation aisée des puissants. Ces derniers voulaient se libérer des obligations que leur imposait leur position. Que se passerait-il si un faible venait à s’élever à la position de puissant et vice-versa ? En fait, ces gens découvriraient le revers de la médaille de la même manière que les protagonistes du roman « Le prince et le pauvre ».

Concernant Amon, il était, à l’époque de sa vie de mortel, admiratif des Xel’Nagas et espérait devenir comme eux. Ses attentes furent grandement insatisfaites quand il découvrit la réalité de la chose lors de son Ascension.

-Ton complot est voué à l’échec, parla enfin Don Stygian. Tu n’es qu’un vulgaire pot de terre face au pot de fer qu’est l’Univers. Personne ici n’accepte tes pensées, ta vengeance et ton orgueil. Ton salut est un mensonge qui n’apportera qu’atrocités.

-Alors, amène-toi, faux dieu, provoqua Amon.

Au même moment, la flotte du Dominion intervint et chargea sur la flotte Protoss. Par l’assaut risqué de l’Alliance, les renforts Protoss furent entravés permettant une meilleure résistance des Terrans qui purent sauver les habitants. Amon jura intérieurement. Les choses ne déroulaient pas comme il le souhaitait. Il avait encore besoin de ces Protoss pour ses plans. 

-Ce n’est que partie remise, dit Amon. Ailleurs, vous n’aurez pas cette chance.

-Quoi que tu tentes, répondit Don Stygian, tu es condamné à perdre. Un être seul comme toi ne peut vaincre l’Univers.

Le dieu noir fit transférer Sélendis à bord d’un des vaisseaux sous son contrôle. Après avoir sécurisé son atout, il fit replier la flotte. Au Havre, c’était une victoire de l’Alliance et du Dominion mais sur d’autres champs de bataille, c’était Amon qui menait. Soudain, Don Stygian reçut des communications de son hôte.

-Seigneur Don Stygian, demanda Silvie, vous semblez mieux comprendre Amon.

-Comme je l’ai dit, expliqua Don Stygian, j’existe depuis la création de l’Univers. Lui n’était même pas né.

-Toujours est-il que vous savez ce qui l’a poussé à agir de la sorte, fit remarquer Carla.

-C’est vrai, admit Don Stygian. Même si Amon n’a pas vécu une bonne expérience du Cycle éternel, cela ne justifie pas la destruction de toute forme de vie. Sa haine et sa vengeance illustrent bien son immaturité.

-Alors, nous devons le tuer, demanda Iris.

-C’est notre devoir si nous voulons protéger l’Univers de sa folie. Amon ne cessera que lorsqu’il aura accompli son ambition démesurée. Il peut jouer la victime ou l’être confiant de sa victoire malgré ses défaites mais ça ne trompe personne.

-Ne soyez pas comme lui, prévint Jennifer.

-Vous n’avez pas à vous inquiéter pour ça. Je ne vais pas commettre les mêmes erreurs qu’Amon, rassura-t-il. J’ai foi en cet Univers et je le crois capable de survivre à Amon. Cet être borné est incapable de percevoir le véritable potentiel de l’Univers qui attend encore d’être éveillé. Pour l’heure, gardez secret ce qui s’est dit. Soyez vagues sur le sujet.

-À vos ordres, obéirent les Poltergirls.

Quelques heures plus tard, les flottes unies rentrèrent dans les territoires du Dominion avec les réfugiés du Havre. Les Protoss libérés furent renvoyés auprès d’Artanis. Malgré cette victoire, la guerre était loin d’être gagnée.

À la commanderie, Artanis et ses conseillers débattaient sur la prochaine marche à suivre. Amon se construisait un nouveau corps et avait envoyé l’Armada Dorée détruire toute forme de vie. Avant de revenir sur Aïur, il fallait rassembler une armée assez forte pour s’opposer à la flotte amirale. Fénix proposa les Purificateurs. Leur force de combat était redoutable et les rallier à leur cause ferait pencher la balance de leur côté. Rohanna refusa cette idée. Aucun honneur et trop dangereux. Alarak intervint et argumenta que la vraie menace était les Tal’darims. En défiant l’actuel leader, il pourrait soumettre ses armées sous son commandement. Karax rappela l’existence du contingent Möbius qui avait une base cachée dans le secteur de Koprulu. Ne connaissant pas leur emplacement, Artanis ordonna le déploiement de templiers noirs à la recherche des Terrans contrôlés par les hybrides.

Deux lieux à choisir en attendant de connaitre la localisation du contingent : Endion et Slayn. Après réflexion, Artanis décida de partir sur Endion et fit part à tous de sa décision. La compagnie de Fénix lui avait fait comprendre qu’une bonne supervision du programme Purificateur permettrait à sa réactivation. Rohanna clama qu’il était impossible de contrôler ces machines. Justement, c’était là la différence avec la politique d’Artanis. On allait leur laisser leur libre arbitre. Seulement, faute de moyens, les Protoss ne pouvaient fabriquer des modèles semblables à celui de Fénix. La solution serait de réveiller les Purificateurs originaux mis en stase sur Cybros, un immense vaisseau de guerre en orbite sur Endion. Si les Purificateurs avaient été scellés, c’était parce qu’ils s’étaient rebellés contre leurs créateurs. Au premier abord, on pourrait penser que les Purificateurs étaient les méchants mais la réalité était toute autre. Le Conclave était le principal responsable de cette situation en voulant contrôler les Purificateurs et en les considérant comme de simples machines malgré les personnalités clonées qui les contrôlaient. Ce mépris avait engendré leur tristement célèbre révolte.

« Qui ne se rebellerait pas contre un maître esclavagiste ? » avait dit Fénix pour légitimer la colère des Purificateurs. Une réplique qui fit mouche contre Rohanna, principale opposante de la réactivation du programme. Artanis donna l’ordre de partir vers Endion. Sur place, ils eurent une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c’était que Cybros était intact. La mauvaise, c’était la présence des Zergs d’Amon. Le dieu noir avait certainement anticipé leurs actions et tenté de les arrêter. C’était loin de décourager Artanis et ses guerriers de descendre à la surface d’Endion et de désactiver le bouclier du vaisseau. Quatre verrous devaient être désactivés avec un appareil bien spécifique. La mission fut de récupérer cet appareil er l’escorter aux verrous. Par chance, le complexe scientifique sur la planète développait des colosses. Ces puissantes machines de guerre pouvaient escalader les falaises grâce à leurs longues pattes et assiéger l’ennemi depuis les hauteurs. Leur présence fut d’une grande aide pour Artanis qui réussit dans cette mission. Le réseau de stase fut retiré et il était possible d’atteindre Cybros. Seulement, cela permettrait aussi aux Zergs d’attaquer Cybros.

Sur la Lance d’Adun, tout le monde appréhendait le réveil des Purificateurs. En effet, ces derniers pouvaient encore garder de la rancune envers les Premiers-Nés. Ce ressentiment était tout à fait naturel vu le traitement qu’ils avaient subi dans le passé. Le véritable challenge n’était pas seulement de réveiller les Purificateurs mais aussi de les convaincre de se battre à leurs côtés. Même Fénix pressentit ce danger pour les mêmes raisons. Toutefois, il estima que seuls les actes allaient convaincre ses semblables de se joindre aux combats. S’il y avait bien un Protoss qui pensait autrement à bord, c’était Alarak. La liberté et le libre arbitre aux Purificateurs ? Quel idéalisme ridicule ! Ça ramollissait les peuples. Même s’il libérait son peuple de Ma’lash et d’Amon, les Tal’darims ne seront pas « libres ».

Quand les Protoss débarquèrent sur Cybros, les Zergs d’Amon avaient commencé à infester la station. Il fallait à tout prix réveiller les Purificateurs. La structure énergétique de Cybros était divisée en quatre secteurs. Chacun était scellé par trois nodules de dissipation. En détruisant tous les nodules d’un même secteur réveillera une partie des Purificateurs. Autre élément important, la matrice nodale. Sans elle, Cybros tomberait. Sans perdre un instant, les Protoss trouvèrent les nodules de dissipation d’un secteur. Fénix localisa un Purificateur réveillé mais son IA refusait de répondre. La solarite dans sa structure mémorielle était instable. Les dégâts étaient irréversibles. Sa destruction mettrait fin à sa menace et sa solarite utilisée pour le noyau solaire.

-Quel gâchis, soupira Fénix à la destruction de ce gardien. Karax, faites ce que vous avez à faire.

-Bien compris, Fénix, répondit le forge-phase, je veillerais à ce que toute la solarite soit récupérée.

Revenant à leur objectif principal, les Protoss activèrent le premier secteur réveillant comme prévu un groupe de Purificateurs. Un Purificateur fit alors entendre sa voix.

-Je suis l’exécuteur Clolarion. Je m’adresse au meneur des Premiers-Nés.

-Exécuteur Clolarion, répondit Artanis, aujourd’hui encore, vos nombreuses prouesses sont enseignées à tous les Templiers.

-Cessez cette idolâtrie, répliqua sèchement le clone de Clolarion méfiant. Qu’attendez-vous des Purificateurs ?

-Mes frères, vous avez été créés pour défendre cet empire. Malgré tout, nous ne vous avons pas traités avec le respect dû à tout Templier. Je vous implore de pardonner les erreurs de nos ancêtres, d’accepter à nouveau votre ancienne responsabilité, et de vous joindre à nous, d’égal à égal.

-Vous allez devoir prouver que vous dites vrai, dit Clolarion. Aidez-nous à éradiquer ces envahisseurs xénomorphes, et ensuite nous poursuivrons cette conversation.

Un espoir était permis. Les Protoss reprirent leur marche pour détruire les autres nodules de dissipation. Pendant ce temps, les Purificateurs écrasèrent aisément les Zergs.

-Et voilà, annonça Karax quand le dernier secteur fut activé. Tous les sceaux sont brisés. Cybros se réveille !

La station à pleine puissance, les derniers Purificateurs se réveillèrent et rejoignirent leurs frères d’armes au combat.

-Hiérarque, informa Karax,  l’alimentation énergétique de Cybros est entièrement  rétablie et les Purificateurs ont commencé à anéantir toute présence Zerg sur la station.

-En avant, mes frères, encouragea Fénix. Massacrez-les jusqu’au dernier.

-Attendez, alerta Karax, j’ai été déconnecté des systèmes de Cybros. Son noyau s’active ! Il s’apprête à faire feu !

-Clolarion, qu’est-ce…

-Initiation de la purification, ordonna Clolarion.

Le canon de Cybros tira droit vers Endion. Une puissante vague de chaleur se propagea du point d’impact sur toute la surface d’Endion. Toute forme de vie, Zergs inclus, fut éliminée par ce tir. Une preuve encore que les Purificateurs ne devaient être sous-estimés. Rassuré de ne pas avoir été pris pour cible, le hiérarque rejoignit Fénix.

-Fénix, ordonna Artanis, établissez le contact avec les Purificateurs. Je dois leur parler.

Fénix s’exécuta. Ses yeux et l’œil de Cybros clignotèrent montrant le contact qui commença.

-Exécuteur Clolarion, dit Artanis. Vous vous êtes réveillés en des temps bien sombres pour les Premiers-Nés. Vous nous avez démontré que la puissance redoutable des Purificateurs pourrait inverser le cours de cette guerre. Je vous demande d’honorer votre charge sacrée de Templier et de combattre aux côtés de vos frères comme vous l’avez fait par le passé !

-Vous n’êtes pas différents du Conclave, répondit la voix de Clolarion par le corps de Fénix. Encore une fois, vous cherchez à nous contrôler.

-Non, dit Artanis. Je souhaite réparer nos erreurs du passé… J’ai livré de nombreuses batailles aux côtés de l’un des vôtres. Fénix, qui assure la liaison. Le Conclave avait peur de vous, mais il appartient au passé. Je sais que vous êtes un véritable Templier. J’en ai été témoin. Je vous demande de faire front avec nous, ou s’en sera fini de nos chances à tous.

-Laissez-moi consulter les autres, répondit Clolarion.

-Ils délibèrent, dit Fénix lorsque la communication prit fin.

Pendant un bref instant, ce fut le silence total. Nul ne savait ce qui se disait entre les Purificateurs. À tout moment, ils pouvaient laisser la rancune parler et attaquer la Lance d’Adun. Finalement, la réponse arriva.

-Si nous acceptons de rallier vos rangs, nous souhaitons que l’entité Fénix parle en notre nom à tous. Le monde actuel renferme  encore bien trop de mystères pour nous. Mais tant que vous tiendrez parole, hiérarque, les Purificateurs combattront aux côtés des Premiers-Nés.

En un mot, c’était un oui. Un véritable miracle accompli par la volonté et la sincérité des Protoss. On se réjouissait de ce succès improbable. Toutefois, cela signifiait qu’il fallait respecter les Purificateurs comme s’ils étaient des Protoss. En raison de la guerre qui faisait rage, l’union faisait la force et le moindre allié pouvait la différence.

Suite à cet exploit, Fénix voulut changer de nom. Celui qu’il portait appartenait à un autre et ne le désignait pas. Même si Artanis avait tenté de le convaincre que l’original aurait été heureux qu’un être aussi exceptionnel que le Purificateur portait son nom. Par fierté, Fénix voulait trouver sa voie et son nom.

Le cuirassé Brin approchait de la Faille Altarienne. À son bord, se trouvait l’équipe du projet Blackstone. Son objectif était d’étudier la civilisation Xel’Naga. La découverte d’Ulnar ne pouvait être ignorée. L’empereur Valérian fit immédiatement déployer ses experts sur le terrain. Les scientifiques furent, comme les premiers venus, sublimés par Ulnar qui demeurait majestueux malgré les âges et les combats qui s’étaient produits il y avait peu. Plusieurs navettes conduisirent l’équipe d’archéologues vers le premier poste avancé de l’Alliance.  Non loin d’ici, les Zergs avaient installé leurs bases pour sécuriser la zone. Kerrigan s’était rendue au poste avancé pour accueillir les nouveaux arrivants. Parmi eux, se trouvait le célèbre professeur Jake Ramsey. Cet homme était une des rares personnes à avoir pu approcher la culture Protoss grâce à une conservatrice qui avait implanté son esprit et ses connaissances dans le cerveau du Terran. Situation obligeait. Pour ces connaissances, Arcturus l’avait traqué et obligé à travailler dans le projet Blackstone. À ses côtés de lui, se tenait Rosemay Dahl. Elle était une femme plus petite que la moyenne. Une apparence qui leurrait bien des adversaires.

-Bonjour, professeur Ramsey, salua Kerrigan en levant la main.

Le concerné ne montra aucune hésitation et serra cette main amicale malgré la désagréable sensation du toucher. La Reine des Lames lui paraissait différente de ce qu’on lui avait décrite par la propagande du Dominion. Elle lui paraissait plus humaine.

-Pourquoi cette personne est-elle attachée, demanda la reine de l’Essaim lorsqu’elle vit le professeur Knowing arriver.

-Excusez le spectacle assez loufoque, expliqua un sbire Rocket en s’essuyant son crâné rasé. Mais c’est un mal nécessaire pour la santé du professeur Knowing. Elle est du genre à s’exciter lorsqu’elle voit tout ce qui pourrait être examiné.

En effet, l’archéologue s’agitait dans tous les sens pour se libérer. Elle n’était qu’à l’entrée d’Ulnar que déjà, elle voulait examiner Kerrigan, les verrous célestes et la porte. La reine de l’Essaim était effrayée par la passion débordante de cette femme qui devenait si concentrée sur une chose qu’elle en oublierait de manger et de dormir.

-Amenez-la avec les autres, soupira-t-elle. Ne les faisons pas attendre pour la réunion.

Les sbires Rocket s’exécutèrent et conduisirent leur « prisonnière » à la salle de réunion où tout le personnel scientifique attendait. Le commandant Ener arriva. Il s’agissait un homme grand et musclé avec les cheveux mi-courts blonds. Ses cheveux étaient couverts par un simple foulard blanc. Il avait de longs lobes d'oreille. Côté vestimentaire, il portait un pantalon bouffant orange avec un motif noir sur les jambes, et autour de sa taille un voile bleu clair tenu par une ceinture plus foncée. On observait des bracelets en or sur ses bras et ses jambes, des boucles d'oreilles en or et deux anneaux en or sur ses gros orteils. Dans sa main, l’inconnu tenait un bâton en or. Sur son dos, était incrusté des tambours aux propriétés encore inconnues reliés entre eux.


-Bonjour à tous, salua-t-il d’un air solennel. J’espère que le voyage n’a pas été trop désagréable et qu’il sera de même pour le séjour à Ulnar malgré les Zergs. Comme vous le savez, nous sommes dans le monde des Xel’Nagas. Malheureusement, Amon les a tués dans leur sommeil nous privant de leur savoir. C’est donc à vous que revient la noble tâche de découvrir leurs secrets. Sachez que certaines zones ont été sécurisées par l’Essaim et l’Alliance. En attendant l’arrivée de renforts, vous n’examinerez que les zones sécurisées. Pas plus tard qu’hier, une patrouille est tombée sur un hybride. Nous pensons qu’il y a d’autres embusqués mais les troupes manquent. C’est pourquoi nous recommandons la plus grande prudence quand vous vous déplacez dans Ulnar. Maintenant, rompez !

Les scientifiques se levèrent et partirent examiner les zones protégées. Il s’agissait de l’entrée, de la route menant à la chambre de l’Ascension et cette dernière. Les éboulements avaient été retirés pour faciliter le déplacement des gens. Les archéologues commencèrent leur travail. Ils étaient fascinés par la qualité du travail artistique qui ornait Ulnar. Les pictogrammes étaient porteurs d’une histoire vieille de plusieurs millions d’années. Les temples trouvés auparavant faisaient pâle figure comparé à Ulnar.

Le soir, tout le monde dormait. Évidemment, c’était le meilleur moment d’être attaqué. C’était pourquoi les androïdes de combat, qui n’avaient point besoin de sommeil, patrouillaient pour assurer qu’il n’y avait aucun danger. Kerrigan participa aussi aux patrouilles. Il y avait des endroits que l’Alliance ne surveillait pas. Arrivant à la chambre de l’Ascension, Kerrigan vit une lumière. Quelqu’un travaillait encore. Sans surprise, il s’agissait du professeur Knowing. À ses côtés, elle avait ses quatre pokémons pour la seconde : un Alakazam, un Koarine, un Archéodong et un Spiritomb.

-Professeur, dit Kerrigan. Vous devriez aller dormir.

 -Pas au beau milieu d’une découverte fascinante, répondit l’archéologue. Cet endroit est un passage entre les univers. Il y a le nôtre, celui du Vide et les autres. Évidemment, chaque univers, il y a un Ulnar.

-Très intéressant, soupira Kerrigan. Je serais ravie d’écouter tout ça mais reposez-vous d’abord. La Team Rocket a raison sur ce point, vous en faites trop.

-J’ai encore à…

La femme tomba de fatigue. C’était à prévoir. Ses pokémons utilisèrent leurs pouvoirs psychiques pour transporter leur dresseuse dans un lit. Kerrigan soupira encore et alla dormir. Son Essaim allait prendre la relève.

Le lendemain, une dizaine de cuirassés de l’Alliance Démoniaque arriva aux portes d’Ulnar. Les renforts promis étaient enfin là. Les Poltergirls débarquèrent les premières. Avec elles, Marius et Camille.

-C’est elle, la reine de l’Essaim, demanda Camille. Elle est cool !

-On ne lui manque pas de respect, dirent les Poltergirls en lui tirant les oreilles.

Marius se montra plus poli. Il comprenait la réaction de ses professeurs. Être Zerg était tout sauf cool. C’était limite une insulte. Vivre dans cet état était un enfer. On lui avait raconté la vie de Kerrigan et c’était loin d’être une vie agréable. Naturellement, l’IP10 comprenait combien cette vie fut douloureuse pour elle. C’était le propre de l’humain : ne voir que le bon côté et d’ignorer le poids des responsabilités que cela impliquait.

-Alors, c’est lui le nouvel IP10 que le Dominion a recruté, remarqua Kerrigan.

-Oui, approuva Silvie. Il est actuellement notre élève.

-ça ne m’étonne pas. Vous êtes…

Soudain, une communication alarmante se fit attendre. Des hybrides avaient été repérés et avaient lancé une attaque sur un site de recherches. Sans perdre un instant, Kerrigan contacta ses serviteurs.

-Mon Essaim, les archéologues sont attaqués. Allez les protéger et éliminez les hybrides.

Dans les colonies Zergs, des centaines de Zergs se mobilisèrent et se rendirent sur place. Là-bas, ils trouvèrent les hybrides aux prises avec l’Alliance. Les androïdes de combat formaient plusieurs lignes pour protéger les archéologues. Rosemary avait demandé à se joindre au combat.

-Filez-moi une arme pour que j’abatte ces sales bêtes.

-Tenez, répondit un androïde en jetant un fusil d’assaut anti-hybride. Vous m’en direz des nouvelles.

Inutile de le dire deux fois, l’ancienne mercenaire tira avec sa nouvelle arme et blessa mortellement des hybrides. Cette arme était de la balle ! Au même moment, Sylvestre, sous forme de dragon Zerg, débarqua dans le champ de bataille.

-La colère de Char !!

Sylvestre cracha des flammes qui brulèrent les hybrides mais c’était loin d’être fini.

-La chute d’Aïur !!

Cette fois, c’était des attaques psychiques qui s’abattirent sur les hybrides. Certains eurent la tête explosée, d’autres résistèrent.

-L’invasion de Korhal !!!

Des portails des Ténèbres apparurent au-dessus des hybrides. Les archéologues étaient surpris d’une telle puissance. Surtout quand un Zerg faisait usage de Ténèbres. Des Zergs sortirent des portails pour déferler sur les hybrides.

-L’appétit de Zérus !!

À présent, c’était une énorme mâchoire qui s’abattit sur un hybride. Ce dernier fut déchiqueté. De leur côté, l’Alliance n’avait pas arrêté de tirer sur les hybrides. Quant à Sylvestre, il continuait à déployer son répertoire de techniques.

-Hybrides, annonça Sylvestre. Aujourd’hui, vous avez l’insigne honneur de connaitre ma nouvelle et plus terrifiante technique. L’héritage d’Ulnar !!

Le pouvoir de Zérus combiné au pouvoir Protoss et au pouvoir du Vide présent dans Ulnar provoqua une explosion qui annihila hybrides et Zergs. Rares étaient les survivants. L’Alliance élimina immédiatement les derniers hybrides.

-Mais que s’est-il passé, demanda Kerrigan en arrivant sur les lieux.

-Je suis allé un peu fort, répondit Silvestre comme un enfant en faute. Au moins, personne n’a été blessé.

-ça aurait pu arriver, soupira Kerrigan. À l’avenir, fais-le quand aucun allié n’est menacé. Tu as mis en danger beaucoup de gens.

-Désolé.

-Mais comment a-t-elle pu créer un monstre pareil, pensèrent les archéologues.

-Ce n’est pas elle qui l’a créé, expliqua Carla. C’est l’œuvre de la Boîte de Pandore.

-Maintenant, reprenez le boulot, ajouta Iris.

-Vous pourrez explorer le reste du temple quand on aura sécurisé le reste, termina Jennifer. Exécution !

Tous reprirent au travail. Une équipe de biologistes fut dépêchée pour examiner les cadavres des Xel’Nagas. La cause de leur mort, leur structure, tout devait être étudié pour comprendre ces êtres divins. De ces découvertes, on pourrait découvrir un moyen de vaincre Amon lorsqu’on se confronterait à lui. Du côté des archéologues, on apprenait davantage sur l’histoire des Xel’Nagas. Mais le plus incroyable fut cette découverte. Ce qu’ils ignoraient, c’était l’impact de cette trouvaille sur la guerre.

La lance d’Adun arriva devant Slayn. La planète était complètement encerclée par une importante flotte. Alarak avait raison de dire que la flotte de mort des Tal’darims était une menace sérieuse. Il y avait de quoi détruire plusieurs fois le Dominion.

-C’est une véritable armada, s’écria Artanis en voyant la flotte Tal’darim.

-Contemplez la flotte de mort sous les ordres d’Amon, prête à dévaster toute vie dans ce secteur, dit Alarak.

-Alors nous ferions mieux d’agir vite, s’inquiéta Artanis.

-Le Rak’Shir, l’usurpation par combat rituel, ne doit pas être précipité, expliqua le premier aspirant. Ses rites demandent de soigneuses préparations si on veut qu’ils fonctionnent.

-Nous sommes en orbite au-dessus d’un monde hostile et cernés par une gigantesque flotte, répondit Artanis, et vous le parlez de préparations ?

-J’ai l’intention de destituer Ma’lash, le dirigeant de tout un peuple, et de les réduire tous en esclavage. Tu vas m’aider et en retour, les Tal’darims se retireront de ce conflit. Comme convenu.  Pour ce faire, le rituel doit être accompli comme l’exige la tradition.

-Ce marché me semble de moins en moins intéressant, soupira Artanis en tournant les talons à Alarak.

Le hiérarque avait en effet de bonnes raisons. Il sentait qu’il y avait anguille sous roche mais il n’avait guère le choix. Si Alarak devenait le nouveau haut-seigneur des Tal’darims, Amon perdrait une importante armée. Mieux encore, il pourrait les rallier à sa cause et vaincre le dieu noir. Grâce à Alarak, les Daelaams purent traverser la flotte de mort sans se faire remarquer et installer une base sur le rite des préparatifs. Pour qu’Alarak puisse mener à bien ses projets, il fallait éliminer les gardiens de Ma’lash. Le petit souci, c’était que cette zone subissait par cycles des montées de Terrazine. Quand ça arrivait, la barrière entre ce monde et le Vide s’amincissait permettant aux entités du Vide de venir. Elles ressemblaient à toute unité qu’on pourrait croiser dans le secteur de Koprulu. Des Terrans, des Zergs, des Protoss et même leurs machines de guerre. Tous étaient au service d’Amon et allaient attaquer la base d’Artanis. Par chance, les entités n’étaient pas en pleine possession de leurs capacités et pouvaient être rapidement détruites. D’ailleurs, le brouillard de Terrazine monta et les forces d’Artanis durent se défendre. Après ça, ils purent partir à l’assaut des gardiens. Lorsque le dernier gardien fut à l’article de la mort :

-C’est la mort qui t’attend, Alarak. Le dieu noir va t’anéantir.

-J’en ai assez de ses mensonges, répondit le premier aspirant en l’achevant.

-Le rituel est terminé, dit Artanis. Et maintenant ?

-Eh bien, avoua Alarak. Ils ne faisaient pas partie du rituel. Mais ces traitres auraient aidé Ma’lash à l’exécuter. Et je voulais les voir morts.

Sur ses mots, Alarak se rendit devant un important bâtiment ancien. Un temple dédié à Amon.

-L’heure est venue, cria Alarak. Haut seigneur ! Écoutez-moi !  J’invoque le rituel du Rak’Shir ! Combattez-moi comme le demandent nos lois ou mourrez en pleutre !

-Nous nous affronterons en combat singulier à l’aube, répondit Ma’lash en apparaissant. Ton auras ton « défi ».

De retour à la Lance d’Adun, Alarak se fit réprimander par Artanis. Ce dernier n’avait pas apprécié de s’être fait duper de la sorte. Il le menaça de rompre leurs accords si le Tal’darim venait à recommencer. Cela n’impressionna pas Alarak. Artanis tenait trop à cette alliance pour la faire tomber au moment fatidique.

À son palais, Ma’lash avait rassemblé tous ses aspirants. À l’exception d’Alarak, tous étaient présents. Au moment de commencer la réunion, les Tal’darims remarquèrent la présence d’androïdes de combat installant du matériel pour un reportage.

-Qu’est-ce que ça signifie, cria le haut seigneur. Qui êtes-vous ? Gardes ! Éliminez-les !

-On se calme, dit Diethard Ried. On n’est pas là pour se battre.

-Si c’est vrai, répondit Ji’nara, alors que faites-vous là ?

-Nous sommes journalistes, expliqua Diethard. Bien que soldats de l’Alliance, nous sommes chargés d’informer tout le reste de l’Univers des évènements importants qui se produisent. Comme ce Rak’Shir, par exemple.

Pour appuyer ses propos, Diethard montra un poste de télé allumé sur la chaîne de l’UNN. Donny Vermisseau parlait des nombreux systèmes planétaires détruits par l’Armada Dorée malgré les efforts du Dominion à les arrêter. Par chance, les populations avaient été évacuées à temps. Bien que ces Protoss fussent sous contrôle d’Amon, le Dominion et l’Alliance n’avaient pas hésité à tirer. Finalement, Donny annonça le Rak’Shir à venir. Mais ce serait après la pub.

-Ok, expliqua Diethard, on n’a que quelques minutes avant ça passe sur nous. Je vais poser diverses questions sur le sujet. Rien sur vos stratégies militaires n’aura à être divulgué. De toute façon, l’Alliance a déjà vent de vos plans depuis un moment.

-Et est-ce que tout le Dominion verra le Rak’Shir, demanda Ma’lash.

-Bien plus que ça, répondit Diethard. Cette guerre attire beaucoup les regards et les mondes de la Coalition ne voudront pas rater un évènement aussi important que celui-là.

Ma’lash accepta de répondre aux questions tant que les androïdes ne fassent rien pour nuire aux Tal’darims. Sous cette apparente magnificence, se cachait un plan plus sournois. Tout l’Univers verrait la cruauté dont le haut seigneur ferait preuve durant le combat de demain. Ma’lash avait l’habitude de torturer et de briser ses adversaires avant de les achever. Une démonstration de force qui intimidera les ennemis de son dieu.

-Ici, Donny Vermisseau en direct de Korhal. Allons sur Slayn où Diethard va apporter les dernières nouvelles sur un évènement déterminant sur cette guerre. Diethard, nous recevez-nous ?

-Parfaitement, Donny, répondit l’androïde de combat. Je suis en compagnie du haut seigneur Tal’darim Ma’lash. Il a accepté de répondre à nos questions. Haut-seigneur, parlez de votre combat rituel que vous appelez le Rak’Shir.

-Pour comprendre le Rak’Shir, expliqua Ma’lash, vous devez comprendre la Chaîne de l’Ascension. Chaque Tal’darim est un maillon de cette chaîne. Vous pouvez commander les maillons inférieurs mais vous devez obéir à ceux qui vous sont supérieurs. Toutefois, il est possible de gravir la chaîne. N’importe quel Tal’darim peut défier quiconque possédant une position plus élevée au cours du Rak’Shir. Le gagnant prend la place convoitée et le perdant disparait dans l’Oubli. De cette façon, on peut aisément déterminer ceux qui sont dignes d’assurer les fonctions qu’ils occupent.

-Ce qui vous fait de vous le plus puissant de votre peuple.

-En effet et je compte vous démontrer ma puissance dans ce combat.

-Venons-en à Alarak, poursuivit Diethard. D’après nos sources, il est très confiant de sa victoire sur vous. En fait, il estime que le combat est déjà gagné pour lui.

-Son arrogance le perdra, répondit Ma’lash avec agressivité. Je l’avais averti de ce qui l’attendrait s’il commettait cette folie. Demain, je vais lui donner la mort promise.

Inutile de dire que ça allait être douloureux. Après cette interview, les androïdes journalistes furent autorisés à faire connaitre la culture Tal’darim mais sous la surveillance de soldats. Au moindre geste suspect, ils seraient exécutés. Accompagnés par Ji’nara, ils visitaient la ville principale. L’architecture des édifices reflétaient l’esprit guerrier des Tal’darims. Rien à voir avec ceux des Protoss d’Aïur qui leur paraissaient vaniteux. En passant devant les chantiers militaires, Diethard remarqua quelque chose.

-Excusez-moi, dit-il à Ji’nara, y a-t-il d’autres métiers dans votre société ?

-Non, répondit la seconde aspirante. Nous sommes tous des guerriers dédiés à Amon.

-Dans ce cas, comment expliquez-vous cette similitude avec les vaisseaux des Daelaams ? Par cette couleur noire, on devine qu’il s’agit d’un autre matériau mais ce ne sont que des copies.

La Tal’darim expliqua que c’était les fruits des pillages menés par son peuple durant plusieurs milliers d’années. Cela expliquait aussi la disparition de flottes Protoss dans l’espace. Ils avaient été attaqués par les Tal’darims qui avaient ensuite récupéré les plans pour créer leurs propres machines de guerre. Quant aux légères différences, il s’agissait de vieilles technologies oubliées avec quelques améliorations apportées par de rares intellectuels.

-Les pauvres, les plaignit Diethard, ils ont été réduits à une vie de pilleurs pour survivre. Des êtres qui n’ont jamais rien inventé. Encore une preuve de l’influence néfaste d’Amon.

Une question vint au journaliste. Que se passerait-il si on éliminait un supérieur en dehors du Rak’Shir. La réponse fut des plus simples. L’exécution publique et la mort était lente et douloureuse. De quoi dissuader quiconque de tenter de contourner le rite le plus sacré des Tal’darims.

-Et concernant Alarak, demanda Diethard. Quel genre de personne est-il ?

-C’est un être rusé et manipulateur, expliqua Ji’nara. Grand nombre de Rak’Shir ont été son œuvre mais difficile de trouver la preuve de son implication car il n’avait jamais pris part à ces combats. Tous ceux qui avaient les mêmes qualités que lui sont mystérieusement tombés au combat.

Pas la peine de faire un dessin. Alarak avait habilement mené leur mort sans qu’on puisse prouver sa responsabilité. Le rusé Tal’darim montrait aussi qu’il savait se méfiait de tout individu susceptible de s’attaquer à lui et dans le dos. Un ennemi à ne pas avoir.

-Bonjour, salua Diethard. Nous sommes en direct de Slayn où le Rak’Shir aura bientôt lieu. Il fait encore nuit car il est coutume de commencer ces combats au lever du jour. Je suis en compagnie de la seconde aspirante Ji’nara pour commenter ce combat qui restera dans les annales.

Ji’nara approuva. Tournant la caméra, Diethard montra les gouffres de l’Ascension où aura lieu le combat rituel. La zone était vaste, assez pour abriter une flotte de portes-nefs. À chaque extrémité, la terre était percée d’un trou béant descendant jusqu’aux entrailles de la planète. Les alliés des deux participants avaient installé leurs campements respectifs à proximité des trous géants. Aux abords du terrain de combat, des milliers de Tal’darims étaient là en spectateur.

-On dirait bien que l’évènement fait office de divertissement, commenta Diethard.

-En effet, confirma Ji’nara. Dans le même temps, nous n’avons que ça. Et puis, tout le monde pourra admirer la force du vainqueur.

-On pourrait en dire autant pour l’Alliance.

En effet, l’Alliance Démoniaque était venue en masse pour assister à l’évènement. Malgré la situation précaire aux frontières du Dominion, une véritable armée était présente. Visiblement pour encourager Alarak vu les objets de supporter qu’ils amenaient avec eux.

-Dites-nous, Ji’nara, demanda Diethard. Avez-vous un favori pour ce combat ? Des pronostics ?

-Difficile à dire, répondit Ji’nara. Le haut-seigneur craint Alarak. Donc, je supposerais qu’ils soient de force égale. Toutefois, je ne me prononcerais pas sur un vainqueur. De même que je ne prendrais pas part au combat.

-Pourquoi donc ? Vous êtes la seconde aspirante. Votre force pourrait changer le cours du combat.

-C’est parce que je suis la seconde aspirante que je ne participe pas, répondit Ji’nara. Quel que soit le gagnant, je deviendrais premier aspirant.

Un raisonnement logique et implacable. Pourquoi risquer sa peau quand les gains viendront d’eux-mêmes ? Concernant le journaliste, ce dernier affirma rester neutre. Seulement, les apparences parlaient pour lui. Il était vêtu comme un vrai supporter. Tout pour soutenir Alarak. Il tenait même une peluche à l’effigie du premier aspirant. Pour commenter la suite du Rak’Shir, ils allaient chevaucher un dragon noir. Depuis les cieux, ils auraient une vue imprenable sur le combat. Finalement, les deux participants arrivèrent. Un silence de mort régnait alors sur l’aire de combat. L’aura que dégageaient les deux combattants était des plus intimidantes.

-À ma droite, présenta Diethard, nous avons le champion invaincu, le haut-seigneur des Tal’darim. Surnommé la Lame d’Amon pour sa possible bénédiction du dieu noir, j’ai nommé Ma’lash !

Le concerné bomba le torse pour se rendre plus impressionnant.

-À ma gauche, continua Diethard, se tient le challenger. Il est le premier aspirant et vise actuellement la place du champion. Ici, il est le haut-seigneur de la manipulation. Son plus gros coup est un Rak’Shir ayant impliqué plus de quatre milles Tal’darims et résultant de la mort de huit cents d’entre eux. Un plan qui lui a permis de devenir aspirant. Je vous demande d’applaudir Alarak.

Le premier aspirant jeta un regard noir à Diethard. D’où tenait-il cette information ? Ji’nara lui avait bien parlé de lui mais cette magouille, personne ne le savait à part Amon. Les autres ayant eu vent de ça étaient morts.

-Tu paieras pour tes fourberies, dit Ma’lash dont la colère commençait à se manifester.

-Et toi pour tes mensonges, répondit Alarak.

-Ils sont chauds, commenta Diethard. Pourriez-vous chauffer le public avant le combat ?

Jouant le jeu, Alarak leva les bras en signe de victoire. Immédiatement après, l’Alliance et les guerriers d’Alarak poussèrent un cri d’acclamation. On aurait cru que la terre tremblait. Quand ce fut le tour de Ma’lash, il se contenta d’un :

-Pour Amon.

Les Tal’darims acclamèrent leur chef dans la discipline. Ma’lash venait de prouver une fois encore qu’il était un leader à ne pas prendre à la légère. Pour Alarak, ça rendrait sa victoire meilleure.

-Bien, dit Diethard, nous allons prendre de la hauteur pour ne pas vous déranger. À vous de lancer le début du combat. Et que le meilleur gagne !

Le dragon noir s’envola dès que ses passagers furent montés. Quelques secondes après, le combat commença. Ma’lash fut le plus rapide et fit reculer Alarak de plusieurs mètres. Son adversaire réussit à se rétablir et à stopper son recul. Son manque d’attention avait bien failli lui coûter la vie. Quelques mètres de plus et c’était la fosse de sacrifice. À présent, le combat était maintenant équilibré. Les deux combattants se battaient de même force.

-Après un mauvais départ, Alarak a réussi à se reprendre, commenta Diethard. À présent, le combat est au point mort.

-Oui, approuva Ji’nara, tout va se jouer maintenant sur les alliés.

Le but du Rak’Shir était simple. Chacun devait repousser son adversaire vers la fosse du sacrifice derrière ce dernier. Évidemment, le Rak’Shir ne se résumait pas qu’à ça car autrement, le combat serait vite expédié par la simple puissance. C’était là qu’intervenaient les alliés. Leur rôle était d’apporter leur soutien psionique au champion. Cela augmentait la force de leur champion et faisait donc reculer l’adversaire. Une loi stipulait très clairement qu’on ne pouvait changer d’allégeance au cours de ce combat une fois déclarée. Naturellement, les alliés des deux factions allaient forcément se battre près des champions. Le groupe qui remporterait le combat aura un avantage certain. C’était la raison pour laquelle Alarak n’avait pas lancé son défi dans l’immédiat. Les alliés jouaient un rôle capital dans le Rak’Shir. On ne se lançait pas dans une telle entreprise à la légère. Les champions passaient des mois à rassembler leurs alliés avant de passer à l’action.

« Alarak, haut-seigneur !! Ma’lash, grosse vache !! Ma’lash, aux chiottes !! » Scandaient les serviteurs des Ténèbres à s’en casser la voix.

-La foule est en délire du côté de l’Alliance, continua Diethard. Les premiers renforts d’Artanis arrivent à la rescousse d’Alarak.

Seulement, ce premier groupe n’allait pas être suffisant. Très vite, le hiérarque fit rassembler davantage de troupes pour soutenir Alarak. À l’insu de ce dernier, Artanis envoya plusieurs de ses guerriers éliminer des élémentaires de Slayn. Ces créatures avaient de la solarite dans le ventre. Pendant ce temps, Ma’lash appela ses troupes à le soutenir. Des hybrides se joignirent au combat.

-C’est autorisé ça, demanda Diethard. Monsieur l’arbitre, carton jaune pour Ma’lash.

-Il n’y a pas d’arbitre, répondit Ji’nara. Et toute créature possédant des pouvoirs psychiques peut participer.

-Et ces canons à photon sur la route, c’est aussi autorisé ?

Téléris et Dunkelion avaient tout entendu. Prenant tous les pokémons de type Psy, ils descendirent sur le champ de bataille et les envoyèrent soutenir Alarak. Ji’nara fut outrée que les Daelaam fassent appel à de telles créatures.

-« Toute créature possédant des pouvoirs psychiques peut participer. », rappela Diethard. Vous l’avez dit. Aucune règle n’a été enfreinte.

Par contre, cela faisait plaisir à Alarak qui reprit l’avantage. Seulement, Ma’lash n’avait pas dit son dernier mot. Il appela encore des troupes pour le soutenir et renverser la tendance. Très vite, le duel des champions s’équilibra mais une nouvelle force vint perturber cet équilibre.

-Une troupe de Tal’darims vient de débarquer sur le champ de bataille, dit Diethard. Ils arrivent dans le dos des forces d’Artanis. Viennent-ils en allié ou pour les prendre en traitre ?

-Eoris, soupira Ji’nara.

-Ici la quatrième aspirante Eoris, dit la leader de ce groupe, je viens prêter main-forte au premier aspirant.

-Quatrième aspirante Eoris, répondit Artanis, c’est un honneur de combattre à vos côtés. Bien que les raisons nous soient encore obscures.

-Cela importe peu, répondit Eoris. Ce qui compte, c’est que les Tal’darims soient libérés d’Amon.

Sur ces mots, elle et ses troupes déclarèrent haut et fort leur soutien à Alarak. A présent, leur destin était lié à Alarak. C’était jusqu’à la victoire ou la mort. Ce coup de théâtre amusait le premier aspirant.

-Eoris, dit-il, tu es venue comme promis. Moi qui pensais que tu te défilerais.

-Cela équivaudrait à refuser un défi de Rak’Shir. Mort et déshonneur sur moi si je ne tenais pas parole. Surtout quand les enjeux de ce combat sont trop importants pour échouer. Hors de question de perdre avant d’avoir vaincu le dieu noir.

-Je serais bien la dernière personne à te dire le contraire, répondit Alarak. Continue à me soutenir et je te récompenserais.    

Seulement, ce sentiment n’était pas partagé par Ma’lash. Ce dernier fit appeler d’autres guerriers pour le soutenir et éliminer les partisans de son ennemi. Parmi eux, le troisième aspirant Iaris. De tous les fanatiques, Iaris était le champion. Sa détermination et sa dévotion lui avaient permis de s’élever dans la chaine de l’Ascension.

-On dirait qu’un combat d’aspirants va avoir lieu, observa Diethard. Seconde aspirante Ji’nara, un pronostic ?

-Eoris sans l’ombre d’un doute.

En bas, les deux aspirants firent écarter leurs camarades. C’était un combat de Tal’darims misant leurs convictions, leur vie et leur futur et personne n’avait le droit d’interférer.

-Finalement, dit Iaris, tu révèles enfin tes vraies couleurs. Pour cette trahison envers le dieu noir, tu vas payer de ta vie. Mais d’abord, débarrasse-toi de cette chose autour de ton cou !!!

Eoris ne répondit pas et se contenta de caresser la dite créature de couleur violette. Il était inutile de convaincre Iaris de la réalité. Diethard observa de loin la créature d’Eoris. Il reconnut sans peine un Mentali. La présence d’un pokémon aux côtés d’un Tal’darim n’était pas une surprise pour l’androïde de combat. Iaris chargea le premier mais Eoris esquiva les lames-psi de son adversaire. Avec une vitesse qui dépassa de loin Iaris, Eoris passa derrière ce dernier après avoir lancé son attaque.

-Repose en paix dans le Vide, dit Eoris en adressant une prière à Iaris.

-Impossible, gémit son ennemi alors que sa tête se détacha de son corps.

Si Ji’nara semblait bien connaitre Eoris, elle était malgré tout stupéfaite de ces mouvements alors inconnus. Pour le journaliste, rien de surprenant. Il avait reconnu sans difficulté ces gestes des arts martiaux des Ténèbres. L’armée d’Artanis fut alors galvanisée par cet exploit et repartit de plus belle pour enfoncer les dernières défenses de Ma’lash. Telle une vague, ils percèrent avec férocité vers la fosse du sacrifice. À quelques mètres du lieu fatidique, Alarak dit :

-Notre affrontement arrive à son terme, Ma’lash. Bientôt tout le monde connaitra l’ampleur de ta trahison.

-Notre maître a déjà gagné, Alarak, répondit le haut-seigneur. Tu vas mener notre peuple à sa perte.

-Tu as raison sur une chose, Ma’lash, approuva Alarak. Je vais les mener.

Arrivé à la fosse du sacrifice, Alarak balança une puissante boule d’énergie psionique qui fit tomber Ma’lash dans les profondeurs de Slayn. Le haut-seigneur était tombé et Alarak son successeur.

-Tal’darims, cria Alarak à son peuple. Par le rite du Rak’Shir, je suis votre haut seigneur ! Écoutez et obéissez ! Les promesses de Ma’lash n’étaient que mensonges. Il n’y a pas d’Ascension. Les Tal’darims ne pourront jamais s’élever au rang d’hybride. Amon nous a trahis et pour cela… il doit mourir.

Sous les acclamations des Tal’darims, Alarak était maintenant reconnu par tous. Enfin, il y avait des Tal’darims qui refusaient d’y croire. Seulement, Alarak était leur nouveau leader et les lois étaient très claires. Les récalcitrants devaient obéir et se taire. Beaucoup pensaient à lancer un Rak’Shir au nouveau leader mais ils devraient faire face à la fureur d’Alarak.

-Résultat du Rak’Shir, annonça Donny Vermisseau, Alarak en est sorti vainqueur de ce combat à mort. Retrouvons Diethard sur Slayn concernant les retombées de ce changement de leader. Diethard, nous recevez-nous ?

-Parfaitement, Donny, confirma l’androïde de combat. Autant dire que ça ne va pas trainé. C’est peut-être une première sur Slayn mais la révolte a commencé.

Sur Slayn, les Tal’darims avaient commencé leur révolte. Ils détruisirent tous les objets de culte envers Amon et annihilèrent hybrides et Tal’darims encore fidèles au dieu noir. Les troupes de l’Alliance étaient rapidement passées à l’action. La purge de tout forme de culte envers Amon avait commencé et elle se faisait de manière impitoyable à la grande admiration des Tal’darims.

-Allez, cria Silvie, démolissez-moi ces monuments ridicules.

Un coup de poing psionique fit effondrer l’immense structure qui faisait bien dix fois sa taille. Une troupe de Tal’darims se mit à applaudir l’exploit.

-Bravo ! Quelle puissance !

-Je sais, répondit Silvie en craquant ses doigts. Sachez qu’on ne se battait pas à pleine puissance. Faute de quoi, j’aurais démoli des villes.

Les Protoss eurent immédiatement des frissons dans tout leur corps. Aucun d’eux ne voulut défier les serviteurs des Ténèbres par crainte de subir leur puissance. De son côté, Diethard approcha les hautes-sphères nouvellement nommées de la société des Tal’darims.

-Mesdames, dit Diethard, suite au Rak’Shir, vous êtes montées aux plus prestigieuses places de la Chaine de l’ascension. Une réaction ?

-Ce n’était pas une surprise, répondit Ji’nara. De toute façon, ce titre m’était acquis depuis le début du Rak’Shir.

-Moins de hiérarchie au-dessus de moi et plus de liberté, dit Eoris.

-Je ne te comprendrais jamais, soupira Ji’nara. Comment peux-tu ne pas désirer le sommet ? Tu es forte. Bien plus que moi.

Touchée au vif, Eoris envoya son Mentali sur Ji’nara qui montra une terreur inexplicable devant le petit pokémon qui semblait être adorable.

-Pour information, répondit Eoris, le pouvoir est une chose que je ne convoite pas. C’est à cause de ça que grand nombre de nos frères sont mort aussi inutilement. Tout ça pour une gloire éphémère et presque impossible à atteindre. Joue bien avec Mentali.

-Enlève cette sale bestiole !!!

-Mentali !

Le petit pokémon se rapprocha de la tête de la première aspirante pour lui montrer son affection. Ce qui n’était pas du gout de la concernée.

-Retire-la !!

-Non, répondit Eoris. Juste pour mon plaisir de voir ma sœur être terrifiée à la simple vue d’un gentil pokémon affectueux.

-C’est votre sœur, demanda Diethard intéressé par la révélation.

-Ma jeune sœur, précisa la seconde aspirante. Par moments, elle a bien besoin qu’on la recadre un peu.

-Oui mais elle est assez grande pour s’occuper d’elle.

-Complexe de grande sœur, se défendit Eoris.

-Mais, fit remarquer le journaliste androïde, si vous êtes aussi fortes, pourquoi ne pas être devenue haut-seigneur ?

-Comme dit précédemment, le pouvoir ne m’intéresse pas, expliqua Eoris. Ensuite, il y a deux Tal’darims dont je ne veux pas avoir comme ennemi car trop dangereux pour moi. Le premier était Ma’lash et le second Alarak.

Un rapide temps de réflexion permit de comprendre la réticence d’Eoris. Ma’lash était un être puissant et cruel. En cas de défaite face à lui, le haut-seigneur se serait pris à Ji’nara, sa sœur. Alarak était aussi puissant et impitoyable que son prédécesseur mais il était plus fourbe. Une menace plus dangereuse que Ma’lash lui-même.

-Donny Vermisseau en direct des studios de l’UNN, disait la marionnette sur tous les écrans du Dominion. Retrouvons Diethard sur la planète Slayn concernant les retombées de la révolte des Tal’darims. Diethard ?

-Oui, Donny, répondit Diethard en apparaissant à l’écran, toute force loyale à Amon a été éradiquée. La très grande majorité des Tal’darims a choisi de rallier au nouveau haut-seigneur plutôt que de refuser son autorité obtenue dans les règles de leur peuple.

-Du moins, jusqu’au prochain Rak’Shir. Sinon, quels projets pour le nouveau leader des Tal’darims ?

-Plusieurs sources m’ont informé qu’Alarak comptait mener son peuple à la guerre contre Amon pour sa trahison et ses millénaires de mensonges.

-Donc, les Tal’darims vont se joindre à notre cause.

-En fait, Alarak aurait demandé qu’on le serve, répondit Diethard avec dégout. Fort heureusement, d’après nos sources, le hiérarque a réussi à le convaincre de joindre ses forces aux siennes. Donc, oui, Alarak est officiellement notre allié.

-ça fait plaisir à entendre, jubila la marionnette. Par contre, je reste surpris qu’Amon ait pu commettre la folie de trahir ses plus fidèles serviteurs et de les traiter avec aussi peu de considération.

-Une autre source apporte une réponse à la question. Amon n’a d’intérêt que pour ses hybrides. À ses yeux, les Tal’darims font partie des créations des Xel’Nagas et doivent souffrir et mises en échec comme les autres.

-Êtes-vous en train de parler des motivations d’Amon, demanda Donny. Si oui, détaillez-les.

-Il clame vouloir mettre fin au Cycle éternel qui ne fait qu’engendrer souffrance mais ce n’est qu’une façade. Il dissimule derrière ce discours de forts sentiments de haine et de rancune envers les Xel’Nagas. Seule notre destruction suffirait à l’apaiser. Les hybrides qu’il crée sont la perfection qu’il recherche. Comme je l’ai déjà, Amon veut que tout ce qu’ont créé ses semblables soit anéanti et ses habitants souffrent le plus possible.

-Merci, Diethard, dit Donny. Nous sommes les premiers à le dire, la stupidité et la folie d’Amon n’ont pas de limites.

Sur Slayn, se produisait un bien étrange attroupement. Des Tal’darims venaient de toutes parts pour aller voir César Crown qui présentait son projet loufoque.

-Oye ! Oye ! Tal’darims ! Amon vous a mentis en vous promettant le rang d’hybride mais ce n’était que la poudre aux yeux. Néanmoins, moi, César Clown, Bras Droit de la Folie, peut vous permettre d’accéder à ce rêve insensé !!!

Des murmures se répandirent dans la foule. Cet homme, aider les Protoss à devenir des hybrides ? Insensé !! Pourtant le scientifique allait leur apporter la preuve du contraire.

-Je vous l’accorde, dit-il, le résultat ne sera pas aussi exceptionnel que les hybrides d’Amon. Toutefois, ça restera intéressant à voir. Je ne vous cacherais pas aussi que ma solution aura besoin de courageux volontaires mais j’ignore encore ses effets secondaires en l’absence de cobayes.

Le scientifique gazeux expliqua en détails les propriétés de ses smiles. Pour une partie de son public, ça semblait prometteur. César avait modifié sa recette pour que les Protoss puissent assimiler les propriétés de ses smiles. Sans oublier d’expliquer le moyen de faire manger ces fruits artificiels aux Protoss qui n’avaient pas de bouche.

-Comme dit précédemment, reprit César Clown, mes smiles pour Protoss n’ont pas été expérimentés faute de cobayes. Aussi, je me tourne vers vous pour poser la question. Qui est prêt à risquer sa vie pour acquérir un nouveau pouvoir ? Rassurez-vous, vous serez suivis scrupuleusement afin de s’assurer de votre état de santé. Vous êtes libres de choisir mais soyez conscients des risques et que vous pourriez ne plus pouvoir combattre. L’Alliance fera le maximum pour vous guérir.

Cela ne prit pas longtemps pour que des Tal’darims se présentèrent pour participer au dangereux projet. Afin d’évaluer au mieux les effets des smiles, César sélectionna des soldats selon leur grade et leur expérience. Au loin, Téléris et Dunkelion observaient les expériences malsaines commencer.

-Ce type sait exploiter les faiblesses des autres pour arriver à ses fins, soupira Téléris.

-Il leur a quand même parlés des risques, rétorqua Dunkelion. Mais admettons que ces smiles spécial Protoss s’avèrent fiables, cela changerait-il ton opinion ?

-Absolument pas, répondit le haut-templier. Même si ses effets sont temporaires et ses effets secondaires négligeables, je refuse qu’on utilise une telle puissance. Ce serait donner raison à Amon qui crée des monstres semblables. Nous n’avons pas besoin de ces abominations  pour gagner.

Une opinion assez rude mais Téléris n’avait pas un avis très favorable sur les hybrides. Surtout quand celui-ci avait failli finir en matière première pour ces monstres si Mathio n’était pas passé dans le coin. Depuis, Téléris s’était juré d’éradiquer chaque hybride de la surface de l’Univers.

La révolte étant terminée, l’Alliance Démoniaque se retira pour revenir sur les fronts légèrement délaissés. De leur côté, les Tal’darims terminèrent de se préparer à la guerre pour affronter leur véritable ennemi : celui qui s’était joué d’eux et les avait poussé à s’entretuer pour son petit plaisir malsain. Les flottes de mort vinrent grossir la flotte d’Artanis qui pouvait enfin partir. Partir pour Aïur serait prématuré et il restait encore une chose à faire avant de se confronter à l’Armada Dorée.

Sur les passerelles de la Lance d’Adun, on pouvait assister à une scène assez farfelue. Eoris s’était précipitée vers le couloir où étaient logés les pokémons de Mathio. Elle se prenait un grand plaisir à s’occuper d’eux trouvant certains adorables.

-Pourquoi je ne suis pas surprise, soupira Ji’nara en prenant ses distances avec les créatures qui la terrifiaient.

Deux jours après le Rak’Shir, sur une planète proche du front contre l’Armada Dorée, les Poltergirls vinrent inspecter la base de César Clown. La Boîte de Pandore avait manifesté quelques inquiétudes quant aux actions du Bras Droit. Une possible dérive était à prévoir. D’où le déploiement des Poltergirls avec plusieurs bataillons d’androïdes. Sur place, elles découvrirent les Tal’darims en plein entrainement de leurs nouvelles capacités. De ce qu’elles voyaient, les smiles spécial Protoss ne présentaient aucun problème mais une confirmation ne serait pas de trop.

-Laissez-nous voir le Bras Droit de la Folie, ordonna Silvie aux gardes.

-Oui, capitaine, répondirent les androïdes en s’écartant.

Les Poltergirls pénétrèrent dans le laboratoire où César Clown travaillait ardemment sur son projet avec le commandant Omicron. Sans qu’il ait eu à se retourner, il sentit leur présence.

-Je sais pourquoi vous êtes là.

-Tant mieux, répondit Carla. Ça nous évitera de tourner autour du pot. Le projet Soldats des Lames a incorporé des Protoss.

-Les résultats sur les humains ont été encourageants, expliqua le scientifique gazeux. Aucun effet secondaire n’a été annoté durant des essais et après la dissipation des effets. Avec un tel succès, il est normal d’étendre l’expérience sur les Protoss.

-C’est justement là que ça pose problème, dit Iris. Grand nombre de Protoss se sont offusqués de la chose. Artanis lui-même a admis que cette idée n’était pas acceptable. Si les expériences persistent, cela pourrait nuire aux relations de l’Alliance avec les Protoss.

Avec ce désaccord, les projets de conquête de l’Alliance pouvaient être compromis. Connaissant la Boîte de Pandore, ils joueraient certainement la sécurité de leur ambition. César Clown le savait et devinait aisément ce qui allait être annoncé.

-Qu’ont dit les manteaux noirs concernant mon projet ?

-Ils demandent à ce que les essais sur les Protoss soient finalisés au plus vite, donna comme réponse Jennifer. Après quoi, les recherches et les smiles seront scellés en lieu sûr. Estimant votre savoir, ils savent que vous obtiendrez des résultats fiables sans mettre en péril la vie des cobayes.

-Un délai ?

-Deux semaines.

-ça me va.

-Quoi, s’offusqua Omicron. Vous acceptez qu’on mette fin à votre projet sans vous défendre ?

-Omicron, je comprends ton indignation mais si la Boîte de Pandore est intervenue, c’est que nous sommes allés trop loin. Nous avons eu d’excellents résultats. Même les smiles pour Protoss présentent des signes encourageants mais nous devons cesser cette folie avant d’être dépassés. Crois-moi, j’en ai fait l’amère expérience.

Pour Omicron, c’était injuste. Lui qui avait mis sa vie en péril pour le succès du projet Soldats des Lames, tout cela allait être rangé au placard aussi rapidement.

-Je sais que c’est frustrant, dit César Clown, mais nous devons nous conformer à la décision de la Boîte de Pandore. Et il vaut mieux leur obéir car ils seront impitoyables envers ceux qui osent obéir à des ordres qu’ils jugent légitimes de donner. Celui-là entre dans cette catégorie.

Serrant les dents, Omicron dut se résigner à accepter les ordres. Faute de quoi, il se retrouverait seul contre une organisation des Ténèbres entière. Tout à coup, l’alarme sonna. La base était attaquée. Malgré la situation assez inquiétante, le scientifique conservait son calme.

-On n’est pas loin du front. Il ne faut pas s’étonner à voir des invités surprises. Que tous les effectifs se battent. C’est l’occasion pour obtenir des données de combat pour nos cobayes Protoss.

-Très bien, répondit Omicron. Puisse-je participer directement au combat ?

-Au vu de la situation, dit César, fais-le. Que les Poltergirls voient l’aboutissement du projet, qu’elles sachent que nous avons accompli quelque chose de grand et que ça servira dans un futur proche pour l’Alliance.

Omicron opina du chef et sortit dehors. Les Poltergirls le suivirent pour découvrir la bataille. Les Soldats des Lames faisaient face aux Protoss manipulés. Amon semblait ne pas apprécié que l’Alliance Démoniaque créait ses propres hybrides. Les haut-parleurs firent résonner la voix du responsable du projet Soldat des Lames.

-A tous les cobayes ! Ici, César qui vous parle !! Afin d’évaluer nos nouveaux arrivants, je leur ordonne de trancher les cordons nerveux de nos adversaires en minimisant les blessures sur eux. Bien sûr, si vous n’y arrivez pas, tuez-les mais ça voudrait aussi que vous ne soyez pas vraiment doués. Je peux même dire que vous manquez cruellement d’habilité au combat. Un mec qui réussit un challenge difficile malgré un handicap est digne d’être qualifié de fort.

-Ouh, le vilain, se moqua Iris. Il doit bien taper sur l’orgueil des Tal’darims.

-Je me demande quelle sera leur réaction, ajouta Carla.

En effet, les Tal’darims prirent mal cette remarque et déclarèrent ouvertement la libération des Protoss contrôlés. Usant de leurs nouveaux pouvoirs, ils prirent de court leurs adversaires incapables de les suivre. Leur force et leur vitesse dépassaient de loin celle d’un Protoss moyen. Voyant cela, Amon s’enragea.

-Pitoyables traitres, aboya Amon par l’intermédiaire de ses esclaves, vous retourner contre votre dieu est une erreur. Jamais vous n’accèderez à l’ascension.

-Mais depuis le début, vous aviez prévu de ne pas faire les Tal’darims des hybrides, répondit César depuis sa position. Votre pseudo-ascension n’est que mort et désolation. Ces braves gars n’ont pas signé pour une fausse promesse. Ce que vous leur avez promis, je leur offre. Ne vous étonnez pas qu’ils suivent nous et plus vous. En attendant, admirez la puissance de mes smiles car ce sera la dernière fois qu’ils seront déployés sur le champ de bataille.

Les Poltergirls regardèrent de loin. Les Tal’darims montraient clairement qu’ils savaient se battre. Ils ne se contentaient pas d’agiter leurs lames dans tous les sens mais aussi faisaient preuve d’agilité grâce à leurs nouvelles capacités. Tout à coup, une explosion attira l’attention des fantômes qui eurent une surprise de taille. Le commandant Omicron s’était transformé en humain Zerg. Sur son dos, étaient greffées de grandes ailes de dragon. Même sa tête ressemblait à celle de Sylvestre

-Mesdemoiselles, annonça le scientifique gazeux, j’espère que vous appréciez le Smile du Zerg ultime, le dragalisk. C’est nouveau, ça vient de sortir. Basé sur la forme dragon de Sylvestre, l’Essaim a souhaité créer cette nouvelle variété de Zerg. Toujours en projet. Naturellement, j’ai demandé à créer un Smile sur ce Zerg. Avec l’accord de la Boîte de Pandore, de Kerrigan et de Sylvestre !! Admirez cette puissance qui va égaler les hybrides !! Commandant Omicron, en avant !

Sur cet ordre, le commandant Omicron se jeta sur ses adversaires. Un lariat fit violemment reculer un immortel. Des zélotes contrôlés chargèrent sur lui mais le commandant esquiva en haut dans les airs. Ses ailes lui permirent de rester dans le ciel mais des tirs de dragons tentèrent de l’abattre.

-Vous l’avez cherché, dit Omicron qui prit sa forme Zerg.

Un dragon Zerg semblable à Sylvestre sous cette forme mais légèrement plus petit. Un coup de queue balaya les troupes ennemies. Même les fiers Colosses ne furent pas de taille face au Dragalisk. Reprenant sa forme hybride, Omicron trancha les cordons nerveux sans que les Protoss contrôlés puissent réagir. Des Dragons arrivèrent pour submerger leur unique adversaire de tirs. Seulement, Omicron cracha un puissant jet de lave qui mit à mal le blindage des Protoss. Le reste ne fut que formalité.

 -Et voilà le travail.

-Très impressionnant, commenta Silvie en arrivant. Si ce nouveau Zerg apparait sur le champ de bataille, il fera des ravages parmi les rangs de l’ennemi.

-Malheureusement, répondit Omicron en assommant sans se retourner un adversaire qui tentait de le prendre par derrière, Abathur n’a pas encore fini de synthétiser la séquence ADN du dragalisk. J’ai entendu dire qu’il était furax quand il a appris qu’on avait terminé avant lui.

-Le scientifique de l’Essaim a sa fierté, dit Jennifer. Il déteste qu’il y ait des gens qui soient supérieur dans son domaine de prédilection.

-Simple question, demanda Iris. Ce Smile est-il en producteur ?

-Vu la quantité d’ADN nécessaire pour fabriquer des smiles de qualité, répondit Omicron qui continuait à se battre comme si tout était normal d’avoir une conversation en même temps, nous n’avons que peu de smiles de dragalisk. C’est pourquoi nous menons intensément l’étude sur ce Smile. Quel dommage que le projet doive fermer. J’espère que les deux semaines suffiront à terminer.

-Le Bras Droit de la Folie saura accomplir la tâche demandée, assura Carla. Soyez certains que la Boite de Pandore saura pour le dévouement dont vous aurez fait preuve pour ce projet. Et concernant la bataille ?

Elle était déjà terminée. Entre les troupes de l’Alliance et les cobayes du projet, l’ennemi fut facilement repoussé dû à son faible nombre. Probablement, une troupe séparée de la flotte principale. Leur victoire assurée, César Clown vint annoncer la décision de la Boîte de Pandore au grand dam des Tal’darims. Néanmoins, le scientifique gazeux sut trouver les mots pour les remotiver à terminer le projet.

-Merci pour votre travail, dit Xezbeth après avoir entendu le rapport des Poltergirls. Repartez sur le front. Les troupes du Dominion auront bien besoin de votre aide. Exécution !

-Alors, demanda Zagan.

-Comme prévu, César a obtempéré. Une bonne chose qu’il n’ait pas choisi de continuer les recherches en douce.

-Il n’oserait pas, assura Zabulon. Mon Bras Droit sait ce qui attende ceux qui font n’importe quoi. On ne plaisante pas avec notre règlement.

-N’empêche, intervint Jessonia, ça doit être dur pour eux. Ils se sont grandement investis dans ce projet qui a apporté des résultats dépassant toutes les attentes.

-C’est injuste, admit Mathio. Seulement, nous devions faire un choix. Céder ou nuire à nos relations avec les Protoss. Néanmoins, l’affaire sera vite classée et oubliée de tous. Tout ce qui restera à faire, c’est d’attendre qu’une occasion se présente pour utiliser les smiles. En attendant, assistons à la fin de cette guerre.

Conformément aux ordres d’Artanis, Vorazun avait déployé ses templiers noirs. Ces derniers avaient suivi les soldats du contingent Möbius jusqu’à la ceinture d’astéroïdes de Ravanscar. C’était là où se trouvait leur base où les esclaves d’Amon fabriquaient les hybrides. Le champ était si instable que la Lance d’Adun ne pouvait pénétrer à l’intérieur. Néanmoins, de plus petits vaisseaux comme des portes-nefs pouvaient atteindre la station et la détruire. Artanis donna l’ordre de partir à l’assaut de l’installation. Arrivée aux abords du champ d’astéroïdes, la Lance d’Adun s’arrêta à plusieurs kilomètres de la station qui était à vue.

-Préparez les vaisseaux au combat, ordonna Artanis.

-Hiérarque, informa un zélote aux commandes, les appareils du contingent Möbius ne se placent pas en formation d’attaque.

-Il y a quelque chose de louche, commença à s’inquiéter Artanis.

Son pressentiment se confirma rapidement par un violent flash et des violentes secousses sur le vaisseau qui s’en suivirent.

-Notre bouclier est percé, alerta Karax. Nous relevons des signatures de camouflage sur les passerelles inférieures. Elles se dirigent vers le pont !

Un autre flash éblouit les Protoss. Plusieurs cuirassés Terrans encerclaient la Lance d’Adun et se préparaient à l’abordage.

-Templiers, avec moi, cria Artanis. Nous ne laisserons pas la Lance d’Adun tomber. Karax, nous ne pouvons laisser cet assaut interférer avec notre plan. Le contingent Möbius ne s’attend pas à ce que nous contre-attaquions. Même si vous n’êtes pas un combattant, vous connaissez leurs défenses mieux que personne. Je vous confie donc cette tâche, forge-phase. Dirigez nos portes-nefs contre cette installation, pendant que mes guerriers tiennent cette position !

-À vos ordres, hiérarque, répondit Karax après avoir frissonné devant le sombre regard d’Alarak à son égard.

Sortant de la salle, Artanis, accompagné d’Alarak et de Vorazun, rassembla un groupe de guerriers et partit à la rencontre des envahisseurs. Il ne leur fallut pas longtemps pour les trouver. Des spectres et des marines leur tombèrent dessus mais ayant perçu leur présence, les Protoss limitèrent les blessures. Des simples d’esprit ne furent pas de taille à l’incroyable agilité de Vorazun, la férocité d’Alarak et le courage d’Artanis.

-Parfait, dit Artanis, cette zone est sécurisée.

Une explosion se produisit à un couloir voisin. Se rendant sur place, Artanis et son groupe découvrirent des troupes du contingent complètement en déroute par les pokémons de Mathio. Téléris les menait habilement pour résister aux assauts furieux du contingent.

-Téléris, demanda Artanis, est-ce que ça va ?

-Oui, hiérarque, affirma Téléris. Et c’est grâce aux pokémons. Ils ont immédiatement senti la présence du contingent Möbius quand ils sont passés à proximité d’ici.

-Incroyable, observa Vorazun. Je n’aurais jamais cru que de telles créatures puissent mettre à terre le contingent.

-Les pokémons ne sont pas comme les Zergs, expliqua Eoris en arrivant. Ils sont doués pour le combat. C’est pour ça que j’en ai pris avec moi. Mentali, attaque Psyko sur leurs armes.

Le petit pokémon utilisa ses puissants pouvoirs psychiques pour désarmer le Contingent Möbius. Eoris et plusieurs guerriers éliminèrent l’ennemi sans arme. Mentali ne montra aucun dégout. Certainement habituée.  

-Bien, dit Téléris, je vais avoir besoin de têtes pensantes pour les guider dans la bataille. Chaque Protoss prend six pokémons et les mènent au combat.

Tous prirent le maximum de pokémon chacun et repartirent à la recherche d’ennemis. Téléris leur avait donné des pokédex pour qu’ils aient accès aux informations liées aux pokémons. Alarak tomba sur un régiment d’ennemis. Ayant un fantôme noir appelé Darkrai à ses côtés, il donna un ordre.

-Darkrai, attaque Trou Noir !

Seulement, ce n’était pas ce qu’il imaginait. Au lieu de les voir aspirés et disparaitre, il les vit endormis une fois plongés dans le trou noir. Au moment de se fâcher, le haut seigneur observa l’agitation des soldats endormis. Ils semblaient vivre un très mauvais sommeil. Consultant le pokédex, Alarak découvrit la cause. Le talent Mauvais Rêve de Darkrai causait ces horribles cauchemars les tuant à petit feu.

-Là, tu deviens vraiment intéressant, dit Alarak à Darkrai.

Artanis combattait aux côtés de Gallame, Lucario, Deoxys, Scarhino et Alakazam. Vorazun utilisait la puissance du redoutable Carchacrok pour repousser les véhicules de combat du contingent. Un élégant Absol la suivait de près et couvrait ses arrières avec grâce.

-Je dois admettre qu’ils sont forts, dit Artanis. Mathio les a bien entrainés.

-En effet, confirma Téléris.

Artanis jeta la ball qui libéra un pokémon imposant. Il ressemblait à un qilin de couleur blanche avec un ventre strié verticalement et de couleur grise. Ses pattes se terminaient par des sabots pointus et dorés. Une roue dorée en forme de croix était relié à son abdomen. Une longue crinière s’échappait de sa tête. Son visage était gris avec des yeux verts et des pupilles rouges. Téléris consulta le pokédex et découvrit avec stupeur la nature de ce pokémon. Arceus, le dieu des pokémons.

-C’est un dieu, s’écria-t-il.

-Comment Mathio a-t-il pu capturer une créature pareille, demanda Vorazun.

-Je l’ignore, avoua le haut-templier, mais l’avoir à nos côtés est une bonne chose.

-Arceus, jubila Eoris en extase.

En effet, Arceus lança une puissante attaque Jugement qui balaya les dizaines de soldats de Möbius. Effectivement, la puissance d’Arceus était si grande qu’elle décimait des armées à lui tout seul. Des hybrides tentèrent de contrôler Arceus qui résista sans peine. Sa roue et ses sabots changèrent soudainement de couleur pour du noir. Suite à ça, il lança à nouveau Jugement qui avait aussi changé de couleur et fit de lourds dégâts sur les hybrides.

-Que s’est-il passé, demanda Artanis.

-Arceus a changé de plaque, expliqua Téléris. Ce qui a changé son type et Jugement varie son type selon la plaque portée.

-Changer de type, s’étonna le hiérarque, c’est bien là une capacité divine.

De son côté, Eoris appela deux pokémons qui lui étaient bien familiers : Dialga et Palkia. Les deux dragons capables de contrôler le temps et l’espace. Leurs puissantes attaques signatures annihilèrent les hybrides impuissants. Eoris se riait de pouvoir utiliser la puissance de ces pokémons incroyables.

Au noyau solaire, Dunkelion surveillait la Clé avec des pokémons de type Plante. Si son ami avait vu juste, le contingent Möbius allait débarquer ici pour reprendre la Clé. Les attaques sur les ponts n’étaient que diversion. De plus, le noyau solaire alimentait toute la Lance d’Adun. Perdre ce point stratégique équivaudrait à perdre la bataille. Soudain, la porte s’ouvrit mais personne n’entrait. Des spectres en mode camouflage.

-Inutile de vous cacher, provoqua le templier noir. Je sais que vous êtes là.

-Péris dans les flammes, lança un spectre.

Cela n’intimida pas Dunkelion qui ordonna un Para Spore. La poudre tomba sur les spectres qui furent paralysés en la respirant. Mieux encore, la poudre s’était déposée sur eux révélant leur localisation.

-À présent, cria Dunkelion, Lance-Soleil.

Tous les pokémons de type Plante concentrèrent l’énergie émise par le noyau solaire. D’ordinaire, il leur aurait fallu plus de temps mais proches d’une étoile, le temps de chargement fut court. Les tirs envoyèrent voler les intrus hors du noyau solaire. Des zélotes arrivèrent en renfort et éliminèrent les survivants.

Sur la station, Karax menait son combat. Il avait installé son campement sur une plateforme mobile. Une excellente idée avec les faibles ressources à proximité. Une importante flotte de portes-nefs déferla sur les noyaux d’énergies de l’installation. En arrivant devant le dernier noyau d’énergie, Karax reçut un message d’Artanis.

-Karax, les cuirassés du contingent Möbius désertent le périmètre de la Lance d’Adun…

-Oui, répondit le forge-phase, je crois que je les ai trouvés. Mais c’est sans importance, nous ne nous laisserons pas décourager.

En effet, les cuirassés en question débarquaient par hyperespace près du noyau d’énergie afin de le protéger. Face à la redoutable flotte de Karax, ils furent impuissants et ne purent l’empêcher de détruire le noyau d’énergie.

-Le dernier noyau d’énergie a été détruit, informa Karax. Nous devons frapper maintenant ! Hiérarque, la Lance d’Adun est-elle en sécurité ?

-Oui, confirma Artanis. Nous avons repoussé les intrus avant qu’ils atteignent le noyau solaire. Les commandes de notre arsenal sont entre vos mains.

-C’était un honneur de vous servir, répondit Karax préparant les tirs. Feu à volonté !

La Lance d’Adun tira. La base du contingent Möbius explosa dans tous les sens. Ses habitants furent tués dans les explosions.

-La fabrique d’hybrides d’Amon n’est plus que ruines, dit Artanis à ses conseillers et exécuteurs. Son armée est brisée. Et pourtant, pendant un bref instant,  nous sommes restés en équilibre au bord du gouffre. Si nous n’y sommes pas tombés, c’est grâce à la bravoure d’un Templier. Au milieu des Ténèbres, j’ai vu une lumière… J’ai un espoir rebelle.

Karax entra dans la salle. Il fut amené devant Artanis et ses conseillers. Ce dernier avait pris une décision qui allait changer les coutumes des Daelaams.

-Karax des Khalai, vous êtes né artisan d’une caste d’ingénieurs. Mais désormais, vous êtes devenus un guerrier. Aujourd’hui, il apparait que l’ère des castes est arrivée à son terme. Aujourd’hui, nous devons tous devenir des Templiers !

Après cette cérémonie, la Lance d’Adun reçut la visite de la Team Rocket. La garde personnelle de Mathio était venue récupérer ses pokémons à la grande déception de certains intéressés. À commencer par Alarak.

-Rendez-les, demanda un sbire Rocket. Ils ne sont pas à vous.

-Je ne vois pas de quoi vous voulez parler, répondit Alarak d’un air innocent.

-Pas de ça avec nous, répondit un capitaine Rocket. Tous ces pokémons sont équipés de mouchards et les signaux pointent votre position. Résistez ou vous allez le regretter.

Dépité, Alarak remit les derniers pokémons. Vorazun soupira. Elle s’était habituée à la présence de ces charmantes créatures qu’elle n’aurait jamais crues capables de se battre. Même Eoris ne voulait pas se séparer de ses nouveaux amis. Pendant ce temps, Artanis se rendit à la commanderie se confronter à Amon.

-Tu me déçois, Artanis, disait Amon qui possédait une nouvelle fois Rohanna. Tu cherches à préserver cette existence impure, mais tu ne m’arrêteras pas.

-Amon, répondit Artanis. J’ai détruit votre armée Terrane, éradiqué votre usine à hybrides, acquis vos serviteurs à ma cause. Il ne me reste plus qu’à vous anéantir.

-Misérable impudent, répondit agressivement Amon. Tu n’es rien face au salut que j’apporte ! Vous viendrez sur Aïur et mourrez.

Soudain, le corps de Rohanna se mit à nouveau à convulser. Son légitime propriétaire avait encore réussi à chasser le dieu noir de son corps.

-Il… il est parti, dit-elle essoufflée. Il est tellement arrogant. Pendant qu’il voyait par mes yeux, j’ai pu de même voir par les siens. Sa forme physique est presque terminée, et il attend maintenant notre retour. Il projette d’envoyer la flotte amirale contre nous. Il existe un moyen de l’éviter… Nous devons détruire la matrice sacrée qui aliment Aïur, sans quoi nous serons perdus.

-S’il compte utiliser l’Armada Dorée pour nous empêcher de détruire son corps, répondit Artanis, alors vous avez raison. Il est essentiel de détruire la matrice psionique. Votre lien s’est finalement avéré utile, mais il est temps de s’affranchir d’Amon. Tranchez votre lien avec le Khala.

-Je devrais renoncer à tout ce que je sais, disait-elle l’air attristé.

-Ne restez pas enchaînée au passé, Rohanna, dit Artanis. Entrez avec nous dans ce nouvel âge. C’est la seule issue.

Sur ces mots, Artanis libéra Rohanna de sa cellule de stase. La grande conservatrice fit transférer une lame-psi et s’écria avant l’acte :

-Pour les Daelaams !

Sa large chevelure fut séparée de son corps et tomba au sol tel une masse. Faisant route vers Aïur, Artanis et Rohanna établissaient le plan d’action avec les autres commandants. Amon avait presque terminé son corps. Par chance, l’Armada Dorée était partie attaquer les mondes du Dominion. Seulement, si on attaquait immédiatement le corps d’Amon, ce dernier rappellerait illico ses esclaves Protoss. Le meilleur moyen de les retarder était de détruire la matrice psionique. Ce qui désactivera le réseau de transfert et empêchera le rappel par transfert de l’Armada Dorée. En orbite de la planète-mère, Artanis envoya Vorazun et Alarak détruire le premier mégalithe de puissance à Antioche, dans la citadelle de l’exécuteur. Les Zergs grouillaient dans la zone mais ils ne furent pas de taille à ces deux guerriers leaders de leur faction. Alarak démontra une fois encore sa grande puissance avec un tir d’énergie qui traversa la porte blindée et détruisit le mégalithe. Suite à cette victoire, Vorazun prévint les autres de leur succès.

Fénix et Karax arrivèrent au terrain d’un ancien temple. Malheureusement, de puissants hybrides furent postés en faction pour défendre le second mégalithe. Karax exploita ses recherches sur le Vide pour prendre le contrôle de toutes les unités mécaniques qu’ils croisaient pour lever une armée. Curieux, Fénix demanda si Karax pouvait le contrôler. Amusé, le forge-phase répondit qu’il pourrait le purifier de l’influence néfaste du dieu noir. Avec leur armée rapidement formée, ils nettoyèrent la zone et purent détruire le mégalithe en toute tranquillité. Seulement, cette destruction causa une vague psionique sur la planète pouvant détruire tout Protoss à la surface. Dans les grottes Xel’Nagas, Artanis se prépara à partir vers le dernier mégalithe. Ses commandants envoyèrent des renforts lui prêter main forte. Il fallait faire vite car ils avaient la vague psionique aux fesses. Ce n’était pas les Zergs qui les arrêtèrent car le dernier mégalithe fut détruit. La première étape du plan était un franc succès. Maintenant au corps d’Amon.

Au moment de partir au combat, les lumières du pont s’éteignirent. Artanis aurait oublié de payer la facture ? Non, c’était Amon venu le narguer.

-Tes actes n’ont pas échappé à ma vigilance, Artanis. Je n’ignore rien de tes plans… et tu arrives trop tard. (La vision de son corps apparait dans l’esprit d’Artanis.) Contemple la forme de ton dieu. Le point culminant d’un cycle qui a débuté avec la naissance des étoiles. Comme je fus votre origine, je serai votre fin. Tu dois savoir la vérité, Artanis : ton peuple, tes croyances, ton Khala… Tout n’est que mensonge. Il ne reste rien de vous.

-Vous avez torts, répondit Artanis toujours vaillant. Nous sommes enfin libres de devenir meilleur, et vous ne nous arrêterez pas. Préparez-vous à subir la colère des Premiers-Nés !

Les troupes d’Artanis débarquèrent à proximité du corps du Maître-Esprit. C’était là où Amon avait créé son corps. Fort heureusement, il était encore endormi et absorbait de grandes quantités d’énergie du Vide. Dans cet état, il était invulnérable à tout l’arsenal conjugué de la flotte. Pour arrêter ces flux, il fallait détruire les cinq fragments du Vide disséminés dans la zone. À proximité des fragments, des failles qui invoquèrent des entités du Vide. À la différence de celles rencontrées à Slayn, elles pouvaient se battre à leur pleine puissance qui était égale à celle des originaux qu’elles imitaient. La bataille fut ardue. En plus des entités du Vide qui protégeaient les fragments, ces derniers émanaient des énergies nocives qui tuaient à petit feu les troupes Protoss. Par chance, ils trouvèrent des zones qu’ils devaient nettoyer pour permettre à leurs alliés d’installer leurs bases et d’envoyer des troupes pour soutenir Artanis. Finalement, les cinq fragments du Vide furent détruits. Amon n’eut pas d’autre choix que de réveiller son corps. Ce dernier tira un puissant rayon sur la base d’Artanis. Néanmoins, il était vulnérable. Tous les vaisseaux en orbite ouvrirent le feu. Une déferlante de tirs s’abattit sur le corps d’Amon qui fut réduit en cendres. Karax le confirma par la chute des niveaux d’énergies du Vide. À présent, il fallait se préparer pour la dernière bataille.

 Avant de partir pour cette bataille qui allait les confronter à leurs frères soumis au dieu noir, Artanis fit rassembler son armée pour un discours de la plus haute importance.

-Mes frères, écoutez-moi bien, car il nous reste peu de temps. Tout ce qui reste de notre race et de notre civilisation, c’est ce que vous voyez autour de vous, et ceux qui ont été corrompus sur la surface de ce monde. Notre peuple était le protecteur d’une galaxie pleine de promesses. Nos divisions et notre orgueil nous ont fait faillir à cette tâche sacrée et nous ont conduits à la ruine. Le Khala, conçu pour offrir l’unité, a fini par accentuer ces divisions. Son espoir était mensonger. Aujourd’hui, ce mensonge doit cesser. Et avec lui, nous devons faire de nos préjugés et de notre arrogance des choses du passé. Car aujourd’hui, nous combattons maintenant pour démontrer que notre histoire n’est pas achevée. Que les Protoss peuvent se rallier à l’idée d’union. Que les Protoss sont capables de fonder une nouvelle grande civilisation ! Faites-vous confiance dans le combat qui s’annonce. Frappez avec une même volonté ! Que notre bataille laisse une trace si brillante que, quelle qu’en soit l’issue, nous ne soyons pas oubliés de toute l’éternité !

Le plan d’Artanis était simple. Ils allaient défendre la Clé le temps qu’elle chargeait. La chose faite, elle absorbera toute l’influence néfaste d’Amon dans le Khala libérant les Protoss. Seulement, cela ne le retiendra pas éternellement. Il fallait immédiatement convaincre ces Protoss de retirer leurs cordons nerveux. Même si c’était le hiérarque qui l’ordonna, ils accepteront difficilement l’ordre. Le Khala était une chose qu’ils chérissaient depuis l’enfance. Les armées d’Artanis s’étaient mises en place dans un ancien temple où ils pourraient défendre aisément.

-Haut-templier Téléris, observa Artanis, avez-vous peur ?

-Oui, avoua Téléris. Quand nos frères et sœurs arriveront, je ne saurais comment réagir.

-Je ressens la même peine, répondit le hiérarque, mais nous devons les détruire. Pour notre survie et la leur.

Téléris comprenait. Il ne put s’empêcher de prier Don Stygian de leur accorder la victoire. L’enjeu était de taille. La survie de leur race et leur liberté ou l’extinction. Chaque exécuteur installa ses troupes à chaque entrée du temple pendant qu’Artanis apportait son soutien à ses alliés. Très vite, la bataille commença. Amon envoya d’abord  grand nombre de Zergs les anéantir mais il ne s’arrêta pas là. L’armada Dorée arriva avec un régiment de troupes. Le cœur chagriné, les Protoss libres les tuèrent.

-Vous dites vouloir sauver votre peuple, nargua Amon par Sélendis, mais vous n’en êtes que les bouchers…  Il n’y aura que désolation.

Alors que la bataille continuait, Rohanna contacta Artanis pour l’informer des attaques furieuses de l’Armada Dorée sur la Lance d’Adun.

-Ce vaisseau, dit Amon, est un emblème de votre espoir. Votre foi n’est que mépris.

D’autres vagues de l’Armada Dorée se succédèrent mais sans succès. Les défenses tinrent le coup. Soudain, des fragments de vaisseau tombaient sur le camp.

-Faibles, impuissants, disait Amon. Capitulez.

Rohanna appela Artanis. La Lance d’Adun avait perdu une de ses capacités sous les attaques de la flotte amirale. À mesure que les combats continuaient avec violence, Amon crachait son venin.

-Où jadis naissait l’espoir, tout sera englouti par les flammes purificatrices.

Une nouvelle fois, la Lance d’Adun perdit une autre de ses capacités. De l’autre côté, la Clé fut à moitié chargée. Il fallait continuer à résister.

-Je reforgerais l’Univers tel qu’il aurait dû être… parfait.

Quelques instants après, une troisième capacité de la Lance d’Adun fut perdue. En bas, les trois entrées furent simultanément attaquées. Sans le soutien d’Artanis, elles auraient cédé. Mais les pertes furent lourdes et pourtant, personne ne voulait capituler.

-L’Armada Dorée, disait Amon. Symbole éclatant de votre arrogance. Que votre orgueil soit votre perte.

La Lance d’Adun perdit sa dernière capacité de soutien. Les vaisseaux de l’Armada Dorée se jetaient de front sur la Lance d’Adun. Les dégâts sur cette dernière étaient très lourds. À présent, les Protoss libres étaient sans soutien.

-Tu as leur sang sur les mains, Artanis. Sauveur factice. Ton hérésie sera leur mort.

Cette fois, ce fut toutes les troupes de l’Armada Dorée qui furent lancées contre la Clé. La dernière ligne droite de la bataille qui commença à devenir désespérée. Mais c’était sans compter la bravoure d’Artanis qui motiva les troupes à garder leur moral et à continuer le combat jusqu’au bout.

-La matrice d’énergie est chargée, informa Karax. La Clé est prête, hiérarque !

-Guerriers, ordonna Artanis, repliez-vous autour de la Clé. Qu’ils viennent à nous !

Artanis repoussa son adversaire mais un autre chargea telle une furie. C’était Sélendis.

-Sélendis, s’écria Artanis en la voyant et en contrant ses rapides attaques. Écoutez-moi !

Au même moment, la Clé s’ouvrit et libéra une onde de choc psionique qui atteignit tous les Protoss. Puis, elle revint à son point d’origine en aspirant l’influence d’Amon matérialisée par des énergies rouges sortant des cordons nerveux. La Clé absorba les énergies rouges avant de se reformer.

-Sélendis ! Templiers, cria Artanis aux anciens esclaves d’Amon. Débarrassez-vous d’Amon ! Tranchez vos cordons nerveux !

-Non, s’écria Amon en tentant de se libérer de sa prison qui laissa échapper des éclairs rouges. Nous sommes unis dans le Khala.

-Sans le Khala, demanda Sélendis désespérée, qu’allons-nous devenir ?

-Libres, répondit Artanis avec conviction. Croyez-moi !

Sélendis regarda ses cordons nerveux. Elle avait vu les horreurs qu’elle et ses semblables avaient commis. Ils avaient voulu s’opposer mais la volonté d’Amon fut la plus forte. Leurs frères libres avaient tout risqué pour les sauver. Refuser de les écouter réduirait à néant leurs efforts. Sans hésiter, elle trancha ses cordons nerveux. C’était douloureux mais elle savait qu’on l’aiderait à se remettre de cette perte. Artanis l’aida à se relever.

-En taro Artanis, s’écria Sélendis.

Ce cri encouragea les autres templiers à couper leur lien avec le Khala. Ils avaient perçu les pensées de leur exécutrice. Ils devaient le faire. La Clé se brisa mais il était trop tard. Il n’y avait plus personne dans le Khala. La Clé se rétrécit et une colonne d’énergie la remplaça et s’envola vers les cieux avant de disparaitre.

Dans les télévisions du Dominion, une nouvelle retentit et eut l’effet d’une bombe atomique.

-Flash d’informations incroyable, s’écria Donny Vermisseau qui s’agitait à en perdre ses vêtements. Nous venons d’apprendre que l’Armada Dorée a été libérée de l’emprise néfaste d’Amon. Par ailleurs, ce dernier vient d’être repoussé !! Un seul mot de notre rédaction : bon débarras !

-C’est vraiment fini, demanda Kate.

-Nous sommes plus proches de la fin que du début, répondit Donny. Il reste encore les Zergs et les hybrides d’Amon à traquer et on pourra dire que c’est terminé.

Partout dans le Dominion, on hurlait de joie à l’idée de voir enfin la guerre se terminer. Au gouvernement, on comptait célébrer cette victoire. Grâce aux Protoss libres, Amon avait été vaincu.

-Cet Artanis est un héros, disait le ministre des relations extérieures. Nous devrions engager des traités de paix avec lui.

-Oui, approuva le premier ministre. Pour les générations à venir, il faut entretenir des relations amicales durables. N’ai-je pas raison, votre excellence ?

Seulement, Valérian, la Boîte de Pandore, leurs Bras Droits et Raynor n’étaient pas d’humeur. Certes, Amon était vaincu mais était-il vraiment hors d’état de nuire ? Avec le dieu noir, il fallait s’attendre à tout.

À l’académie, on fêtait joyeusement la victoire de l’Univers sur Amon. Seulement, les Poltergirls se refusaient de se joindre à la fête.

-Les Poltergirls, demanda Marius, pourquoi vous ne participez pas à la fête ?

-Ce n’est pas fini, répondirent les Poltergirls.

-Mais les Protoss ont chassé Amon. Il ne reviendra pas.

-Première erreur de jugement, dit Silvie en donnant une tape derrière la tête de Marius. Amon a été repoussé. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Le jeune fantôme d’IP10 ne comprenait pas la question. Son manque de réaction lui valut une seconde tape de Carla.

-Qu’il est toujours en vie, expliqua-t-elle.

-Mais de là où il est, il ne reviendra pas.

Troisième tape.

-Deuxième erreur de jugement, dit Iris. C’était aussi là où il se terrait avant de passer à l’action. Il va revenir.

-Mais la Clé est détruite. Comment pourrait-il revenir ? Et même si ça arriverait, ça mettra des années pour ça arrive. Des siècles, des millénaires.

Quatrième tape.

-Quelle naïveté, soupira Jennifer. Bien sûr qu’Amon aura besoin de temps pour revenir. Seulement, quand il reviendra, ce ne sera pas de notre vivant. Et même si nos descendants réussissent à le chasser, Amon reviendra encore et encore. Nous ne pouvons infliger ça à nos enfants et aux futures générations.

-Vous suggérez de le tuer maintenant, demanda Marius.

Pas de tape !

-Exactement, approuva Silvie. À l’heure actuelle, il doit être affaibli. Une chance pareille ne se reproduira pas. Le seul souci est d’atteindre l’endroit où il se cache. Dans le Vide.

C’était le plus grand problème actuellement. Toute l’Alliance et quelques hauts responsables du Dominion savaient qu’Amon était vivant et menaçait de revenir. Toutefois, Mathio avait assuré que la solution viendrait à eux et qu’on pouvait se permettre de lancer la seconde reconstruction du Dominion. Mais cette fois-ci, elle serait complète et incluait les mondes de la périphérie.

Sur Aïur, la reconstruction avait commencé. Après avoir nettoyé de manière définitive la planète de l’infestation Zerg, les Protoss avaient commencé à rebâtir leurs cités. Les survivants avaient commencé à se rassembler et à rejoindre Aïur. Malgré la perte définitive du Khala, Artanis n’avait pas abandonné son idée d’unification mais son idéal se heurta à un problème en la personne d’Alarak. Le haut-seigneur Tal’darim avait reconnu sa force mais refusait de se soumettre au hiérarque. Il accepta néanmoins le souhait de certains de ses semblables à vouloir rester. De son côté, Alarak irait fonder sa propre capitale avec ses forces mais garderait le contact avec Artanis.

-Hiérarque, vint Sélendis. Nous avons repéré un important groupe de serviteurs des Ténèbres.

Cela étonna Artanis. Que faisait l’Alliance ici ? En regardant les coordonnées de leur position, Artanis comprit leurs intentions. En se rendant là-bas, le hiérarque eut la confirmation de ce qu’il pensait. Les haut-gradés de l’Alliance étaient réunis devant la tombe de Zeratul. Comme elle était installée au sommet d’une falaise, l’organisation des Ténèbres avait agrandi le terrain pour installer une statue à l’effigie du prélat noir devant la plaque tombale.  Sans oublier les dizaines de bouquets de fleurs déposés en la mémoire du défunt. Autour, les responsables de l’Alliance étaient silencieux pour montrer leur deuil envers Zeratul qui avait donné sa vie pour son peuple.

-Quel silence imposant, dit Sélendis surprise.

-Ce sont des traditions chez eux, expliqua Téléris. Une façon pour honorer les morts afin qu’on ne les oublie pas. On meurt deux fois. La première par la mort et la seconde par l’oubli.

-Ils en font trop, commenta Artanis touché par l’attention. Zeratul ne mérite pas autant d’honneur.

-Ce n’est pas ce que pense l’Alliance, dit Téléris. Les actes de Zeratul ont eu bien plus d’impact que vous ne le pensez, hiérarque. Grâce à lui, Kerrigan vit toujours et l’Essaim n’est pas tombé sous l’emprise d’Amon. Imaginez ce que seraient nos batailles face à l’Essaim au complet.

C’était un fait qu’il ne fallait pas ignorer. Mais Artanis soupçonnait l’intervention de l’Alliance dans cette histoire. Mathio était capable de voir l’avenir et Téléris avait révélé l’existence d’une prophétie concernant la Reine des Lames. Pourtant, une partie demeurait encore inconnue. C’était évidemment la partie la plus importante avec les évènements qui avaient suivi la mort d’Arcturus Mengsk. Avançant parmi les commandants de l’Alliance Démoniaque, Artanis trouva facilement Mathio qui se trouvait en compagnie de ses confrères de la Boîte de Pandore.

-Je sais que ce vous venez demander, dit Mathio.

-Dans ce cas, répondit Artanis, dites-moi la dernière partie de la prophétie sur Kerrigan.

-Pourquoi vous la dirais-je ?

-Parce qu’elle est certainement capitale pour ce qui va suivre, répondit Artanis. Autrement, vous l’auriez déjà dévoilée.

Le membre de la Boîte de Pandore craignait qu’Artanis use de pression pour obtenir gain de cause. Il fallait à tout prix éviter un incident diplomatique qui nuirait aux plans de l’Alliance.

-Cette partie, dit le démon de l’Espoir, a chamboulé tous mes plans.

-Pourquoi cela ?

-Parce que l’avenir qui s’annonce ne tourne pas en la faveur des Ténèbres.

Décidément, ce démon était bizarre. Même si le destin n’était pas favorable, cela n’empêchait pas d’agir pour rediriger le destin vers un meilleur chemin. Mais Artanis sentait que Mathio n’avait pas d’autre choix que d’obéir au destin qui présentait à lui. S’y opposer amènerait des évènements forts indésirables.

-La dernière partie de la prophétie, demanda Artanis.

-Vous savez tenir votre langue ?

-Vous pouvez compter sur moi, assura le hiérarque légèrement amusé par l’expression.

Profitant du mouvement de foule qui partait, Mathio révéla la dernière partie de la prophétie qu’il avait faite à la Reine des Lames six ans auparavant. Seuls ses confrères de la Boîte de Pandore connaissaient le contenu total de la prophétie.

« Trouve les dieux. Eux seuls sauront comment vaincre le Déchu. Sur leur terre natale, tu trouveras tes réponses. Afin de vaincre le Dieu noir, il te faudra devenir son égal. À toi, reviendra la décision ultime du sort de tous.  »

Artanis eut des frissons dans le dos. C’était ce qu’avait fait Kerrigan en allant sur Ulnar mais elle n’avait pas obtenu ce qu’elle cherchait. Si la prophétie était exacte, alors Ulnar n’avait pas révélé tous ses secrets. Autre chose à noter, c’était le fait que Kerrigan jouait en effet un rôle capital dans la survie de tous. Elle seule semblerait être en mesure de vaincre Amon. Ce qui semblait titiller l’esprit du hiérarque était le fait de devenir « l’égal d’Amon » pour le vaincre. Mais même affaibli, Amon restait assez puissant. Auquel cas, où trouver la puissance qui permettait à Kerrigan de détruire Amon ? Soudain, un zélote vint l’approcher pour l’informer que Karax le demandait au plus vite. À la Lance d’Adun dont les réparations venaient d’être terminées, Karax reçut une communication.

-Comment est-ce possible ? Hiérarque… Nous recevons une communication non autorisée… En provenance…

-Ulnar, s’écria Artanis avant de comprendre. C’est Kerrigan…

Du côté du Dominion, l’empereur Valérian avait aussi reçu le message de Kerrigan. Il fit venir Raynor et l’amiral Matt Horner.

-Messieurs, dit l’empereur, nous avons reçu un appel de Sarah Kerrigan. Elle nous demande de la rejoindre au plus vite sur Ulnar.

-Qu’est-ce qu’elle peut bien nous demander, dit Raynor.

-Je l’ignore, répondit Valérian. Je serais bien allé mener notre armée là-bas mais je dois diriger la reconstruction du Dominion. C’est donc à vous que revient cet honneur.

-Pas de problèmes, dit James Raynor. Si Sarah nous envoie ce message, c’est que c’est très important.

-Et pour l’Alliance Démoniaque, demanda l’amiral Horner.

-La Boîte de Pandore et les commandants sont absents pour le moment, expliqua Valérian. Ils doivent s’occuper d’une chose très importante. Toutefois, Les Poltergirls vous accompagneront avec une flotte de l’Alliance. Ce sont les plus importants gradés à notre disposition. Mais rassurez-vous, le reste de l’Alliance vous rejoindra aussi vite que possible.

-Très bien, dit Raynor. Alors, allons-y !

Aux abords d’Ulnar, les flottes Terran, Zerg et Protoss stationnaient. À l’intérieur de la Lance d’Adun, Artanis, Sélendis et Raynor attendaient avec impatience Kerrigan dans la commanderie. Cette dernière les avait fait venir pour des raisons encore inconnues.

-Nous avons assez attendu dans ce lieu maudit, s’impatienta Sélendis. Si la reine des Lames voulait vraiment nous parler, elle serait déjà ici.

-Elle ne nous fera pas faux bond, Sélendis, assura Raynor. Si elle a dit que c’est important, tu ferais mieux d’y croire.

-Faire confiance à cette traitresse n’est pas très naturel pour moi, commandant.

Soudain, la porte s’ouvrit et Kerrigan entra.

-Quel manque de foi pour un templier… Artanis… Jim.

-Qu’est-ce qui se passe, Sarah, demanda Raynor. Qu’est-ce qu’il y a de si urgent pour nous faire tous venir ici ?

-Amon est vivant, expliqua Kerrigan. Sa haine prend racine dans le Vide, et il prépare déjà son retour. Même maintenant, j’entends une voix qui m’appelle…

-Il pourrait s’agir d’une tromperie de notre grand ennemi, dit Sélendis.

-Cette voix… ce n’est pas la sienne, répondit Kerrigan. Il y a autre chose là-dedans. Un être tourmenté et désespéré, mais bienveillant.

Le silence s’instaura dans la salle. Kerrigan semblait dire la vérité car c’était son ressenti de ce mystérieux contact. Dans le Vide, quelqu’un appelait à l’aide. Quelqu’un qui savait des choses sur Amon.

-Amon récupère sa puissance petit à petit, reprit Kerrigan. Il sera peut-être incapable de revenir de notre vivant… mais il reviendra.

-Et que suggérez-vous de faire, Kerrigan, demanda Artanis.

-Il y a un portail vers le Vide au sein d’Ulnar, dit Kerrigan. Je compte le franchir et détruire cette menace une bonne fois pour toutes ! J’ai besoin de votre aide.

-Sarah a raison, dit Raynor après un temps de réflexion. On ne peut pas laisser trainer nos déchets. C’est à nous de finir de faire le ménage.

-Zeratul nous avait prédit que ce jour viendrait, répondit Artanis. Nos lames sont à votre service, Kerrigan.

Usant de ses pouvoirs télépathiques, Kerrigan contacta l’équipe scientifique pour activer Ulnar et ouvrir le portail.

-Ok, c’est parti, s’écria la professeur Odile Knowing en activant la commande.

Ulnar se divisa en quatre parties qui ouvrirent un immense portail menant à un monde noir et sombre. Toutes les flottes traversèrent le portail. Les dernières batailles pour l’Univers allaient avoir lieu dans cette dimension. Tout était des plateformes rocheuses en lévitation. Seulement, le voyage s’annonça périlleux.

-C’est en train de déraper à toute vitesse, contacta Raynor à Artanis.  Ces… ombres mettent nos vaisseaux en pièces. On ne va pas tenir bien longtemps.

La communication coupa pour laisser place à Kerrigan.

-La voix provient d’un peu plus loin. Nous devons l’atteindre !

-Mes troupes vont explorer cet endroit, répondit Artanis.

Un bataillon de Protoss fut déployé sur la terre ferme mais les sombres énergies du Vide les affaiblissaient peu à peu. En avançant un peu, les troupes d’Artanis découvrirent un immense monolithe qui générait les énergies néfastes. Sous les conseils de la mystérieuse voix qu’Artanis reconnut comme celle de Tassadar, les Protoss détruisirent le monolithe.

-J’ai lancé mon appel en une heure de grand péril, et vous êtes venus en ce royaume, dit Tassadar. Ici, je suis prisonnier. Vous devez me libérer de son emprise…

-Quelle emprise, demanda Kerrigan.

La réponse ne tarda pas car une créature semblable à un lacérateur du Vide avec des tentacules à sa bouche et de petits bras fit entendre sa voix.

-Ah, la reine des Lames… Quelle agréable surprise.

-Narud, comprit Kerrigan. Je te croyais mort.

-Sans forme physique, nous, les Xel’Nagas, retournons au Vide. Ici, je survis. Mais toi, tu n’auras pas cette chance…

-C’est un Xel’Naga, demanda le professeur Odile. Il faut qu’on aille lui parler lui demander des choses sur son espèce.

-Professeur, dit Silvie la main au visage. C’est un ennemi et il veut nous tuer. Jamais il acceptera de nous livrer l’histoire des Xel’Nagas.

-Nous sommes des êtres dénués d’intérêt pour lui, expliqua Carla. Nous ne vallons rien.

-Et en plus, on est obligé de le tuer si on veut sauver cette voix amicale, ajouta Iris.

-La Boîte de Pandore nous en aurait donné l’ordre de toute façon, termina Jennifer.

Dépitée, l’experte en Xel’Naga bouda. Il était rare de trouver des « dieux » encore vivants. Seulement, ceux-là étaient mauvais et voulaient détruire toute forme de vie. Les forces des trois races s’élancèrent à l’attaque de Narud qui les voyait avancer. Seulement, il avait d’immenses armes du Vide à son service. Périodiquement, le Xel’Naga envoyait un lacérateur du Vide pour détruire ses ennemis. Isolés, chaque race était vulnérable mais unis, les armées du Vide ne furent pas de taille contre eux. Après avoir pris le contrôle de points stratégiques, les forces des trois races installèrent des postes avancés qui envoyèrent davantage de troupes. Naturellement, les Poltergirls se joignirent à la bataille.

-Bon sang que ces énergies nous détruisent, souffla Silvie.

-Même avec les Ténèbres, nous n’arrivons pas à résister au Vide, respira difficilement Carla.

-On ne peut pas abandonner maintenant, s’agita Iris. Tout le monde se bat. Ne faisons pas déshonneur à l’Alliance.

-Franchement, Iris, soupira Jennifer. Il faut toujours que tu nous secoues un peu.

-C’est comme ça que notre groupe fonctionne.

Finalement, on arriva enfin à Narud. La créature maléfique résista vaillamment avec toute sa puissance mais finit par capituler. Les commandants des trois armées se rendirent devant Narud dont l’un d’eux avait des comptes à régler.

-Bonjour, Duran, salua Stukov. Vous vous souvenez de ce que vous m’avez fait ?

-Stukov, respira difficilement Narud à cause de ses blessures. Vous êtes venus me narguer, je suppose.

-Non, répondit le Terran contaminé. Je suis venu vous dire adieu, espèce de salopard.

Sur ces mots, Stukov tira un tir d’énergie psionique que acheva le Xel’Naga qui mourut en énergie.

-Artanis, appela la voix amicale, vous devez venir à moi.

Obéissant, le hiérarque se rendit vers le lieu de rendez-vous pour trouver le fantôme de Tassadar.

-C’est Tassadar, s’écria-t-il. Mon mentor… comment-ce possible ? Très honoré, vous rencontrer est une telle joie…

Seulement, le Protoss fantomatique s’envola pour disparaitre et laisser place à une toute autre créature. Elle était immense avec son énorme masse de chair. Des tentacules recouvraient le bas de son visage et sur son dos et il possédait quatre paires d’yeux.

-Tassadar, une forme que j’ai choisie pour guider l’être appelé Zeratul. Pour te guider. Les prophéties que suivait Zeratul résultaient de mes adjonctions psychiques dans l’esprit de créatures primitives

-Tu es un Xel’Naga, dit Kerrigan en arrivant avec Raynor. Celui qui m’a appelée ? Qui es-tu ?

-Ouros, se présenta la créature. Le dernier berger du cycle. L’adversaire d’Amon. Il ne fait qu’un avec le Vide. C’est une extension de sa volonté, et il m’y tient captif.

-Pourquoi nous as-tu convoqués ici, demanda Kerrigan.

-Le cycle ne doit pas être brisé, répondit Ouros. La fusion de la pureté d’essence avec la pureté de forme doit se poursuivre. Toi, celle qu’on appelle Kerrigan, tu peux fusionner avec mon essence. Accomplir ton destin. T’élever en tant que Xel’Naga. Perpétuer le Cycle éternel.

-Xel’Naga ? Tu veux la transformer en l’un de vous, dit Raynor avant de comprendre. Bordel, non ! Sarah, pas encore !

-Seul un Xel’Naga peut vaincre le déchu, expliqua Ouros.

-Sarah, tu n’as pas à faire ça, tenta Raynor pour la raisonner. Tu n’as pas à te laisser te mutiler encore une fois… Ensemble, on peut…

-Non, Jim, coupa Kerrigan. Avec ce que j’ai fait, les vies brisées, les mondes détruits… Tout ce sang sur mes mains… Je dois le laver. Tel est mon destin.

Raynor regarda Kerrigan qui montrait une détermination dans son choix. Au même moment, un chant retentit, empreint d’une grande tristesse.

« Le temps du maître arrive à son terme. Sur la terre de ses ennemis jurés, il périra, par l’union de la lumière et des ténèbres. Un héros périra, de par son sacrifice, pour réaliser ce miracle.

Prend garde car ce n’est que le commencement. Un nouveau maître naîtra pour tomber entre les mains de ceux qui sont de la même race du Dominion sans y être affiliés et venant d’un autre monde. Toutefois, il périra à son tour. Suite à cette guerre, tu connaîtras la grandeur.

Seize saisons s’écouleront avant que la Meute du Vide commence à se manifester. Cinq pièces créées par les dieux, qui une fois réunies pour former un tout, permettront de mettre fin à ton règne de terreur et de ressusciter ce que tu as perdu. Tout ça grâce à l’amour.

Méfie-toi de celui qui t’a trahi, ses peurs le pousseront à t’éliminer, peu importe ta destinée. Survis quoi qu’il arrive. Une armée que tu pensais ne jamais faire appel t’aidera pour ta vengeance.

Un retour aux sources te sera très bénéfique. Une nouvelle puissance viendra à toi. Alors ta vengeance sera à portée de main.

Sauver l’Amour sera une bonne chose. Même si l’Amour semble avoir été perdu, il t’aidera puis te sauvera d’une mort certaine face à ton ennemi mortel. Ce denier périra de ta main. »

Non loin d’ici, Sylvestre énonçait la prophétie de Mathio.

-Qu’est-ce que c’est, demanda Raynor.

-C’est la prophétie du Démon de l’Espoir, dit Artanis. Seulement, il manque une partie.

Et finalement, le Zerg polymorphe annonça la dernière partie de la prophétie. Une partie restée cachée pendant longtemps.

« Trouve les dieux. Eux seuls sauront comment vaincre le Déchu. Sur leur terre natale, tu trouveras tes réponses. Afin de vaincre le Dieu noir, il te faudra devenir son égal. À toi, reviendra la décision ultime du sort de tous. »

Raynor comprit la raison de la détermination de sa belle. Elle avait réussi à avoir connaissance de la dernière partie de la prophétie. Quand elle a appris son Ascension, elle avait compris l’inévitable et devait accepter son sort.

Dans le rassemblement des flottes, on apprit les nouvelles. Un Xel’Naga était à l’origine de l’appel et avait besoin d’eux pour en finir avec Amon. Mais ce qui surprit tout le monde, c’était que Kerrigan allait devenir une Xel’Naga pour vaincre le dieu noir. Comme quoi, l’Alliance Démoniaque avait raison. Kerrigan était l’espoir de l’Univers et son rôle était capital. Il fallait donc la protéger durant le transfert.

-Les Poltergirls, demanda Marius, est-ce que ça va ?

En effet, les personnes qui prendraient mal cette situation étaient naturellement les Poltergirls. En devenant Xel’Naga, Kerrigan devrait accomplir les responsabilités dues à son nouveau rang. Par conséquent, ce serait la dernière fois que les Poltergirls verraient Kerrigan.

-ça ira, répondit Silvie.

-ça devait arriver, ajouta Carla.

-Je vous connais assez bien pour savoir que vous n’arrivez pas à l’accepter, dit Marius.

-Marius, répondit Iris. On n’a pas le choix. C’est la seule option pour arrêter Amon.

-Pour Kerrigan, nous nous battrons jusqu’au bout, termina Jennifer.

Évidemment, l’Ascension de Kerrigan dérangeait aussi les projets de l’Alliance. La Boîte de Pandore voulait avoir Kerrigan dans ses armées. Avec cet évènement, un membre potentiel leur glissa entre les doigts. Mais sauver l’Univers, ils devaient accepter ce destin malgré la consolation d’avoir l’Essaim comme promis. Le transfert de l’essence d’Ouros avait commencé. De son corps, sortait une puissante énergie qui alla dans Kerrigan. Caché dans un coin, le professeur Knowing filmait tout. L’Ascension était un évènement rarissime et il était possible que ce soit la dernière fois qu’on verrait ça.

-Les ombres d’Amon vont bientôt dévorer. Kerrigan, puisse le reliquat de mon essence te donner la puissance nécessaire !

-Cette puissance, suffoqua Kerrigan. C’est… colossal.

-Tu dois la canaliser, lui expliqua le Xel’Naga. Utilise-la contre ses noirs serviteurs.

Au même moment, trois lacérateurs du vide surgirent pour tenter d’interrompre le transfert. Avec son nouveau pouvoir, Kerrigan n’eut aucun mal à s’en débarrasser. La zone nettoyée, les forces alliées débarquèrent et installèrent leurs défenses. Les armées du Vide allaient converger vers Kerrigan pour la tuer. Au commandement de ces trois armées, Raynor, Zagara et Artanis. Seulement, les Poltergirls n’étaient pas sur le champ de bataille. Elles s’étaient isolées pour pleurer. Kerrigan avait remarquée l’absence de ses amies. Elle ne mit pas longtemps à comprendre leurs raisons et les contacta.

-Les filles, dit-elle, je sais que vous êtes tristes que ce que je vais devenir et de ce que ça va impliquer. Ne vous croyez pas les seules à être dans cet état d’esprit. Moi je le suis tout autant que vous.

Pas de réponse. Sauf celle d’Amon.

-Vous venez chercher la mort.

-C’était quoi ce truc, demanda Raynor inquiet.

-Amon nous envoie ses serviteurs contre nous, expliqua Kerrigan. Mais je peux les arrêter grâce à mes pouvoirs, s’il le faut.

Seulement, ça mettait en suspens son transfert le temps de l’attaque. N’oubliant pas ses amies, Kerrigan reprit le contact avec eux.

-J’ai besoin de vous pour me protéger. Vous avez la puissance pour aider Jim et les autres. Si je meurs, tous nos efforts auront été vains. Je crois en vous.

Kerrigan ignorait si elle avait réussi à apaiser les Poltergirls et à les convaincre de se battre. Seulement, elle devait continuer le transfert pendant que ses alliés la défendaient. Amon revint à la charge en crachant à nouveau son venin.

-Que deviendra-t-elle si elle est Xel’Naga ? N’oublie pas… moi aussi, j’ai vécu cette Ascension.

C’était loin de dissuader Ouros qui continua le transfert. La survie de l’Univers et de ses habitants en dépendait. Soudain, un groupe de créatures du Vide arrivèrent faisant paniquer Raynor.

-Ils attaquent notre base à revers. C’est qu’ils ont l’air têtus, ces salopards.

-Pourquoi ne le seraient-ils pas, demanda Zagara. La ténacité est une qualité guerrière.

-Ce n’est pas ce que je, répliqua Raynor pris au dépourvu. Ah, laissez tomber.

-Il y a une différence entre être têtu et être tenace, Zagara, dit Silvie.

-Je dirais même qu’il y a une différence entre ces créatures et l’Essaim, ajouta Carla.

-C’est pas trop tôt, souffla Raynor. Vous vous êtes enfin décidées à sortir.

-Désolée du retard, s’excusa Iris, c’est juste qu’on ait besoin d’un peu de temps.

-Au final, nos larmes ne changeront rien, termina Jennifer.

Enfin, les Poltergirls furent vite excusées et partirent au combat. Par moments, les lacérateurs du Vide se joignaient à la fête mais ils ne furent pas de taille contre Kerrigan. Tout à coup, la future Xel’Naga perçut d’importantes troupes du Vide se diriger vers deux des bases alliées.

-Artanis et Zagara vont bientôt être attaqués, prévint-elle. Défends-les, Jim !

-Tellement de pouvoir qu’elle ne mérite pas, disait la voix d’Amon. Tu sais à quel point c’est vrai.

-Bordel, jura Silvie. Il ne va pas la fermer, celui-là !

-C’est de la peur, Amon, cria Carla. Parce que ne pas vouloir cette Ascension signifie beaucoup.

-Et si tu tiens tellement à ce qu’elle ne fasse pas son Ascension, se joignit Iris. Amène tes fesses.

Pas de réponse et pas d’Amon en vue.

-Mais quelle grosse gueule, commenta Jennifer. Comment ce type peut-il autant se la ramener ?

Difficile de comprendre ce personnage complètement mégalomane. Les armées du Vide continuèrent à attaquer telle une armée de zombies sans se soucier de la mort. Amon continua son ridicule manège.

-Tu aides un monstre qui a massacré ton espèce.

-J’en ai assez entendu, pesta Raynor exaspéré par les piques d’Amon.

Le rebelle eut des problèmes plus importants. Les forces du Vide déferlaient comme des coulées de lave sur leurs bases et avec plus de troupes pour tenter de détruire Kerrigan. Dans le même temps, les énergies du Vide commencèrent à se rapprochaient des bases. Les derniers assauts furent les plus violents mais les forces alliées parvinrent à les contenir. Kerrigan avait enfin terminé son transfert. D’une puissante vague d’énergie, elle balaya toutes les créatures du Vide.

-ça y est, dit Kerrigan. J’ai quasiment toute l’essence du Xel’Naga.

-J’ai été honorée de vous servir, ma reine, dit Zagara.

-L’Essaim est à toi, Zagara, déclara Kerrigan. Rappelle-toi de nos leçons.

-Je n’oublierais pas, promit la nouvelle leader de l’Essaim.

-Le moment est venu, annonça Ouros en déversant ses dernières parcelles d’énergie. Notre essence achève de disparaitre pour faire poindre une nouvelle éternité. Les Cycles éternels arrivent à leur terme.

Alors que les yeux d’Ouros commençaient à se fermer, Artanis s’inclina avec respect devant la nouvelle Xel’Naga qui prit alors sa forme finale.

-Elle est… Xel’Naga, s’exclama Artanis.

Devant eux, se tenait une immense femme nue. Semblable à la Torche humaine des quatre Fantastiques, elle avait des cheveux et des ailes d’ange enflammés. Admirant sa nouvelle beauté, Raynor reçut une communication de Kerrigan. Dans un espace blanc, il la vit sous sa forme humaine avec sa tenue de fantôme. C’était l’heure des adieux. Toutefois, ce ne fut pas le seul. Les Poltergirls eurent aussi leurs adieux avec Kerrigan dans les mêmes conditions.

-Sarah, s’étonnèrent-elles surprises de la voir sous sa forme humaine.

-C’est juste une vision mentale, expliqua Kerrigan. Comme vous vous en doutez, je viens vous dire adieu.

Les larmes aux yeux, les Poltergirls se retinrent de pleurer. C’était horrible et dur. Elles avaient enduré plus de quinze ans de séparation mais aujourd’hui, ça allait être définitif.

-Ne pleurez pas, consola Kerrigan. Je ne compte pas mourir.

-Ce n’est pas le problème, répondit Silvie. C’est après.

-Vous êtes grandes maintenant. Vous pouvez voler de vos propres ailes.

-Oui, dit Carla, mais…

-Merci pour tout, coupa Kerrigan. Malgré ces années, vous ne m’avez pas oubliée, vous avez été là quand j’avais besoin d’aide et de réconfort. Peut-être était-ce sur ordre de la Boîte de Pandore.

-À moitié, répondit Iris.

-Enfin, reprit Kerrigan, ça n’a plus d’importance. Après cette guerre, l’Essaim fera partie de l’Alliance Démoniaque. Zagara n’aura pas d’autre choix que d’accepter. Encore une fois, merci d’avoir été là.

-De rien, Sarah, répondit Jennifer. Fais-lui payer à cet enfoiré.

-Avec grand plaisir. Adieu !

Retour dans la réalité.

-Règle tout ça, dit Raynor à Kerrigan. Une bonne fois pour toutes.

Sur ces mots, Kerrigan s’envola vers les cieux du Vide. C’était là où se terrait Amon. Mais sur le cadavre d’Ouros, le professeur Knowing tentait désespérément de récupérer des informations sur l’antique civilisation.

-Monsieur Ouros, se lamentait Odile. Vous ne pouvez pas mourir comme ça ! Pas avant de nous dire vos secrets !

-C’est ainsi qu’est le Cycle éternel, répondit Ouros la mort imminente.

-Dire que j’ai fait tout ce voyage depuis mon monde éloigné de ce secteur pour découvrir les secrets des Xel’Nagas. Il y a des temples de votre civilisation dans mon monde.

-Est-il si loin ce monde, demanda Ouros.

-Déjà, ce n’est pas dans le secteur de Koprulu, répondit l’archéologue. Alors, oui, il est très loin d’Ulnar. Comment vais-je avoir les réponses à mes questions ?

-Il n’y a pas lieu de s’inquiéter, répondit Ouros dont la voix révélait une joie non cachée. D’autres vous apporteront les réponses que vous cherchez et ils partagent mes convictions. Je suis convaincu que vous les trouverez.

Ainsi, périt Ouros. Artanis, qui avait tout entendu, se demanda alors si le Xel’Naga ne parlait pas de ses semblables. Cela voudrait dire qu’il y avait encore un espoir de trouver des Xel’Nagas vivants.

Kerrigan débarqua sur les terres d’Amon. Une immense armée du Vide l’attendait pour protéger leur maître. Tous convergèrent vers elle pour la tuer. Mais c’était sans compter les nouveaux pouvoirs de Kerrigan qui lança son sort d’Extinction. Ce qui détruisit toutes les créatures du Vide dans toute la zone. Après ça, elle alla trouve Amon. Semblable à Ouros, Amon était de couleur noir avec des yeux rouges sang. L’incarnation parfaite du Mal.

-Cette nouvelle forme ne t’offre aucun avantage ici, railla Amon. J’ai déjà affronté et tué des Xel’Nagas.

-Mais tu n’as jamais rien affronté comme moi, répondit Kerrigan.

-Sarah, contacta Raynor, Artanis et moi on est en position. Et non, on ne partira pas, n’y penses même pas… Alors, c’est quoi le plan, maintenant ?

-Amon est protégé par une barrière d’énergie, expliqua Kerrigan. Ses cristaux de Vide le rendent quasi invincible. Mais ils sont aussi une faiblesse : quand ils s’éloignent pour se recharger en énergie, ils deviennent vulnérables aux attaques.

-Nous ne pouvons pas en venir à bout seuls, dit Artanis. Sa puissance en ce royaume est bien trop grande !

-Vous n’avez encore rien vu de ma puissance, rétorqua avec confiance Kerrigan. Abattons d’abord cette barrière, puis je terminerais le travail.

-ça m’a l’air d’être notre dernière danse, dit Raynor. En piste.

-Je crois que vous avez oublié quelqu’un, intervint une voix familière.

-Quoi ?

Sur une plateforme voisine à celle où avait lieu la bataille finale, l’Alliance Démoniaque débarqua en masse par des portails des Ténèbres. Avec une vitesse hallucinante, ils construisirent une immense ligne de front prête à combattre.

-L’Alliance Démoniaque, dit Kerrigan. Vous en avez mis du temps.

-On avait des choses importantes à faire, se justifia Mathio. Et puis, je savais que vous tiendrez jusqu’ici.

-Trêves de bavardages, débarqua Bélial. Amon a fait rapatrier toutes ses troupes ici. À l’heure où on vous parle, des centaines de créatures du Vide convergent vers nous.

C’était donc le rôle de l’Alliance Démoniaque de les arrêter. Certes, il y avait des abîmes du Vide mais les troupes qui en émergeaient débarqué au compte-goutte. Pour intercepter toutes les troupes d’Amon qui tenteraient de les contourner, les serviteurs des Ténèbres avaient greffé à la plateforme rocheuse une machine qui la ferait déplacer comme bon leur semblait. Face à ce problème, Amon n’aurait pas d’autre choix que de les affronter avant de déferler ses armées sur Kerrigan.

-Arrêtez-les par tous les moyens, dit Kerrigan. Faites-le et vous pourrez considérer que vous avez rempli votre part du marché.

-ça marche, répondit Xezbeth. Nous vous envoyons les soldats des Lames à vos côtés. Leur puissance n’est plus à démontrer.

-Pour cette bataille finale, dit le commandant Omicron, il n’y a pas plus grand honneur que de combattre à vos côtés, ma reine.

-Soit, approuva Kerrigan. Battez-vous comme si vos vies en dépendaient parce que c’est le cas pour cet Univers.

-Oui, madame, s’écrièrent les Soldats des Lames qui entamèrent leur transformation.

En bas, le démon de la Tromperie appela ses élèves et leur demanda de le joindre sur le front. Les quatre fantômes ne pouvaient désobéir. Leur destin était lié à l’Alliance et elles leur devaient loyauté et obéissance. Devant eux, elles virent des milliers de soldats de l’Alliance. Pas seulement des androïdes de combat mais aussi des démons, des humains, des créatures magiques et autres races extraterrestres. Tous étaient prêts à combattre les armées du Vide. Comme tout bon évènement important, il y avait forcément un discours de grande classe.

-Serviteurs des Ténèbres, cria Mathio à ses troupes. Aujourd’hui est l’aboutissement d’un plan que nous avons mis en place depuis longtemps. Nous arrivons donc au dénouement de cette guerre qui a déjà fait trop de victimes. Aujourd’hui, Amon va tomber car tel est le futur que j’ai vu. Mais nous ne sommes pas encore là. Nous devons tenir et contenir les troupes du Vide qui tenteront de rejoindre leur maître. Jusqu’à ce que sa barrière tombe, nous devons nous battre. Pour les Ténèbres ! Pour Don Stygian ! Pour la Coalition ! Pour l’Univers !

-Coalition ! Domination, crièrent les soldats de l’Alliance Démoniaque.

Sous cette motivation, les serviteurs des Ténèbres se mirent en place. Leur solide ligne défensive était prête à recevoir les entités du Vide. En haut, la bataille avait commencé. Kerrigan commençait à construire sa base. Dès qu’un cristal de Vide s’élevait, ses alliés envoyaient des troupes à l’attaque. Mais Amon ne compta pas les laisser agir sans réagir, il envoya diverses créations à la forme de et aux capacités variées pour les arrêter.

-Général, informa un démon, les premières troupes du Vide sont en approche.

-Parfait, répondit Mathio. Ordonnez aux canons longue portée d’ouvrir le feu. Ces créatures vont instinctivement riposter aux premiers tirs.

Les soldats s’exécutèrent. Comme prévu, les créatures d’Amon foncèrent sur l’Alliance qui les attendait de pied ferme. Ce qu’ignorait Amon, c’était les armes de l’Alliance alimentées par la Lumièbre. Ce pouvoir issu de la fusion entre la Lumière et les Ténèbres avait la puissance d’annihiler toute puissance du Vide. Même un Xel’Naga ne survivrait pas à ce pouvoir.

-Attendez qu’ils se rapprochent, ordonna un commandant.

Le signal donné, une pluie de tirs de Lumièbre s’abattit sur les armées du Vide. Amon sentit ses troupes se faire décimer facilement. D’où l’Alliance Démoniaque avait-elle trouvé une telle puissance ? Sa nature était totalement inconnue pour le dieu noir mais ce dernier comprit le danger que représentait cette organisation des Ténèbres. Il fallait la détruire immédiatement ou ils utiliseront cette mystérieuse puissance contre lui.

-Mes seigneurs, informa un androïde de combat, les troupes d’Amon convergent vers nos positions.

-Exactement comme nous l’avions prévu, dit Eligor. Faites déployer nos machines de guerre. La flotte couvrira les cieux.

Sur ce nouvel ordre, l’Alliance déploya ses artilleries et autres machines de guerre.

-ça fait un bail qu’on n’a pas piloté nos knightmares, dit Silvie avec nostalgie.

-Quelle meilleure occasion que ça, demanda Carla.

-Allons exploser du Vide, s’excita Iris.

-Si les entités du Vide imitent à la perfection la technologie, fit remarquer Jennifer. Je pourrais peut-être les contrôler.

C’était un coup à essayer. Seulement, cela demeurait un trop grand risque. Surtout quand les entités du Vide arrivaient en masse. Ils étaient trop nombreux pour qu’on tente de les contrôler. Les Poltergirls durent se contenter d’ouvrir le feu et les détruire. Ces assauts étaient aussi simples que contre les Zergs. L’ennemi ne faisait que leur charger dessus et d’encaisser les attaques. Face à cette puissance de feu, les entités du Vide furent rapidement éradiquées.

-Excellent, félicitèrent les capitaines de l’Alliance. Mais ne vous reposez pas sur vos lauriers. La bataille ne fait que commencer.

Ils eurent parfaitement raison de dire ça car très vite, des unités plus importantes se joignirent à la bataille. La Boîte de Pandore ne paniquait pas. Amon commençait à les considérer comme dangereux. Sa réaction tardive allait bien les servir. Par contre, ils remarquèrent que des troupes s’accumulaient au loin. Le déchu planifiait-il de les submerger par le nombre ? Ce scénario était fort probable. Les dix leaders de l’Alliance Démoniaque décidèrent de déployer davantage de troupes. L’Hadès et L’Héphaïstos étaient présents. À l’intérieur, se trouvaient des portails des Ténèbres permettant d’appeler des renforts depuis l’Univers. Par contre, c’était à sens unique.

-Allez, les gars, cria un commandant androïde. Repoussons ces saletés pour la survie de notre Univers. L’Armageddon n’aura pas lieu !

-Oui, commandant, crièrent les androïdes de combat en sautant des cuirassés.

Se joignant à la formation de leurs camarades, les renforts ouvrirent le feu sur les armées d’Amon qui ne cessaient d’affluer. Comme si leur nombre était proche de l’infini. Pourtant, l’Alliance ne désespéra pas. Quand la barrière d’Amon sera tombée, la victoire sera leur.

-Général, informa un opérateur. Une armée vient de traverser les portails. Il s’agit de la Virus Army.

-Naphto, soupira Mathio. Celui-ci alors.

-Maître, contacta le Dark Foreshadow, je sais que vous souhaiteriez que je reste éloigné de cette guerre. Mais comprenez mon sentiment et celui de mon armée. Comment pouvons-nous rester sur le banc quand nos camarades se battent ? Ce serait contraire aux lois de la Coalition.

Le démon de l’Espoir fut bien en peine d’objecter. Le soutien de son disciple serait bénéfique pour cette bataille mais de l’autre, il aurait aimé qu’il assure la seconde ligne de défense dans le cas où l’Alliance échouerait. Pour le moment, il devait accepter. Sans perdre un instant, les créatures numériques de la Virus Army étaient en position avec les troupes de l’Alliance Démoniaque. Leur puissance de feu vint s’ajouter à celle de leurs alliés.

-Nos forces tiennent bon, commenta Jessonia.

-Je sais, dit Mathio, mais Amon ne fait que tester nos défenses. Il va déployer plus de troupes pour nous anéantir.

-Je confirme, approuva Xezbeth. Une importante armée se concentre hors de portée de nos canons.

-L’idiot, ricana Zabulon. Il peut tenter ça mais c’est nous allons gagner. Nous avons la Lumièbre à nos côtés et les armes pour l’utiliser. 

-Pas d’arrogance, calma Zagan. Comme le dit si bien Mathio, le destin doit être vu comme une personne. Il peut nous mentir. Rien ne nous garantit que nous remportions cette bataille ou que nous survivions à cette guerre.

-Pessimiste, répondirent ses confrères.

Mais il y avait un fait qui était vrai : le destin était incertain. Par expérience, Mathio savait que ses prédictions n’étaient pas parfaites. Il suffisait de petits changements pour bouleverser un plan soigneusement préparé depuis longtemps. La victoire de l’Alliance était incertaine. Néanmoins, le destin savait prendre parti et venir en aide à ceux qui l’acceptaient. 

En haut, la bataille finale faisait rage, Kerrigan détruisait les cristaux de Vide avec ses alliés. Par moments, des assemblages du Vide faisaient leur apparition et venaient arrêter Kerrigan et ses troupes. Ils ressemblaient à d’énormes cristaux entourés de roche du Vide. Lorsqu’ils s’activaient, les roches s’écartaient. Il fallait être prudent car chaque type de structure avait ses propres caractéristiques. S’il y avait trop, le combat pouvait devenait ingérable. Soudain, Raynor informa ses compagnons d’un problème.

-Putain, ça sent mauvais. On a le sol qui tremble sous nos pieds, ici.

En fait, c’était pire. Amon apparut devant le centre de commandement. Usant de ses puissants pouvoirs du Vide, il détruisit les minerais, les puits de gaz vespène et le centre de commandement en faisant exploser le sol et ce qui avait dessus. Par chance, tout le personnel avait évacué la zone à temps. Il n’y eut aucune victime.

-Bon sang, jura Raynor. Amon vient d’ouvrir le sol sous mon centre de commandement. Comment voulez-vous qu’on se défende contre un truc pareil ?

Artanis recommanda de construire d’autres bases mais le dieu noir allait revenir les attaquer. C’était une évidence. La bataille reprit mais il ne fallut pas longtemps pour qu’Amon lance une attaque sur le Nexus d’Artanis puis sur la ruche de Kerrigan. Dans sa lancée, le dieu noir alla s’attaquer à l’Alliance Démoniaque.

-Général, cria un opérateur. Quelque chose d’énorme arrive de derrière nos lignes ! La quantité d’énergie est incommensurable !!!

-Amon, devina Senectus.

-Cet enfoiré a encore sa barrière, dit Uphir. Nous ne pouvons pas le blesser.

-Alors que pouvons-nous faire ? Si nous ne faisons rien, nous allons nous faire détruire.


À suivre…

-Aujourd’hui, vous allez disparaitre, proclama Amon lorsqu’il arriva devant la base de l’Alliance.

Il voulait détruire la plateforme de l’Alliance comme il l’avait fait avec les autres bases.

-Que faisons-nous, général, demanda un androïde de combat.

-Nous ne survivrons pas à son attaque, dit Bélial. Qui a une idée ? On prend tout, même les plus excentriques !

-J’en ai peut-être une, proposa Mathio. Amon est comme dans une bulle avec sa barrière, non ?

-Où veux-tu en venir, demanda Xezbeth.

-L’idée est insensée, expliqua le démon de l’Espoir, mais je propose de lui tirer toute notre puissance de feu. Pas pour le détruire, sa barrière encaisserait tout. Seulement, je n’en dirais pas autant pour l’onde de choc que ça va générer. Si nous produisons une force supérieure à la pensée d’Amon, nous pourrions le repousser.

-Je ne sais pas si c’est logique ou non, répondit  Zabulon, mais c’est le meilleur plan qu’on a !!!

Les autres démons soupirèrent exaspérés. Dans le même temps, il n’y avait pas d’idées pour arrêter Amon. Malheureusement, les canons seraient insuffisants pour repousser le dieu noir. De plus, la puissance nécessaire serait trop importante pour les canons qui exploseraient dans les secondes qui suivraient le tir. C’était donc à la Boîte de Pandore de jouer. Depuis longtemps, ils allaient déployer la pleine étendue de leur pouvoir.

-Utilisons le Cataclysme de Pandore, dit Mathio.

-Ok, approuvèrent les autres.

Les dix démons s’envolèrent pour se mettre en cercle et commencèrent à lancer leurs incantations. Les dix maux s’unirent et formèrent un rayon d’énergie qui stoppa Amon. Les troupes hurlèrent leur joie. Le Déchu avait été arrêté. Comme prévu, sa barrière le protégea de la puissance du Cataclysme de Pandore. Mais la force produite fut assez puissante pour obtenir l’effet escompté. Seulement.

-Pitoyable, se moqua Amon. Vos tentatives désespérées vous apporteront la mort. Attaquez !!

Au même moment, toutes les forces d’Amon qui étaient restées en retrait se mirent alors en mouvement. C’était des milliers d’entités qui chargèrent sur les lignes de l’Alliance Démoniaque. La flotte bombarda avec toute sa puissance de feu. Seulement, les tirs n’annihilaient que plusieurs dizaines sur le raz-de-marée d’entités qui s’avançait implacablement vers les troupes au sol.

-Continuez à tirer, crièrent les capitaines de l’Alliance dont la panique trahissait leur voix. Ils ne doivent pas atteindre nos défenses !!

Malheureusement, le pire arriva. Les armées du Vide submergèrent les lignes de l’Alliance. Malgré ces percées, l’Alliance restait vaillante. Ses soldats s’étaient préparés à cette éventualité. Mais ils étaient assaillis de partout. Plusieurs soldats avaient déjà commencé à succomber. De l’autre côté, Amon s’était rapproché de la base malgré le Cataclysme de Pandore qui continuait à s’opposer à son avancée.

-C’est pas vrai, s’écria Senectus. Il arrive à progresser même contre notre meilleure technique ?!

-Son titre de dieu n’est pas juste de la décoration, commenta Axaphat.

-Ce n’est pas le moment de le complimenter, hurla Zagan.

-Abandonnez, disait Amon avec son habituel ton arrogant. Acceptez le salut que je vous apporte !!

-Jamais, répondit Mathio. Nous ne nous inclinerons pas devant un mensonge.

-Vos armées sont submergées par le Vide. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils tombent.

La Boîte de Pandore ne put s’empêcher de regarder leurs troupes. Une marée noire d’entités du Vide avait envahi les lignes. Une inquiétude monta en eux. Ces soldats, ces membres étaient comme une famille pour eux. Certains d’entre eux étaient de proches camarades bien avant la création de leur organisation des Ténèbres. Les voir mourir sous leurs yeux était une chose intolérable. Seulement, ils ne pouvaient quitter leur position ou Amon les détruirait tous.

-Ne capitulez pas, cria une voix.

Une voix s’était élevée au beau milieu de cet enfer. D’autres voix se firent entendre dans l’esprit des démons.

-Ouais ! Ne lâchez pas l’affaire face à ces copies !

-On est l’Alliance Démoniaque, merde ! On n’a pas le droit de perdre !

-Bien parlé ! Les autres sont en haut et donnent le meilleur d’eux-mêmes pour faire tomber cette barrière !! Alors, on doit faire pareil.

-Non, mieux ! Parce qu’on est plus fort qu’eux !

-Pas faux.

C’était surprenant pour les leaders de l’Alliance. Malgré la situation critique, ils n’avaient pas capitulé. Mieux, ils étaient prêts à se battre jusqu’au bout.

-On a vraiment monté une grande organisation, dit Eligor.

-C’est vrai, approuva Jessonia. En tant que leurs boss, on a le devoir de donner l’exemple. Sinon, on aura vraiment la honte.

Les autres confirmèrent ce sentiment avec une légère gêne. Hors de question de laisser les autres prendre toute la gloire. Dix cadenas tombèrent des manteaux noirs et au même moment, le Cataclysme de Pandore gagna soudainement en puissance. Cette montée en force surprit Amon qui commença à être repoussé.

-Comment est-ce possible, s’écria-t-il.

-Tu ignores certainement, expliqua Uphir, mais les maux que nous portons en nous puissent leur puissance de l’Univers. Par conséquent, nous avons dû sceller ces pouvoirs pour éviter de détruire notre environnement.

-Vu la situation, ajouta Bélial, on n’a plus le choix. Nous allons délivrer notre véritable puissance et te repousser.

Quant au surplus, la Boîte de Pandore l’envoya à leurs subordonnés. Partout dans le champ de bataille, les serviteurs des Ténèbres ressentirent la puissance incommensurable de leurs chefs.

-Incroyable, lâcha Silvie. Ce pouvoir vient de la Boîte de Pandore ?

-Il est immense, ajouta Carla surprise. Dire qu’ils le gardaient cachés en eux depuis tout ce temps.

-Maintenant, dit Iris, on va pouvoir nettoyer nos lignes et chasser ces entités du Vide.

-Annihilation, s’écria Jennifer.

Dégageant les énergies de leur corps, les Poltergirls repoussèrent les entités du vide qui tentaient de percer leur knightmares. Quand elles se relevèrent, elles virent que leurs camarades avaient repris le dessus. Très vite, le terrain fut dégagé. Malgré cette victoire, de nombreux serviteurs des Ténèbres étaient tombés. Pourtant, l’Alliance ne s’autorisa pas à pleurer. Le moment n’était pas encore venu.

-Faites évacuer les morts et les blessés, ordonnèrent les capitaines de l’Alliance. Nous devons nous préparer aux prochaines vagues.

Pandore arriva. Son chagrin était immense. Amon s’était replié quand il avait senti d’autres cristaux de Vide détruits. Sa priorité était sa survie. Malgré son repli, il se jura d’éliminer l’Alliance.

-Mes soldats, dit Pandore. Votre courage et votre volonté sont ce qui a permis notre survie face à cet assaut. Mais malgré ça, plusieurs de nos camarades, de nos frères sont tombés. Mon cœur hurle de douleur mais nous ne devons pas succomber à ce sentiment. Nous avons une bataille à terminer. Pour ceux qui sont tombés, pour l’Univers, pour les Ténèbres !!

-Coalition ! Domination !

-N’oubliez pas pourquoi nous sommes ici, continua Pandore, pourquoi nous nous battons ! Amon n’a aucun droit de nous prendre notre avenir ! Nous sommes les Ténèbres ! Nous sommes la Coalition Obscurienne ! Nous sommes l’Univers ! Battez-vous avec force et unité ! Soutenez-vous les uns les autres ! Qu’Amon grave à jamais dans sa mémoire la terreur que nous lui inspirerons ! Coalition, domination !!!

Galvanisées, les troupes de l’Alliance se remirent en place. Il était temps car une nouvelle vague d’entités du Vide arriva. Cette fois, de nouveaux ennemis s’étaient joints à la fête. Des Omégalisks, des Brutalisks, des Léviathans, des vaisseaux-mère et des Odins.

-Punaise, jura Silvie. Amon nous envoie l’artillerie lourde.

-Ils ne passeront pas, déclara Clara. Sur notre honneur de capitaines de l’Alliance Démoniaque !

-Et d’amies de Sarah Kerrigan, ajouta Iris déchaînée.

-Tuons-les, termina Jennifer.

L’Alliance Démoniaque déploya aussi ses commandants. Les meilleurs membres de l’organisation des Ténèbres allaient faire des ravages dans les rangs ennemis. Déferlant leur puissance sur les énormes entités du Vide, les commandants écrasèrent facilement ces ennemis dont il aurait fallu déployer une armée pour les détruire. Même ceux de la Virus Army étaient des monstres en puissance. Rien d’étonnant puisqu’ils étaient des géants pour la plupart. Dans l’Hadès, les Bras Droits prenaient le contrôle des commandes. Le canon de Pandore était chargé à bloc pour tirer en cas de situation d’urgence.

Au sol, les troupes avaient rétabli leurs défenses et maintenaient leur position. Le pouvoir de la Boîte de Pandore continuait de couler en eux. Ils ne pouvaient

En haut, la bataille continuait de faire rage. D’autres cristaux du Vide étaient tombés. La barrière d’Amon commençait à montrer des signes de faiblesse.

-VCS, cria Raynor, évacuer le centre de commandement, c’est toute la zone qui va s’effondrer !

Encore une fois, Amon venait de détruire une nouvelle source de ressources des forces du Dominion. Puis ce fut le tour d’Artanis et de Kerrigan de subir les foudres d’Amon.

-Ce que je suis m’a été imposé, comme à toi, dit le dieu noir révélant sa colère enfouie depuis longtemps. On m’a arraché à mon monde.

-Ce type a vraiment un problème, commenta le professeur Knowing qui écoutait depuis le cuirassé Hadès. Je serais quand même intéressée d’écouter son histoire et d’essayer de comprendre ses motivations.

-On dirait plus un gamin, dit Kallen. Il n’y a rien à comprendre d’un type qui pense que tout est corrompu et que la destruction soit utilisée comme solution à ce problème.

-Pas faux, approuva Starjun. Si ce titre était si gênant pour lui, il lui suffisait de le dire aux autres. Ils étaient tellement nombreux à l’époque. Ça n’aurait pas posé de problèmes.

-Je ne suis pas sûr que ça soit aussi simple, dit le Néant.

-Peut-être, intervint César, mais ça ne justifie pas notre destruction.

-Aujourd’hui, dit Takatoh avec une fausse sagesse, Amon va subir la colère de l’Univers.

-Vous voulez dire celle des Ténèbres, dit Road avec amusement.

-Peu importe que ce qu’on en dira à ce moment-là, dit Nosferatu avec pragmatisme. Toujours est-il qu’Amon est un lâche et un incompétent.

-Immature, ajouta Law. Je ne sais pas pourquoi les Cycles éternels sont ainsi mais il y a quand même une bonne raison.

-Oui, approuva le Père Phraxas. Surtout quand ça a été approuvé par le Grand Créateur lui-même. L’ignorance est un mal horrible. Seules la connaissance et la compréhension permettent de passer outre les barrières de l’esprit.

Koko et Kasper ne se mêlaient pas à la conversation. Ils étaient concentrés à canarder les entités du Vide. Certaines étaient énormes qu’il était difficile de les rater. Amon rageait intérieurement. Il se sentait de plus en plus acculé. Il aurait espéré ne pas l’utiliser mais la situation l’exigeait. D’une simple pensée, il ordonna le déploiement de son plus puissant atout du Vide.

De son point de vue, Pandore vit Amon se ramener. Encore une fois, le Déchu comptait recommencer mais aucune inquiétude à avoir. Même s’il envoyait son armée du Vide à l’attaque, ses troupes sauraient gérer le problème. En parlant de cette armée, le manteau pourpre vit quelque chose au loin. Croyant mal voir, elle concentra sa vision et put découvrir avec terreur ce qui approchait de leur base.

-Oh, merde, s’écria Pandore en voyant ce qui était avec l’armée du Vide. Amon a même ça dans son armée !?

À SUIVRE !!!!!

Artanis regardait depuis sa base le champ de bataille. Cinq cristaux de Vide étaient tombés. Mais à quel prix ? Amon avait lancé deux vagues d’attaques personnellement pour détruire les ressources qu’ils exploitaient. Petit à petit, Amon les acculait mais de l’autre côté, on se rapprochait de la victoire. Soudain, une communication arriva. C’était l’Alliance Démoniaque.

-Hiérarque, appela le Néant, nous allons avoir besoin d’aide.

-Mes guerriers sont occupés, répondit Artanis surpris d’une telle demande.

-En fait, s’expliqua le Néant, je ne parlais pas de renforts mais d’informations. Une image sera plus parlante que milles explications.

Sur ces mots, le Néant montra un immense vaisseau Protoss noir. Artanis ouvrit grand les yeux par stupeur. Et pour cause, c’était la Lance d’Adun. Impossible, même ça avait été copié par les entités du Vide.

-Il nous faut des plans ou autres informations concernant ses faiblesses, reprit le Néant. Si sa puissance égale votre Lance d’Adun, qui sait quels ravages elle causera sur le champ de bataille.

-Je vous mets en contact avec Karax, répondit Artanis. Il connait mieux que quiconque la Lance d’Adun.

Très vite, le forge-phase fut rapidement informé de la situation. Comprenant l’enjeu, il apporta immédiatement son soutien.

-La Lance d’Adun possède plusieurs points sensibles dispersés. Le plus vital est son noyau solaire situé à l’arrière. Si cette copie possède les mêmes propriétés que l’original, il faudra s’attendre à qu’Amon utilise ses capacités.

Les craintes de Karax furent vite confirmées par les tirs de la Lance d’Adun du Vide qui s’abattirent sur les lignes de l’Alliance. Dans le même temps, les troupes de l’organisation étaient harcelés par les entités du Vide.

-Nous ne pouvons pas laisser cette chose agir à sa guise, cria Kallen. Nous devons réagir.

-Oui, approuva le père Phraxas. Nous devons détruire ce vaisseau avant qu’il décime nos soldats.

-Dans ce cas, répondit le Néant, nous onze allons aborder la Lance d’Adun.

-Ouais, approuvèrent Koko et Kasper.

Les autres Bras Droits n’étaient guère enthousiastes mais ils n’avaient que peu d’options. Au sol, les Poltergirls se battaient comme des lions contre l’ennemi. Seulement, le pouvoir de Pandore venait de s’épuiser. Si la Lance d’Adun n’avait pas été là, l’Alliance aurait pu tenir ses positions. Des troupes d’Amon étaient transférés à l’intérieur même de la base obligeant l’Alliance à diviser ses unités.

-Les Poltergirls, appela Road, venez à bord de l’Hadès. Nous avons une mission pour vous.

L’ordre émanait d’un Bras Droit. Leur autorité ne pouvait être contestée. Sans perdre un instant, les Poltergirls fusionnèrent et montèrent à bord.

-Ah, Aurore, dit le Néant en voyant la fusion des Poltergirls. Les choses iront mieux ainsi. J’espère que vous saurez gérer la flotte.

-Pourquoi cette question, demanda Aurore.

-Parce que tous les Bras Droits vont aborder le grand vaisseau d’en face, expliqua Takatoh.

Aurore fut surprise de la révélation. Elle pensait que c’était elle qui serait envoyée mais même la fusion des Poltergirls ne serait pas de taille face à une armée à bord de la Lance d’Adun du Vide. Elle accepta donc sa mission : mener la flotte de l’Alliance contre la flotte du Vide. De leur côté, les Bras Droits allaient pénétrer dans le vaisseau ennemi et trouver son noyau solaire. De là, ils enverront un signal qui indiquera sa location. Suite à cela, Aurore devra utiliser la plus puissante arme de l’Hadès pour le détruire. Prenant une capsule d’abordage, les Bras Droits parvinrent à atteindre une des passerelles. Se retrouver encerclés par des centaines d’entités du Vide n’était pas une surprise.  

-Bon, dit César, quand faut y aller, faut y aller.

-Je me demande quel gout peut avoir leur sang, s’interrogea Nosferatu.

-Je doute que le sang créé à partir du Vide soit comestible pour un vampire, répondit Law.

De l’autre côté, Pandore faisait face à Amon. Le dieu maléfique était décidé à en finir avec l’Alliance. Pandore voulut utiliser son Cataclysme. Seulement, le pouvoir de l’Espoir l’informa que ça ne fonctionnerait pas. Amon avait renforcé sa barrière par ses sombres pouvoirs en prévision de cette attaque.

-Dans ce cas, pensa Pandore, je vais utiliser une plus grande puissance.

C’était l’ultime recours de la Boîte de Pandore. Quand le Cataclysme de Pandore était impuissant, il fallait utiliser cette technique : Endless Universal Bonds. Un immense portail s’ouvrit au-dessus de la base au grand émerveillement des troupes en bas.

-Quel stratagème tentes-tu, demanda Amon. La fuite est inutile car je vous retrouverais où que vous vous cachiez.

-Ce n’est nullement mon intention, répondit Pandore. Disons que je vais te faire connaitre la force d’une partie de l’Univers. Par l’Endless Universal Bonds ! Traduction, les Liens Universels sans Fin. Issu de la capacité spéciale du Musée des Monstres de Mathio, les Liens, sa puissance peut surpasser facilement mon Cataclysme.

-Amusant, répondit Amon, mais cette force n’est rien face à moi.

-Nous verrons.

Pandore lança son Cataclysme. Comme prévu, Amon résista sans bouger. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’il commence à avancer. Soudain, d’autres tirs virent se joindre au Cataclysme de Pandore. Les canons de Lumièbre libéraient la pleine puissance des deux éléments et repoussèrent lentement Amon.

-Quel est ce pouvoir ?

-ça, Amon, rétorqua Pandore amusée, c’est un pouvoir qui peut surpasser le Vide. Au commencement, la Lumière et les Ténèbres ne faisaient qu’un avant de se diviser. Quand la situation l’exige, ces deux pouvoirs peuvent fusionner pour engendrer une force qui écrase même un Xel’Naga !

Amon put remarquer que la barrière vacillait au contact de la Lumièbre. Ce pouvoir était vraiment dangereux pour lui. Au même moment, le portail s’agita. Des milliards d’énergies émergèrent du portail et déferlèrent sur Amon. Autre détail à remarquer, les énergies s’unirent pour former un immense rayon qui repoussa vraiment Amon.

-C’est impossible !!

-Malheureusement, si, dit Pandore. Cette puissance ne réunit pas seulement la force de tous mes subordonnés dispersés dans l’Univers mais aussi tous les habitants des territoires conquis par l’Alliance Démoniaque. Ce qui représente des milliards de vies qui veulent vivre ! Un futur que tu veux leur arracher pour tes desseins égoïstes !!

Amon voulut résister à cette force incroyable mais sa barrière affaiblie commençait à montrer des failles. S’il continuait à lutter, la barrière céderait et il se retrouverait sans défense. Il détestait fuir devant l’ennemi mais il n’avait pas le choix. Amon se téléporta en lieu sûr. Quant au rayon géant, il continua sa route sans toucher la plateforme d’au-dessus.

-Bordel, c’est quoi ça, demanda Raynor en voyant le rayon.

-Quelle puissance, s’étonna Artanis en sentant les volontés qui émanaient de ce rayon. Avec ça, l’Alliance démontre bien sa force.

Kerrigan eut un frisson de terreur en voyant ça. La Boîte de Pandore avait encore gardé des atouts dans leur manche. Des atouts qui furent assez redoutables pour mettre en difficulté Amon. Le sixième cristal de Vide tomba et on entendit Amon lancer ses piques.

-Je vois ta vraie nature, Kerrigan. Tu n’es pas la championne de la lumière. Meurtrière hypocrite.

-C’est l’hôpital qui se fout de la charité, s’indigna le professeur Knowing. Le mec se proclame sauveur, extermine toute forme de vie et accuse une pauvre femme du même genre d’actes !! C’est honteux !! Amon, sois un dieu et admet ta propre hypocrisie !!! Assume tes actes !!

-Nous comprenons votre colère, professeur, répondit Aurore. Mais ce n’est pas en lui criant dessus qu’il va comprendre sa stupidité. À tous les cuirassés, continuez à tirer.

Autour de la Lance d’Adun du Vide, la flotte de l’Alliance tirait dessus. Des entités volantes du Vide sortaient pour couvrir leur vaisseau-amiral. En réponse, l’Alliance envoya ses propres chasseurs au combat. Malgré leur faible puissance, ils étaient suffisants pour causer des problèmes aux cuirassés.

-Maintenant, dit Aurore, nous devons attendre que les Bras Droits nous indiquent la localisation du noyau solaire.

-J’espère que tout ira bien, s’inquiéta l’archéologue.

-Ce sont les Bras Droits de l’Alliance Démoniaque, rassura Aurore. Ils ne tomberont pas aussi facilement.

Là-haut, la bataille continuait à faire rage. Kerrigan réussissait à échapper aux destructions surprises du terrain. Ce qui obligeait son armée à emprunter un autre chemin. Mais les problèmes étaient loin d’être finis.

- Mon centre de commandement va tomber… Sarah, on ne peut plus tenir ici.

Tels étaient les mots de Raynor avant qu’Amon détruise son dernier point de collecte de ressources. Comme à son habitude, la voix d’Amon retentissait encore avant ses prochaines attaques.

- Nos combats, nos luttes n’ont aucun sens. Nous ne faisons que souffrir et mourir dans l’oubli.

-Et il continue avec ça, soupira l’archéologue. Il devrait changer de disque parce que c’est redondant et ennuyeux.

Tout à coup, une explosion se produisit à l’arrière de la Lance d’Adun noire. Le noyau solaire se trouvait là-bas. Onze formes sortirent pour voler vers l’Hadès. Pour Aurore, c’était le signal pour tirer.

-Canon de Pandore, feu à pleine puissance !!!

L’ultime canon du vaisseau-amiral tira un large rayon qui toucha le point enfumé de la Lance d’Adun noire. Une explosion se produisit alors, suivie par d’autres dans tout le vaisseau qui tomba et disparut des radars de l’Alliance. Quelques secondes après, les Bras Droits parvinrent à remonter à bord de l’Hadès.

-Pas de blessés, demanda Karax depuis l’écran où il apparaissait.

-Aucun, répondit Starjun. Mais merci pour vos indications, forge-phase. Grâce à vous, nous avons pu atteindre le noyau solaire sans difficulté.

-Ce n’est rien, rétorqua Karax gêné.

Pendant ce temps, Pandore faisait le guet. Elle scrutait au loin la plateforme d’au-dessus pour apercevoir Amon. Mais ce dernier ne semblait pas vouloir se manifester.

-Pas d’Amon, observa Pandore. Je pensais qu’il viendrait. J’imagine qu’il a peur de se confronter ma super technique de la mort qui tue, Endless Universal Bonds.

Il y avait aussi son dernier cristal du Vide à défendre. À ce stade, Amon ne pouvait plus se permettre de se la jouer insouciant. Il devait en finir avec ses ennemis et récupérer de ses échecs. Las de l’Alliance Démoniaque, il fit envoyer toutes ses troupes.

-On dirait bien que c’est la dernière ligne droite, jugea Pandore. Amon envoie la pâtée ! Mes troupes vont avoir besoin d’aide si on veut survivre. J’arrive !!!

En haut, c’était aussi la dernière ligne droite. Kerrigan avait rassemblé tous ses alliés et lança un ultime assaut sur le dernier cristal de Vide. Amon envoya ses troupes restantes et ses assemblages pour protéger le dernier pilier de sa barrière. Alors que le combat faisait rage. Le dieu noir sentit une colère monter en lui.

-Comment peuvent-ils se battre ? Ils sont isolés, encerclés par mon armée et sans ressources. Je leur ai tout pris. Et pourtant, ils continuent à se battre ! Pourquoi ?

Malheureusement, c’était une réponse à laquelle Amon n’aura jamais la réponse. Les troupes unies ne lâchèrent rien sous les encouragements de leurs leaders et concentrèrent leur puissance de feu sur le cristal de Vide qui explosa suite à sa destruction.

-Enfin, lâcha Kerrigan de soulagement. La barrière est tombée.

-C’est terminé, Amon.

Kerrigan s’approcha d’Amon. Le dieu noir était maintenant sans défense. Ses troupes étaient en déroute trahissant la peur de leur maître. Pourtant, malgré la situation désavantageuse, Amon continuait à railler son ennemie. Pas de remords, pas de regrets, Amon était irrécupérable.

-Tu n’es que le produit d’un cycle imparfait. Toute ton existence, tu as été manipulée.

C’était malheureusement vrai. Depuis qu’elle avait douze ans, sa vie fut contrôlée par divers individus : La confédération, Mengsk, le Maître-Esprit, Amon, l’Alliance Démoniaque, Ouros. Tous l’avaient utilisée à leurs fins. Pourtant, elle s’était élevée au rang de divinité et s’était affranchie de toutes ces influences.

-Tu ne sais rien de moi, répondit Kerrigan insensible aux propos d’Amon. Je me fous du Cycle éternel des Xel’Nagas et de tes sales mensonges. Non, je fais un choix différent : celui de la liberté. Pour nous tous.

Malheureusement, Kerrigan savait que le secteur de Koprulu allait tomber sous la coupe des Ténèbres. Néanmoins, elle savait que la Coalition contribuerait à la paix et à la prospérité de ses habitants. C’était pourquoi elle acceptait ce destin. Sur ces mots, elle tira un puissant rayon quantique sur le déchu. Ce dernier résista malgré l’apparition de nombreuses fissures sur sa tête. Kerrigan comprit que sa puissance actuelle ne suffirait pas à vaincre Amon. Elle arrêta de tirer et commença à concentrer davantage d’énergie. Elle devint alors plus brillante qu’une étoile.

-Pars, Jim, dit-elle à Raynor. Il est temps.

Raynor se couvrit instinctivement les yeux devant cette forte lumière. Soudain, quelqu’un le souleva malgré son amure de combat. C’était Sylvestre sous sa forme de dragon. Le Zerg polymorphe était venu récupérer le rebelle de peur qu’il soit emporté par l’explosion. Sa radio perçut un message de l’Alliance.

-A toutes les forces alliées, appela Mathio. Montez à bord de vos vaisseaux et rejoignez-nous à notre localisation. Nous quittons le Vide.

Raynor aurait aimé voir Kerrigan une dernière fois mais c’était impossible. La brillance qu’elle dégageait la rendait invisible. Les cris de douleur d’Amon retentissaient pendant que l’immense plateforme commençait à se fissurer devant la puissance de Kerrigan. Sylvestre avait choisi de ne pas se retourner. S’il le faisait, il aurait fait demi-tour pour rejoindre Kerrigan. Mais il savait qu’il ne devait pas le faire ou ce serait sa mort. Volant vers l’Hypérion, Sylvestre monta à bord par le hangar. Une fois à l’intérieur, il prit sa forme de zergling.

-Tout va bien, commandant, demanda Matt Horner à Raynor.

-ça va, Matt, répondit Raynor. Dis aux gars qu’on se tire de là s’ils ne veulent pas finir atomisés.

-Entendu. Nous nous dirigeons vers le point de rendez-vous de l’Alliance.

Du côté Protoss et Zerg, leurs troupes avaient eu le temps de monter à bord de leur flotte respective et partirent pour l’Alliance. Sur place, l’organisation des Ténèbres terminait ses préparatifs pour le départ avec un immense cercle magique sur la plateforme.

-Tout est prêt, monsieur, informa un mage noir à la Boîte de Pandore.

-Parfait, dit Zabulon, montez à bord en attendant nos alliés.

Les alliés en question arrivèrent justement. La Boîte de Pandore exigea que tous les vaisseaux devaient se mettre au-dessus du cercle et de ne pas en sortir. Artanis, Raynor et Zagara eurent du mal à comprendre les ordres et obéirent. Soudain, quelque chose leur tira dessus. C’était la Lance d’Adun du Vide. Malgré les lourds dégâts et les multiples explosions qui se produisaient, l’immense vaisseau noir volait toujours.

-Bordel, jura Raynor. Il faut détruire cette chose.

-Oui, approuva Zagara. À l’attaque !!

-Non, intervint Mathio. Le rituel a été lancé. Nous ne devons pas quitter le cercle. Faute de quoi, tout ce qui se trouvera hors de ce cercle restera coincé ici. Alors, personne ne sortira de cette surface.

-Mais nous ne pouvons pas laisser cette imitation nous tirer dessus, dit Sélendis. Nous devons nous défendre.

-Je ne dis pas non, répondit le démon de l’Espoir. Mais restez dans le cercle. C’est un ordre.

D'après les experts, le rituel se lancerait dans trois minutes. C’était peu mais assez pour subir de lourds dégâts. Tous les vaisseaux qui le pouvaient ouvrirent le feu sur la fausse Lance d’Adun. Même le véritable vaisseau-amiral des Protoss usa de sa puissance pour terrasser sa copie.

-Visez le pont, dit Artanis en indiquant sur les radars de ses alliés la cible. Même s’il est créé par le Vide, ce vaisseau a besoin d’un équipage et de commandes. Sans eux, ce ne sera plus qu’un amas d’énergie.

Tous tirèrent et touchèrent la tête du vaisseau ennemi. Cette fois-ci, les dégâts furent suffisants pour faire tomber la Lance d’Adun noire.

-Bon débarras, lâcha Raynor. Qu’on ne revoit plus cette horreur.

-Combien de temps avant la fin du rituel, demanda Artanis.

-Trente secondes, répondit Mathio.

Les secondes semblaient interminables. La plateforme où avait eu lieu la bataille finale avait été réduite en poussière et les énergies se rapprochaient dangereuses de la flotte alliée. La panique commença à monter.

-Que tout le monde garde son calme, cria Xezbeth, nous allons bientôt quitter cet enfer. Dans cinq ! Quatre ! Trois ! Deux ! Un !

Le cercle magique s’illumina et dégagea d’incroyables énergies de Lumière et de Ténèbres. Les vaisseaux furent alors projetés dans un hyperespace. Quand les énergies se dispersèrent, la flotte avait disparu.

-Tout le monde va bien, demanda Raynor.

-Commandant, dit Matt surpris, regardez !!

En effet, la surprise fut de taille. Et pour cause, ils étaient tous devant Ulnar. Le lieu de repos des Xel’Nagas avait repris sa forme d’origine. À côté, se trouvaient trois immenses entités. Le premier était évidemment Don Stygian. À côté de lui, une femme belle et mignonne avec ses longs cheveux bleus clairs, ses yeux bleus et son visage irradiant de bonté. Son seul habit était une toge féminine blanche style Grèce antique et ornée d’un petit saphir. Pour bien amplifier son statut de déesse de la Lumière, Solaris portait de magnifiques bijoux dorés ornés de saphir. On pouvait voir un diadème, des anneaux au cou et aux avant-bras, des bracelets aux poignets et une ceinture sur laquelle était accrochée une épée assortie. Une beauté éclatante avec un corps bien proportionné. De quoi rendre jalouses les Poltergirls.

-Trop belle, pensèrent les quatre fantômes au service des Ténèbres.

Quant à la dernière personne, il était un être androgyne. Ses traits et ses courts cheveux bruns tombant à la nuque rendaient difficile la détermination de son sexe. L’absence de poitrine n’aidait pas beaucoup aussi. L’individu portait sur la tête un diadème composé de saphirs reliés par une fine chaine dorée. Une écharpe bleue clair enveloppait son cou.  Sa robe de sorcier était en trois parties. Le côté droit était en blanc, le côté gauche en noir. La partie centrale était une étole de couleur grise bradée d’or dont les deux bouts se joignaient à la manière d’une cravate. Une ceinture en toile ornée d’un gros saphir entourait la taille par-dessus l’étole. Comme bijoux, le troisième dieu portait des anneaux dorés aux doigts et des bracelets aux poignets. Comme souci de coquetterie, ses manches étaient brodées de petits saphirs. D’ailleurs, tout le monde se posa cette fameuse question : « Est-ce un homme ou une femme ? »

-Qui êtes-vous, demanda Zagara.

-C’est frustrant d’être méconnu, soupira Don Stygian. Enfin, une présentation ne sera pas de trop. Surtout pour ces deux-là.

-Hé, s’écrièrent les deux concernés.

-Presque tout le monde me connait mais je vais le redire. Je suis Don Stygian, véritable dieu des Ténèbres. La magnifique demoiselle que voici est Solaris, véritable déesse de la Lumière. Enfin, l’individu dont le sexe est inconnu même pour nous, des dieux, j’ai nommé Épicène, le dieu de la Lumièbre et des mortels. Autant vous dire que nous sommes de force égale.

Excepté les serviteurs des Ténèbres, tout le monde était surpris devant ces trois divinités qui semblaient assez fortes pour écraser tout l’Univers. Il suffisait de sentir leur aura pour percevoir leur incroyable puissance. Finalement, quelqu’un posa la question.

-Excusez-moi, demanda Sélendis, mais si vous êtes aussi puissants que vous le dites, pourquoi n’avez-vous pas arrêté Amon ou encore venir nous aider dans le Vide ?

-Chaque chose en son temps, dit Solaris. Il est vrai que nous avions assisté aux agissements d’Amon. Mais à cette époque, nous étions trop jeunes pour le combattre. Toutefois, nous savions qu’il reviendrait.

-Seulement, le Créateur nous a soumis à de nombreuses règles, continua Épicène. L’une d’elles nous limitait dans nos actions à intervenir directement. Quant à la raison, c’était pour que vous, les mortels, appreniez à vous débrouiller sans notre aide. Enfin, Don Stygian a quand même apporté sa contribution.

-J’ai respecté les règles, se défendit Don Stygian. Je n’ai fait que m’assoir sur un fauteuil à ma taille. Concernant la dernière question, nous ne pouvions venir chercher Amon dans le Vide car nous ne pouvions entrer dans cette dimension.

En effet, même si les trois grandes divinités pouvaient se déplacer à travers les dimensions, ils ne pouvaient entrer dans le Vide en raison de la forte concentration en énergies antagonistes à leurs pouvoirs. Si Amon avait été dans l’Univers, un seul des trois aurait suffi à anéantir le Xel’Naga déchu. Toutefois, s’ils ne pouvaient entrer dans le Vide, cela ne les empêchait pas de faire certaines choses. L’une d’entre elles fut de créer un trou dimensionnel pour permettre aux vaisseaux de quitter le Vide. Tout ce qu’il suffisait de faire, c’était de placer le cercle magique au point de départ et à l’arrivée. Ensuite, ils pouvaient voir tout ce qui se passait dans le Vide. Ils avaient donc assisté à la fin d’Amon. Cette fois, son corps fut consumé par le pouvoir de Kerrigan. En revanche, ils n’avaient pas trouvé Kerrigan, ni même son corps. Probablement détruit par sa propre puissance.

Raynor soupira de chagrin. Quelque part, il s’attendait à ça, même si une part de lui-même refusait de croire à sa mort. Dans les autres vaisseaux, on laissait éclater sa joie. C’était normal car on avait gagné contre Amon, un dieu aux pouvoirs terrifiants. Même si le prix à payer fut lourd.

Sur la chaine de l’UNN, on diffusait un nouveau flash d’information qui faisait état de la nouvelle situation après les batailles dans le Vide.

« Amon ! Le seul fait de prononcer ce nom suffisait, il y a quelques jours encore, à semer la terreur. Mais nous pouvons être soulagés à présent car les forces unies l’ont vaincu sur son propre territoire, le Vide.

Plusieurs semaines se sont écoulées depuis le début de cette guerre. À présent, les armées du dieu noir sont vaincues. Amon est un être malfaisant qui a rejeté le Cycle instauré par ses pairs. Pendant des millions d’années, il a préparé son retour en vue de détruire l’Univers. Afin d’arriver à ses fins, il a manipulé les Zergs et les Protoss. Seulement, son arrogance le conduisit sa perte car les deux races se sont affranchies de son emprise. Ses armées ne furent pas de taille à l’union des quatre armées qui se sont opposées à lui malgré la violence de cette guerre.

Cette guerre a aussi ses héros. À commencer par le Xel’Naga Ouros qui agissait depuis le Vide pour guider les premières personnes à avoir vent du complot d’Amon. Il donna sa vie et son essence pour permettre à Kerrigan de s’élever au rang de dieu et ainsi vaincre Amon. Le second fut Sarah Kerrigan, Reine de l’Essaim qui combattit courageusement pour la survie de notre Univers. Rendons hommage à ces deux héros dont le sacrifice restera dans nos mémoires.

Ces sacrifices n’auront pas été vains. À l’issue de la bataille, le dieu noir a été détruit. En ce moment même, les forces de l’Alliance sécurisent Ulnar afin de surveiller ce qui se passe dans le Vide. Aujourd’hui, l’Univers se relève de ses blessures causées par cette guerre meurtrière. C’est une nouvelle page d’histoire qui s’écrit avec une ère de paix et prospérité. »

Cette fois-ci, c’était vraiment la fin. Amon était mort pour de bon. Dans tout le Dominion, on hurlait de joie. Il restait encore un peu de travail à faire mais l’Alliance Démoniaque s’en occupait.

L’empereur Valérian autorisa enfin la recolonisation des mondes ravagés par la guerre. L’organisation Remodel revint pour aider à la reconstruction. Ils disposaient également d’experts en écologie pour redonner vie à la végétation détruite par le conflit. Les Protoss retournèrent sur Aïur avec la promesse de tout faire pour renforcer les bonnes relations entre les deux races. Les Zergs rentrèrent sur Char. Leurs leaders jurèrent de ne rien faire pour menacer leurs voisins avec la guerre qui les avait rapprochés.

Sur Mar Sara, les habitants étaient revenus coloniser leur planète qui fut deux fois dévastée par les guerres. On espérait que c’était enfin terminé. Raynor s’était rendu là-bas pour aider à la reconstruction. Il était marshal avant de rejoindre la rébellion contre la Confédération. Son passé d’ancien voyou lui avait donné une réputation assez appréciée des habitants. Profitant d’une journée de congé, il alla au bar de Joey Ray. Le barman était un bon ami qui le connaissait comme les autres habitants. Seulement, Raynor n’était pas seul à boire. Il y avait aussi Sylvestre et Ner’zhul. Le Zerg polymorphe était chagriné de la disparition de Kerrigan. Il suffisait d’entendre ses pleurs pour comprendre sa détresse. Parce qu’il avait vécu ce genre de déprime, Raynor se chargea d’emmener le Zerg avec lui en espérant pouvoir le consoler.

-Qu’est-ce que je vous sers, demanda le barman malgré sa surprise devant ses deux nouveaux clients.

-Plusieurs choppes de bière, demanda Sylvestre entre deux sanglots. Les plus grosses que vous ayez. J’ai un chagrin à noyer.

-Rien pour moi, dit Ner’zhul. De toute façon, je ne peux rien boire étant un fantôme.

-Comme d’hab, répondit Raynor.

Le barman apporta les boissons. Il fut surpris de la descente d’alcool par Sylvestre. Contrairement à ce qu’il pensait, il n’arrivait pas à oublier sa peine et continua à verser des larmes de chagrin.

-C’est la première fois que je vois un Zerg ici, avoua le barman. C’est encore plus incroyable d’en voir un pleurer.

-Quand Sylvestre a subi ses modifications, expliqua Ner’zhul, la Boîte de Pandore lui a conféré des sentiments humains. Cela inclut également la tristesse.

-Sans vouloir me mêler de ce qui ne me regarde pas, ces manteaux noirs ont eu une drôle d’idée d’intégrer des sentiments à un Zerg.

-Vous pensez comme le premier Maître-Esprit, répondit le Protoss fantôme. Pour lui, les émotions sont une entrave. Seulement, retirer une telle chose est bien plus néfaste que vous ne le pensez. Si vous dites que les émotions peuvent vous entraver, alors ils peuvent vous rendre plus forts et plus efficaces que si vous étiez dénués de ces bagages inutiles.

Le cas de Kerrigan était le parfait exemple. Par son fort désir de revanche, elle avait réussi à relever l’Essaim et à le rassembler par une plus forte volonté que la Reine des Lames.

-Ouh, là, répliqua le barman, ce n’était pas ce à quoi je pensais. C’est juste que c’est un peu contre-nature.

-Et pourtant, ça apporte beaucoup plus à l’Essaim, dit Ner’zhul. Excusez-moi. Je dois le sortir.

Le soulevant avec une force invisible, le manteau blanc emporta Sylvestre soûl dehors. Quelques secondes après, on entendit vomir. Le Zerg n’avait pas l’alcool léger. Le barman était bien content que Sylvestre avait vomi dehors. Bonjour l’odeur ! Ner’zhul revint avec Sylvestre qui avait pris sa forme de zergling. Il dormait maintenant avec sa soudaine consommation d’alcool.

-Il n’empêche, demanda Raynor, comment un Zerg pareil a pu voir le jour ?

-C’est une longue histoire, répondit Ner’zhul. Le premier Maître-Esprit avait demandé à la Boîte de Pandore de lui créer un Zerg à l’insu de tous pour aider Kerrigan.

-Et ils ont accepté, s’étonna Raynor qui avait du mal à croire que ces dix démons obéissent à une telle entité. Gratuitement ?

-Évidemment, il y a eu un pacte, dit Ner’zhul. De l’autre côté, la Boîte de Pandore n’avait pas les mêmes notions que leur client. Si le Maître-Esprit voulait sauver son Essaim, eux voulaient sauver l’Univers. Pour ça, ils ont réussi à arracher un paquet d’informations au Maître-Esprit. Ses connaissances, ses souvenirs et même son immortalité.

Raynor ouvrit grand les yeux. Là où tout le monde aurait échoué, la Boîte de Pandore avait obtenu ce qu’ils voulaient. Le premier Maître-Esprit était un être très intelligent mais naïf face aux fourberies des démons. Quand Sylvestre fut terminé, on lui avait donné sa mission : veiller sur Kerrigan pour qu’elle accomplisse sa destinée.

-Vous imaginez bien que Sylvestre s’est parfaitement acquitté de sa tâche, dit Ner’zhul. Durant ses voyages, il a acquis de nombreux talents et compétences pour devenir un Zerg à tout faire et être utile à la reine. Autant dire qu’elle appréciait ses services.

-J’imagine, répondit Raynor. Aujourd’hui, il porte le deuil. Enfin, l’Essaim a un nouveau leader. Vous allez la servir, non ?

-C’est ce que nous ferons, confirma Ner’zhul. Sylvestre n’a pas encore le niveau de commandement de Kerrigan. Il faut dire qu’il a été essentiellement tourné vers le combat mais c’est le cadet de nos soucis. Juste avant de partir, Kerrigan lui a fait don d’un cadeau pour corriger ce défaut. Son évolution sera rapide mais nous devons œuvrer pour la nouvelle reine. Zagara est quelqu’un de dévouée. Elle a bien retenu les leçons et saura rester à l’écart des Terrans et des Protoss.

-Tant mieux, dit Raynor.

-Par contre, on se construira un petit empire autour de Char, reprit Ner’zhul. C’est le projet qui a été décidé à la grande réunion. Les Poltergirls ont donné leur approbation. En principe, vous serez avertis des planètes conquises. Par contre, évitez d’y mettre les pieds si vous tenez à la vie. Mais pour revenir au sujet, Zagara est une Zerg pure souche. Elle ne possède pas des sentiments et les traits de caractères qui faisaient le charme de Kerrigan.

Raynor eut un petit sourire. Il comprenait l’attachement sans borne de Sylvestre pour Kerrigan. Certes, ce n’était pas de l’amour pur dans le cas de Sylvestre mais il avait été là quand Sarah avait besoin d’aide, de réconfort. Au moment de partir, Raynor paya les boissons et ramassa Sylvestre qu’il mit dans son Vautour. Ner’zhul retourna dans le Nécro-cristal.  Sur le chemin du retour, Sylvestre se réveilla dû aux secousses du Vautour en mouvement.

-T’es réveillé, observa Raynor. Ner’zhul m’a raconté pas mal de trucs sur toi. Il parait que tu as été son majordome.

-Je suis un Zerg à tout faire, répondit Sylvestre. Hic ! J’ai tout fait pour veiller à son confort parce que le Léviathan, ce n’est pas un hôtel cinq étoiles. Hic !

-Je m’en doute, dit approuva Raynor. Merci d’avoir veillé sur elle.

-C’était mon rôle, ma mission, ma raison d’être.

-Mais elle n’est plus là, compléta Raynor avec compréhension. Je comprends ce sentiment. J’étais comme ça avant. Je buvais plus que de raison pour faire taire les fantômes du passé. Cette fois, elle est partie pour bon mais de bonnes raisons.

-Menteur, répliqua le Zerg polymorphe. Il y a une part de toi qui refuse de croire à sa mort.

-Sors de ma tête, Sylvestre, dit Raynor d’un air amusé.

-ça, c’est le problème de Ner’zhul, se défendit le Zerg polymorphe.

Raynor sourit devant cette défense de mauvaise foi. Au moins, le Zerg avait repris du poil de la bête. Intérieurement, il était vrai que Raynor avait du mal à croire que Kerrigan soit morte. Ce n’était pas son genre. Une battante comme elle survivrait à ce choc de titans. C’était l’intuition qu’il avait. Que se passerait-il si Kerrigan revenait ? Sylvestre se précipiterait pour la retrouver et lui montrer son affection débordante. Il tenterait aussi de la ramener dans l’Essaim. Mais serait-ce le souhait de Kerrigan ?

De retour sur Char, Sylvestre retrouva Zagara, Stukov, Izsha et Abathur à la ruche principale. Tous l’attendaient pour réorganiser l’Essaim.

-Où est Dehaka, demanda Sylvestre.

-Il est retourné sur Zérus, expliqua Zagara. Nos accords sont terminés avec lui.

-Quel dommage, soupira Sylvestre. Avec l’Alliance, il aurait pu obtenir de nouvelles essences comme il le souhaitait.

-Nous renouvellerons les accords le moment venu, intervint Zagara. Pour l’heure, nous sommes invités sur Korhal pour… célébrer notre victoire sur Amon.

Sur California, les Poltergirls défilaient avec l’Alliance dans les rues de la capitale. Partout où elles passaient, la foule les acclamait en héros. Par leur présence et leur force, le Dominion et l’Univers avaient tenu face à la folie d’Amon. Le défilé alla jusqu’à l’université où les étudiants accueillaient avec joie celles qui avaient été à la hauteur de l’établissement. Elles rendirent visite au père de Silvie qui s’était occupé d’elle pendant plusieurs années. Ce dernier fut heureux de les revoir et fier de ce qu’elles avaient.

Pour échapper à la horde de fans hystériques, les Poltergirls s’enfuirent dans le Manoir du Pandémonium, un hôtel cinq étoiles. La loge VIP fut leur cachette. Un endroit confortable où elles avaient laissé de nombreux souvenirs.

-Sérieux, soupira Silvie. Quelle galère d’être poursuivies par ces fans.

-C’est la rançon de la gloire, répondit Carla avec sagesse. Nous avons accompli tant de choses et sommes devenues dans des légendes. Quoi de plus normal que d’être adulées ?

-Il faut qu’on demande aux patrons des congés, dit Iris. Après tout ce qu’on a vécu, on mérite bien un peu de repos.

-Où ira-t-on, demanda Jennifer.

-Sur Char !!

Les trois autres Poltergirls se retinrent de rire. Toutefois, il y avait une chose de vrai, elles méritaient des vacances. Mais avant ça, elles devaient se rendre sur Korhal car un évènement important allait s’y produire.

Aux marches du palais impérial, Kate regardait le monde fou venu de tout le Dominion. On se croirait à la cérémonie des Oscars à Cannes. L’armée du Dominion et de l’Alliance Démoniaque formait un lourd cordon de sécurité pour empêcher tout possible attentat. Le tapis rouge était défilé. 

-Bonjour, commença Kate, ici Kate Lockwell en direct du palais impérial où va se tenir la grande fête en l’honneur de la grande victoire contre Amon. Les représentants des quatre races ont été conviés à la fête. N’est-ce pas, Diethard ?

-Oui, Kate, approuva l’androïde journaliste. Nous allons avoir le Dominion, cela va de soi, les Protoss, l’Alliance Démoniaque et évidemment les Zergs.

Kate frissonna de terreur. Elle ne comprenait pas tellement le rôle de l’Essaim dans cette guerre mais elle jugea bon de ne pas faire de commentaires à ce sujet. Soudain, plusieurs voitures de luxe arrivèrent. Des marines ouvrirent les portes pour faire passer les premiers invités. Le commandant Raynor arborait un élégant costume noir. Matt Horner portait son habituel uniforme mais avec beaucoup plus de décorations. Des officiers et des fantômes se joignirent mais ils ne furent pas les seuls. Des personnalités notables ayant contribué indirectement à la guerre arrivèrent. Il s’agissait de nobles, de sénateurs, de gouverneurs, de scientifiques et de héros sur le champ de bataille.

Arrivèrent ensuite l’Essaim. Au lieu d’arriver en capsule de débarquement, les fiers représentants de l’Essaim arrivèrent par un portail des Ténèbres. Sylvestre avait pris sa forme hydralisk bleu-vert et portait un costume noir. Ner’zhul avait toujours son manteau blanc mais avait ajouté un nœud papillon. Zagara ne portait rien. Elle ne voyait pas l’intérêt de porter des vêtements. Stukov portait aussi un nœud papillon. Son visage n’était pas inconnu pour certains.

-Dites-moi, demanda Kate, ce Terran contaminé. Serait-ce Alexeï Stukov ?

-Je vous confirme, répondit Diethard. C’est bien lui.

-Comment est-ce possible ?

-En fait, expliqua l’androïde, monsieur Stukov n’est pas mort sur le champ d’honneur mais de la main de ses compatriotes qui avaient été manipulés par Narud alias Samir Duran à l’époque. Ensuite, il fut ressuscité et contaminé par un cérébrate. On le sauva de cette contamination mais il fut capturé pour être étudié comme cobaye à la Lance du Ciel par le maléfique Narud. Inutile de dire que sa nouvelle apparence est le fruit de ces années d’expérimentation forcée.

Kate compatit. Sur Terre, on racontait qu’il était mort en héros alors que la réalité était toute autre. Seulement, le travail l’appela immédiatement. En effet, les Protoss arrivaient. Ils se firent transférer au pied d’un pylône installé préalablement.

-Mesdames et messieurs, s’exclama Diethard, acclamons les Protoss à qui nous devons une fière chandelle durant la première partie de cette guerre pour avoir sauvé Korhal et banni Amon. En tête du groupe, nous avons le hiérarque Artanis, celui qui a réussi à unifier les Protoss sous sa bannière. La Matriarche Vorazun, exécutrice des Nérazims. Ne vous fiez pas aux apparences car elle est une farouche guerrière. Le haut seigneur des Tal’darims Alarak que vous connaissez très bien pour son combat épique lors de son Rak’Shir contre son prédécesseur. Le phase-forge Karax, un chercheur/technicien nommé Templier pour ses actes de bravoure et ses recherches acharnés sur la Clé Xel’Naga. Talandar (anciennement Fénix car il avait enfin trouvé un nouveau nom), l’exécuteur des Purificateurs et le symbole de la réconciliation entre les Purificateurs et Aïur. Rohanna, grande conservatrice à qui nous devons la découverte des véritables motivations d’Amon. Sans oublier, l’exécutrice Sélendis, Téléris, Dunkelion, Eoris et Ji’nara.

Diethard ne s’attarda pas trop sur le cas de l’exécutrice. Déjà qu’elle souffrait certainement de ce qu’elle avait fait quand elle était sous le contrôle d’Amon, en parler serait une humiliation publique à éviter. Les Protoss montèrent les marches sous les acclamations de la foule. Des enfants agitaient leur poupée Alarak. Il ne manquait plus que l’Alliance Démoniaque. Pour beaucoup, leur rôle fut plus important qu’on ne le pensait. En effet, ils avaient agi dans l’ombre pour amener plusieurs évènements capitaux à se réaliser. Bien sûr, on se doutait bien qu’ils n’avaient pas agi par gaîté de cœur et que leur motivation était la conquête du secteur de Koprulu. Seulement, l’organisation des Ténèbres avait certainement préparé des coups retors pour obtenir ce qu’elle revendiquerait.

Soudain, un immense portail des Ténèbres apparut et des formes en émergèrent. La Boîte de Pandore apparut les premiers. Ils portaient comme toujours leur manteau noir. Derrière eux, leurs Bras Droits qui portaient d’élégants costumes et des robes pour les femmes. Autant dire que beaucoup de regards convergeaient sur eux. Ils dégageaient un charisme incroyable. Les suivants furent les commandants de l’Alliance. Moins décontractés que leurs supérieurs, ils dégageaient une incroyable aura de puissance qui fit suffoquer Kate. Si on venait à engager les hostilités contre eux, nul doute que ces haut-gradés feraient un massacre. Enfin, les quatre dernières personnes furent les plus attendues : les Poltergirls. Vu l’accumulation de statuts, il était naturel de les considérer comme parmi les plus grands héros du Dominion malgré leur affiliation avec l’Alliance Démoniaque.

Dans la grande salle où toutes les convives se trouvaient, on commença par le repas. Les Protoss n’avaient pas de bouche, ils durent manger autre chose : l’énergie d’un orbe de lumière. Un mets délicieux pour les extraterrestres. L’empereur Valérian se leva et tapa dans son verre pour attirer l’attention de tous.

-Mes amis, dit-il, aujourd’hui, nous fêtons notre victoire sur Amon. Par nos efforts conjugués, nous lui avons survécu et mis fin à son règne de terreur. Toutes les personnes présentes à cette table ont contribué à ce succès. Seulement, cette victoire nous a coûté bien des vies pour l’obtenir. Des vies irremplaçables. Une personne aurait dû se trouver parmi nous et elle a donné sa vie pour détruire le Déchu.

Tous avaient parfaitement compris qu’il s’agissait de Kerrigan. Comme l’avaient prédit les prophéties Xel’Nagas et Mathio, la Reine de l’Essaim avait eu un rôle capital dans la défaite d’Amon.

-Néanmoins, nous devons rester forts et ne pas nous lamenter sur le passé. Aujourd’hui, c’est une ère de paix qui se profile. Par cette union qui nous a rapprochés durant cette guerre ultime, nous devons la maintenir pour espérer atteindre la paix et faire face à d’autres menaces à venir. Pendant longtemps, les trois races qui vivaient ici se sont battues dans un conflit interminable pour des raisons stupides comme la peur de l’autre, le mépris de l’autre, le désir de s’accaparer le bien d’autrui. Tout cela doit cesser car trop de sang a coulé. Pour assurer le maintien de cette paix, l’Alliance Démoniaque se posera en médiateur. Sur ce, je laisse le Général Mathio s’exprimer à ce sujet.

L’empereur Valérian se rassit sous les acclamations des convives. Mathio prit alors la parole. Il était gêné d’avoir autant de monde inconnu pour lui. Après avoir quelques secondes, il commença ses explications.

-Merci à tous d’être là. Cette fête ne va pas seulement célébrer notre victoire sur Amon mais aussi de briser les barrières qui nous séparaient. À cause de ces barrières, des guerres se sont produites emportant des êtres chers. Alors, on ne va pas mentir, l’Alliance Démoniaque a assuré vos arrières et vous a guidés vers la bonne voie. Dire que nous avons tout fait serait de l’arrogance. C’est quand même vous qui avez accompli toutes ces choses qui ont permis la défaite d’Amon. Aussi, nous, l’Alliance Démoniaque, annonçons l’annexion du secteur de Koprulu à ses territoires.

Ça, presque tout le monde s’y attendait. L’Alliance Démoniaque n’était pas du genre à mentir. Restait à savoir comment les choses allaient se passer.

-La politique des Ténèbres est la domination. Les dirigeants actuels restent à leur poste. Nous n’interviendrons très peu dans vos politiques mais exigerons que des traités de paix avec la Coalition Obscurienne. Néanmoins, il faut accepter la présence de bien des choses. Premièrement, des statues à l’effigie de Don Stygian. Leur présence montrera à tous que les Ténèbres règnent en maître et que vous vous trouvez sous notre protection. Deuxièmement, les bases que nous installerons. Il est dans l’ordre des choses de positionner nos troupes pour assurer notre protection et notre autorité. Naturellement, nous nous mettrons d’accorder pour l’emplacement des bases et dans le respect des traditions. Maintenant, faisons la fête !

La fête battait son plein. Tous s’amusaient. Sur les conseils de Mathio, les convives allaient approcher les convives des autres races afin de partager leurs points de vue. Karax conversait avec Swan sur la construction de membres artificiels. Un sujet qui les avait bien rapprochés à leur première rencontre. Certains fantômes allaient voir Vorazun pour connaitre les techniques de combat des Templiers Noirs. Au cours de la fête, Artanis alla trouver le professeur Knowing. Bien des choses l’intéressaient au plus haut point. Il la trouva en compagnie de Téléris et Dunkelion.

-Ah, dit-elle en voyant Artanis, hiérarque, vous tombez bien.

-Moi de même, répondit le concerné. Nous allons avoir beaucoup à se dire.

-Vous ne croyez pas si bien dire, approuva l’archéologue. La connaissance des Xel’Nagas va passer par votre civilisation. J’aimerais beaucoup connaitre votre histoire. En échange de quoi, je vous apporterais les résultats de mes recherches.

-Nous serions honorés, répondit Artanis.

C’était tout à fait naturel pour l’archéologue car les Protoss étaient les héritiers des Xel’Nagas. Les priver de ce savoir aurait été injuste. Le peu des Xel’Nagas qu’ils connaissaient n’était que mensonge pour pouvoir les manipuler.

-Toutefois, j’aurais une question, reprit Artanis. Apparemment, vous venez d’un monde extérieur au secteur de Koprulu et même très éloigné. Pourtant, vous dites avoir trouvé des temples Xel’Nagas.

-C’est exact. Enfin, c’est l’Alliance qui les a trouvés. Moi, j’ai juste réussi à décrypter plusieurs de leurs secrets.

Téléris et Dunkelion confirmèrent sans peine. À leur arrivée dans ce monde, ils avaient localisé un temple et l’avaient vidé de ses reliques pour éviter qu’elles tombent entre de mauvaises mains. Au début, ils ne s’étaient pas posé la question mais après avoir trouvé d’autres temples, la question se devait d’être posée.

-Il faut qu’on en sache plus sur ces temples, dit Artanis. Si les Xel’Nagas sont allés là-bas, c’est qu’il y a une raison. Téléris, Dunkelion, vous connaissez mieux quiconque ce monde et ses coutumes. Je vous charge donc de vous rendre là-bas et de découvrir les secrets de ces temples.

-Ce sera avec joie, hiérarque, répondit le haut-templier.

-ça ne me pose aucun problème, dit le professeur Knowing. Plus on est de fous, plus on rit.

Il y avait aussi une autre raison d’enquêter sur ces temples. Dans ses derniers instants, Ouros avait révélé qu’il y aurait d’autres Xel’Nagas et qu’ils seraient cachés dans ce monde. Avec de la chance, Amon n’était pas allé dans ce monde et ces Xel’Nagas étaient encore en vie.

-Vous permettez que je m’immisce dans votre petite conversation ?

C’était Eoris, la seconde aspirante. Comme à son habitude, elle portait son Mentali comme une écharpe. Sa pokémon poussait d’adorables gémissements.

-Qu’est-ce qui vous amène, Eoris, demanda Artanis.

-L’archéologie, répondit la concernée. Surtout quand il s’agit des Xel’Nagas.

-Venant d’un Tal’darim, c’est assez surprenant, fit remarquer Téléris.

-Très drôle, se moqua Eoris. Disons que depuis un moment, je me posais pas mal de questions sur les motivations d’Amon. D’abord, j’avais accepté les convictions du dieu noir. Seulement, quand je suis allé observer les humains, j’ai découvert bien des choses. Certes, ils sont stupides mais en quoi étaient-ils différents de nous ? Pour s’élever sur la chaine de l’Ascension, nous usons de tous les coups bas pour y parvenir. C’est la même chose pour eux afin d’obtenir des positions confortables pour leurs désirs personnels. Pourtant, j’ai vu des choses auxquelles je ne m’attendais pas à voir. Des gens capables de faire preuve de sentiments inconnus pour moi. Il en allait de même pour des mondes ô combien magnifiques. Selon les convictions d’Amon, même ces mondes devaient être détruits. Annihiler ce qui nuisait à l’Univers était une chose mais tout détruire était une aberration pour moi. Je n’avais pas la force de vaincre Ma’lash, c’est pourquoi j’ai dû prendre des chemins détournés.

-Comme s’associer avec l’Alliance ou encore soutenir Alarak au Rak’Shir.

-Tous les moyens sont bons pour réussir, se défendit Eoris. Maintenant, les Tal’darims sont libres et peuvent le chemin qu’ils désirent. Vous suivre ou suivre le haut-seigneur. Mon choix se porte sur les Daelaams. Le sang a assez coulé aujourd’hui.

-C’est une vision pour laquelle je compte bien œuvrer, répondit Artanis. Vos lames nous seront d’une aide précieuse.

-De même pour moi, dit Téléris. De plus, vous êtes une des rares Protoss à bien connaitre là où nous allons.

Ailleurs, dans la salle, Raynor et Matt observaient une chose étrange. L’empereur avait disparu et il n’était pas le seul. La Boîte de Pandore avait aussi disparu.

-Matt, ça sent les embrouilles.

-Vous pensez qu’ils travaillaient ensemble, demanda l’amiral.

-Ce n’est pas impossible, répondit Raynor. Et si c’est vraiment le cas, ça expliquerait bien des choses.

Fouillant la salle du regard, Raynor vit une porte gardée par une dizaine de sbires Rocket. Un tel déploiement cachait forcément quelque chose. Curieux, il s’approcha de la porte mais…

-Halte, commandant, dit un sbire Rocket. L’accès à cette salle vous est interdit.

-Peut-on savoir qui se trouve derrière cette porte, demanda Raynor. La Boîte de Pandore ?

-ça, c’est une question à laquelle nous ne répondrons pas. Nous avons des ordres et nous y obéirons quand vous le vouliez ou non.

Dans cette salle privée, la Boîte de Pandore avait fait venir l’empereur Valérian et les représentants de l’Essaim. Le moment était venu de payer. Par ici, le bling-bling ! Pardon, les Zergs n’avaient pas d’argent.

-Bien, dit Mathio avec une joie qui exultait, vous savez pourquoi je vous ai convoqués ici.

-Le pacte, répondit Zagara.

-Exact, confirma Xezbeth en montrant le papier en question. Il est dit qu’en échange d’un vœu, n’importe lequel, nous devions créer un Zerg aussi puissant que la Reine des Lames et apporter notre aide à l’Essaim contre sa guerre contre Amon.

-Reine Zagara, demanda Bélial, la Boîte de Pandore a-t-elle rempli sa part du marché ?

Zagara ne pouvait qu’approuver. Sylvestre possédait des capacités qu’aucun autre Zerg n’avait. Il était évident qu’il pourrait détrôner sans peine l’actuelle leader de l’Essaim. Seulement, ses aptitudes de commandement n’étaient pas forts que les siennes. Quant à l’autre clause, Kerrigan avait clairement dit qu’ils pouvaient la considérer remplie avec leur intervention durant la bataille finale. Au final, l’Alliance Démoniaque avait rempli toutes les conditions. N’importe quel vœu. L’Essaim était dans le creux de la main de ces démons. Ils pouvaient demander leur destruction s’ils le souhaitaient mais des êtres comme eux étaient plus malins.

-Par le contrat qui nous lie, déclara Jessonia, nous sommes en droit de prononcer notre souhait : l’Essaim va travailler pour l’Alliance Démoniaque.

Les dix démons poussèrent des rires démoniaques. Comme la salle était insonorisée, personne à l’extérieur ne les entendit. Zagara soupira. Elle n’avait pas le choix. Elle devait obéir à la Boîte de Pandore qui était leur nouveau leader. Quant à Valérian, il officialiserait l’annexion du Dominion aux territoires de l’Alliance mais les choses devaient se faire en douceur pour éviter les émeutes.

-N’ayez aucune crainte, rassura Uphir. Notre association vous ouvrira des portes qui vous mèneront à des trésors d’essence. La dégustation promet.

Zagara ne semblait guère convaincue mais elle savait que l’Univers était vaste. Cela voulait dire des nouveaux ennemis, de nouvelles créatures et donc de nouvelles essences. Sur un balcon, les Poltergirls regardaient les étoiles.

-Vous semblez pensives, dit Raynor qui arriva.

-Ce n’est rien, Jim, répondit Silvie. On pensait à ce que nous allions faire après cette fête.

-C’est qu’il y a le Dominion à reconstruire, ajouta Carla.

-Et n’oublions pas l’Essaim, rappela Iris. Nous sommes quand même les princesses de l’Essaim. Nous avons des responsabilités et un rôle avec ce qu’a laissé Sarah.

-Autant dire qu’on aura du boulot, termina Jennifer.

-Oui, comprenait Raynor. Mais après.

Ça, c’était une bonne question. Étant des membres de l’Alliance Démoniaque, il était logique que l’organisation des Ténèbres fasse appel à leurs compétences pour des problèmes ailleurs dans l’Univers. En attendant, elles seraient envoyées à l’Académie Fantôme pour s’occuper de la formation des jeunes fantômes. Marius avait encore des progrès à faire avant de passer ses examens.

-C’est dur de l’oublier, pas vrai, dit Silvie à Raynor.

-C’est vrai, admit Raynor. Mais là, ça passe mieux. Et vous ? Vous ne la pleurez pas ?

-ça fait un moment que nous l’avons pleuré, expliqua Carla. Maintenant, nous sommes en paix. Maitre Xezbeth nous a aidées à apaiser nos émotions.

-Et puis, nous devons respecter ses dernières volontés, dit Iris. Nous volerons de nos propres ailes. Nous ne pouvons pas dépendre d’elle pour toujours.

-Nous sommes les Poltergirls, ajouta Jennifer, l’aurore des Ténèbres et la meilleure escouade de fantômes. Nous avons dédié nos vies aux Ténèbres. C’est une chose qui ne changera jamais.

Raynor fut impressionné par autant de maturité. Il sentait qu’elles avaient un bel avenir devant elles. Ces dernières continuaient à regarder les étoiles. Cela leur rappelait tout ce qu’elles avaient vécu. Les missions qu’elles avaient accompli, les farces, les moments de joie et de chagrin, les retrouvailles, les galères, les entrainements et bien d’autres encore. Ce moment de nostalgie passé, les Poltergirls retournèrent à l’intérieur participer à la fête. Raynor resta encore un peu dehors. Lui aussi avait une vie bien remplie.

Un enfant de ferme qui s’était engagé dans les armées de la Confédération. C’était dans ces années qu’il avait rencontré Tychus. Le dégoût pour la hiérarchie militaire et autres circonstances les poussèrent à déserter, devenant ainsi des hors-la-loi. Seulement, quand ils étaient sur le point d’être capturés, Tychus se sacrifia pour son ami. Raynor alla sur Mar Sara où il se fit Marshall en échange d’un blanchissement de son casier judiciaire. Il fonda une famille où tout semblait aller pour le mieux. Seulement, les pouvoirs psychiques que posséderait leur fils attirèrent l’attention de la Confédération. Malgré le refus de Raynor basé sur son expérience avec eux, l’enfant partit pour Tarsonis. Mais quelques mois plus tard, une lettre annonçant la mort de leur fils arriva. Détruite par cette nouvelle, sa femme mourut de chagrin. Face à cette perte, Raynor donna tout dans son travail jusqu’à l’arrivée des Zergs.

-Vous êtes bien nostalgiques, monsieur Raynor, dit une voix en réveillant le concerné de ses pensées.

Raynor tourna la tête et vit Naphto et Aspiemon. Tous deux portaient d’élégants costumes noirs. À l’intérieur, Lina et son partenaire s’amusaient et papotaient avec les Protoss.

-Et vous êtes, demanda Raynor méfiant.

-Juste une ombre, répondit Naphto. On me connait sous le titre de Dark Foreshadow.

-C’est étonnant que je vous ai pas vu sur le champ de bataille, fit remarquer Raynor.

-Mon rôle est l’espionnage, expliqua Naphto. Mais s’il le faut, je sais me montrer dangereux. Malheureusement, très rares sont ceux qui ont survécu à ma puissance.

Raynor afficha un regard qui disait très clairement « Vraiment ? ». Pourtant, son expérience lui disait de se méfier de ce gars. La Coalition Obscurienne disposait dans ses rangs des milliards de soldats tous aussi dangereux les uns que les autres. On comptait près d’une centaine d’organisation des Ténèbres et plus de trois cents groupes d’assaut. À cette pensée, Raynor se rappela de Naphto le leader de la Virus Army. Ce dernier rentra à l’intérieur. Il était inquiet pour sa petite amie qui allait se faire aborder par un grand nombre d’individus de sexe masculin.

Le Vide, un royaume désolé où rien ne pouvait vivre excepté ceux qui étaient nés ici. Dans une roche éloignée des combats contre Amon, se cachait un temple. À l’intérieur de ce temple, deux sarcophages attendaient leur heure depuis des millions d’années. Finalement, ce moment arriva. Les deux sarcophages s’ouvrirent et des ombres en sortirent.

-Il semble que le Maître a été vaincu, disait la première ombre.

-Alors, c’est à nous de jouer, répondit la seconde ombre. Nous devons rassembler les fragments du Maître. Quand il sera de nouveau parmi nous, ensemble nous accomplirons notre purification de cet Univers corrompu.

FIN

Devant son ordinateur, Mathio rédigeait ses fanfics. Soudain, il sentit une présence derrière lui. Se retournant, il vit alors le lecteur. 

Mathio : Oh ! Bonjour. Déjà, merci d’avoir lu la trilogie Poltergirls. Mais aussi quel dommage que ça se termine. Mais bon, tout a une fin. Pour clore la trilogie, j’invite un de mes personnages j’ai nommé Don Stygian !!! (Claque des doigts)

Don Stygian (Apparait): Bonjour à tous, mortels ! C’est un grand honneur que d’être invité par son créateur.

Mathio : Tout le plaisir est pour moi. Ce charmant chapitre aura droit à plusieurs parties.

  • Les commentaires de l’auteur sur Starcraft 2
  • L’écriture de la trilogie Poltergirls
  • Le devenir des Poltergirls.

Don Stygian : Sans plus tarder, commençons par les commentaires du créateur avec la campagne Terran. Premier gros point positif, les graphiques sont meilleurs que dans le premier.

Mathio : ça commence très bien avec Raynor déprimé et des médias corrompus. Mes meilleurs moments sont avec l’UNN où Kate présente les faits sur le terrain. Seulement, dès qu’elle parle en bien de Raynor et de ses rebelles, tu as l’autre abruti de Donny qui l’interrompt avec un discours totalement contradictoire avec ce que disait sa collègue. Le passage sur l’Odin était aussi épique avec Donny qui explose pendant le générique de fin. Globalement, les missions étaient intéressantes et variées. Côté scénario, c’était bien car on introduisait ce que tout fan de Starcraft attendait depuis le premier nom : les hybrides. Apparus dans la mission secrète de la campagne Zerg de Brood War. On découvre Duran créant des hybrides. Il était naturel de les voir apparaitre dans le deux. Ce fut chose faite avec la mini-campagne Protoss.

Don Stygian : Question humour, on n’était pas déçu.

Mathio : Oui mais ce n’est pas le plus important. Vu que je ne sais pas quoi dire après, je vais passer à la campagne Zerg. Des commentaires que j’ai vu, beaucoup trouvaient cette campagne plus linéaire. Moi, je réponds « c’est normal ». D’un côté, on a un James Raynor déprimé et avec plusieurs objectifs dans tous les sens. De l’autre, on a Kerrigan qui savait exactement ce qu’elle voulait. Avouons-le, quand on a une vengeance qui nous tient trop à cœur, pas la peine de faire d’immenses détours. En clair, quand on a un objectif bien précis, on va droit au but.

Don Stygian : Et plus, la campagne n’était pas mauvaise.

Mathio : En effet. Après les hybrides et leur complot de détruire l’Univers, nous découvrons le nom du leader de la Meute du Vide et ce qu’il a fait des Zergs. Ensuite, vint Stukov. Grosse surprise. Mais plus surprenant encore, Narud. Pour comprendre sa trahison, il faut lire les romans mais j’en reparlerais plus tard. Stukov nous révèle la vraie nature de ce docteur. À l’époque, j’ai tout de suite fait le rapprochement avec Duran. Malheureusement, rien dans la campagne Zerg et dans les romans ne venait confirmer la théorie mais c’était évident que Duran = Narud. Une autre réaction que j’ai eue : la fausse mort de Raynor. J’avais eu du mal à y croire. C’était un personnage important de Starcraft. Heureusement que c’était faux. J’étais soulagé quand j’ai su la vérité. Ce gars était trop précieux pour le tuer. Quant à la cinématique de fin, elle était géniale. Une anecdote dessus, une vidéo sur ce qui semblait une version incomplète et bâclée de cette cinématique a été diffusée. Je n’ai pas beaucoup d’info dessus mais elle a bien fait parler d’elle.

Don Stygian : Et on arrive à la campagne Protoss.

Mathio : Question révélations, on a été servi. Premier point : Duran = Narud. YES !!! (S’excite de joie) On l’attendait celle-là depuis un moment. Le prologue annonçait déjà la couleur de la campagne. La dernière mission du prologue m’a paru la plus intéressante : Introduction de Ma’lash et début de développement sur la personnalité d’Amon. Un seul mot pour décrire ce psychopathe : nihilisme. Sérieusement, la souffrance qu’il veut nous libérer fait partie de la vie. Sans cette souffrance, notre existence n’aurait aucun sens. Et non, je ne suis pas masochiste. 

Don Stygian : Enfin, ce n’est qu’un canular pour dissimuler ses vraies raisons. Arrive enfin la campagne. Le sacrilège que Blizzard a commis. La mort de Zeratul.

Mathio : ça se sentait dans la cinématique. Tuer ce personnage a fait fort dans mon cœur. Ça été dur de l’accepter. Après, les missions m’ont semblé plus dures que celles des autres campagnes. Je m’explique. Parfois, certaines missions te pressaient d’agir. Forcément, tu te retrouvais à rusher pour essayer de finir les misions mais aussi à obtenir les haut-faits. Résultat, ta base se retrouve presque dépourvue de défenses. Mais si tu es assez bon, tu devrais réussir à obtenir les challenges et les missions secondaires sans trop difficulté. 

Don Stygian : Au final, la campagne n’était pas mauvaise.

Mathio : C’est vrai. Entre les révélations, les développements et les différents personnages de la Lance d’Adun incarnant chacun un trait important des Protoss, les différentes unités proposées, c’était excellent. Un de mes préférés est Alarak. Ce mec est badass avec son armure noire et son côté manipulateur. Le parfait héros sombre. Un autre passage que j’ai aimé, c’était la cinématique après les missions de Korhal avec la musique qui allait bien. On voyait clairement les soldats du Dominion démoralisés par la violence de cette guerre.

Don Stygian : Amon n’était pas allé avec le dos de la cuillère. Enfin, on a l’épilogue qui a bien fait débat.

Mathio : Effectivement, beaucoup le trouvaient un peu trop WTF. Pour ma part, je l’ai bien aimé mais ça aurait pu être mieux mais je reviendrais plus tard. La cinématique de Kerrigan qui devient Xel’Naga m’a presque fait pleurer. C’était beau !!! Je me rappelle aussi que la dernière mission était une vraie galère. J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois. Beaucoup ont senti la difficulté monter à la troisième pierre à détruire avec le grand nombre de piliers qui débarquait. Je suis allé chercher dans le forum le moyen de réussir. On a recommandé d’utiliser les mutalisks en masse. J’ai essayé et j’ai réussi assez facilement sans me rendre compte du nombre de pierres qu’il me restait à détruire. Après, c’est la fin de la mission.

Silence dans la chambre.

Mathio : En fait, ça ne me va pas du tout. J’aurais aimé me battre contre Amon. C’est le boss final de Starcraft 2 !! La moindre des choses serait de faire un combat contre lui à la manière des boss de Hots. Ça aurait été épique. Après, la cinématique aurait eu du sens. Beaucoup trouvent que la dernière cinématique dénuée de sens mais c’est logique ce qu’on voit. Après avoir combattu ensemble, il est normal pour les trois races d’entrer dans une ère de paix. Bon, dans mon histoire, je mets l’intervention de l’Alliance Démoniaque pour donner un semblant de crédibilité.

Don Stygian : Quelqu’un a remarqué qu’on ne voit pas Dehaka dans LOTV?

Mathio (gémit): Pourquoi il n’est pas là ? Stukov a fait une apparition dans l’épilogue mais rien pour Dehaka !!! (Se calme rapidement) Il n’empêche que cette expansion a bien bouleversé dans mes projets de ce tome trois des Poltergirls.

Don Stygian : Excellente transition pour la partie Écriture de la trilogie

Mathio : Merci, Don Stygian. C’est quand même par cette histoire qu’est apparue pour la première fois l’Alliance Démoniaque. La Boîte de Pandore existait déjà par le Procès de Sasuke, une autre fanfic de ma création. Après quoi, mes fanfics sur Starcraft sont devenus les piliers centraux de toute ma grande saga et de l’univers qui va avec.

Don Stygian : En effet, certaines fanfics ont une part d’intrigue basée sur les hybrides pour montrer l’ampleur du complot d’Amon. Mais commençons par le commencement.

Mathio : Oui. Il faut dire que mon plus grand ennemi dans mon écriture des aventures des Poltergirls fut la chronologie des évènements. À quel moment ça avait lieu ? Pendant combien de temps ça a duré ? Ce genre de détail a presque été mon obsession si je voulais incorporer les aventures de mes fantômes dans l’histoire de Starcraft 2. Bon, ce n’est pas exactement comme l’a imaginé Blizzard mais vu la marge qu’on nous laisse, on peut se permettre pas mal  d’interprétations et de libertés.

Don Stygian : Mais l’écriture restait jouissive.

Mathio : C’est vrai. J’ai quand même pas mal de passages que j’ai bien adoré dans le premier tome. Un de mes préférés est celui où la Boîte de Pandore           apparait à la conférence de presse lors de l’assassinat de Roberto Wolf. L’idée de la cacher tout près était juste WTF puisque c’était le dernier endroit où vous irez chercher des criminels recherchés. Il y avait aussi le combat final avec le duel des reines. Ça, je tenais à le caser pour bien mettre une de mes opinions sur Kerrigan. Elle n’est pas la Reine des Lames. Enfin, le monstre sanguinaire qui a été sous l’influence d’Amon. Et puis, je trouvais ça amusant de l’écrire.

Don Stygian : Sans aucun rapport avec le combat contre Narud. Hé, Mathio ! Le public serait intéressé d’en savoir plus sur les Poltergirls. Ce sont quand même les héroïnes.

Mathio : Tu as raison. C’est un petit animé japonais qui m’a donné l’idée de créer quatre jeunes filles aux pouvoirs incroyables. Dans l’univers de Starcraft, ce sont les fantômes. Je me suis dit que ce statut leur irait bien. Après, il a fallu donner leur donner des capacités assez intéressantes comme un pouvoir différent pour chacune et une excellente mémoire. À la base, je comptais de faire d’elles les ennemis de l’Alliance qui se jouerait d’elles. Mais après réflexion, j’ai pensé qu’il serait mieux d’en faire les soldats de l’Alliance.

Don Stygian : Seul souci, c’était qu’il fallait leur donner une raison pour y entrer.

Mathio : Exact. Et vu que les objectifs de l’Alliance étaient de conquérir le secteur de Koprulu en connaissance de l’avenir, j’ai décidé d’exploiter Kerrigan. Encore une fois, la chronologie jouait un peu contre moi mais quelques recherches sur le wiki anglais de Starcraft m’ont bien aidé. (C’est là où j’ai pioché toute la chronologie de la licence.)

Don Stygian : Vil auteur.

Mathio : Merci. Après, j’ai sorti diverses missions sans réel intérêt que j’appellerais du remplissage. Toutefois, les choses sont devenues plus intéressantes dès la formation spéciale de la Boîte de Pandore. Après, on a eu l’assassinat, le passage à l’académie fantôme. Ça, j’ai dû télécharger le comic Ghost Academy pour me documenter sur comment ça vivait là-bas. D’où les personnages de Sarco Angelini et de Kevin Birk. Sans oublier Nova. Évidemment, un peu d’intrigue sur les Poltergirls n’était pas de trop. Et l’envol de l’empereur dans un gâteau après s’être pris cinq coups à la figure.

Don Stygian (Hilare): C’est vrai que c’était amusant. Un autre personnage important, c’est le prince Valérian.

Mathio : Effectivement, le prince était à mon gout peu développé dans les jeux. Ses premières apparitions avaient eu lieu dans la saga du templier noir de Christie Golden. Ses idéaux étaient clairement opposés à ceux de son père mais il a été malin. Il est resté dans l’ombre. Dans « l’Embrasement » du même auteur, on nous explique ce qui s’est passé entre la campagne Terran et la campagne Zerg. Parce que oui, on ne sait pas ce qui s’est passé durant ce laps de temps. C’est aussi dans ce roman qu’on découvre que Valérian savait pour la prophétie Xel’Naga. J’ai acheté le livre pour avoir les détails. Tout cela avait fait que j’en ai décidé de faire l’agent de l’Alliance pour la conquête du Dominion. Attendez, ce mec occupe une place importante. Comment il a eu connaissance de la prophétie ? Moi, j’apporte une explication.

Don Stygian : Une dernière chose avant de passer au tome deux, Sylvestre.

Mathio : Ah oui, mon petit Zerg préféré. L’Essaim constituait un obstacle évident pour l’Alliance. Heureusement, Blizzard a rendu les choses plus faciles. Du moins jusqu’à l’épilogue. L’idée de base pour Sylvestre était de lui donner cette capacité de polymorphisme mais ce n’est pas à la même échelle que Narud. Après, j’aimais bien deux idées amusantes : la première était un gardien pour Sylvestre. Un Protoss me paraissait parfait pour ce rôle et ainsi donner des pouvoirs psychiques à Sylvestre si je voulais compenser ses faibles capacités de commandements. Deux, c’était lui donner la capacité de prendre forme humaine pour infiltrer les Terrans.

Don Stygian : Ce qui colle bien avec l’université militaire.

Mathio : Effectivement,  en vue des plans de l’Alliance Démoniaque, je me suis dit que le rôle d’enseignant irait bien à mon petit Sylvestre. Après, le reste a coulé de source. 

Don Stygian : Deuxième tome !

Mathio : Celui-là m’a posé pas mal de problèmes. Déjà, j’avais déjà commencé à écrire les dix premiers chapitres de l’histoire et bien d’autres dont j’étais confiant que l’impact de l’histoire sur celle de Starcraft serait minime. Mais dans les derniers mois avant la sortie de LOTV, j’ai repris l’écriture avec les lignes principales, c’était-à-dire la fin du tome deux et autres petites idées.

Don Stygian : Il y a quand même eu des idées non exploitées. Comme une guerre entre Terrans provoquée par les hybrides.

Mathio : C’est vrai mais par flemme et manque de motivation, j’ai mis cette idée à la poubelle. De plus, cela était dénué de sens quand on voyait LOTV.

Don Stygian: En parlant d’humains contrôlés par les hybrides, il y a en a dans le second tome.

Mathio : Exact. Il était dit que le contingent Möbius était chargé de protéger les recherches de Narud. Comme il n’a pas été défini quand les hybrides avaient pris le contrôle des Terrans, j’ai décidé de les faire commencer dans le second tome. Après, j’ai jugé bon de donner un temps de silence pour donner au contingent Möbius le temps de se préparer avant de lancer leurs attaques.

Don Stygian : Tu as aussi eu quelques délires avec le changement de sexe ou Koro-sensei.

Mathio : ça colorait un peu le sombre univers de Starcraft.

Don Stygian : Tu as aussi pris quelques libertés sur certains passages du jeu. La fuite du laboratoire Umojan, la libération de Raynor et la bataille finale de Korhal.

Mathio : C’est mon histoire, je fais ce que je veux. Il est vrai que je fais un point d’honneur sur la fidélité de l’univers de base et le peu de modification sur l’histoire officielle que j’apporte est dérisoire. Parce que, vous l’aurez remarqué, l’Alliance Démoniaque ne lance pas d’attaques sur le Dominion dans le premier tome. Le problème, c’est que je les ai fait si puissants qu’ils pourraient gagner la guerre sans l’aide de personne. Il fallait donc les retenir un peu. Leur nature de serviteurs des Ténèbres m’a bien aidé. C’est pour cela que je les ai faits sauver les réfugiés des attaques Zergs. Ensuite, ils ont attaqué les laboratoires d’hybrides secondaires. Mais aussi en jouant un rôle indirect dans les évènements des jeux. Ça fait un peu Aizen mais ça passe quand on possède le don de voir l’avenir. Je me suis fait un peu plaisir en faisant intervenir l’Alliance dans l’attaque du laboratoire Umojan mais en donnant une excuse pour ne pas évacuer Kerrigan par les Ténèbres. Pour la libération de Raynor, c’est vraiment mineur. Une apparition d’Aurore dans la dernière salle sans réelle incidence sur l’histoire. Par contre, je me suis tout permis pour la bataille finale contre Mengsk le Père Fouettard. J’ai fait intervenir tout plein d’alliés pour aider Kerrigan. Autant dire que je me suis lâché.

Don Stygian : Tychus qui revient avec un nouvel Odin.

Mathio : Je n’ai fait qu’exploiter ce que m’offrait l’histoire officielle. Des gens morts ? Je regarde si je peux les ressusciter avec la technologie de l’Alliance.

Don Stygian : Tu t’es aussi amusé avec les Guignols de l’UNN.

Mathio : En effet, j’avais déjà en tête de mettre ce journal pirate dans le second tome. Après, j’ai ajouté des tas de délires.

Don Stygian : Comme le changement de sexe ou Koro-sensei.

Mathio : C’est mon histoire. Je fais ce que je veux. Et puis, tu l’as déjà dit.

Don Stygian : Si les Poltergirls étaient là, elles t’auraient la peau.

Mathio : Pas moyen ! Je suis l’auteur. En lisant le second tome, vous retrouverez des trucs dans la première campagne. J’ai juste exploité l’histoire de base pour approfondir l’Alliance.

Don Stygian : Par contre, LOTV nous a bien compliqué les choses pour le scénario du tome trois.

Mathio : Absolument. Premièrement, il n’y a pas de fenêtre d’action pour faire ce que j’ai rêvé d’écrire : le combat Don Stygian contre Amon. Ça m’aurait permis de faire un développement sur mon personnage.

Don Stygian : C’est vrai. Avec la destruction de l’hôte d’Amon et l’épilogue, je ne peux pas avoir mon combat. On avait pensé à une résurrection mais…

Mathio : N’en dis pas plus. J’ai un plan. Comme dit précédemment, l’univers de Starcraft est le pilier central de mon univers.

Don Stygian : Chouette ! Alors je vais avoir mon combat contre le trou du cul ?

Mathio : Qui sait.

Don Stygian : Allez ! Tout le monde a compris que tu as trouvé un moyen de ramener Amon à la vie et le faire combattre contre moi. Tu en rêves depuis un bon moment. Bien sûr, ça aura lieu dans l’Univers et non dans le Vide. Ce faisant, je pourrais l’éclater sans problème et sans qu’il revienne.

Mathio : Ok, j’avoue. C’est ça. Mais je ne révèle rien avant. Secondement, on a très peu de matière à savoir sur les armées du Dominion. Les missions en coop sont non canons pour moi. Je ne peux pas les accepter comme faisant partie de l’histoire officielle.

Don Stygian : T’oublies Narud.

Mathio : Ah oui, c’est vrai. Au moment où j’avais décidé d’en faire le prisonnier de l’Alliance, il était révélé dans LOTV qu’il était dans le Vide. Du coup, j’ai dû imaginer comment il se serait évadé du domaine des Ténèbres. Ça n’a pas été facile. D’un autre côté, j’étais bien content de découvrir ce qu’il y avait à savoir sur ce type. Du moins, l’important.

Don Stygian : Parle un peu de la structure de l’histoire du tome trois.

Mathio : Trois grandes parties sont à observer. L’avant-guerre, la guerre et les batailles dans le Vide. Vu qu’il s’est passé à peu près un an, il y avait matière à mettre pas mal de chapitres pour expliquer ce qui s’est passé durant cette année. Après, je faisais vivre la guerre du point de vue des Terrans et de l’Alliance. Bien sûr, je mettais des chapitres sur l’avancée d’Artanis histoire de se situer dans la campagne. Avec l’intervention de la Boîte de Pandore. Ils sont vraiment diaboliques. Enfin, le Vide et l’après-guerre. Encore une fois, on n’en sait pas grand-chose de ce qui s’est passé après que Kerrigan ait vaincu Amon.

Don Stygian : Parlons de l’académie qui revient sur le sujet.

Mathio : De base, il me fallait remettre les Poltergirls sur le devant de la scène de peur que les Protoss soient trop encombrants. L’idée de former les fantômes et de les envoyer en mission m’a bien permis de gagner quelques chapitres. Après, j’ai aussi dédié quelques chapitres aux autres serviteurs des Ténèbres afin de montrer qu’ils ne restent pas inactifs dans cette guerre.

Don Stygian : Je crois que tu oublies un personnage légèrement important. Eoris.

Mathio : Ah oui, c’est vrai. De base, Eoris n’existait pas quand j’écrivais le tome trois. Ce n’est que dans le tome quatre de Devil Trainer que je l’ai imaginé pour… En fait, je ne vais pas spoiler. Vous découvrirez une grande partie sur elle. Aussi, je compte l’intégrer dans une fanfic que j’imagine de longue date. Maintenant, j’ai une idée globale sur le scénario.

Don Stygian : On arrive bientôt au bout. Il serait temps de dire ce qui va arriver aux Poltergirls et à leurs aventures.

Mathio : En effet. Avec l’épilogue, on peut se douter qu’il y aura un quatrième tome. Seulement, ça ne portera pas sur ces évènements. Le peu que je puisse dire, c’est que nous découvrirons ces conséquences dans une autre fanfic.

Don Stygian : Là, je pourrais faire un massacre.

Mathio : On fera pire mais tu verras ça le moment venu.

Don Stygian : J’ai hâte d’y être. Ça fera revenir tout le monde de Starcraft.

Mathio : Sauf Kerrigan et Raynor. Si j’examine ma timeline, ils seront loin de tout. Et puis, avec tout ce qu’ils ont enduré, ils ont bien mérité une vie tranquille.

Don Stygian : La vie est si injuste.

Mathio : Je sais mais ce n’est pas nous qui leur avons infligé ça. Tiens ! Nova. J’adore sa campagne. Jamais je n’ai ressenti une telle hype. D’ailleurs, ce sera dans le quatrième tome.

Don Stygian : Mais ça risque de ne pas être aussi long que les trois tomes des Poltergirls.

Mathio : C’est vrai mais il faudra expliquer l’absence de l’Alliance concernant l’affaire des Oppresseurs de l’Humanité car, oui, je les appelle ainsi parce que ce sont des enfoirés et des hypocrites. Ensuite, je vais faire souffirr Nova. Et donner un peu plus de passages sur Ji’nara et Eoris, histoire de les développer. Sans oublier un ultime ennemi pour l’histoire. Il existe dans l’Univers et je l’ai mentionné. Qui est-ce ? Surprise.

Don Stygian : ça promet quelque chose de palpitant.

Mathio : J’ai déjà l’idée générale. Oh ! Entretemps, je viens d’avoir une idée d’une nouvelle histoire. Ça se nommera Poltergirls, les chroniques d’une invasion par les Ténèbres. Cette fanfic racontera les actions de l’Alliance Démoniaque au moment des deux premiers tomes. Bon, j’avoue que j’aurais pu les intégrer dans les tomes mais le temps a évolué entretemps et ça m’est venu récemment. Voilà. Mes réactions sont terminées. C’est un peu triste mais au moins, j’ai pu partager mon avis sur ce jeu assez attendu depuis longtemps. J’espère qu’on aura une nouvelle sur les motivations d’Amon, la genèse de son complot. Parce que, honnêtement, j’ai un peu de mal à comprendre le fond de sa pensée. Que s’est-il passé pour qu’il ait eu envie de vouloir détruire l’Univers ? Puisse Blizzard exaucer ma prière. Ou peut-être que je ferais un chapitre pour exposer ma théorie.


Vraie fin

Aucun commentaire - [Poster un commentaire]


Il n'y a pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette histoire !

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
ÉVÉNEMENTS
DISCORD JUDGEHYPE
Discord
BOUTIQUE
1 2 3
Cartes graphiques Gamer
NVIDIA GeForce, AMD Radeon... Toutes les gammes et budgets chez Materiel.net
StarCraft II: Heart of the Swarm
Second épisode de StarCraft II, dédié à la Reine des Lames.
StarCraft: La Reine des Lames
Un récit prenant place avant la sortie de StarCraft II: Wings of Liberty, quand Raynor pense que Kerrigan est toujours en vie.
APPLICATIONS MOBILES
Application Android  Application iOS
NOUVELLES POPULAIRES
SOUTENIR JUDGEHYPE
Logo Voici les moyens de soutenir JudgeHype :  Abonnez-vous au réseau JudgeHype  Désactivez adblock pour le réseau  Achetez via ce lien sur Materiel.net  Achetez via ce lien sur Amazon.fr  Achetez via ce lien sur Gamesplanet Nous vous remercions pour votre soutien sans qui le réseau JudgeHype ne pourrait continuer son travail !
GÉNÉRAL : PatchsArchives
PRÉSENTATION : StarCraft & Brood WarRaces jouablesConfiguration requiseJeu de plateauLigues & classementsChronologie des romans et BDHistoireOrigine des TerransOrigine des ZergsOrigine des ProtossPersonnages-clésPlanètesBibliothèque
BASES DE DONNÉES : Unités TerranBâtiments TerranUnités ZergBâtiments ZergsUnités ProtossBâtiments Protoss
GUIDES : Solution de Wings of LibertyCheat CodesPortée des unitésCooldown des attaquesVitesse des unitésVision des unitésAstuces de Blizzard
DOSSIERS : BlizzCon 2016BlizzCon 2015BlizzCon 2014BlizzCon 2013BlizzCon 2011BlizzCon 2010BlizzCon 2009BlizzCon 2008WWI Paris 2008BlizzCon 2007Press Tour 2011Press Tour 2010Press Tour juillet 2009Press Tour juin 2009Previews 2007-2009Q&A Blizzard
IMAGES : AléatoiresScreenshotsIllustrationsConcept arts StarCraftConcept arts StarCraft IIÉcrans de chargement soloÉcrans de chargement multiGraffs des racesPortraitsFan artsEaster EggsFonds d'écranCinematic screenshot of the weekI Love StarCraftDivers
DIVERS : Fan fictionTéléchargementsObjets de collection StarCraftBeta test WoLBeta test HotSBeta test LotV
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site StarCraft II : 17.667.852 visites.
© Copyright 1998-2019 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.